mercredi 3 août 2011

Le Coudray à Saint-André-Goule-d’Oie (1250-1789)


Amblard de Guerry
Depuis la publication de cet article en 2011, l’accès récent aux notes d’Amblard de Guerry sur les lieux de Saint-André-Goule-d’Oie nous permet de remonter le temps d’un siècle dans nos recherches, jusqu’en 1342. Les travaux de cet historien sont très importants pour les communes du canton de Saint-Fulgent. Aussi, avant de les utiliser ici dans notre récit sur le bourg, il est juste de le présenter.

Amblard de Guerry (1919-1996) appartient à la famille très connue de Chavagnes-en-Paillers, les Guerry de Beauregard. Son frère, Gilbert de Guerry, a été maire de cette commune de 1942 à 1983, et conseiller général du canton de Saint-Fulgent de 1946 à 1992.

Professeur au Maroc de 1954 à 1988, Amblard de Guerry a en même temps consacré sa vie à la recherche historique et philosophique, réservant à la Vendée et à Chavagnes la première place. Il a fondé l’association « Chavagnes Présence du passé », relancé la Société d’émulation de la Vendée, et co-fondé l’association de la descendance La Rochejacquelein. Il a publié 1988 : Chavagnes Communauté Vendéenne, un livre de 316 pages. Ses autres publications sont des articles historiques et philosophiques dans plusieurs revues.


Les premiers seigneurs connus (v1250-v1580)


Le mot de « coudray », souvent orthographié « coudrais » autrefois, vient probablement du lieu planté de noisetiers, appelés coudriers. Nous savons que le seigneur de Linières possédait au Coudray un bois de haute futaie de vingt-cinq boisselées avant la Révolution. Un autre lieu-dit aux Essarts porte aussi le nom de Coudrais, mais aussi ailleurs en Vendée (voir le dictionnaire toponymique sur le site des archives de Vendée).

Dans les papiers anciens, le village portait le nom du Coudray-Loriau, du nom de son fondateur probablement. De cette famille on connait Aimery Loriau en 1343, clerc de Jean de Thouars, c’est-à-dire son secrétaire ou officier de justice et police. Jean de Thouars était fils de Louis Ier de Thouars, vicomte de Thouars de 1333 à 1370. Il tenait de la baronnie de Montaigu divers droits dans la contrée dont l’hébergement de la Fortecuyère (Boissière de Montaigu) et la ligence de l’Herbergement-Antier (au sud-ouest de Montaigu). À cause de cette dernière il avait des droits au « tènement au Droullin » (bourg) et en deux autres endroits à Saint-André-Goule-d'Oie. Sous lui Aimery Loriau tenait le fief de la Sextenbreische (non localisé) dans la même paroisse (1). À cause de son nom, on suppose que le Coudray fut un tènement à l’origine, concédé ensuite sous hommage à un noble, prenant alors le caractère d’un fief.

Les du Plessis
Vers 1250 Jehanne Guygnère est indiquée dame du Coudray Loriau. Elle était alors veuve et appartenait à une famille noble, étant auss dame de la Cour Thiré, de Musse (situé à Ligron-Champaumont au nord de la Flèche), et la Boninière (Saint-Martin-des-Noyers ou Saint-André). Elle eut pour fils ainé Jean du Plessis, marié à une Marguerite, d'où Hugues du Plessis marié à Isabeau des Forges (2). « Il est difficile de se reconnaitre dans tous les du Plessis vivant à cette époque en Bas-Poitou » écrit G. de Raignac dans sa généalogie Sainte-Flaive (3).

Les Racodet
La fille d’Hugues du Plessis et d’Isabeau des Forges, Marie du Plessis, héritière du Coudray, épousa Pierre Racodet. Ce dernier était fils de Regnault Racodet et de Colette des Nouhes, et un frère de Pierre Racodet, Jean, eut une descendance qui 4 générations plus tard revendiqua une part d’héritage dans le fief du Coudray. On connait 3 enfants à Marie du Plessis et Pierre Racodet : Maurice, Laurence et Catherine. C’est Maurice Racodet, l’ainé, qui fut seigneur du Coudray. Il épousa vers 1390 Marie Vigier, puis devenu veuf, il se remaria avec Louise de Forges. Son fils, Pierre Racodet, fit aveu du Coudray à Jean de Sainte-Flaive à cause du Coin Foucaud (Saint-André). La date n’est pas lisible, mais on peut la situer entre 1405 et 1441 à cause de Jean de Sainte-Flaive, seigneur de Languiller. Cette suzeraineté du Coin, située dans la mouvance des Essarts en ce début du 15e siècle, ne présume rien sur les liens féodaux du Coudray dans la période antérieure. Des bouleversements importants se sont produits au 14e siècle à Saint-André à cause des guerres, épidémies et refroidissement climatique. Voir à ce sujet l’article publié sur ce site en novembre 2011 : Histoire du Coin et du Peux à Saint-André-Goule-d’Oie sous l'Ancien Régime. Le fief du Coudray était tenu à foi et hommage plain et à rachat selon la coutume du pays, et pouvait rapporter par an 15 septiers (37 quintaux) de blé ou environ. L’espace boisé qu’on appellera plus tard la Forêt faisait partie du Coudray, ainsi qu’une métairie. Le village et tènement voisin de la Bergeonnière était tenu du Coudray (4).

Pierre Racodet, écuyer et seigneur de la Cour de Thiré, épousa Marie Garinière. Veuve, elle demeura à Chiré (Chiré-en-Montreuil), comme ce fut probablement le cas aussi du temps de son mari. Le Coudray n’était donc pour ses propriétaires qu’un héritage géré sur place par un fermier.

Les Audayer
Logis du Coudray coté nord (.6-2015)
Leur fille, Léonide Racodet, épousa avant 1470 Pierre Audayer (5). Ce dernier, descend de Jean Audayer seigneur de la Gazelière, et s’était marié une première fois en 1430 avec Claire de Parthenay. Après la mort de Leone Racodet, et après 1471, il se remaria avec Jeanne Grignon. Pierre Audayer était, vers 1470, chevalier seigneur de la Maisonneuve à Montournais (6).  Avec Jeanne Grignon il eut Louise, Jeanne et François. Ce dernier épousa Jeanne Mauclerc en 1499 à Apremont et devint le seigneur du Coudray, aussi de Gazelière et Maisonneuve. Sa sœur, Jeanne Audayer épousa Louis Sauvestre, seigneur de Clisson. Son autre sœur, Louise Audayer, épousa François de Beaumont en 1507, seigneur des Dorides. Le petit-fils de ces derniers, François de Beauont, épousa Nicole Chasteigner, dame de la Jarrie, Merlatière et Raslière. François Sauvestre et Philippe de Beaumont, firent des querelles d’héritages à leur oncle et tante, François Audayer et Jehanne Mauclerc. Ils ne furent pas les seuls. Bertrand de Forges, petit-fils de Maurice Racodet remarié à Louise de Forges, émit des prétentions.

François Audayer et Jeanne Mauclerc eurent deux enfants, Jean et Loys. Jean l’ainé épousa une dame Brunetière et mourut sans enfant. Loys Audayer, seigneur de Tourton et la Maisonneuve en 1522, épousa Louise de la Tijouère. Il rendit un aveu pour la Coudray en 1550 à Languiller à cause du Coin Foucaud. On y lit que le fief contenait 8 boisselées en jardin, 8 journaux de pré et 16 septerées de terres, bois et pacages, le tout faisant environ 36 hectares d’aujourd’hui, et qu’il devait un service annuel de 10 sols à la Saint-Jean-Baptiste (7). Loys Audayer aussi est mort sans enfant. Par l’extinction du lignage de Maurice Racodet, le Coudray revint à la sœur puinée de ce dernier, Laurence. Elle avait épousé Eutrope Vigier, et leur arrière-petit-fils, Bertrand Vigier, hérita de domaines qui comprenaient pour ce qui provenait de ses aïeux Pierre Racodet et Marie du Plessis : l’hôtel et maison noble de la Cour de Thiré, l’hôtel de la Musse assis à Ligron Champaumont, les terres des Brières, l’hôtel de la Boninière, la Petite Barbotière, et le Coudray Loriau. Aux cousins Beaumont et Sauvestre déjà cités plus haut pour contester l’héritage, se joignirent d’autres cousins très éloignés : les descendants de Catherine Racodet, sœur de Maurice, mariée à Gilles de la Forge, et aussi encore plus éloignés les descendants de Jean Racodet, frère de Pierre Racodet marié à Marie du Plessis près de 2 siècles plus tôt (8). Au final le Coudray fut vendu à Toussaint Menanteau à la fin du 16e siècle.

Toussaint Menanteau (v1580-v1617)



Blason des Menanteau
Toussaint Menanteau n’acheta pas la Bergeonnière avec le Coudray. Les possesseurs de droits seigneuriaux sur ce tènement rendirent leur déclaration noble à Languiller, pour raison du Coin Foucaud, directement, et le lien avec le Coudray n’exista plus. C’est ce qu’on constate dans un aveu de 1617. On en déduit que le seigneur de Languiller, probablement non servi pendant la querelle d’héritage, fit une saisie féodale du droit de fief sur la Bergeonnière. On voit aussi qu’en 1618 les possesseurs du village de la Forêt firent une déclaration roturière directement à Languiller (9). Toussaint Menanteau, désigné dans des actes comme sieur du Coudray et de la Girardière, serait né vers 1550 (10). C’était un noble semble-t-il. À la même époque le fermier de la baronnie des Essarts s’appelait aussi Toussaint Menanteau, habitant dans le bourg des Essarts. Nos recherches ne nous ont pas permis de faire un lien entre les deux hommes, et nous en restons à l’idée de deux personnes différentes.

Toussaint Menanteau s’est marié avec Gilone de Gazeau de la Brandasnière, fille de Jean Gazeau (1520-1597) et de Jacquine Vigier (10). Un généalogiste a pu établir que Gilone Gazeau était une descente du roi Louis VI le Gros (roi de 1108 à 1137) à la seizième génération (10).

La branche de la Brandasnière est la troisième de cette famille Gazeau à cette époque. Une tante de Gilone, Louise, avait épousé Alexis Royrand, seigneur de la Patissière (Boufféré) en 1540 (11). Son frère aîné, Léon Gazeau, un marin remarqué, fut seigneur de la Boutarlière (Chauché), qui restera la propriété de ses descendants. Son deuxième frère, François Gazeau, fut l’auteur de la branche du Plessis et des Grandes Maisons. Il épousa Suzanne Royrand le 6 janvier 1583 (12), qui lui apporta la terre de la Limonière de Chavagnes-en-Paillers. Son troisième frère, Jacques Gazeau, fut l’auteur de la branche de la Couperie et du Ligneron. Parmi les descendants de ce dernier, on trouve le futur seigneur de Saint-Fulgent, Louis Gabriel Gazeau, qui assassina J. de Montsorbier en 1719 et vendit la châtellenie de Saint-Fulgent à un négociant nantais en 1720. Gilone de Gazeaux eut aussi deux sœurs : Esther et Lydie.

Toussaint Menanteau et Gilone de Gazeaux eurent au moins une fille née en 1575, Suzanne, et un fils, Sébastien, né en 1580. Sébastien se maria avec Marie Chitton.

Gilone Gazeaux était morte à la date du mariage vers 1597 de sa fille (13).

Les Royrand (1617-1717)


Christophe Royrand (1575-1622) habita le Coudray, apporté en dot par sa femme, Suzanne ou Guyonne Menanteau (1575-1642), fille de Toussaint Menanteau. On trouve des Royrand dans le Bas-Poitou dès le 14e siècle, un peu partout, possédant des fiefs nobles dès le 15e siècle, à Chauché (Bel Air), Chavagnes (Limonière), Saint-Denis-la-Chevasse (Amblardière, Essiré, Cantetière), Saint-Fulgent (la Roussière), etc. (14). L’historien Guy de Raignac a décrit plusieurs familles portant ce nom, notamment celle d’Alexis Royrand qui épousa Louise Gazeau en 1540. Leur descendance s’établit un temps à la Petite Roussière de Saint-Fulgent en 1627. Le premier général de l’armée du centre pendant la guerre de Vendée en 1793, Charles Aimé (1726-1793), est issu de cette branche. Les Royrand du Coudray sont originaires de Chauché, certains étant qualifiés de sieur de Bel Air. L’inventaire après-décès du prieur Moreau de Saint-André en 1666 nous apporte des précisions complémentaires sur cette famille (15).

En 1603 la Faguelinière (les Herbiers relevant du Tréhant) est à Christophe Royrand, il en rend aveu en 1604. Sa veuve, Suzanne Menanteau, fut dame de la Faguelinière. Mais en 1607 un aveu pour la Coumaillère, dépendant de la Faguelinière, est rendu par Pierre Royrand pour lui et ses cohéritiers (16). Avant 1621 Cristophe Royrand et Suzanne Menanteau arrentèrent, moyennant 80 livres de rente foncière annuelle et perpétuelle, la moitié du fief métairie de la Faguelinière. Il l’avait eu par partage de la succession de son père, Audet Royrand, sa mère s’appelant Renée Girard. L’acquéreur était Jean Maillocheau, qu’on retrouve seigneur de la Faguelinière plus tard, à moitié avec son beau-frère Thomas Jousselin, seigneur de Seré. L’acte fut signé au Coudray (17). Le 5 avril 1622 Christophe Royrand et Suzanne Menanteau vendirent leur rente de 80 livres pour le prix comptant de 1600 livres à Pierre Royrand sieur des Marchais. L’acte a été passé au tènement des sept Septiers, juridiction de Saint-Fulgent, près de la Gatolière (17). La fille de ce dernier reçut une reconnaissance en 1674 pour la rente de 80 livres d’Eleazar de Goulaines, écuyer seigneur de l’Orvouere et de la Faguelinière, demeurant en sa maison noble du Chastellier, paroisse des Herbiers.

Christophe Royrand, sieur du Coudray, a rendu un hommage à Languiller en 1617 à cause de la seigneurie du Coin, du village du Coudray Loriau, à deux deniers de service annuel et à rachat abonné à vingt sols. Son hommage ne comprend plus alors la Forêt et la Bergeonnière (18).

Christophe Royrand et Suzanne Menanteau eurent au moins Esther, Pierre, Jean, Jonas et Samuel.

Esther Royrand est née à Saint-André en 1605 (vue 3/247 du registre paroissial numérisé de Saint-André-Goule-d’Oie accessible sur le site internet des Archives de Vendée). Sur le registre paroissial de Chauché, on relève son mariage, le 14 juillet 1626 (vue 19/049) avec Pierre Basty, (inhumé à Chauché en 1645) sieur de Villeneuve, fils de feu Jean Basty et de Catherine Durand, sieur et dame de Maurepas, à Chauché. Esther a été enterrée dans l’église de Chauché le 6 avril 1648 (vue 62/084), et sa filiation avec le roi Louis VI s’est transmise à ses descendants, habitants de Chauché.

Pierre fut baptisé à Saint-André le 26 novembre 1622 (vue 62/247). Le parrain est le prieur de la paroisse, Pierre Baudry. Nous n’en savons pas plus sur lui, et nous ne savons rien sur son frère Samuel Royrand, sinon qu’il était vivant en 1644 (19).
Suzanne Menanteau a été inhumée à Saint-André le 14 avril 1642 (vue 3/045), vingt ans environ après la mort de son mari.

Jean Royrand (v1600-1669)
Blason des Royrand
Jean Royrand, seigneur du Coudray et de Bel Air (Chauché, a été repéré par sa descendance. Il s’est marié avec Anne Trochon, qui a été inhumée à Nalliers le 25 septembre 1661 (vue 132/163). Jean Royrand a été inhumé dans l’église de Saint-André le 4 juillet 1669 (vue 24/45). Le 22 janvier 1657 il vendit une maison à la Bergeonnière et à cette occasion on voit qu’il habitait à Bel Air à Chauché lieu qui passa à la Rabatelière (20). Ils avaient eu au moins un fils, Pierre, né le 22 juillet 1646 (vue 121/247) à Saint-André. La marraine est sa tante Esther, dame de Villeneuve. C’est probablement lui qui s’est marié plus tard avec Marguerite de Verdaille. Lors de son inhumation le 26 janvier 1702 (vue 19 à Chauché), celle-ci est notée épouse de Pierre Royrand, écuyer sieur de Bel Air et y demeurant. Ils eurent pour enfants : Marie baptisée à Chauché le 3 novembre 1673, Pierre baptisé le 22 aout 1677 et Jacques baptisé le 5 octobre 1684.

Jean Royrand et Anne Trochon eurent aussi Bénigne, qui serait née vers 1620. Elle se maria à Chauché le 26 février 1660 (vue 45/049) avec René Fourestier, écuyer, seigneur des Coustraux, de la paroisse de Nalliers. C’est à Nalliers que seront baptisés deux de leurs enfants, dont leur fille Marie, baptisée 18 août 1665. Elle a pour parrain Jean Royrand, seigneur du Coudray (son grand-père). Sa grand-mère, Anne Trochon, a été inhumée au cimetière de Nalliers le 25 septembre 1661 (vue 132).

Jonas Royrand
Il est parrain en 1645 à Saint-André, sieur de la Martinière (probablement de Chauché avant son passage à la Rabatelière). Il s’était marié avec Elizabeth Grelier, avec qui il a eu deux enfants, baptisés à Saint-André-Goule-d’Oie : Jean d’abord, né le 1e novembre 1652 (vue 144/247), puis Pierre, né le 18 janvier 1656 (vue 153/247). Ce dernier est mort à Saint-André le 25 janvier 1692 (vue 123/175).

Un inventaire des meubles de Jonas Royrand et de d’Elizabeth Grellier son épouse, a été fait le 3 juillet 1651 par Benoit, notaire à Saint-Fulgent (21).

Par sentence du 24 septembre 1667, les deux frères Jonas et Jean Royrand, écuyers, ont été maintenus nobles. Leur blason portait : d'azur à une rencontre de buffles d'or accompagnée de trois étoiles de même, deux en chef et une en pointe (22).

On voit aussi une fille Royrand mariée à Jacques Mandin (cette dernière famille possède beaucoup de ramifications dans la paroisse de Saint-André et son patronyme revient souvent à cette époque).

Elizabeth Grelier a été inhumée à Saint-André-Goule-d’Oie le 29 novembre 1672 (vue 43/045) et son mari Jonas Royrand a été inhumé le 24 février 1687 (90/175) en présence de Jean Royrand son fils, Louis Proust sieur de la Barre et Pierre Arnaudeau (gendre), sieur de la Brunellière (gendre).

Jean Royrand, le fils aîné de Jonas, écuyer et sieur de la Nouhe s’est marié avec Marie de La Personne à Saint-Fulgent le 13 juillet 1673 (vue 18/043). Elle était la fille de feu noble homme Nicolas de la Personne et de feue Anne Petit. La sœur de Marie, Jeanne, épousera Pierre Arnaudeau, sieur de la Brunellière, notaire et syndic de Saint-Fulgent.

Jean Royrand et Marie de La Personne eurent un fils prénommé Pierre, et baptisé à Saint-André-Goule-d’Oie le 29 février 1676 (vue 4/027), où Pierre Moreau, sieur du Coudray, fut parrain (23). Ils eurent aussi une fille, Anne, baptisée à Saint-André le 9 avril 1679 (vue 5/175) et inhumée dans le cimetière de la paroisse le 11 avril 1713 (vue 168/171) à l’âge de 34 ans.

Marie de La Personne fut enterrée dans l’église de Saint-André le 16 février 1717 (vue 30/253). Indiquons à cette occasion que c'est en 1777 qu'intervint la loi interdisant les inhumations dans les églises pour des raisons d'inconfort, et plus généralement pour rétablir l'hygiène dans les églises. Seuls y sont désormais acceptés, les archevêques, évêques, curés, hauts justiciers et fondateurs de chapelles (24).

Les Moreau (1620-1729)


Avec Marie de la Personne disparaît la présence des Royrand au Coudray. Son mari, Jean Royrand, avait vendu une borderie au Coudray à Pierre de Vaugiraud, le dernier des fils de Renée Moreau, à une date inconnue. Le 2 juin 1699 il avait arrenté devant notaire à Fontenay-le-Comte la maison du Coudray et ses dépendances, ainsi qu’un autre domaine non précisé à Artus Corbier et à sa femme, bourgeois de Fontenay-le-Comte et y demeurant (25 idem 18). Celui-ci s’était marié avec Marie Moreau, fille de Louis Moreau, sieur de Villeneuve et auteur de la branche cadette des Moreau. Bien plus tard, le 12 novembre 1744, son fils Louis Corbier demeurant au Coudray, consenti à Marie Legeay, veuve de Louis Common (capitaine des vaisseaux du roi) demeurant à la Jaudonnière, un nouveau titre de la rente de vingt livres due pour supplément de partage sur le village du Coudray Loriau, et sur d’autres domaines, étant de la succession de feu Jean Royrand, seigneur de la Nouhe.


Nous ne disposons pas des actes de vente ou d’arrentements. Leur existence seulement nous est connue dans d’autres actes qui les mentionnent. Moyennant quoi, il est difficile d’avoir une vue précise de la transmission du fief du Coudray. Mais essayons d’approcher la réalité de plus près.

L’histoire de cette famille de riches bourgeois, habitant le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, a été racontée dans notre article publié sur ce site en juin 2014 :Les Moreau de Saint-André-Goule-d’Oie du 16e au 18e siècles. François Moreau acheta en 1620 des terres au fief du Coudray pour un modeste montant de 38 livres (26). Ses deux fils, Jacques et René Moreau, achetèrent dans ce village une maison appelée la Cave en 1636 (27). Jacques Moreau seul fit affaire avec Jean Roirand en 1641 pour une petite somme de 22 livres, et on n’en sait pas plus (28). La principale métairie du Coudray, attaché au logis des seigneurs, n’appartenait plus à ces derniers au début du 17e siècle. C’est Jeanne Crémois, femme de Jacques Thomazeau sieur de la Maison Blanche, qui la vendit dans un échange à Pierre Moreau, prieur de Saint-André en 1657, frère de Jacques et René précédemment cités (29). Cet échange est probablement à relier avec une dette de Jeanne Crémois à l’égard du prieur, qu’elle reconnaissait dès 1645 pour la somme de 1 655 livres (30).

Le prieur venait régulièrement dans la maison de sa métairie, ayant pour voisins Jonas Royrand et sa femme Elizabeth Grellier (31). Le prieur avait fait un échange avec Samuel Royrand, frère de Jonas, en 1651, pour acquérir de ce dernier sa part du fief du Coudray. Il y eut d’autres acquisition des Moreau au fief du Coudray, à voir les héritages, ayant probablement échappé aux archives conservées.

Après le décès du prieur en 1665, la métairie du Coudray passa à son neveu Louis Moreau sieur de Villeneuve, qui vint y habiter. Sa belle-mère, Jeanne Masson, était dite dame du Coudray (32), devant y posséder elle aussi des biens. Ensuite la métairie échue en héritage à sa fille Marie Moreau et à son gendre Artus Corbier, après 1676.

Louis Moreau, dit sieur de Villeneuve, était le fils de René Moreau, habitant de Saint-André-Goule-d’Oie. Son frère Jacques Moreau, dit sieur du Coudray et auteur de la branche ainée, fut sénéchal de Saint-Fulgent et fermier ou procureur fiscal de Linières. Celui-ci maria en 1650 sa dernière fille, Renée, avec René de Vaugiraud, seigneur de Logerie à Bazoges-en-Paillers. Dans la succession de Jacques Moreau on trouve une portion de droits de fiefs à la Boninière (Saint-André) « étant de l’hérédité du dit feu seigneur du Coudray », comme il se faisait aussi appeler alors qu’il n’était pas noble (33). Son fils Pierre Moreau acquit d’autres droits féodaux sur des domaines situés à Saint-André, et provenant du fief du Coudray. Son petit-fils Claude Moreau possédait une métairie au Coudray, estimée en capital à quatre mille cinq cent livres en 1726 (34). Elle n’est pas à confondre avec celle de son cousin, héritée du défunt prieur de Saint-André.

On voit ainsi que le fief du Coudray, avec ses domaines et ses droits féodaux, a été vendu par portions et progressivement au profit de plusieurs membres de la famille Moreau. La branche ainée, née de Jacques Moreau, dont les ainés étaient sieur du Coudray, s’est éteinte avec le décès de Claude Moreau en 1729. Ce dernier était alors ruiné, et son héritier naturel, le fils puiné de Pierre de Vaugiraud, a refusé l’héritage devant notaire en 1740. Les biens de Claude Moreau ont été vendus par ses créanciers à partir des années 1730.

Les Corbier au Coudray (v1680-1767)



La branche cadette des Moreau, née de René Moreau, sieur de Villeneuve, a conservé et augmenté ses domaines au Coudray, passant par mariage aux Corbier.
Le père d’Arthus Corbier était Jacques Corbier (fils de Pierre Corbier et de Marie Gobin), docteur en médecine à Fontenay (35). Il avait épousé en 1648 Claude Pascaud, fille du procureur royal de Fontenay. Il est mort avant 1682, père de sept enfants.

Arthus Venant Corbier, né le 1e novembre 1654 à Fontenay, se maria deux fois :
-          avant le 10 mai 1689 avec Marie Moreau, fille de feu Louis Moreau, sieur de Villeneuve à Saint-André-Goule-d’Oie. Elle est décédée après juin 1699.
-          le 27 juin 1703 avec Françoise Louise Billaud (née en 1668) dans la paroisse de Notre- Dame à Fontenay-le-Comte (vue 267/287). Elle était la fille de feu Henri Billaud, juge magistrat au siège royal de Fontenay et de Louise Giraud. Arthus Corbier habitait alors au Coudray.

De ce mariage naquit le 22 décembre 1705, baptisé à Notre-Dame de Fontenay, un fils prénommé Louis (vue 77/270). Il resta fils unique avec la mort de son père neuf mois plus tard. Celui-ci fut enterré dans l’église Notre-Dame de Fontenay-le-Comte le 27 septembre 1706 (vue 106/270).

Sa veuve Louise Billaud s’est remariée le 7 octobre 1709 à Notre-Dame de Fontenay (vue 216/270) avec Alexandre de Roannes, écuyer, seigneur des Margues, capitaine au régiment de dragons de Bonelles, présent alors à la garnison de Fontenay, âgé de 35 ans. Il était originaire de la paroisse de Lacaune dans le diocèse de Castres.

Louise Billaud demeurait à Fontenay le 27 septembre 1713, puis elle est venue habiter au Coudray avec son mari et son fils, né Corbier. Le couple ne semble pas avoir eu d’enfants. Alexandre de Roannes fut inhumé dans le cimetière de Saint-André-Goule-d’Oie le 14 mars 1735 (vue 156/253), étant alors chevalier de l’ordre de Saint Louis.

Louise Billaud vivait encore en 1741, alors veuve de A. de Roannes. Mais elle connut des difficultés d’argent et elle dû créer cette année-là, avec son fils Louis Corbier, sur ses domaines de Saint-André-Goule-d’Oie, une rente de 220 livres en contrepartie d’une somme perçue de près de 4 400 livres (36). 

Son fils, Louis Corbier, sieur de Beauvais, bourgeois demeurant au Coudray, épousa à Foussais Charlotte de Puyrousset, par contrat du 17 septembre 1738 (37). Celle-ci était la fille de Paul de Puyrousset, sieur du Deffend (né en 1642 à la Jaudonnière) et de Jeanne Mesnage, maintenu noble en 1715. Paul était le fils de Jacob de Puyrousset (1610-1683), sieur de la Brelaizière (Jaudonnière). L’ancêtre Puyrousset était un des pairs de la ville de la Rochelle (38). Sur le registre de Saint-André on note les naissances de deux filles de Louis Corbier et de Charlotte de Puyrousset, mais aucune ne survécut :
-          le 7 juillet 1739 (vue 208), naissance de Louise Corbier, décédée au Coudray le même jour,
-          le 25 octobre 1741 (vue 242), naissance de Louise Charlotte. Elle est morte le 28 juin 1744 (vue 27/275).

Le couple a été parrain et marraine plusieurs fois lors du baptême d’enfants de métayers de la paroisse et pour celui d’un voisin du Coudray le 12 janvier 1743 (vue 252/25) : Louis René Loiseau, fils de René et Marie Gaspard.

On a du mal à distinguer la métairie qu’il possédait au Coudray d’une borderie qu’il y possédait aussi. Soit on appelait métairie ce qui n’était qu’une borderie de surface plus réduite, soit il avait deux exploitations distinctes. On n’a pu trouver qu’une ferme de borderie en 1750, pour 5 années (1751-1756), à partage à moitié des récoltes (39). Le notaire avait écrit d’abord le mot « métairie », puis en grosses lettres, comme pour le cacher, il écrit par-dessus le mot « borderie ». Soit il rectifiait une erreur d’inattention, soit après coup il mettait en cohérence la désignation avec le montant estimé de ses revenus annuels, 90 livres, qui était bien celui d’une borderie. La valeur servait à calculer l’impôt royal du vingtième. Les preneurs sont Jacques Piveteau et Louis Chataigner son gendre, laboureurs, demeurant à la Baritaudière, qui remplacent le fermier sortant, un nommé Cauneau. Les clauses du bail reprennent celles qu’on trouve habituellement sous la plume des notaires de Saint-Fulgent. Néanmoins, on constate un petit arrangement de voisinage. Les preneurs au bail garderont sur les prés et dans le toit de la borderie une vache appartenant au bailleur, seulement la journée. Elle passera la nuit dans le toit du bailleur. De plus les preneurs fourniront la litière pour la vache les cochons et les chevaux du bailleur. Ils pourront profiter du fumier en retour, sauf celui des chevaux. Dans le même temps on lit que les cens et devoirs en argent seront payés par moitié entre eux, contrairement à l’usage qui les mettait en totalité à la charge des fermiers. L’habituelle clause des corvées dues au bailleur contient une précision peu fréquente : le fermier fournira une femme à toutes les lessives que le bailleur fera.

Louis Corbier décéda au Coudray à l’âge de 57 ans, le 13 novembre 1761 (vue 195/275). Il avait fait son testament en faveur de sa femme dix jours auparavant, le 3 novembre 1761, sentant sans doute sa mort venir (40). Charlotte de Puyrousset est morte sans postérité, avant le 7 mai 1784. On la voit en 1763 faire une demande en exonération du paiement de l’impôt royal de la taille, au motif qu’après la mort de son mari, elle aurait repris sa condition de noble qu’elle avait perdue en épousant un bourgeois, ce qui l’exonérait en conséquence du paiement de cet impôt. Nous avons raconté l’histoire dans notre article publié sur ce site en septembre 2013 : Les assemblées d'habitants à Saint-André-Goule-d’Oie au 18e siècle.

René Loizeau (1767-1788)



Village du Coudray
En 1762 Charlotte de Puyrousset loua le domaine du Coudray à son voisin René Loiseau, marchand, qui acheta cinq ans plus tard « le fief et seigneurie du Coudray », du moins ce qu’il en restait (41). Le 8 septembre 1765, celui-ci afferme la « métairie » du Coudray pour 6 ans (1766-1772). Les fermiers sortants ne sont pas indiqués et les nouveaux sont Françoise Loizeau, veuve de Jean Testaud, André, Jean et Françoise Testaud, frères et sœurs et ses enfants, demeurant tous à la Bergeonnière. La ferme est aussi à partage à moitié des récoltes, et les clauses sont les mêmes que 15 ans plus tôt au temps de Louis Corbier, sans particularités qui permettraient de conclure que nous avons à faire à la même exploitation. Cette fois-ci le revenu annuel de la ferme est estimé à 140 livres par an (42). Le partage des fruits, dépendant des aléas de l’exploitation, autorise une approximation, impossible avec les fermes à prix d’argent. C’est pourquoi, on ne dispose pas d’assez d’éléments pour affirmer qu’il s’agit de la même exploitation que la précédente affermée en 1750. Cela est néanmoins probable.

En 1777 René Loizeau fit une reconnaissance de la rente de 220 livres créée en 1741, et venue à la charge de Me Pierre Henri Billaud, sieur de Gallerand, héritier en partie de Louis Corbier et de Louise Billaud. C’était un frère de Louise Billaud. René Loizeau avait repris cette rente avec la propriété des domaines sur lesquels elle était due, comprennent la maison et métairie du Coudray Loriau, une borderie au Pin, une autre aux Gâts et une autre à Villeneuve, une vigne à la Maigrière et des domaines à la Boninière. À ces domaines s’ajoutaient 3 rentes : 13 livres et 1 sol en argent, plus 3 livres de beurre, 6 livres et 2 chapons, et plus 6,33 boisseaux de seigle. Ces rentes représentaient un revenu annuel d’environ 26 livres. René Loizeau devait la rente de 220 livres à Suzanne Marie Aimée et Anne Brethé, filles majeures et héritières de Jean Victor Brethé, chevalier seigneur de Laubretière, et de Suzanne Aimée Girard. Elles habitaient à la Guignardière de Sainte-Florence-de-l’Oie. C’est Suzanne Girard qui avait versé l’argent en 1741 (43).

La fille de René Loizeau (1711-1788), Jeanne (1751-1830)), se mariera en 1790 avec François Cougnon (1766-1848), capitaine de paroisse durant la guerre de Vendée. Incendié par une colonne infernale pendant la guerre de Vendée, le logis du Coudray fut restauré ensuite (44). Nous avons publié sur ce site en septembre 2014 un article décrivant le logis du Coudray en 1762 : L'ancien logis du Coudray au 18e siècle à Saint-André-Goule d’Oie. Le mois d’après un autre article décrit son intérieur (mobilier, chauffage, éclairage, hygiène, habits, linges, équipements) : Le standing au 18e siècle d'un bourgeois de Saint-André-Goule d’Oie. Enfin en mars 2013, s’agissant de Louis Corbier : La bibliothèque d’un bourgeois de Saint-André-Goule-d’Oie en 1762.

Pour terminer l’histoire du fief du Coudray, indiquons que le fils de François Cougnon, prénommé aussi François (1792-1858), qui fut maire de Saint-André-Goule-d’Oie de 1826 à 1829, mourut sans enfant. Sa propriété fut reprise par un cousin, Chaigneau, puis un gendre de ce dernier, Grolleau, dont les propriétaires actuels sont les descendants.


(1) Aveu en 1343 de Jean de Thouars à Montaigu (roi de France) pour des domaines à Saint-André, no 389, Archives d’Amblard de Guerry : classeur d’aveux copiés aux Archives Nationales.
(2) Note no 5 sur le Coudray à Saint-André-Goule-d'Oie, Archives d'Amblard de Guerry : S-A 2. 
(3) Archives de Vendée, G. de Raignac, Généalogies vendéennes des familles, de Sainte Flaive : 8 J 49, page 11.
(4) Note no 1 sur le Coudray à Saint-André-Goule-d’Oie, Archives d’Amblard de Guerry : S-A 2.
(5) Idem (2).
(6) A. Gouget, Armorial du Poitou, Niort (1866), page 162 : Montournais (élection de Fontenay) : Charles Audayer, seigneur de la Maison-Neuve, porte de gueule à la croix ancrée d’or.
(7) Archives de Vendée, travaux de G. de Raignac : 8 J 101, aveu de Languiller et autres fiefs aux Essarts le 2 juillet 1605, page 72 et s.
(8) Idem (2).
(9) Déclaration roturière du 3-4-1618 d’André et René Chatry à Languiller pour des domaines à la Forêt Loriau, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/G 64.
(10) Voir le site internet : Loipri.over-blog.com
(11) E. de Lauzon, Généalogie de la maison de Gazeau, Luçon (1911), page 16 et s.
(12) Archives de Vendée, G. de Raigniac, Quelques familles anciennes du Bas-Poitou depuis longtemps éteintes, 1ere série (1976) : 8 J 1, les Royrand, page 122 et s.
(13) Louis Pierre d'Hozier, Armorial général de la France, 1741, registre second, première partie, page 463.
(14) Idem (12).
(15) Inventaire après-décès de 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, pages 71 et 72
(16) Idem (12).
(17) Note no 7 sur le Coudray à Saint-André-Goule-d’Oie, Archives d’Amblard de Guerry : S-A 2.
(18) Inventaire après-décès de Louis Corbier de Beauvais du 8 au 13 février 1762, notaire de St Fulgent, Frappier 1761-1764 : 3 E 30/3.
(19) Note no 6 sur le Coudray à Saint-André-Goule-d'Oie, Archives d'Amblard de Guerry : S-A 2. 
(20) Note no 20 sur la Bergeonnière à Saint-André-Goule-d’Oie, Archives d’Amblard de Guerry : S-A 1.
(21) Idem (18).
(22) Colbert de Croissy et Barentin, État du Poitou sous Louis XIV, page 469. 
(23) Cet acte de baptême est indiqué dans deux registres de la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie : baptêmes avril 1603 – août 1675 (vue 245/247) et baptêmes, mariages, sépulture 1676-1677 (vue 4/027). Ils portent le même nom, la même date, écrite de deux manières différentes, avec les mêmes parrains et marraine.
(25) Idem (18).
(26) Inventaire après-décès de 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, page 137.
(27) ibid. page 136.
(28) ibid. page 137.
(29) ibid. page 70.
(30) ibid. page 33.
(31) ibid. page 25, 28 et 130.
(32) Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, copie du
testament de Louis Moreau, sieur de Villeneuve du 7 mai 1676.
(33) 22 J 29, partage de la succession de Jacques Moreau entre ses enfants le 1-10-1667.
(34) 22 J 29, sentence d’ordre du 9-9-1727 des syndics des créanciers de Moreau et Menard.
(35) Archives départementales de Vendée, J. Maillaud, Notes généalogiques (T. 10).
(36) Reconnaissance du 28-6-1777 d’une rente de 220 livres due par René Loizeau aux Delles Brethé. Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Bellet : 3 E 30/121.
(37) Archives départementales de Vendée, études notariales de Foussais-Payre, étude de François Fonteny en la châtellenie du prieuré de Foussais (1737-1738) : 3 E 61/3.
(38) Idem (36).
(39) Ferme du 25-10-1750 d’une borderie au Coudray par Corbier, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/113.
(40) Idem (18).
(41) Revue du Souvenir Vendéen, Jérôme Biteau : Deux capitaines de paroisse : les frères Cougnon de St André Goule d’Oie, No 239 de juin 2007.
(42) Ferme du 8-9-1765 de la métairie du Coudray par Loizeau, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/118.
(43) Idem (36).
(44) G. de Raignac, De chateaux en Logis, itinéraires des familles de la Vendée, Bonnefonds (1991).


Emmanuel François
Août 2011, complété en juin 2020

POUR REVENIR AU SOMMAIRE



vendredi 1 juillet 2011

Félicité Guyet et le milliard des émigrés

Musée de l’abbaye Sainte-Croix à Poitiers
Les biens situés dans le département de la Vienne dont avaient hérités Félicité du Vigier de ses parents, étant l’unique héritière, furent confisqués et vendus comme biens nationaux à cause de l’émigration de son mari, Charles Auguste de Lespinay. On ne sait pas s’ils l’ont tous étés, et on a pu noter que sa fortune ne se réduisait pas qu’à ses biens immobiliers confisqués. Orpheline à l’âge d’un an, elle fut placée ensuite à une date inconnue au couvent Sainte-Croix de Poitiers, pour en sortir à l’âge de 16 ans afin de se marier et aller vivre à Linières dans la commune de Chauché en Vendée. C’est un grand-oncle maternel, Charles Hilaire Luc Coulard (1726-1806), chevalier seigneur de Puyrenard et Galmoisin, demeurant en son château de Galmoisin paroisse de Saint-Maurice-la-Clouère (Vienne), qui fut son tuteur et géra ses biens. Ceux-ci produisaient près de 2 000 livres de revenus annuels, loin du coût de la pension du couvent pour jeunes filles de la bonne société, où elle reçut l’éducation de son époque. Avec ces revenus le tuteur fit des placements en rentes notamment (1).

Les possessions confisquées de Mme de Lespinay


L’inventaire de ses biens propres confisqués dans la Vienne a été fait avec précision lors de deux actions  de Mme de Lespinay. La première, dès 1797, en annulation des ventes, et sans succès. La deuxième en 1825, en demande d’indemnisation des confiscations des biens des émigrés, où elle contesta la rente obtenue, insuffisante à ses yeux, et dont elle réclama une augmentation, là aussi sans succès. Quels étaient ces biens ?

Dans le district de Poitiers Mme de Lespinay, devenue Mme Duvigier, possédait 4 domaines affermés en 3 baux :
1° la métairie des Renardières (Roches-Premarie-Andillé). Dans un bail du 12 juillet 1786, la ferme annuelle est de 300 livres en argent, complétée par un bail à cheptel d’une valeur de 900 livres, plus 40 têtes de brebis.
2° la métairie des Bouchetières (Gizay). Le bail du 28 mai 1782 comprenait aussi une tuilerie en plus de la métairie, le tout pour une ferme annuelle de 320 livres, à la charge en outre par le preneur de faire pour le bailleur 4 charrois par an.
3° la métairie de Régnier, (Dienné, canton de Villedieu). Dans un bail du 7 juin 1784, la ferme annuelle est de 550 livres en argent, comprenant en même temps les seigneuries de Cognac et Tiron (Notre-Dame-de-Morthemer, district de Poitiers), avec les cens, rentes, terrages, droits de lods et ventes et émoluments de fief. Les droits de seigneurie ne furent pas revendus, car supprimés.
Dans le district de Châtellerault on trouve la métairie de la Clielle (Scorbé-Clairvaux). Le bail du 2-12-1781 est consenti moyennant le prix annuel de 300 livres en argent.
Enfin dans le district de Montmorillon on a la métairie de la Moinerie (Pouzioux). Le bail consenti le 19 mars 1774 est à la charge d’un prix annuel de 430 livres et d’un « gâteau beurré de la fleur d’un boisseau de froment ». Etait en plus compris dans la ferme, la seigneurie du Teinturier (Chapelle-Viviers, commune voisine de Pouzioux) (2).

Les ventes dans la Vienne de Mme de Lespinay comme bien national


Archives de la Vienne : 1 Q 503
Tous ces domaines ont été nationalement vendus sous le nom de Lépinay ou Lépinoux. Les archives ont conservé seulement la première publication de l’affiche annonçant la vente de la métairie de Régnier, mise en première adjudication au décadi 20 prairial an IIe (8-6-1794), comme « Biens provenant de l’émigré LEPINAY », lit-on sur l’affiche. On remarque aussi que « Le prix de vente sera acquitté en 10 termes égaux, le premier dans le mois qui suivra l’adjudication et avant d’entrer en possession, et les 9 autres d’année en année avec les intérêts à 5 % décroissant à mesure du remboursement » (3).

Les premières ventes ont dû avoir lieu dès la fin de 1792, car des acquéreurs, Dorvault et Servauze, ont dû se défendre en janvier et avril 1793, suite à la réaction de Mme Duvigier. On connait aussi l’existence d’une délibération du district de Poitiers du 13 décembre 1792 sur le sujet (4). Son domaine de Linières où elle vivait avait déjà fait l’objet d’un séquestre en juin 1792 (5). Pour sauver ses biens propres, pourtant bien définis dans son contrat de mariage, elle fit acte de renonciation à la communauté des biens d’avec son mari dans les derniers mois de 1792 devant l’administration du district de Montaigu, recommencé devant le directoire du département de la Vendée le 22 prairial an 3 (10-6-1795) (6). Bref elle était bien placée à Linières pour savoir qu’il fallait réagir vite contre la confiscation de ses biens dans la Vienne.

Décrivant sa situation d’alors, plus tard en 1827, elle écrivit : « Devenue étrangère depuis l’âge de 16 ans au département de la Vienne, que j’ai quitté en me mariant, je n’ai jamais connu mes propriétés. Echappée par miracle à tous les genres de mort qui ont été enfantés par la guerre de la Vendée, j’appris que mes biens avaient été vendus nationalement sous un nom qui n’était ni le mien ni même celui de mon mari, que les acquéreurs étaient pour la plupart les fermiers qui en jouissaient depuis de longues années en vertu de baux faits par le tuteur de ma mère ou par le mien » (7). Quand on perd sa trace en 1793 et 1794, on ne la retrouve que pour les récits de ses deux échappées miraculeuses de la mort, d’abord lors des massacres du Mans en décembre 1793, alors qu’elle faisait partie de la Virée de galerne, puis à Nantes lors des noyades en Loire au début de 1794. Elle a quitté cette ville en mars 1794, et on ne la retrouve ensuite qu’en février 1795 à Blois, puis à Nantes à partir de mai de la même année, après un séjour à Saint-André-Goule-d’Oie (8).

Réclamations pour annuler les ventes dans la Vienne


C’est en 1795 qu’apparaissent ses premières démarches pour faire annuler les ventes de ses biens dans la Vienne : réclamations le 8 aout 1795 au district de Châtellerault et le 23 novembre 1795 au département de la Vienne. Elle n’a pas hésité à saisir les représentants du peuple à une date non précisée (9), et aussi le gouvernement du Directoire. Le 17 mai 1797 le ministre des finances, Ramel, écrit une lettre aux administrateurs du département de la Vienne pour leur demander des renseignements complémentaires sur la réclamation de Mme Duvigier, concernant la vente de ses biens vendus dans les districts de Poitiers, Montmorillon et Châtellerault. Le ministre demande de maintenir provisoirement les acquéreurs en jouissance des objets qui leur ont été vendus jusqu’à décision définitive, conformément à la disposition de la loi du 29 vendémiaire an 4e (10). Se présentant comme épouse non commune en biens de Charles Auguste de Lespinay, Mme Duvigier complète son dossier auprès de l’administration du département de la Vienne en déposant le 19 juin 1797, un récapitulatif de ses démarches (11). Le 26 juillet 1797 le ministre des finances donne des ordres à l’administration du département pour qu’une décision soit prise. Il ne l’a prend pas lui-même, et l’affaire resta sans décision (12). L’arrivée au pouvoir de Napoléon, ne permit pas de compter sur une intervention politique apparemment. Alors on se résolu à saisir un tribunal (12). Contestant que les bois futaies et les taillis puissent être revendus par les acquéreurs de ses métairies, Mme Duvigier constitua un dossier dans lequel a été conservé un pouvoir signé d’elle à son mari à Linières le 8 janvier 1808 (13).

L’affaire Boncenne


Grande salle du palais de justice de Poitiers
Dans la plupart des pièces que nous venons d’indiquer, apparait Me Robert Boncenne, avocat de Mme Duvigier, en 1797 et 1800 (jusqu’en juin). Celle-ci va lui faire un procès. Boncenne était avoué près le tribunal de 1e instance de Poitiers et dénonça des malversations de certains magistrats, dont un nommé Bera. Il était royaliste et Bera était un ancien révolutionnaire. Boncenne fut destitué par l’autorité judicaire le 22 octobre 1810, apparemment pour royalisme. Ses adversaires voulurent d’abord le ruiner, notamment en manœuvrant ses clients contre lui. C’est ce qui arriva dans une affaire entre lui et M. et Mme Guyet en 1811/1812, car Mme Duvigier était devenue Mme Guyet.

Boncenne était gérant et administrateur, à la suite de son père, des propriétés de Mme Duvigier situées dans la Vienne. Influencé par ses adversaires, M. et Mme Guyet intentèrent des procès contre lui en première instance vers 1809/1810, le faisant condamner à 300 000 F de paiement en dommages et intérêts. Les Guyet l’accusaient d’avoir aliéné sans pouvoir des pièces de terre appartenant à Mme Guyet, et d’avoir gardé pour lui des rentes dues à cette dernière. Boncenne fit appel et la cour accepta en janvier 1812 l’examen de sa demande, ordonnant en avril 1812 aux parties de fournir des pièces à l’appui de leurs positions respectives.

Joseph Guyet chercha alors un accommodement avec Boncenne pour mettre fin au procès. Il travaillait à Paris au Trésor impérial dans les bureaux de son agent judicaire, M. François Allain (14). Ce dernier invita Boncenne trois fois de suite par lettres en mai 1812, à venir le rencontrer dans son bureau, lui proposant un accord amiable avec M. et Mme Guyet (15). Et les parties signèrent une transaction en date du 27 mai 1812. Les Guyet se désistèrent de toutes leurs demandes contre Boncenne et le firent quitte de sa gestion, s’obligeant à cesser toutes les poursuites en cours. Dans cette affaire M. Guyet a perdu 15 à 16 000 F, « fruits des conseils perfides » qu’il avait écoutés, écrivit Boncenne.

Pour l’action judicaire elle-même en annulation des ventes nous n’avons pas de documents, mais à voir le dossier suivant de demande d’indemnité, on comprend que les Guyet échouèrent dans leur action. On a vu que l’administration manœuvra pour éviter la remise en cause des ventes nationales. L’enjeu était politique autant que financier, prévalant parfois sur les règles de droit. Les acquéreurs de ces biens étaient devenus de fervents partisans de la Révolution ou bien avaient acheté parce que fortunés et partisans de la Révolution. Ils avaient acquis légalement leurs biens auprès des administrations et même le roi Louis XVIII à son retour dû promettre qu’ils conserveraient leurs acquisitions. A moins que l’Etat, qui avait empoché le produit des ventes, ne rembourse les anciens propriétaires. La Révolution a commencé et finit dans la faillite des finances publiques, malgré tous les expédients utilisés, dont la vente des biens nationaux. Quand, pour faire court, on dit que Napoléon ramena la stabilité monétaire et rétablit les finances de l’Etat, il ne faut pas oublier que les épargnants ont payé l’essentiel de la facture. L’heure était donc aux restrictions financières, d’autant qu’il fallait financer les guerres, et pas seulement sur le dos des vaincus. Bref, l’Etat n’avait pas de sous, et les émigrés attendraient.

L’indemnisation pour les biens confisqués de Charles Auguste de Lespinay (Linières en Vendée)


Château de Linières construit en 1872/1873
La vente des biens nationaux a beaucoup contribué à la pérennisation de l’œuvre de la Révolution française, mais aussi à l’enracinement des divisions qu’elle a suscitées dans la société politique française. Sans même évoquer les biens du clergé, les points de vue opposés sur l’émigration, la confiscation des biens des émigrés et leur vente en tant que biens nationaux, s’enracinant dans la guerre civile en Vendée, ont relevé de choix politiques irréconciliables. Et on peut remarquer que les nouveaux propriétaires sont devenus par la suite de bons défenseurs de la Révolution, évidemment. Quant aux anciens propriétaires, leur ressentiment a pu durer longtemps, on ne peut pas s’en étonner. Or Linières a été déclaré bien national suite à l’émigration de Charles Augustin de Lespinay. Et Mme Duvigier a racheté en août 1796 le domaine, avec l’aide de son futur 2e mari, Joseph Guyet.

En mai 1829, Félicité Guyet a été reçue au château du Pally à Chantonnay, chez le marquis Alexis de Lespinay, pour s’y voir remettre sa part dans le partage de la succession de Charles Augustin de Lespinay après le décès de la fille, Henriette, qu’elle avait eue avec ce dernier. Celle-ci étant morte en 1811, sa mère était héritière de ses droits (16).

Mme Duvigier reçut aussi au même titre une rente pour indemnité versée par l’Etat en compensation des ventes en bien national des propriétés de son ex-mari Charles de Lespinay. La loi du 27 avril 1825, appelée par ses adversaires le « milliard des émigrés » prévoyait des indemnisations aux nobles spoliés, et avait permis d’indemniser en Vendée 321 propriétaires, sous forme de rente (17). A cet égard, remarquons que les finances publiques n’ont pas déboursé un milliard de francs, mais des rentes sur ce capital. Gardons-nous de la présentation polémique des chiffres à cette époque. Mais cette polémique mérite une explication : l’indemnisation mettait directement en cause l’action révolutionnaire dans la défense de la patrie (les émigrés ayant aidé les ennemis de la France). Il fallait oublier et on rouvrit la plaie. De plus l’indemnisation, réservée aux nobles émigrés, ne concernait pas les destructions de patrimoines des paysans. Alors que les pensions données aux veuves et aux combattants de la guerre de Vendée, par leurs montants et leurs modalités d’attribution ont parfois déçu.

Avec le nouveau régime de la monarchie de Juillet installé en 1830, ce versement à Félicité Guyet fut contesté par le ministère des Finances, au motif qu’elle avait déjà racheté Linière en 1796. La question juridique était la suivante : « alors que la femme de l'émigré se présente en qualité d'héritière de sa fille, cette circonstance peut-elle empêcher de liquider au prix de rachat, pour les cas de rentrée en possession par voie d'interposition de personnes ? » Le conseil d’Etat interrogé répondit par la négative (18), confirmant sa jurisprudence à cette occasion, et maintenant la pension versée.


L’indemnisation pour les biens propres confisqués de Mme Duvigier (Vienne)


Il semble que Mme Duvigier hérita après partage avec la République, en 1809, de biens provenant d’on ne sait qui, et dont un cohéritier avait émigré, d’où la présence de la République dans ses droits. Nous n’en savons pas plus. La loi du 28 mars 1793, considérant les émigrés comme morts civils, avait prévu que la République les représenterait pendant 50 ans dans les successions à venir entre l’Etat et les héritiers.

Préfecture de la Vienne à Poitiers
S’agissant de ses biens propres, Mme Duvigier fit une demande en indemnité en date du 10 septembre 1825, formée en vertu de la loi du 27 avril 1825 et de l’ordonnance du 1e mai 1825. La demande concernait ses biens propres « vendus nationalement quoiqu’elle n’eut point émigré, sous les noms de Lépinay ou de Lépinoux, sous lesquels on a désigné son premier mari qui était effectivement émigré, lesquelles ventes ont été faites et maintenues malgré toutes les réclamations par elle faites ». On n’a pas le texte de cette demande, ni la lettre de la réclamation en date du 20 octobre 1825 qu’elle envoya ensuite.

Le directeur des Domaines de la Vienne établit le 15 septembre 1825 un bordereau faisant ressortir que la valeur en capital des biens vendus nationalement de Mme Duvigier se montait en 1790 à la somme de 51 216,60 F. C’est sur cette valeur que serait calculée la rente allouée à titre d’indemnisation. Dans sa réponse du 20 octobre 1825 indiquée ci-dessus, la demanderesse « ne fait aucune observation sur la rédaction et les calculs du bordereau, et elle se borne à faire des observations générales sur la lésion qu’elle prétend éprouver, et à se réserver tous ses droits contre ceux qui se seraient emparés de quelques parties de ses biens non compris dans les actes de ventes nationales ». C’est ce qu’on lit dans l’avis du conseil de préfecture du 30 mars 1826. Celui-ci conclut à l’acceptation de l’inscription de Mme Duvigier au bénéfice de la rente 3 % sur le capital de 51 216,60 F. Le préfet avalisa l’avis (19).

Ce qui surprend dans l’avis est l’absence de référence à la lettre du 16 février 1826 de Mme Guyet au conseil de préfecture et au préfet de la Vienne. On y voit un signe de surdité volontaire. Sans doute voulut-on ignorer ses observations détaillées sur le bordereau du directeur des domaines et la somme calculée de 51 216,60 f en valeur de capital.  D’abord elle y demande que lui soit accordé un intérêt particulier à cause du sacrifice qui lui est imposé au nom de la raison d’Etat, s’il faut justifier que « les acquéreurs doivent être maintenus dans la propriété des objets vendus contre toute règle », et que « le propriétaire, étant appelé à recevoir une indemnité toujours incomplète ». Cette réflexion personnelle représente bien l’opinion de beaucoup de demandeurs comme elle. Mais la sincérité du propos a des limites quand on se rappelle que Linières a été racheté à un prix scandaleusement faible en 1796, et que son mari fut un grand acquéreur de biens nationaux après son père et avec ses frères, s’enrichissant ainsi facilement sur le dos des finances publiques.

En pratique Mme Duvigier, et avec elle son mari, conteste la méthode de l’administration qui a additionné les fermes inscrites dans les baux des biens loués pour en connaitre les revenus. On multipliait ces revenus à la date de 1790 par 18 pour estimer la valeur en capital des biens. Cette méthode ne prend pas en compte plusieurs éléments dans son cas, avance-t-elle (20) :

-          Les biens avaient été régis depuis plus de 80 ans par des tuteurs successifs, négligents dans leur gestion. Elle venait de naître quand sa mère est morte à l’âge de 18 ans, un an après son mariage, et son père est mort à l’âge de 45 ans l’année d’après.

-         Les redevances payées par les fermiers pour le compte des propriétaires devaient s’ajouter aux revenus de ces derniers. C’était le cas des cens, rentes dîmes, même supprimés.

-            Les bois futaie et taillis n’étaient pas compris dans les fermages, et il fallait ajouter leurs revenus aux fermes pour calculer ce qui revenait aux propriétaires. D’ailleurs ces bois ont été depuis revendus par les acquéreurs à des prix fort élevés et qui ont dépassé le montant de l’adjudication, ainsi que cela est de notoriété publique.

Pour la métairie des Bouchardières on n’a pas pris en compte la valeur du cheptel (900 livres) et des 40 brebis appartenant au propriétaire bailleur, lesquels ont été vendus par les Domaines. Or le bordereau d’estimation n’en fait pas état.

Après la décision du préfet du 30 mars 1826, Mme Duvigier fit recours au ministre des Finance dans une lettre du 5 mai suivant pour améliorer la pension décidée. Elle accuse le conseil de préfecture d’avoir ignoré ses observations exprimées le 16 février 1826 et d’y avoir répondu par le silence (21).

Plus d’un an passa et dans une lettre au préfet de la Vienne du 26 décembre 1827, on apprend qu’une une commission de liquidation, « qui avait sous les yeux ses observations, a cru juste de faire en faveur » de Mme Duvigier la réserve de ses droits au fonds commun. Deux jours après, le 28 décembre, elle forma une réclamation officielle pour cause de lésion auprès de la préfecture de la Vienne (22). Le conseil de préfecture et le préfet de la Vienne durent réexaminer la réclamation de Mme Duvigier et rendirent un nouvel avis le 12 janvier 1828. Il refusa ses demandes, sauf éventuellement une petite somme de 2 322 F à ajouter au capital. Les arguments de la commission en réponse à ses observations paraissent spécieux, voire de mauvaise foi, s’agissant des redevances payées par les fermiers et de la valeur des bois futaies et taillis. Mais admettant de décompter les revenus et l’indemnité par métairies, la commission calcule que pour la métairie des Bouchardières il y a une lésion de 2 322 F. de la valeur du capital, qu’elle est prête à ajouter au montant du capital déjà fixé (23). En définitive cette loi d’indemnisation des émigrés de 1825 ralluma des ressentiments qu’il aurait fallu oublier. Et faute de moyens financiers on biaisa en pratique dans le cas de Mme Guyet pour minorer les montants accordés. En revanche des historiens ont fait remarquer que l’épisode contribua à ancrer dans les esprits qu’on ne reviendrait pas en arrière sur ces ventes de biens nationaux. On ne peut pas s’empêcher de rapprocher les 53 000 F de valeur en capital, année 1790, des 5 métairies de Mme Guyet dans la Vienne, avec les 22 000 livres payées par l’acquéreur des deux petites métairies en 1789 à Saint-André de la Boutinière et de la Chevaleraye.

Source : Société Eduenne d’Autun
La commission nationale chargée de répartir le « milliard des émigrés » a été dissoute à la fin d’année 1832 par le nouveau régime de la Monarchie de Juillet issu de la Révolution de 1830, qui y avait aussi nommé des fidèles à lui. Félicité Guyet avait encore des demandes en cours auprès de cette commission en cette année 1832, concernant ses propres biens dans la Vienne.

Elle a demandé à son fils Marcellin Guyet-Desfontaines, alors notaire, de s’en occuper. Celui-ci a sollicité, par l’intermédiaire du directeur du journal le Courrier Français, Théophile Chatelain, une entrevue à un membre de cette commission, M. Billy. C’est qu’un des journalistes du Courrier Français, un quotidien favorables aux idées libérales, s’appelait Isidore Guyet, cousin de Marcellin, mais aussi oncle de son épouse, Emma (24). T. Chatelain précise dans sa lettre du 18 octobre 1832 à M. Billy (25) : « Je vous prie d’accueillir avec bienveillance M. Guyet notaire et neveu de mon collaborateur habituel. Il a des intérêts à débattre devant la commission d’indemnités dont vous êtes membre. Je lui laisse le soin de vous expliquer lui-même son affaire et je me borne à vous recommander de ne pas le regarder comme un émigré. Quoique compris dans la classe des indemnitaires, il n’en est pas moins plébéien par la naissance et ses origines. Mille compliments d’amitié. »

Il semble que la démarche ne fut pas couronnée de succès. Le dossier de Mme Guyet a été renvoyé en 1833 par le ministère des Finances, auprès de qui travaillait la commission d’indemnités, à la préfecture de la Vienne, pour classement (26). On remarquera que l’objet de la lettre est de préciser le bon parti du demandeur, celui des « plébéiens », autrement dit du peuple. C’est que la commission n’avait que des nobles anciens émigrés comme clients, la « classe des indemnitaires », est-il écrit pudiquement pour désigner, entre partisans de la Révolution, des adversaires politiques favorisés par le régime précédent.


(1) Mémoire du 18-10-1814 de Boncenne au roi, page 7, Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 32-3 (copie du mémoire à la Médiathèque de Nantes).
(2) Titres de propriété de Mme Duvigier produits le 29-5-1797, et inventaire du 30-1-1808 des pièces du dossier de Mme Duvigier, Archives de la Vienne, Dossier Mme Duvigier/Lepinay : 1 Q 174 no 149.
(3) Archives de la Vienne, affiches de vente de domaines de 2e origine dans le district de Poitiers 1792-an IV : 1 Q 503, première adjudication du 8-6-1794 des biens de Quintard et Lépinay
(4) Inventaire du 19-6-1797 des pétitions, délibérations et défenses dans le dossier de Mme Duvigier : 1 Q 174 no 149.
(5) Archives de Vendée, étude (A) notaire Allard des Herbiers : 3 E 019, acte de notoriété du 12 germinal an 11 demandé par B. Martineau, (vue 202/492).
(6) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 20, famille Guyet, réitération de la renonciation à la communauté des biens du 5 pluviôse 9 par Félicité Duvigier, signée à Linières.
(7) Lettre du 26-12-1827 de Mme Duvigier au préfet de la Vienne : 1 Q 174 no 149.
(8) Inventaire des certificats de résidence de Mme Duvigier entre décembre 1792 et juillet 1795 : 1 Q 174 no 149.
(9) ibidem (4).
(10) Lettre du 17-5-1797 du ministre des finances au département de la Vienne : 1 Q 174 no 149.
(11) Ibidem (4)
(12) Requête du 21-5-1800 de l’avocat Boncenne au préfet de la Vienne : 1 Q 174 no 149.
(13) Pouvoir du 8-1-1808 de Mme Duvigier pour son mari : 1 Q 174 no 149.
(14) Né le 25 juin 1760 à Mouzon (Ardennes) il fut agent judiciaire du trésor impérial, et nommé chevalier de l’Empire par lettres patentes du 10-6-1811.
(15) Ibidem (1).

(16) Information donnée par Charles de Lespinay le 7-1-2009.

(17) E. Gabory, Les Bourbons et la Vendée (1923.
(18) Recueil des arrêts du Conseil d'État, Delhomme (Paris) 1835/0, série 2, tome 5 (Gallica : arrêt Ministre des finances c/ veuve Guyet du 12 juin 1835 vue 434/818).
(19) Avis du 30-3-1826 du conseil de préfecture de la Vienne : 1 Q 228 no 234.
(20) Lettre du 16-2-1826 de Mme Guyet au préfet de la Vienne : 1 Q 228 no 234.
(21) Lettre du 5 mai 1826 de Mme Duvigier au ministre des finances : 1 Q 228 no 234.
(22) Ibidem (7).
(23) Avis du 12-1-1828 du conseil de préfecture de la Vienne : 1 Q 228 no 234.
(24) Il avait épousé une sœur de la mère d’Emma Guyet-Desfontaines et d’Amaury-Duval.
(25) Lettre du 18 octobre 1832 de Marcellin Guyet-Desfontaines à M. Billy,  Fonds Amaury-Duval de la Société Eduenne d’Autun : K8 33.
(26) Archives départementales de la Vienne : 1 Q 228, dossier 234. 


Emmanuel François, tous droits réservés
Juillet 2011, complété en octobre 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE


Louis XVIII s’intéresse à la Morelière

Quand la vicomtesse de Linières rachète en août 1796 au département de la Vendée le domaine de Linières, qui avait été classé bien national suite à l’émigration de son mari, la métairie de la Morelière, qui en faisait partie, était indiquée comme s’étendant sur les deux communes de Chauché et de Saint-André-Goule-d’Oie, sans plus de précision.

La Morelière
Avec la création des contributions foncières et mobilières par la Révolution, les communes ont un rôle actif dans l’établissement des impôts. C’est alors que les deux communes de Saint-André et de Chauché, appuyées par leurs contrôleurs des contributions respectifs, revendiquent dans leur territoire une même partie des terres de la Morelière. Qui plus est, pour Chauché, la limite de la commune passe entre les bâtiments d’exploitation de la métairie et ceux d’habitation, alors que pour Saint-André, la limite englobe tous les bâtiments ainsi qu’une partie de terres revendiquées aussi par la commune de Chauché.

Nous savons que les communes, crées en décembre 1789, avaient repris les limites des paroisses existant sous l’Ancien régime, définies dès le Moyen-Âge. Ces limites étaient fixées dans les usages le plus souvent et le cadastre n’existait pas encore. Pour désigner les limites d’un bien dans un acte de propriété, on indiquait le nom des voisins ou des repères naturels comme des ruisseaux ou des chemins. Cette approximation a été à l’origine du flou constaté au début du XIXe siècle dans la limite entre les deux communes à la Morelière. Cette situation était insupportable pour le propriétaire, qui recevait des contributions à payer pour les mêmes terres, de la part des deux communes.

C’est ce que nous découvrons dans un dossier de la préfecture de Vendée conservé aux Archives départementales de la Vendée (1 M 290). En 1817, le propriétaire du domaine de Linières, Joseph Guyet, le deuxième mari de la vicomtesse de Linières, à qui elle avait revendu le domaine en 1799, écrit au préfet en ces termes :

« J’ai réclamé depuis bien des années contre la fixation des limites des deux communes de Chauché et de Saint-André-Goule-d’Oie, arrondissement de Bourbon-Vendée.
Deux contrôleurs des contributions, M. Joubert et M. de Boureuil, sont descendus successivement sur les lieux, et tous deux ont, à différentes époques, constaté la justesse de ma réclamation. Je devais croire que rien ne pouvait faire différer d’y faire droit. Ce n’est pas sans étonnement que j’ai été dans le cas d’apprendre que les choses étaient dans le même état, quoique j’eusse rappelé plusieurs fois ma demande à MM. Les directeurs des contributions.
La commune de Chauché et celle de Saint-André-Goule-d’Oie arrêtent leurs limites sur mon domaine de Linières. L’une les porte jusqu’au chemin qui partage les bâtiments d’habitation de ma métairie de la Morlière, de ceux d’exploitation.
La seconde, celle de Saint-André, de son côté, dépasse ce chemin et va prendre outre les bâtiments d’exploitation de la Morlière, une étendue assez considérable de terrain qui dépend du même objet. Elle fait marquer sur ce point sa limite par un prétendu cours d’eau qui n’a d’existence que pendant l’hiver et qui se forme dans une pièce de terre que l’on surnomme les profondeurs de la Morlière.
Il résulte de cette manière d’opérer que je suis compris dans les deux communes à la fois pour le même terrain, sur les rôles des contributions foncières et que le métayer de la Morlière se trouve éprouver une surcharge dont je suis tenu de le libérer.
M. de Boureuil est le dernier contrôleur qui ait fait un rapport sur cet objet. Il doit se trouver dans celui auquel donna lieu ma demande en estimation comparative de mes propriétés avec celles de M. Herbreteau maire de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie. C’est à l’époque de cette opération que M. le contrôleur eut à examiner les lieux pour la fixation des communes.
J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien faire rechercher les pièces relatives à cette affaire et de donner les ordres nécessaires pour que la rectification des limites que je sollicite, soit définitivement établie et que je sois déchargé soit dans l’une soit dans l’autre des communes de la part des contributions que je supporte en double emploi.
J’ai l’honneur d’être avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.
J. Guyet
A Paris le 9 juillet 1817
Chef à l’agence judiciaire du Trésor Royal
Carrefour de l’Odéon No 10 »

Source : Archives départementales de la Vendée
Cette lettre nous donne des informations qui vont au-delà du problème soulevé de la délimitation entre les deux communes, mais restons d’abord sur ce sujet.

Dans le dossier on peut lire un rapport établi par un expert nommé par le préfet de Vendée, M. Vinet des Brouzils, où les positions des deux communes restent figées, sans compromis entre elles. Elles sont représentées par Pierre Herbreteaun né à Linières au temps des de Lespinay, le maire de St André, et par Pierre Maindron, adjoint à Chauché, qui ne se doutait pas qu’il accepterait d’aller à Linières dans quelques années pour être le régisseur du domaine, au temps du fils de Joseph Guyet. Chauché ne veut pas changer sa limite malgré qu’elle partage les bâtiments de la métairie, les uns à Saint-André et les autres à Chauché. Saint-André veut continuer de fixer sa limite après la ferme, sur un ruisseau à sec la moitié de l’année. Mais l’expert recommande cette dernière position dans le but de mettre tous les bâtiments de la Morlière dans la même commune, en l’occurrence celle de Saint-André-Goule-d’Oie.

Louis XVIII
À l’époque les limites des communes étaient fixées par un acte du chef de l’Etat. C’est donc par une Ordonnance royale du 10 janvier 1818, signée du roi Louis XVIII, que les bâtiments de la Morelière, ainsi que quelques terres, passèrent tous dans la commune de Saint-André-Goule-d’Oie. Voici son article 1 :

« Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre,
A tous ceux que ces présentes verront, Salut :
……….
La limite entre les communes de Saint-André-Goule-d’Oie et de Chauché, département de la Vendée est fixée ainsi qu’elle est marquée par un liseré jaune sur le plan ci-annexé à partir de la rivière qui coule au bas de Saint-André-Goule-d’Oie jusqu’à la croisée de la Brejonnière où l’on prend le chemin des murailles que l’on remonte jusqu’à la croisée de la Bourolière, prenant là le chemin des landes et le suivant jusqu’à la croisée de la Colle où abouti le chemin des Mules que l’on suit jusqu’au point où on traverse le ruisseau dit le ruisseau profond et suivant ensuite ce ruisseau du côté où il descend. En conséquence tout le terrain situé entre ce ruisseau, le chemin du Bois de la bergère et le chemin des Mules sera exclusivement imposé dans la commune de Saint-André-Goule-d’Oie sans préjudice des droits d’usage ou autres que cette commune peut y avoir. »

Merci Louis XVIII ! S’il était permis de plaisanter, c’est l’exclamation qui nous viendrait spontanément à l’esprit pour le compte de Joseph Guyet, républicain convaincu, qui n’a pas dû voir le retour du roi avec sympathie. C’est grâce à l’administration du roi cependant que la situation s’est débloquée. L’administration napoléonienne était restée auparavant empêtrée dans ses rigidités sur ce problème.

Mais il faut laisser l’humour de côté. D’abord, encore deux siècles après les évènements, il est bien risqué de plaisanter sur le Roi et la Révolution sans provoquer l’incompréhension ! Plus sérieusement, il faut remarquer que les lourdeurs de l’administration ont visiblement plus compté dans cette affaire que le changement de régime politique. L’action du nouveau préfet de la Vendée semble avoir été déterminante. La position de Joseph Guyet, chef de bureau au ministère du Trésor public (appelé royal depuis le retour de la monarchie en 1814) a sans doute aussi suscité de la considération à la préfecture de la Vendée, pour instruire ce dossier auprès du ministre de l’intérieur, qui a préparé l’ordonnance royale. Quant à la signature du roi pour modifier les limites des communes, c’est celle du chef de l’Etat. Depuis une circulaire de 1806 du ministre de l’intérieur, les changements de limites des territoires se décidaient à l’échelon gouvernemental, après avis des conseils municipaux concernés et du préfet.

En nous donnant la situation professionnelle de Joseph Guyet, ce dossier nous apporte une information inconnue jusqu’ici. Il travaillait au service du contentieux du ministère des Finances. La précision, la concision et l’argumentation de sa lettre sont d’ailleurs dignes d’un bon juriste. Joseph Guyet travaillait déjà au ministère de Finances en 1812 au temps de Napoléon, comme on le voit dans un dossier de contentieux contre l’avocat de son épouse, où il signe une transaction avec celle-ci (1).

Quaglia : Corvetto ministre des finances en 1817
Entre lui et le ministre il existait trois niveaux hiérarchiques, ce qui n’en fait pas un haut fonctionnaire en vue. Par comparaison, le chef du bureau des Beaux-Arts au ministère de l’intérieur au temps de Napoléon, Amaury Duval, le père du futur châtelain de Linières, n’avait qu’un échelon hiérarchique entre lui et le ministre. C’est probablement ce qui explique que Joseph Guyet occupe encore ce poste au temps de Louis XVIII. À cette époque déjà les changements de régime donnaient lieu à un changement des hauts fonctionnaires au sein des administrations, tous politiquement engagés. Amaury Duval fut d’ailleurs mis à la retraite d’office en 1815. La carrière professionnelle de Joseph Guyet ne semble pas avoir souffert, tout au moins à la date de 1817, du retour du roi.

Ce poste, même si les relations pouvaient aider à y accéder parfois à cette époque, exigeait une formation juridique. Joseph Guyet possédait sans doute une licence en droit en conséquence, obtenue à Poitiers ou à Paris (Nantes n’avait pas d’université). N’oublions pas qu’il avait un oncle, licencié ès lois, qui résidait à Paris. C’était Jacques Guyet, marié à Anne Marie Lenoble, dont le fils Isidore (né en 1777), épousa une tante d’Amaury-Duval.

Cela confirme le résultat négatif de nos recherches sur son hypothétique profession de notaire à Paris, malgré les affirmations en ce sens d’Alexandre Dumas et d’Augustin Jal, deux très proches amis de son fils pourtant.

Avec un diplôme de droit, obtenu à 21 ans au plus tôt, il rencontre la vicomtesse de Lespinay à l’âge de 22 ans au plus tard (déduction faite à partir de la date de naissance de leur enfant), où, comment ? Elle avait de la famille à Poitiers et aussi à Paris. Nous savons maintenant que Joseph Guyet l’a aidé à payer son rachat de Linières, après le 1e août 1796, mais ils se connaissaient avant.

Une dernière remarque de détails au sujet de la lettre de Joseph Guyet : il écrit Linières avec un « s » à la fin. Nous savons que sous l’ancien régime le mot ne comportait pas de « s ». Nous avions vu cette lettre apparaître avec Amaury-Duval et maintenant il nous faut remonter à Joseph Guyet. Nous avions émis l’hypothèse que le pluriel avait accompagné, dans les années 1870, la construction des bâtiments de la ferme plus à l’ouest du nouveau château, créant ainsi deux lieux distincts d’habitations désignés par le même mot de Linières. Avec Joseph Guyet, plus de cinquante ans avant la construction des nouveaux bâtiments de la ferme, l’hypothèse ne tient plus. Qui a dit que s’intéresser à l’orthographe, c’est découvrir la légèreté des hommes ?

Quant à la Morelière, ses racines de Chauché n’étaient pas mortes avec la décision de 1817. Au 1e janvier 1980, une surface de 38 ha, pour l’essentiel la métairie de la Morelière, a changé de commune pour appartenir à Chauché. Elle a été échangée contre 21 ha de terres situées à la sortie du bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, sur la route des Essarts jusqu’à la Guérinière, entrant dans le territoire de cette commune. Cet échange a transféré les quatre habitants de la Morelière à Chauché au 1e janvier 1980, tout en permettant ensuite l’agrandissement du bourg de Saint-André sur une nouvelle zone urbaine. Signe des temps et de la déconcentration de l’Etat français depuis 1818, c’est le préfet de la Vendée qui a signé l’acte de modification de la limite entre les deux communes, à la date du 24 décembre 1979. Autre changement : la décision de 1817 a tranché entre les positions opposées des deux communes, celle de 1979 entérine un accord entre les deux communes.


(1) Mémoire du 18-10-1814 de Boncenne au roi, page 6 et 7, Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 32-3 (copie du mémoire à la Médiathèque de Nantes).


Emmanuel François, tous droits réservés
Juillet 2011, complété en octobre 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE