jeudi 2 décembre 2010

Le mystère Joseph Guyet


Depuis notre article publié en novembre 2010, nos recherches, plutôt nos trouvailles, ont progressé sur le compte de Joseph Guyet. Il y a d’abord eu la découverte du dossier de rectification des limites communales en 1817 entre Chauché et Saint-André-Goule-d’Oie, avec l’intervention écrite de Joseph Guyet (voir l'article publié en juillet 2011 : Louis XVIII s’intéresse à la Morelière. Puis nous avons découvert une trentaine de baux des métairies de Linières entre 1800 et 1830, au temps de Joseph Guyet. Elles nous ont permis de décrire les activités agricoles de cette époque à Linières (octobre et novembre 2012), le statut des métayers (décembre 2012) et l’implication du propriétaire. Enfin, un internaute vient de nous informer des biens possédés par Joseph Guyet dans la plaine de Vendée. Et puis nous avons pu reconstituer l’essentiel de la fortune de son père (avril 2013). Tout ceci nous conduit à mettre à jour le présent article dans une nouvelle rédaction, remplaçant celle de novembre 2010. Le mystère de cet homme s’est bien éclairci, même sur un point essentiel : les débuts de sa vie sentimentale avec la vicomtesse de Lespinay.

Ses parents, ses frères et sœurs


St Fulgent
Joseph Guyet, né et baptisé à Saint-Fulgent le 20 avril 1774, est le fils de Simon Charles Guyet et de Catherine Cousin. Son grand-père Louis Guyet (mort en 1758), était marchand, aubergiste à l’enseigne du « Chêne-Vert » à Saint-Fulgent et maître de poste de ce bourg. Il s’était marié avec Catherine Tricouëre en 1725, elle-même fille d’un marchand de Saint-Fulgent. Son arrière-grand-père (mort avant 1725) s’appelait aussi Louis Guyet et s’était marié vers 1700 avec Marie Mesmin.

Son père Simon Charles, né le 28 octobre 1730, était le cinquième d’une famille de douze enfants nés entre 1726 et 1744. Il avait épousé le 19 juillet 1768 à Triaize, Catherine Cousin, originaire de Champagné les Marais, veuve de Jean Charles Pillenière (1741-1767), et fermier demeurant à Triaize (1). Elle était née à Champagné les Marais le 26 mars 1744, fille de fermier, et elle est morte à Saint-Fulgent le 12 janvier 1807. La famille d’où est issu Joseph appartient au milieu des notables bourgeois dès avant la Révolution, fréquentant aussi la petite noblesse des environs. Son père Charles Guyet est parrain au baptême de Jeanne de Tinguy le 24 juin 1761 à St Fulgent, fille d’Abraham seigneur de la Sauvagère, et demeurant alors à la Chevaleraye, sur la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie.

Son père était lui aussi à ses débuts aubergiste à Saint-Fulgent et il hérita de la charge de maître de poste située dans ce bourg. Son activité principale était d’affermer des biens qu’il sous-louait ensuite : des métairies et même la terre de la baronnie des Essarts (1772-1787) et le prieuré de Chavagnes. Et avec l’argent gagné il acheta des métairies : deux à la Boissière de Montaigu, une à Beaurepaire, quatre provenant de l’abbaye de la Grainetière en tant que bien national. Il acheta aussi avant la Révolution le fief de Puyberneau (Sainte-Florence-de-l’Oie), avec ses deux borderies et ses trois métairies, et le fief de la Barette (Essarts), avec une borderie et deux métairies (2).

Champagné les Marais
On sait que l’essentiel de cette fortune fut partagée après la mort de Charles Guyet en mars 1793 entre ses héritiers. Mais il faut compléter l’énumération ci-dessus par les achats dans le pays de sa femme à Champagné-les-Marais que fit Charles Guyet. A la déclaration de succession de cette dernière à Luçon le 20 juin 1807, ses biens propres comprenaient deux cabanes (métairies de Maison Neuve et de la Balise) et des marais salants, évalués au total à 1 622 F de revenus annuels, soit 32 440 F de capital. A cela s’ajoutait la moitié des acquis de la communauté avec son mari défunt, laquelle était évaluée à 4 120 F de revenus annuels, soit 82 400 F de capital (3). Joseph Guyet eut sa part dans l’héritage de Champagné-les-Marais, qu’il augmenta ensuite.

On sait que Charles Guyet poussa l’ambition jusqu’à acheter, deux ans avant 1789, la charge de « garde de la porte de Monsieur », qui lui donnait le droit de porter le titre d’écuyer. A St Fulgent il était la personnalité en vue à la veille de la Révolution, avec ses entrées dans la noblesse locale.
De ses neuf enfants, frères et sœurs de Joseph, deux moururent en bas âge et les autres ont, eux aussi, connu une certaine fortune :
  1. Catherine Sophie, baptisée le 19 août 1770. Elle se maria en 1791 avec Etienne Benjamin Martineau, médecin. Ce dernier fut un révolutionnaire très actif, haï pour cela dans la région de Saint-Fulgent, et qui déménagea plusieurs fois avant de se stabiliser comme juge de paix aux Herbiers.
  2. Charles Jacques, baptisé le 9 juin 1772.  Dit Guyet-Desroches, il épousa en 1796 à Champagné-les-Marais, où le couple résida toute sa vie, Rose Boileau, fille d’un marchand. C’était la paroisse d’origine de sa mère, Catherine Cousin. Ils eurent neuf enfants, dont Charles Jean Baptiste (1797-1867) capitaine de vaisseau mort sans alliance (4), Armand Germain, notaire à Marans, Eugène qui fut avocat à Paris où il mourut en 1879, Rose Désirée qui épousa Pierre Hilaire Martineau, notaire à Chaillé-les-Marais (un cousin éloigné de son oncle par alliance).
  3. Joseph, baptisé le 20 avril 1774, avec pour parrain Claude Joseph Frappier, notaire royal et apostolique, sieur de la Rigournière, et pour marraine, Françoise Delagroix (parente de sa mère). Il acheta le domaine de Linières et se maria civilement en 1804 avec Félicité du Vigier, divorcée de Charles de Lespinay. Il fut Chef à l’agence judiciaire du Trésor Royal en 1717, et aussi probablement dans la période antérieure, c'est-à-dire responsable de contentieux au ministère des Finances, en langage moderne.
  4. Pierre Louis, baptisé le 10 avril 1775. Il acheta pour 3 000 livres l’église de Saint-Fulgent incendiée pendant la guerre de Vendée, qu’il revendit en 1803. En 1803 il habitait les Roches-Baritaud à Saint-Germain-de-Prinçay, voisin du fermier général du domaine, Samuel Majou. Il épousa en 1811 Marie Linyer, fille du procureur de Vouvant. Il acheta à Claude III de Beauharnais une partie du domaine des Roches-Baritaud en 1816. Les Marchegay achetèrent la moitié du domaine en 1817. Pierre Louis est mort en 1842 sans enfants. 
  5. Louis René, baptisé le 2 novembre 1776, et mort sans alliance le 4 avril 1853 au château du Bignon (Herbiers), qu’il avait acheté en 1828 à Nicolas de Rouault, après avoir longtemps habité au bourg de Saint-Fulgent. Il y recevait son neveu, Guyet-Desfontaines, fils de Joseph, quand celui-ci venait se faire élire député aux Herbiers, au temps de la monarchie de Juillet. Le château fut vendu en 1854 par les héritiers à Gustave Lelièvre.
  6. Auguste Jacques, baptisé le 15 avril 1783. Il fut à l’origine de la branche de Grissay, du nom de la propriété, située aux Essarts, achetée à son oncle Jacques. Il se maria en 1803 à Triaize avec une cousine, Marie Anne Guyet, et ils eurent une nombreuse descendance. En 1807, il habitait à Paris chez son frère Joseph, au no 32 de la rue des Moulins. Il était alors sous-commissaire de la marine, dans un emploi de comptable.
  7. Victoire Adélaïde, baptisée le 17 septembre 1784. Elle se maria en 1815 avec Georges Sibuet (1767-1828), avocat républicain, nommé juge au tribunal de cassation en 1794 (ancêtre de la cour de cassation), puis juge à Bruxelles et député de l’Aisne en 1815. Elle est morte à Paris le 29 juin 1834 sans postérité.

Sa jeunesse 


Joseph Guyet fit des études de droit. Certes, il n’a pas confié son diplôme aux archives, mais en 1817, il occupait le poste de chef à l’agence judiciaire du Trésor Royal (5), c'est-à-dire responsable de contentieux au ministère des finances. Ce poste, même si les relations pouvaient aider à y accéder parfois à cette époque, exigeait une véritable formation juridique. Joseph Guyet possédait sans doute une licence en droit en conséquence, obtenue à Poitiers ou à Paris peut-être. N’oublions pas qu’il avait un oncle, licencié ès lois, qui résidait à Paris. Dans la signature d’un bail de métairie en 1800, il est qualifié « d’homme de lois ».

Après cela il n’est pas facile de croire qu’au lieu de faire ces études, il a été soldat dans les troupes républicaines pendant la guerre de Vendée. Une rumeur affirme que le 7 avril 1794, il était cavalier au 1e escadron de la Charente-Inférieure, comme on le constate sur l’état-civil de Saint-Hermand (devenu Sainte-Hermine), dans un acte de mariage d’un cavalier de cet escadron où il est témoin de la mariée. Sauf que rien ne prouve que ce Joseph Guyet est bien le fils de Charles Guyet de Saint-Fulgent. En poursuivant les recherches, on découvre qu’il existe un autre Joseph Guyet, de quatre ans plus âgé, un cousin originaire de Saint-Michel-Mont-Mercure. Il fut aubergiste, comme son père, dans sa commune. En rapprochant les signatures, il parait probable que ce cousin est le cavalier du registre d’état-civil de Saint-Hermand en 1794. En tout cas ce n’est pas celle du propriétaire de Linière.
Revêtu d’un uniforme de « bleu », on a pu se laisser tenter ensuite par faire de ce Joseph Guyet le sauveur de Mme de Lespinay des noyades de Nantes. Sauf que ce Joseph n’est pas le sauveteur désigné par les livres d’histoire ensuite.

On a dit aussi que Joseph était employé chez les de Lespinay. Après le rachat du domaine de Linières en août 1796, sa nouvelle propriétaire, Félicité Duvigier (épouse de Lespinay), habitait Paris. Joseph Guyet s’est occupé pendant ce temps du domaine sur place, quand il n’était pas à Paris, alors qu’il vivait déjà intimement avec sa propriétaire. A cet égard on a pu le présenter à bon droit comme le régisseur, mais certainement pas au temps du vicomte, parti dans l’émigration à la fin de 1791. On sait qu’ensuite Linières fut mis sous séquestre l’année d’après (6), puis confisqué nationalement en octobre 1793.

Son engagement politique


Les Tricouëre se sont retrouvés dans les deux camps au moment de la Révolution. Un frère de la grand-mère de Joseph, Louis Tricouëre, est connu pour son appartenance au parti républicain à Saint-Fulgent. Son père surtout a pris le même parti. Il a été élu par l’assemblée votante du canton de Saint-Fulgent électeur à la Convention en septembre 1792, comme son gendre Benjamin Martineau. En raison de ses convictions politiques il a été assassiné par les royalistes dès le début de la révolte, le 14 mars 1793, dans une auberge de Saint-Vincent-Sterlanges.

L’engagement politique de Joseph Guyet n’a pas laissé beaucoup de traces apparemment. Mais sa proximité avec son beau-frère, Benjamin Martineau, ne peut se réduire à des liens uniquement familiaux. Il l’a logé avec lui à Linières en 1798/1799 et en 1800, alors que le domaine appartenait encore à sa compagne, Mme de Lespinay. Or Benjamin Martineau avait acquis la réputation d’un extrémiste du camp des révolutionnaires vendéens, tout comme son frère Ambroise, administrateur du département de la Vendée à Fontenay le Comte.


Sa rencontre avec la dame de Linières


La rencontre de Joseph avec la châtelaine de Linières nous est maintenant mieux connue grâce au Journal des Débats récemment numérisé par la Bibliothèque Nationale et accessible sur le site Gallica. Voir notre article sur Le divorce de Lespinay/du Vigier en 1800, publié en janvier 2010 et mise à jour depuis.

Quant au début du mois d’août 1796, Mme de Lespinay devient enceinte, à l’âge de 24 ans, de son fils Marcellin Guyet-Desfontaines, Joseph, le père, a 22 ans. C’est à cette même date qu’elle rachète Linières avec l’aide financière d’un gros commerçant nantais, Dubois-Violette. Mais avec une nouvelle exigence légale imprévue dans les modalités de paiement de l’achat, ce dernier n’assume pas le paiement jusqu’au bout. C’est alors que Joseph désintéresse Dubois-Violette et permet de payer le rachat entièrement. Comment est-il entré en contact avec elle ? Nous ne le savons pas, mais apparemment pas pour une question d’argent, même si celle-ci s’est rapidement posée et que Joseph a alors apporté un secours déterminant. L’avocat de Mme Duvigier dans le procès contre son divorce admettra que « ce service ait été suggéré par l'amour ». Et l’avocat de l’ex-mari dira de la jeune Mme Duvigier : « Cependant elle permet l'entrée de sa maison à un jeune homme du même département, nommé Guyet, qui lui fait des offres de prêt, lui rend des soins, exprime bientôt une grande passion qui est partagée et porte madame de Lespinay à l'entier oubli de ses devoirs. Elle devient mère. » N’oublions pas cependant qu’elle avait 19 ans de moins que son mari, militaire de carrière, à une époque où les parents mariaient leurs enfants en pensant aux patrimoines. Une nouvelle époque s’ouvrait alors, avec de nouvelles mœurs : l’amour devait gouverner les mariages (Cf. « Delphine » en 1802, un roman à la mode de Mme de Staël).

Le prix payé par Mme Duvigier pour le logis de Linières et ses 14 métairies parait faible quand on connait les autres ventes de biens nationaux dans la contrée. Certes il n’est pas facile de situer son niveau à cause de la méga-inflation des prix à cette époque, aussi à cause de certains bâtiments incendiés à Linières et dans certaines fermes. Il n’empêche qu’on se demande si l’estimation préalable qui a fixé le prix, contradictoire entre le représentant de l’acheteur et celui du vendeur, n’a pas bénéficié de favoritisme. Le nouveau commissaire du canton de St Fulgent, Louis Merlet écrit à Fontenay le 30 messidor an 4 (30 juin) au commissaire du département : « Dans ce moment nous sommes à estimer les domaines du citoyen de Lespinais émigré » (7). Il ne peut s’agir que de Linières, et à ce moment le président de la municipalité cantonale de Saint-Fulgent n’est autre qu’Etienne Martineau, le beau-frère de Joseph Guyet. Aucun document consulté ne trahit ce favoritisme, mais la question reste posée pour cette vente à l’amiable du 1e août 1796.

Une vie partagée entre Paris et la Vendée


Nous savons que le couple s’est caché pour commencer, en allant vivre à Paris, Joseph revenant épisodiquement à Saint-Fulgent dans sa famille pour s’occuper du domaine de Linières (8). Il y avait bien en 1798 à Linières un homme de confiance de Marie Louise Marguerite Félicité Duvigier, Joseph Le Roy, mais dont les responsabilités semblaient limitées. C’était un ancien insurgé, revenu vivant de la virée de Galerne (9). Mais les affaires subissaient les conséquences de la guerre civile. Notamment Mme Duvigier dut aller plusieurs fois devant le juge de paix du canton de Saint-Fulgent au premier semestre 1798 pour des conflits avec le métayer de la Morinière et celui de la Grande Roussière, ces deux métairies étant situées à Saint-Fulgent (9). Dans cette période elle habitait à Paris, maison Piquenou, rue Cléry, no 67. C’est l’adresse indiquée dans les deux actes de prêts qu’elle fait le 14 mars 1798 à deux meuniers, l’un de Remouillé, l’autre d’Aigrefeille, pour leur permettre de réparer leurs moulins, prêtant respectivement 450 F et 600 F. Elle était représentée à l’acte par Joseph Le Roy (10).

Joseph Guyet est alors apparu comme le régisseur pour le compte de sa compagne. Il a même en 1798/1799 reçu sa sœur aînée et son mari, Benjamin Martineau à Linières. Ces derniers y mirent au monde une petite fille. En juin 1797 ceux-ci déménagèrent à Luçon, et Benjamin Martineau revint de temps en temps à Linières, étant toujours commissaire cantonal de Saint-Fulgent, mais démissionnaire. En septembre 1799 il était absent du logis, comme Joseph Guyet. Heureusement pour eux, car une bande de partisans royalistes vint à Linières pour le piller. Ils venaient d’agresser deux républicains de Chauché : Bossard, agent de la commune, et Bossu, ex assesseur du juge de paix. Dans la traque qui s’en suivit on eut à déplorer un mort dans chaque camp, du côté de la Mauvelonnière (11). En mai et juin 1800 Martineau déclarait encore sa demeure à Linières dans deux actes notariaux (12).

Lors de l’assemblée primaire du 22 mars 1799 Joseph Guyet fut élu au bureau de vote au cours de la matinée, puis le vote fut interrompu. Dans l’après-midi, les minoritaires emmenés par son beau-frère Martineau, recommencèrent les votes, et en définitive Joseph Guyet « le parisien » (expression relevée dans le procès-verbal) ne fut figure pas parmi les élus ensuite (13).

En 1798 il a acheté le petit domaine de la Godelinière (Landes-Génusson), avec 60 hectares de terres et des bâtiments en partie incendiés. Il avait été confisqué à un membre de la famille Mesnard de la Barotière, guillotiné pendant la Révolution (14).

Joseph Guyet et Félicité Duvigier ont déclaré une fausse identité au père de l’enfant à sa naissance en avril 1797, car il était illégitime. Ils ont attendu la fin de l’année 1800 pour faire prononcer le divorce de Mme de Lespinay. Ils ont tenté de négocier une acceptation tacite de leur projet de divorce par l’ex-mari, en contrepartie d’un arrangement sur la propriété du domaine de Linières, mais M. de Lespinay est resté inflexible pour refuser le divorce. Il a ensuite intenté un procès pour le faire annuler, qu’il a perdu définitivement en 1804. A la suite de quoi, Mme du Duvigier et Joseph Guyet se sont mariés civilement la même année.

Entre temps Joseph Guyet avait totalement pris en main les destinées du domaine de Linières. En 1803, un des métayers des lieux s’appelait Jean Gaborieau. Il servit de témoin lors de la rédaction du testament de Catherine Cousin, la mère de Joseph (15).

La même année 1803, Joseph Guyet racheta à la veuve Sapin le mobilier garnissant l’hôtel du Chêne-Vert, avec deux de ses frères, René Louis et Pierre Louis, et son beau-frère Martineau. Les murs appartenaient en indivision aux quatre acheteurs, mais l’hôtelière devait probablement avoir fait faillite après la mort d’Alexis Hérault, son premier mari. Celui-ci avait pris la suite de Charles Guyet dans la tenue de l’hôtel (16).

Fonctionnaire à Paris


Mme Guyet avait continué de confier la gestion de certains de ses biens à un avocat de Poitiers, Boncenne. Celui-ci lui en rendit compte en novembre 1803 pour les années antérieures, puis en 1806 et 1808. Quand Joseph Guyet voulut les examiner certains papiers avaient disparus, et celui-ci fit un procès à l’avocat. Néanmoins les parties s’entendirent par une transaction en 1812. C’est l’agent national du trésor impérial à Paris (au ministère des finances), qui s’entremit pour cette transaction, car Joseph Guyet travaillait à ses côtés (17). De manière plus précise, on apprendra qu’en 1817 il s’occupait de contentieux au trésor impérial.

Eglise Saint-Etienne-du-Mont à Paris
En février 1811, la première fille survivante de son épouse, Félicité Henriette de Lespinay, est décédée à l’âge de vingt et un ans. En août 1812, Joseph et Félicité Guyet régularisèrent leur mariage à l’église à Paris (Saint-Etienne-du-Mont). Pendant ce temps, leur fils était pensionnaire au lycée impérial Louis le Grand. Il devra attendre l’année 1824 pour obtenir des tribunaux une adoption légale de ses parents, à cause de législation de l’époque.

Après la mort de Charles Augustin de Lespinay en février 1807, Joseph Guyet conclut une transaction au sujet d’une rente foncière due au seigneur de Linières autrefois, avec les propriétaires du village de Villeneuve (Chauché). Notre article d’octobre 2010, donne tous les détails sur cette affaire (La rente foncière du tènement de Villeneuve à Chauché).

L’adresse parisienne de Mme Duvigier au moment de la naissance de son fils Marcellin en 1797, et de son divorce en mairie de Chauché en 1800, au no 41 rue du Four-Saint-Honoré, est toujours la même en 1803. C’est celle que déclare en effet Joseph, comme étant la sienne, dans une reconnaissance de dette à cette date de la veuve Monnereau, métayer de la Fontaine à Saint-Fulgent. C’est la même adresse qui a été portée sur l’acte de naissance de leurs fils Marcellin, ce qui trahit la supercherie dans cet acte sur les noms des parents.

En 1807 le couple habite au no 32 rue des Moulins à Paris, avec leur fils Marcellin et la fille née du premier mariage de Mme Guyet, Henriette de Lespinay. C’est ce qui ressort de la déclaration de succession au bureau de Montaigu, de Charles Augustin de Lespinay à cette date. A cette adresse habitait aussi un frère de Joseph, Jacques Auguste Guyet, qui s’établira plus tard aux Essarts. En 1813 le couple a changé et habite désormais au no 10 rue du Carrefour de l’Odéon. Quelques mois avant son décès en 1830, on note une dernière adresse de Joseph Guyet à Paris, au no 7 Passage des Petits-Frères. Il avait plusieurs propriétés à Paris.


Dans les dernières années de sa vie, Mme Guyet vécut à l’Abbaye-au-Bois à Paris, malade et soignée par une nommée Julie Laurent. Ainsi désignait-on un ancien couvent situé au no 16 rue de Sèvres et au no 11 rue de la Chaise dans le 7e arrondissement. Après la Révolution, les bâtiments furent transformés en habitations par des particuliers, et loués en partie à des dames seules de la haute société, dont Mme Récamier, et Mme Guyet. Répondant au vœu de sa mère, Marcellin Guyet-Desfontaine constitua une rente viagère de 3 000 F par an au bénéfice de Julie Laurent, et lui légua aussi en usufruit tout le mobilier ayant appartenu à sa mère à l’Abbaye aux Bois (18).

Nous avons décrit dans nos articles du dernier trimestre 2012 comment il a conduit une politique de valorisation de son domaine de Linières, importante, et exigeante pour un habitant de Paris. Il avait un régisseur sur place, longtemps son cousin Jean Guyet, originaire de Sainte-Cécile. Mais il s’est déplacé souvent en Vendée pour ses affaires qu’il a toujours suivi de près. Pour commencer il a dû prendre en charge les conséquences de la guerre de Vendée. De plus, il a saisi des opportunités pour acheter et vendre des métairies et au final il a agrandi son domaine. A sa mort en 1830, Linière comporte dix-sept métairies procurant un revenu annuel déclaré de 15 800 F. Il y faut y ajouter les 476 hectares possédés à Champagné-les-Marais et Puyravault, procurant un revenu annuel déclaré de 15 660 F, dont le château de Champagné dans le bourg acheté en 1814 (19). Et nous ne comptons pas ici ses terres à Aigrefeuille, au moins la borderie des Loges achetée en 1797 (20). Bref, il était devenu très riche.


(1) Archives de Vendée, notes généalogiques de Jean Maillaud, tome 19, page 120 et 131.
(2) Article sur Simon Charles Guyet de Saint-Fulgent en avril 2013 sur ce site.
(3) Archives de Vendée, Bureau de déclaration des successions de Luçon, Catherine Cousin le 20 juin 1807 (vue 176).
(4) Voir sa biographie dans Nom de Vendée sur le site des Archives départementales de la Vendée.
(5) Archives départementales de Vendée, dossier de modification des limites de Saint-André-Goule-d’Oie, 1 M 290.
(6) Archives de Vendée, notaire Allard des Herbiers : 3 E 019 (12 germinal an 11), acte de notoriété à la demande de B. Martineau sur le séquestre de Linières (vue 202/492).
(7) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 12-I, lettre du 30 messidor an 4 de Merlet au commissaire du département.
(8) Archives de Vendée, notaires de Sainte-Cécile, minutes isolées, Joseph David, reconnaissance de dette envers Joseph Guyet le 4 thermidor an 7 (vues 80 et 81).
(9) Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 20, notes sur Mme du Vigier. Aussi Archives de Vendée, notaires de Chavagnes, Bouron : 3 E 31/18, acte du 19 fructidor an 5. 
(10) Archives de la Vendée, notaires de Chavagnes en Paillers, Bouron : 3 E 31/18, prêts de 450 F du 14-3-1798 de Mme de Lespinay à Pierre Favreau, et de 600 F à Louis Cussard.
(11) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 12-IV, compte-rendu du 3 vendémiaire an 8 de Gérard sur les attaques de partisans à Chauché le 30 fructidor an 7.
(12) Archives de Vendée, notaires de Chavagnes, Bouron : 3 E 31/18, achats du 18-5- 1800 et du 6-6-1800 par Martineau des deux moulins de Vendrenneau et ferme des moulins.
(13) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 12-III, procès-verbal du 22 ventôse an 7 de Martineau et lettre du même à Cayaud du 4 et 13 germinal an 7.
(14) Archives de Vendée, vente de biens nationaux, vente de la Godelinière du 2 floréal an 6 (21-04-1798) : 1 Q 259, no 917 (photos 1728 à 1736)
(15) Archives de Vendée, notaires de Montaigu étude F, J.-M. Brethé, testament de Catherine cousin du 29 brumaire an 12 (21-11-1803), vue 73.
(16) Archives de Vendée, notaires de Montaigu étude F, J.-M. Brethé, achats du mobilier et meubles par les frères Guyet à la veuve Sapin le 3 frimaire an 12 (25-11-1803), vue 81.
(17) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 32-3, mémoire justificatif au roi de Boncenne.
(18) Actes testamentaires de Marcellin Guyet-Desfontaine, Archives nationales, études notariales de Paris, Me Pitaux : MC/ET/XIV/850. 
(19) Complément d’information donné par Daniel Priouzeau sur Guyet-Desfontaines dans Nom de Vendée sur le site des Archives de  Vendée.
(20) Archives de la Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 18/18, ferme du 5 nivôse an 6 de la borderie des Loges de Mme Duviger à Hervouet.

Emmanuel FRANCOIS, tous droits réservés
Décembre 2010, rectifié en septembre 2017

POUR REVENIR AU SOMMAIRE