lundi 2 août 2010

La naissance cachée de Guyet-Desfontaines


C’est le 27 avril 1797 que naît Marcellin Benjamin Desfontaines. Sa naissance est déclarée dans le 4e arrondissement de Paris, où se trouve l’adresse de sa mère, Marie Marguerite Félicité Duvigier (page 120 de mon livre), épouse du vicomte Charles de Lespinay et châtelaine de Linière. Le père de l’enfant n’est pas le mari, mais qui est-ce ?

Le père déclaré est Denis François Desfontaines et la mère est toujours mariée, à cette date, au châtelain de Linière parti se battre contre les autorités révolutionnaires dans les rangs des émigrés à l’étranger, comme la plupart des nobles du Bas-Poitou.

Les recherches sur ce père, menées sur le registre paroissial de Saint-André-Goule-d’Oie, ne donnent pas d’information confirmant son existence. Avant cette année 1797, on trouve des Desfontaines à la Frissonière des Essarts sur le registre de Saint-André, à la Milonière et à la Maigrière, mais aucun ne porte les prénoms de Denis, François.

Dans mon livre j’écarte l’hypothèse d’un prête-nom et je ne conteste pas la sincérité des informations inscrites sur cet acte de naissance. Et pourtant, le coté insolite de la situation peut mettre en doute l’existence de ce père dénommé Desfontaines. Peu de temps après, en effet, Mme Duvigier (son nom de jeune fille avec la particule accolée au patronyme) va vivre avec Joseph Guyet, puis se marier avec lui après avoir divorcé. Mais il paraissait difficile qu’un juge accepte qu’une mère puisse adopter son fils naturel plus tard, ou alors, il faut accepter l’idée de la complicité d’un fonctionnaire dans une magouille sur l’état-civil à cette époque. C’est cette dernière idée que je n’ai pas osé adopter.

Dans sa thèse de doctorat sur Amaury-Duval, Véronique Noël-Bouton-Rollet, évoque la famille du peintre et la place importante qu’y a tenue Guyet-Desfontaines, son beau-frère. Elle aussi a tenté de percer le mystère de la naissance de ce dernier. Son analyse est différente de la mienne. Elle pense que Desfontaines est un prête-nom, le vrai père étant naturellement Joseph Guyet.

Copie du jugement d’adoption 
Source : Archives départementales de la Vendée
Sa réflexion se fonde sur le jugement du juge de paix en 1824, décidant de l’adoption de Marcellin Desfontaines par M. et Mme Guyet. Il est maintenant disponible aux Archives de Vendée (1). Le juge s’appuie sur l’état de notoriété établissant l’impossibilité dans laquelle est l’administration de justifier « du consentement ou de décès des père et mère », selon les actes reçus du juge de paix de Fontenay-le-Comte et du juge de paix du 4e arrondissement de Paris. Qu’on ne retrouve pas trace de Denis François Desfontaines, rien de surprenant. Cultivateur, selon ce que rappelle le jugement, en Vendée, où s’est déroulée une guerre civile meurtrière, quoi d’étonnant ? Mais la mère s’appelait Joséphine Félicité Duverger, elle aussi disparue ! La disparition des parents naturels étant acquise aux yeux du juge, il examine ensuite les autres éléments légaux de l’adoption et prend la décision demandée par les intéressés.

La sagacité du juge a-t-elle été prise en défaut, en distinguant la mère naturelle de la mère adoptive malgré l’apparence ? En effet, l’acte de naissance désignait la mère ainsi : Joséphine Félicité Duverger ; et la mère adoptive est désignée ainsi : Marie Marguerite Félicité Duvigier. Plutôt, il a dû fermer les yeux volontairement. Pourquoi ? S’il y a eu un marché ou une influence, nous n’en avons pas la trace. Tout au plus, il semble que les mœurs administratives n’étaient pas aussi rigoureuses que de nos jours. Pour prendre un exemple constaté par les historiens, rappelons-nous que Talleyrand a su « magouiller » l’état-civil pour donner une situation à une de ses filles naturelles, née en 1803 de ses amours avec une femme mariée (Mme Gand), et alors que lui-même était encore évêque. Il est vrai qu’il était ministre.

Il ne faut pas non plus négliger une autre explication : le juge a pu préférer en l’occurrence l’humain au droit. La fausse déclaration de naissance date de 27 ans en arrière, et accorder l’adoption dans le cas d’une filiation soupçonnée d’avoir été cachée est, à l’évidence, une prise en compte de la réalité humaine et de l’intérêt de l’enfant. Ce dernier sera avocat, puis notaire à Paris, et enfin député de la Vendée et maire de Marly-le-Roi.

Copie de l’acte de naissance

Ajoutons que la copie ci-dessus de l’acte de naissance de Guyet-Desfontaines indique que la mère déclarée à la naissance habitait au no 40 rue du Four (2). Il s’agissait de la rue du Four-Saint-Honoré dans le 4e arrondissement. Alors que Mme Duvigier (avant Mme de Lespinay) habitait rue Saint-Honoré no 41, suivant son acte de divorce en 1800, c'est à dire la même adresse. Enfin, l’avocat de M. de Lespinay, dans sa plaidoirie en cour d’appel pour annuler le divorce, avoue que des amours de son ex-épouse avec Joseph Guyet est né un enfant. Et l’on sait qu’il n’y eu pas d’autre naissance ensuite, comme l’ont vérifié les juges de l’adoption en 1824.  

Si l’on retient l’interprétation de Mme Noël-Bouton-Rollet, la vie, pendant la période révolutionnaire, de Félicité de Lespinay née du Vigier, prend un éclairage tout simple.

Laissée seule avec deux bébés à Linières par son mari, parti combattre à l’étranger à la fin 1791, persécutée par les bleus dès 1792, elle suit en 1793 la cohorte des réfugiés civils qui se joignent aux combattants vendéens dans la Virée de Galerne. Elle y retrouve probablement un oncle de son mari, âgé de 65 ans, Louis Gabriel de Lespinay de Beaumont, puisque celui-ci perdra la vie à Dol en novembre 1793.

Elle est échappe aux massacres du Mans en décembre 1793 et est condamnée à la noyade à Nantes. Elle réussit à échapper à ses bourreaux, et se réfugie à Paris où elle a de la famille. Linières était alors confisqué comme bien national et le château brûlé en partie au début de 1794 par une colonne infernale.

Une relation personnelle et intime l’unit ensuite avec Joseph Guyet, un jeune bourgeois fils du maître de poste du relais de Saint-Fulgent. Début août 1796 elle devient enceinte et rachète elle-même Linières, avec l’aide financière de Joseph Guyet. Notre article sur le divorce De Lespinay/Duvigier, publié en janvier 2010, donne des détails sur ce point.

A la naissance de Marcellin en avril 1797, Joseph Guyet fait une fausse déclaration sur l’identité du père, une erreur de prénoms dans l’identité de la mère, et déforme un peu son patronyme. Le couple, illégitime car la dame de Linières n'était pas encore divorcée, ne voulait pas révéler son existence par cette naissance. L’époque est connue pour son désordre et une certaine déliquescence des mœurs politiques, favorisant cette fausse déclaration.

Le jeune couple élève donc son enfant à Paris, sachant qu’on ne retrouvera pas les parents déclarés officiellement au moment de la procédure légale d’adoption le moment venu. Si nécessaire on présente l'enfant comme un petit vendéen rescapé de la guerre et adopté par le couple (il s'appelle Desfontaines). Les intimes de la famille savent que ce sont ses vrais parents qui l'élèvent.

En 1800, Charles de Lespinay reparaît officiellement, mais son domaine appartient désormais à sa femme, qui le revend à Joseph Guyet, un mois avant le prononcé du divorce par le maire de Chauché, facile et expéditif, en décembre 1800. Félicité Duvigier et Joseph Guyet se marient civilement en 1804 (3). Charles de Lespinay, toujours civilement émigré (il ne sera rayé de la liste des émigrés qu’en 1802), n’a pas droit au chapitre : le divorce est de droit alors au bénéfice des épouses d’émigrés. Il fera un procès contre ce divorce en 1802, qu’il perdra jusqu’en Cour de cassation en 1804. Il mourra en 1807.

Félicité perdra ses deux filles Henriette et Pauline, nées de Lespinay. A partir de 1811, Marcellin sera son unique enfant. L’année d’après, Félicité et Joseph Guyet se marieront à l’église à Paris.

Germaine de Staël
Dans cette histoire, les rumeurs désobligeantes sur le comportement de Joseph Guyet, trouvent difficilement leur place parmi des faits avérés. Quand Mme de Lespinay rachète le domaine de Linière en 1796, sa relation intime avec Joseph Guyet est déjà consommée. Elle a 24 ans et lui 22 ans. N’oublions pas non plus qu’elle avait 19 ans de moins que son premier mari, militaire de carrière, à une époque où les parents mariaient leurs enfants en pensant aux patrimoines. Une nouvelle époque s’ouvrait alors, avec de nouvelles mœurs : l’amour devait gouverner les mariages (Cf. « Delphine » en 1802, roman de Mme de Staël).

Que la naissance adultérine ait été cachée en 1797, on n’est pas étonné au regard des mœurs de l’époque. On peut seulement se demander pourquoi le divorce a été demandé si tard, presque quatre ans après. Il semble que le jeune couple ait tenté de trouver un accord tacite sur ce divorce avec l’ex-mari, moyennant une contrepartie patrimoniale autour du domaine de Linières. Mais le mari a rejeté tout arrangement, préférant attaquer judiciairement le divorce, perdant tout de ce fait : son domaine et la garde de sa fille.

Quant au changement de propriétaire de Linières, c’est une situation bien compliquée où les points de vue opposés sur l’émigration et la vente des biens nationaux, se prolongeant dans la guerre civile, relèvent de choix politiques irréconciliables. Tout au plus, peut-on remarquer que les nouveaux propriétaires sont devenus par la suite d’indéfectibles défenseurs de la Révolution, évidemment. Quant aux anciens propriétaires, leur ressentiment a pu durer longtemps, on ne peut pas s’en étonner. Et le ressentiment n’était pas que patrimonial à Linières.

Dans cette situation, la restauration monarchique n’a rien pu faire d’important pour faire bouger les choses. La conservation des biens acquis nationalement a été promise par Louis XVIII aux anciens révolutionnaires, comme faisant partie du prix à payer pour son retour sur le trône en 1814. La politique d’indemnisation ensuite par l’Etat des émigrés spoliés, n’a pas suffi à faire oublier les confiscations révolutionnaires. D’ailleurs, à ce titre, il semble qu’en mai 1829, Félicité Guyet a été reçue au château du Pally à Chantonnay, chez le marquis Alexis de Lespinay, pour s’y voir remettre sa part des indemnités versées par l’Etat en compensation des ventes en bien national des propriétés de son ex-mari, Charles de Lespinay. En effet, la loi du 27-3-1825, appelée par ses adversaires le « milliard des émigrés » parce qu’elle limitait ses indemnisations aux nobles spoliés, avait permis de verser en Vendée 15,2 millions de F. à 321 propriétaires.


(1) Archives de Vendée, Papiers de famille du général baron de Lespinay (1789-1920), familles alliées, succession de Guyet-Desfontaines : 44 J 16, acte d’adoption du 13-7-1824 de Guyet-Desfontaines.
(2) Fiche Coutot de Paris ancien : naissance de Marcellin Benjamin Desfontaines le 26 avril 1797 (erreur sur le jour : le 27).
(3) Le 8 septembre 1804 selon les Archives de Vendée, Papiers de famille du général baron de Lespinay (1789-1920), familles alliées, succession de Guyet-Desfontaines : 44 J 16, acte d’adoption du 13-7-1824. Un autre document donne la date de 1802, mais il ressort de ce que nous savons de la procédure judiciaire sur le divorce, que cette dernière date parait douteuse. Et il n’existe pas de fiche Coutot pour cet acte, qui a probablement eut lieu à Paris.

Emmanuel François, tous droits réservés 
Août 2010, complété en août 2014

POUR REVENIR AU SOMMAIRE


Simon Pierre Herbreteau maire de 1800 à 1825

Auguste Couderc : Serment aux trois consuls
Après le coup d’état de Bonaparte, le dernier, qui achève le Directoire, la loi du 22 pluviôse an VIII (17 février 1800) rétablit l’administration communale. L’agent municipal porte à nouveau le nom de maire. Pour les communes de moins de 5 000 habitants, les maires sont choisis par le préfet, pour une durée de 3 ans, parmi les conseillers municipaux qui sont élus par un système complexe de présélection sur des listes de notabilités.

Un arrêté du préfet de la Vendée nomme, en application de l’article 20 de la loi du 22 pluviôse de l’an VIII, les membres du conseil municipal de Saint-André-Goule-d’Oie, le maire et son adjoint. Ainsi, sont nommés « le citoyen Herbreteau, maréchal, à la place de maire de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie et le citoyen Fluzeau, ex agent, à celle d’adjoint à la même commune. » Il s’agit de Simon Pierre Herbreteau et de François Fluzeau (1763-1824). Les membres du conseil municipal nommés sont :

Jean Vaugiraud, Bourg (1)
Jean Rondeau, Pin
Jean Lumineau, Gandouinière
François Brisseau, Brossière
François Cougnon, Coudray
Jacques Bigot
Gilbert, Racinauzière (2)
Louis Pavageau, Porcelière
Jean Herbreteau, Bourg
Julien Meyrand, Brossière (3)

(1) Jean Aimé Jacques de Vaugiraud, propriétaire à St André et ancien officier de marine, revenu vivant de la Virée de Galerne au début de l’année 1794.
(2) Peut-être Pierre, l’arrêté ne l’indique pas.
(3) Originaire de Beaupréau (Maine-et-Loire). Julien Mérand (1759-1825) était propriétaire à la Brossière et fut juge de paix à St Fulgent en 1797, avant son remplacement par Gérard.

Nomination du maire en 1800 : Simon Herbeteau 


Le maire est chargé seul de l’administration de la commune. Les conseillers ne sont consultés que lorsqu’il le juge utile. Ce pouvoir absolu est exercé pendant plusieurs décennies, renforçant le prestige attaché à la fonction. A partir de septembre 1802 les conseillers sont en place pour 10 ans, le maire et son adjoint pour 5 ans.

La première apparition du nouveau maire de Saint-André-Goule-d’Oie sur le registre d’état-civil date du 20 thermidor an VIII (8-8-1800). Simon Pierre Herbreteau avait déjà rédigé un acte isolé le 20 thermidor an VII (7-8-1799). Peut-être un remplacement de Jean Bordron, en tant qu’adjoint. Visiblement il y a encore des blancs dans les archives pour cette époque. Ils sont dus à la réticence de la population à reconnaître ce registre, mis en place par les républicains. Néanmoins, la réserve fut rapidement levée, probablement grâce à l’autorité du nouveau maire. Simon Pierre Herbreteau signe en tant que « maire de la commune faisant fonction d’officier public de l’Etat-civil ».

Le maire tout de suite, le sous-préfet de Montaigu ensuite, mais plus tard, qui cote et paraphe le registre, désignent désormais la commune en commençant par le mot « saint ». La période révolutionnaire est terminée. Bientôt aussi on va supprimer l’arrondissement de Montaigu, et le canton de Saint-Fulgent sera rattaché à l’arrondissement de la Roche-sur-Yon, qu’on va appeler Napoléon-Vendée.

René Berthon: Napoléon reçoit des sénateurs
Dans la liste du 2 floréal an XI (22-4-1803) du département de la Vendée des 550 plus imposés résidant du département, établie en exécution du sénatus-consulte organique du 16 thermidor an X (4-8-1802), on ne trouve personne demeurant à Saint-André-Goule-d’Oie. Pour le canton de Saint-Fulgent, deux personnes de Saint-Fulgent (Merlet et Guyet, deux révolutionnaires) sont désignées, une de Chauché (Querqui de Lapouzaire, quoique sur l’état il est indiqué de Chavagnes) et quatre de Chavagnes (Bonnaventure, Gourraud, Guerry et Perard). Rappelons que les sénatus-consultes organiques étaient des lois votées par le sénat pour modifier la constitution. Celui du 16 thermidor an X organisait « la consultation du peuple français » sur la question de savoir s’il était d’accord pour que Napoléon Bonaparte devienne Consul à vie. On appréciera la définition du « peuple français » de l’époque : 550 personnes dans le département.

On a retrouvé le registre civique pour le département de la Vendée, voulu par le décret impérial du 17 janvier 1806. On y trouve 26 personnes à Saint-André-Goule-d’Oie. C’est peu, quand on se souvient que tout homme âgé d’au moins 21 ans accompli devait s’y faire inscrire, et que l’inscription « ne se rattache au paiement d’aucune contribution ». Mais l’attentisme et la méfiance étaient forts dans les campagnes contre ces inscriptions. Au point qu’on pourrait presque considérer ces listes comme donnant le nom de ceux qui font confiance au régime napoléonien, ou du moins ne s’en méfient pas !

Noms
Années naissance
Noms
Années naissance
Jean François Fluzeau (1)
François Fluzeau
Pierre Herbreteau
Jean François Bordron
Charles Siret
Jean Rochereau
Jean Bordron
François Mandin
Louis Bordron
Pierre Robin
Jean Fonteneau
Julien Mairand
Louis Charpentier
1763
1760
1765
1718
1764
1745
1771
1769
1777
1759
1760
1758
1762
Jean Herbreteau
Pierre Mandin
Pierre Charrier
Louis Beneteau
Joseph Garnaud
Louis Pavageau
André Herbreteau
Jean Fonteneau
Pierre Gilbert
Jean Allain
Jean Herbreteau
André Bonnin
Jean Desfontaines
1743
1750
1766
1763
1762
1768
1746
1744
1750
1761
1771
1771
1769
(1) (1) Il s’agit de l’adjoint au maire qui se faisait appeler communément François. François Fluzeau qui suit est son cousin, né en 1750 (erreur dans le document).

La famille et la vie privée de Simon Herbreteau


Qui est Simon Pierre Herbreteau ? C’est le cousin du jeune Jean Bordron, qu’il remplace à la mairie. Sa mère, Marie Bordron, est la sœur du premier maire de la commune en 1792. Issue du monde des artisans taillandier, elle s’est mariée en 1761 avec Jean Herbreteau, issu du monde des laboureurs et habitant la ferme du château de Linières. Marie Bordron viendra habiter Linières, où naîtront ses huit enfants, dont le troisième, Simon Pierre en 1765. Le grand-père de ce dernier, Jean Herbreteau, et son grand-oncle, Mathurin Herbreteau, sont les piliers de cette ferme au milieu du XVIIIe siècle, remplaçant les Rondeau au début du siècle (dont ils sont les gendres). A noter que l’orthographe du patronyme variera avec les curés : arbreteau, Herbreteau et Herbretaud.

Simon Pierre exercera le même métier que son grand-père Bordron, comme le note le registre dans son acte de mariage, puis plus tard au moment de la naissance de sa première fille en 1793 : maréchal-taillandier. Dans notre récit sur son grand-père, le premier maire de Saint-André-Goule-d’Oie, nous avons expliqué en quoi consistait ce métier de maréchal-taillandier fabriquant des outils à tailler, à couper (haches, bêches, faux, faucilles, serpettes).

Le nouveau maire est aussi le neveu par alliance de la sœur de François Fluzeau (1763-1824), le premier agent communal, prédécesseur du fils Jean Bordron. En effet, la mère de Simon Pierre Herbreteau est aussi la sœur de Pierre Bordron qui s’est marié en 1769 avec Marie Madeleine Fluzeau. François Fluzeau était témoin à ce mariage aux côtés des châtelains de Linière : Marie Agnès Badereau du Chaffaut, veuve de Louis Venant Cicoteau, mort à Saint-André en 1729, et Alexis Samuel de Lespinay, son gendre.

Pierre Herbreteau (le premier prénom, Simon, est parfois oublié) est né en 1765 et il se maria avec Henriette Mandin en 1791. Celle-ci est la fille de Jacques Mandin et de Marie Robin, régisseur et domestique à Linière.

Au bas de l’acte de mariage on trouve la signature des trois frères de Lespinay : Alexis, Charles et Armand, ainsi que celle de l’épouse de l’aîné, Pauline de Montault. Il y manque la signature de la dame de Linière, qui accouchera deux mois après ce mariage.

Sa femme, Henriette Mandin est née en 1768 au château du Pally à Chantonnay où réside Samuel de Lespinay, le père de Charles châtelain de Linière (à cette date, sa mère est déjà décédée). Elle donna naissance à neuf enfants au moins, selon l’état-civil de Saint-André-Goule-d’Oie. Le fils aîné, Pierre, s’établit maréchal à Bazoges-en-Paillers, deux autres fils, Alexis et Louis, prirent la suite du père dans la forge du bourg de Saint-André. Le dernier enfant, Agathe, née en 1810, se maria en 1832 avec Jean Charles Trotin, le fils du garde champêtre.

Simon Pierre Herbreteau et Henriette Mandin signèrent au château de Linières leur contrat de mariage rédigé par le notaire de Saint-Fulgent le 30 juillet 1791 (1). Il a été convenu que les futurs époux « seront commun moitié par moitié en tous biens meubles acquêts et conquêts (2) immeubles dès le jour de leur bénédiction nuptiale suivant et au désir de la coutume de cette province de Poitou. » Les acquêts étaient les biens acquis durant le mariage par l'un ou l'autre des époux et qui faisaient partie du bien commun. Les conquêts désignaient ce qu'on acquiert par son travail durant le mariage. Cette convention est convenue par qui ? Les futurs époux bien sûr, mais aussi leurs parents, ces derniers constituant les dotations des jeunes mariés. Du côté du marié ses parents lui donnent une somme de 600 livres par avance d’héritage, suivant l’usage. Cette somme est décomposée en deux parties : 448 livres de meubles et effets et 152 livres en argent. Du côté de la mariée ses parents apportent aussi 600 livres en argent, à valoir sur son futur héritage. La somme sera remise au futur époux dès le jour de la bénédiction nuptiale, est-il précisé. Suivant une clause habituelle, il est prévu que l’épouse aura le « douaire coutumier » sur les immeubles de son époux si elle devient veuve. En Poitou celui-ci équivalait au tiers des biens immeubles.

Et le texte du contrat de poursuivre : « Toutes lesquelles susdites conventions ont été faites en présence et de leurs consentement francs de … » Et sont énumérés outre les père et mères des mariés, onze parents proches, frères et sœurs, oncles et tantes, beaux-frères et belles-sœurs. C’était l’usage, car le contrat de mariage créait ainsi une nouvelle communauté de biens et constituait un acte de gestion important, avec les successions, de la gestion des biens de famille. Dans le cas particulier du mariage d’Henriette Mandin, signent en plus les châtelains de Linières, son frère et sa sœur, car ils sont considérés comme faisant partie de la famille : « M. Charles Augustin de Lespinay, capitaine au 18e régiment ci-devant Berry, Dame Félicité Marie Louise Marguerite du Vigier son épouse, M. Armand François de Lespinay, ancien capitaine au régiment du roi, Dame Louise Henriette de Lespinay ».

Noirmoutier autrefois
Pierre Herbreteau a un frère aîné prêtre, Jean, né à Linière en 1762, vicaire à Soullans puis à Venansault. Celui-ci a refusé de prêter serment et il fut pour cela exilé à Tarragone en Catalogne, embarqué en octobre 1792 aux Sables-d’Olonne sur le bateau, « l’heureux hasard », avec 38 autres prêtres. A son retour en 1797, son bateau s’échoua à l’Aiguillon à cause d’une tempête. Il fut arrêté à nouveau et expédié à Rochefort pour un nouvel exil en Espagne. Il s’évada à nouveau avant d’embarquer et se cacha au Poiré-sur-Vie. Le préfet le note en 1800 comme « tête un peu chaude, mais a promis de faire soumission aux lois ». Il fut nommé vicaire au Poiré après le concordat. Plus tard il sera curé de Mouchamps (1809), puis se retira au Poiré en 1821, où il mourut en 1832.

Le premier enfant du couple, Henriette, sera baptisé le 23 juin 1793, alors que la guerre de Vendée a débuté depuis la mi-mars. Le parrain est Armand de Lespinay, frère du châtelain de Linières, et la marraine est la première fille du châtelain, Henriette, âgée de seulement trois ans et demi.

Quatre mois plus tard, la châtelaine Félicité du Vigier est en fuite dans la virée de galerne. Puis le beau-père de Pierre Herbreteau, Jacques Mandin, est tué par les bleus le 1-2-1794 (page 107 de mon livre), veille de la fameuse bataille de Chauché, où Charette mis successivement en déroute trois colonnes infernales. Il était devenu régisseur probablement à la suite de la blessure de Christophe Cougnon en août 1793, le premier capitaine de la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie, dans la cour du château de Saint-Fulgent. Dans son registre clandestin, le prieur Allain note la présence à cet enterrement de Pierre Herbreteau son gendre, de Jean Herbreteau et jacques Godard, tous deux métayers. Le premier l’était à Linière et c’était le père de Pierre. Le deuxième l’était à la Mauvelonière.

Puis c’est le château de Linières lui-même qui sera en partie brûlé par une colonne infernale au début de 1794 (peut-être celle du général Grignon qui remontait de Chantonnay vers Montaigu).

Combattant vendéen


Il a participé aux combats vendéens, puisque le prieur note que le 15 janvier 1794, Jacques Drapeau, sabotier au bourg de Saint-André, « a été tué au combat des Brouzils et est resté sur la champ de bataille ». Puis il précise que « …a été témoin de sa mort par les républicains Pierre Herbreteau maréchal dans le bourg… »

On sait en effet que le 9 janvier, Charette a lancé sa troupe à l’assaut de Saint-Fulgent, dont la garnison, surprise, fut en grande partie massacrée. Le lendemain il attaquait les Quatre-Chemins, où il essuya un revers le soir même. Il se réfugia à nouveau dans la forêt de Gralas ensuite, d’où il sortit de temps en temps pour attaquer des convois de soldats républicains. C’est ainsi qu’eut lieu la bataille des Brouzils à la mi-janvier 1794, où Charette reçu une balle dans l’épaule, une blessure qui affecta beaucoup ses soldats.

Le grand-oncle du maire, Mathurin Herbreteau, métayer de la Morlière en 1793, a été tué par les républicains en septembre de cette année-là, à l’âge de 65 ans.

La fonction du maire sous Napoléon


Source : Archives départementales de Vendée
Nous n’avons pas de document sur la vie municipale de Saint-André-Goule-d’Oie pendant les 25 années de mandat de Simon Pierre Herbreteau. Il est cependant possible de nous faire une idée sur l’activité du maire, à partir du 1e septembre 1814, avec le Bulletin administratif hebdomadaire adressé par le préfet à MM. les maires du département de la Vendée. On y trouve les arrêtés du préfet, ses circulaires aux autorités locales, ses instructions et les communications officielles. Pour les années de transition entre le régime de Napoléon Ie et la Restauration monarchique (1814/1816), ces textes nous informent sur la fonction de maire dans les petites communes rurales. Ils sont accessibles par internet sur le site des Archives départementales de la Vendée.

Auparavant, il est utile de dire un mot des préfets. La fonction a été créée le 17 février 1800 par le premier consul Bonaparte afin de contrôler les départements et de pacifier le pays après les événements révolutionnaires.

De François Ie à Louis XVI, les rois imposèrent les généralités, dirigées chacune par un Intendant de justice, police et finances, pour supplanter les anciennes structures et institutions féodales (baillages et sénéchaussées). Les intendants disposaient de larges pouvoirs dans un système centralisé autour du roi. Ils réalisèrent l'unification administrative du pays, en réduisant les libertés provinciales et municipales. Impopulaires, ils furent balayés par la Révolution française, qui institua des assemblées dans les nouvelles circonscriptions créées : les départements. La Convention rétablit le centralisme de l’Etat en nommant à la tête des départements des agents nationaux aux ordres du gouvernement, le 4 décembre 1793. On le voit, la fonction de préfet reprend et prolonge la fonction de l’Intendant de l’ancien régime.

Dans la même logique, le maire en 1814 est un fonctionnaire du département avant tout, nommé par le préfet. Les réunions du conseil municipal sont fixées à des périodes arrêtées par le préfet, mai et novembre généralement, pour le consulter sur le budget de la commune.

Son rôle dans la perception des contributions directes continue la fonction dévolue aux assemblées paroissiales sous l’ancien régime pour répartir la taille. Il est important, malgré l’institution des percepteurs. Le maire doit chaque année informer les habitants de la commune des dates de paiement des contributions, tenir à jour un livre des mutations (des propriétés), viser l’état des assujettis à la patente, donner une liste de propriétaires pour la fonction de commissaire répartiteur (fixer des valeurs permettant d’établir la taxe foncière), etc. Le préfet n’hésite pas à exhorter le zèle des maires pour le paiement des impôts : « Les Maires sont chargé de donner au présent arrêté la plus grande publicité, et d'engager leurs administrés à acquitter, avant d’y être contrains, la dette sacrée des contributions. »

Les Vendéens, après les ruines subies au cours de la guerre civile et la reconnaissance que leur « devait » normalement le roi, attendaient, sans doute trop naïvement, quelque mansuétude en ce domaine, en signe de reconnaissance. Ils furent déçus ! Signe des réticences rencontrées, le préfet n’hésita pas à mobiliser les curés, en plus des maires, dans une lettre du 30 septembre 1814 à « Messieurs les curés et desservants de ce département ». Après avoir décrit tous les bienfaits apportés par le retour de la monarchie en Vendée, il écrit : « L'impôt doit être acquitté avec la plus rigoureuse ponctualité. Persuadez vos paroissiens, Monsieur, que ce serait l’aggraver que de s'exposer à des frais que leur bonne volonté peut prévenir….Il faut que l'arriéré des contributions directes disparaisse, il faut que la contrebande cesse entièrement de démoraliser le peuple, et de voler le trésor royal. Ce brigandage a fait couler le sang, il a livré à la rigueur des lois des familles entières ; ces malheurs et ce scandale peuvent être arrêtés par les pieuses exhortations des Pasteurs de ce département. Engagez aussi les contribuables de votre Paroisse à éviter l'envoi des garnisaires [soldats] qui sont placés dans chacune des communes où le recouvrement de l'impôt trouve quelque opposition. »

 En matière de police, le préfet décrit avec précision, dans une instruction du 10 octobre 1816, les devoirs du maire dans l’établissement d’une liste nominative des habitants de la commune, afin de répertorier, avec une définition claire, les suspects, les mal intentionnés, les étrangers à la commune (devant posséder un passeport intérieur établit et visé par le maire) et les vagabonds (qu’il doit faire arrêter).

Les maires doivent contrôler, en particulier :
    qu’il n’existe pas de jeux de hasard pratiqués dans leur commune, et qu’on n’utilise pas des cartes à jouer, autres que celles vendues par la régie d’Etat,
       le respect des dates de la chasse,
     le respect des règlements sur les routes (élagages des arbres, entretien des fossés, chargement maximal autorisé en fonction de la largeur des jantes des roues), et au besoin il doit dresser des « contraventions de grande voirie »,

     l’interdiction de cultiver du tabac (le monopole d’Etat, sous des modalités diverses, a commencé dès 1674 en France), « alors que cela se fait dans quelques communes du département … Ces plantations ne sont pas considérables quant au nombre de pieds. Mais elles ne laissent pas d'être multipliées. Il y en a dans les jardins, dans des champs écartés, dans l'intérieur des bois. Les cultivateurs mêlent le tabac parmi d'autres plantes qui le dérobent à la vue ou empêchent de l’apercevoir, comme le maïs, les choux etc. » Comment s’étonner après cela que ces paysans allergiques à l’intervention de l’Etat pour les empêcher de cultiver le tabac, aient été allergiques aux lois les empêchant de pratiquer leur religion à leur convenance ou les enrôlant au service militaire ?     
     l’inventaire des armes dans les communes,
     le respect de l’interdiction de la contrebande de sel près des côtes,
     les « cris séditieux ou aux provocations à la révolte », qu’il doit « constater sur le champ ».

Dans une instruction du 11 octobre 1816, le préfet écrit : « Vous voudrez bien joindre, Messieurs, la plus grande exactitude à faire connaître aussi promptement que régulièrement tous les faits qui peuvent se passer dans vos Communes et dont la connaissance intéresse l'Administration pour la tranquillité publique. » C’est une caractéristique de la Restauration monarchique qui se méfie de ses ennemis politiques. A partir de 1814, les préfets sont assignés à maintenir l'ordre : « Mettez au premier rang de vos devoirs le maintien de l'ordre public...la vigilance prévient le désordre » (Circulaire en 1815 du ministre de l'intérieur).

Soldat vétéran de Napoléon
Dans le domaine militaire, les maires aident les autorités dans une fonction à caractère administratif. Ainsi pour :
     le paiement des soldes aux officiers en non activité, mais restant à la disposition du gouvernement ; le maire donne un visa, établit les certificats de vie et signale les changements d’adresse des officiers pensionnés,
     la formation des listes préparatoires et des conseils d’organisation concernant l’enrôlement volontaire dans les armées et la nouvelle garde nationale, ainsi que l’établissement des actes d’enrôlement,
       l’établissement de la liste des propriétaires et le nombre des chevaux dans la commune, préparant la monte des chevaux dans l’armée,
    l’établissement de certificats permettant la démobilisation de certains militaires à mettre en congé.
       Une instruction du 16 juin 1816 rappelle aux maires de surveiller dans leur commune l’obligation aux officiers en non activité de faire « disparaître de leur uniforme les signes qui ont rapport à une organisation militaire antérieure. Cette disposition s’applique également aux boutons…Ils doivent être remplacés par des boutons emprunts d’une fleur de lys », sinon il y a risque de se voir supprimer la demi-solde. Le maire doit prévenir les intéressés et certifier sur l’état qu’il signe chaque mois pour le paiement de la demi-solde que les intéressés dans la commune satisfont à cette obligation. Ils étaient nombreux les anciens «grognards » de Napoléon, à arborer les uniformes de leurs glorieuses campagnes militaires, et peu enclins à faire disparaître les signes de leur empereur déchu. Désormais, ils devaient cacher au maire et aux gendarmes leurs souvenirs, à moins d’être amis, sait-on jamais ?

Ce travail administratif du maire répondait aussi à un besoin d’informations statistiques du gouvernement. On sait qu’en France l’Etat a toujours eu, depuis les rois capétiens, un rôle d’intervention dans la vie sociale. Dans le domaine économique, on voit le préfet demander aux maires, en 1814, d’indiquer la surface occupée dans leur commune par les différentes cultures « de la Luzerne, du Sainfoin, de la Vesse, jarosse ou Garobe, de la Gesse, blanche ou grise, du Trèfle, des Choux, ( avec l’attention de distinguer les espèces) des Navets, Raves ou Rèbes, de la Pomme de terre, des Betteraves ou Carottes, du Blé-noir, de l'Avoine, des Grains destinés à être mangés en vert, ou Coupages ». L’Etat veut encourager la culture des fourrages artificiels, car « toute bonne agriculture doit être fondée principalement sur les moyens de multiplier les bestiaux et les engrais », écrit le préfet. On plaint quand même les maires devant le travail demandé !

Trois semaines après, le préfet envoie une autre instruction, tout aussi lourde à exécuter : « Le gouvernement m’ordonne de recueillir des notions sur le nombre de bêtes à corne qui existent dans le département. Je vous prie, en conséquence, de vouloir bien me marquer combien il y a dans votre commune : 1.° de vaches de deux ans et au-dessus ; 2.° de veaux de l'année ; 3.° de génisses de l'année; 4.° de taureaux d'un an ; 5.° de génisses d'un an ; 6.° de taureaux de deux ans ; 7.° de bœufs de trois ans et au-dessus. » Psychologue, le haut fonctionnaire précise : « Sous un Gouvernement sage et paternel, les recherches de cette nature ne doivent inspirer aucune défiance. Celles-ci n'ont pour but que de fournir des données nécessaires pour encourager le commerce des bestiaux, l'une des premières sources de la prospérité du département. »

Antoine Jean Gros : Louis XVIII
Dans le domaine social aussi l’Etat intervient. Ainsi pour décider de travaux d’hiver (1816/1817) à l’intention des ouvriers qui sont au chômage à cette saison, et rémunérés sur fonds spéciaux du gouvernement. Le texte de l’instruction du 17-12-1816 est révélateur de l’état d’esprit de l’époque : « Le Roi, dont la pieuse et bienfaisante sollicitude s’occupe constamment du soin de réparer, de prévenir même les maux de son Peuple, a mis à ma disposition des fonds pour procurer, pendant la saison rigoureuse, des secours et des travaux à la classe ouvrière de ce département. » Il est vrai que la région connu une famine cette année-là.

Si l’état d’esprit date, cette conception du rôle de l’Etat en France n’a pas pris une ride. Elle s’enracine, on le voit, en profondeur dans l’histoire nationale. Elle est la conséquence de la faiblesse des structures locales pour prendre en charge les intérêts sociaux et économiques. Conséquence qui devient cause du renforcement de l’Etat au fil du temps.

Ce rôle du maire est aussi celui d’un fonctionnaire au service de l’action politique du gouvernement en place. Il doit relayer sa propagande. C’est aussi pour cela qu’il est choisi, de préférence parmi les partisans du pouvoir en place. Qu’on en juge :

Dans son instruction du 7 septembre 1814 au sujet de la fête du roi (la saint Louis du 25 août, qui remplace la fête nationale du 14 juillet), le préfet écrit aux maires : « J’ai l'honneur de vous adresser la description de la fête donnée au Roi par la ville de Paris. Répandez dans votre commune les détails de cette belle journée, ils font connaître l'amour et le respect que les français portent à leur Roi, et les sentiments d'affection paternelle dont le cœur de ce Monarque chéri est rempli pour ses sujets. La fête du Roi n’est pas seulement une fête nationale, c'est une fête de famille, parce que le Roi est véritablement le Père du peuple. A cette première fête, se rattachent toutes les idées du bonheur que son retour nous assure ». Cette fête « annonce que la révolution est finie et que les lys refleurissent sur la France ».

Malheur au maire désobéissant ! Il sera suspendu de ses fonctions, comme ce fut le cas du maire de Chauché le 31 décembre 1816, M. Puitesson. Il s’était « permis, au mépris de toute bienséance et contre tout devoir, de signer un libelle dirigé contre l’administration supérieure de ce Département et ayant pour titre : Réponse à la Proclamation du préfet par intérim du département de la Vendée, en date du 21 novembre 1815; ». Dans sa proclamation le préfet avait mis en garde contre de fausses rumeurs.

La place de Simon Herbreteau dans le paysage politique de l’époque


Pourquoi Pierre Herbreteau a été choisi par l’autorité préfectorale pour être nommé maire de Saint-André-Goule-d’Oie ? L’arrêté de nomination n’est pas motivé et c’est tout ce que nous avons trouvé. Il faudrait lire un de ces rapports que devaient établir la police et les fonctionnaires locaux, chargés de surveiller les activités politiques locales. En tout cas il a inspiré confiance aux nouvelles autorités bonapartistes.

Anonyme :
Napoléon et le pape signent le concordat
Rappelons que Napoléon a voulu mettre les ennemis d’hier, royalistes et révolutionnaires, à son service. Il avait étudié de près les combats de la guerre de Vendée et il voulait la paix dans la région. Pour cela, il a vite compris qu’il lui fallait négocier un concordat avec le pape, rétablissant la liberté du culte et réunissant dans une même église le clergé qui avait prêté serment à la Constitution civile du clergé et celui qui s’était refusé à le faire. Il a aussi voulu séduire l’ancienne noblesse. A ce titre, on verra l’ancien châtelain de Linières, Charles de Lespinay, amnistié et rayé de la liste des émigrés en novembre 1802. Son frère aîné, le marquis Alexis, a été nommé au Corps Législatif (nom de l’Assemblée nationale de l’époque) en 1811, tout en étant nommé maire de Chantonnay de 1811 à 1830. Son autre frère Armand a été nommé maire de La Pommeraye en 1801.

Pierre Herbreteau n’était pas bonapartiste au moment de sa première nomination. Cette notion ne prendra du sens que plus tard. Il n’était pas du côté des révolutionnaires, mais pourquoi se séparer du jeune Jean Bordron ? A moins que le comportement personnel, ou la vie privée de ce dernier aient donné lieu à des réserves. A Chauché, par contre, le préfet y avait conservé le maire partisan de la Révolution dans ses fonctions. Il en fut de même pour quelques mois en 1800 à St Fulgent avec Louis Merlet. La personnalité, la disponibilité, la compétence, l’autorité supposée sur les concitoyens, ont dû certainement compter en premier lieu, pour la désignation de Pierre Herbreteau à l’âge de 35 ans.

Il avait participé aux combats des insurgés, et nous pensons, et nous pensons qu’il devait plutôt avoir des sympathies du côté des royalistes. Le fait de conserver son poste après la restauration monarchique en 1814, nous incline à le penser. Sa bonne réputation de compétence, d’autorité et d’intégrité ne devait pas suffire à la préfecture, il fallait aussi un minimum de zèle envers le roi. Mais sa longévité dans un poste pas toujours facile, où il fallait relayer les avis, les demandes d’enquêtes, les instructions, parfois partisanes du gouvernement, est un gage de ses qualités personnelles pour cette fonction. Par comparaison, la commune de Chauché a changé cinq fois de maire pendant la durée de ses mandats, de 1800 à 1825.

La première restauration monarchique de 1814 maintient la nomination des maires, ils sont choisis au sein des conseils municipaux, eux-mêmes nommés. Plus tard est rétabli le suffrage censitaire : seuls les hommes de 30 ans payant un (cens), impôt de 300 Frs, (c’est beaucoup) ont le droit de vote. Ensuite, la loi du 29 juin 1820, dite loi «du double vote», permet aux électeurs les plus imposés de voter deux fois.

Moulin à girouette
Un fait intéressant donne la mesure du sens politique et pratique de Simon Pierre Herbreteau au moment du bref retour de Napoléon. Pendant les Cent jours (20-3-1815 au 8-7-1815), quand l’empereur reprit le pouvoir jusqu’à sa défaite définitive de Waterloo, certains fonctionnaires eurent des sueurs froides. Après avoir juré fidélité au roi Louis XVIII (lors de la première restauration du 2-4-1814 au 20-3-1815), ils durent travailler pour Napoléon, puis à nouveau pour le roi (lors de la deuxième restauration à partir du 8-7-1815). Le maire de Saint-André su s’adapter aux circonstances, comme on le remarque sur le registre de l’état-civil. Pendant les Cent jours le nom de l’arrondissement, Bourbon-Vendée, comporte une surcharge d’écriture, bien visible. Le mot « Bourbon » a été écrit sur celui de « Napoléon », qu’on a un peu effacé auparavant. Car, pendant les Cent jours, le nom de l’arrondissement avait bien sûr changé en fonction des circonstances. On imagine que le maire dut attendre la fin de l’année, pariant sur la stabilité du nouveau régime pour effectuer cette correction et montrer son loyalisme au roi, après avoir servi l’empereur. C’est que le maire de l’époque est plus considéré comme le représentant de l’Etat que celui des citoyens de sa commune. De toute façon, le personnel politique de l’époque a donné un « bal des girouettes » à cette occasion, appartenant aux plus notoires de l’Histoire de France.

Rappelons sur ce point que le général Brayer (le grand-père de Marcel de Brayer, propriétaire de Linières de 1868 à 1875) fut condamné à mort après la 2e restauration monarchique pour avoir trahi son serment de fidélité au roi. Il est vrai que ses responsabilités avaient été d’un autre niveau (général en poste à Lyon) et il avait mis ses troupes à la disposition de l’empereur de retour de l’île d’Elbe.

Pierre Herbreteau rédige son dernier acte d’état-civil le 7 février 1726, à l’âge de 61 ans, cinq ans avant sa mort le 26 mai 1831. Sa femme Henriette mourra cinq mois plus tard, le 11 octobre 1831.

Décidément cette forge du bourg, berceau de la famille Bordron, aura donné trois maires à la commune en peu de temps. Jean Bordron d’abord, puis son fils Jean et enfin un neveu, Pierre Herbreteau. Et pourtant on devine que les opinions politiques devaient parfois faire débat après la guerre de Vendée. Dans cette commune rurale, il faut sans doute se rappeler que les qualités humaines des responsables communaux devaient compter davantage que les débats partisans pour obtenir la confiance des concitoyens, sinon celle du préfet.

(1) Archives de Vendée, étude de notaire de Saint-Fulgent, Frappier Rigournière : 3 E 30/13, contrat de mariage Simon Pierre Herbreteau et Henriette Mandin du 30-7-1791.

Emmanuel François, tous droits réservés
Août 2010, modifié en août 2014

POUR REVENIR AU SOMMAIRE