lundi 1 mars 2021

L’action municipale à Saint-André-Goule-d’Oie de 1860 à 1930

L’essor de la 2e moitié du 19e siècle



Archives départementales de Vendée

Le percepteur de Saint-Fulgent, qui gérait la comptabilité de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie au 19e siècle et y recouvrait les impôts, fournit dans les archives de la préfecture de la Vendée concernant la commune, des attestations sur le montant des quatre contributions directes. Celles-ci, créées par la Révolution, pesaient sur les biens plutôt que sur les personnes et alimentaient le budget de l’Etat. Les révolutionnaires ont voulu faire oublier par-là l’ancienne taille royale, et les nombreux possédants parmi-eux éviter de déclarer leurs revenus personnels. Les « quatre vieilles », suivant le vocable d’autrefois, étaient :

-          La contribution foncière portant sur tous les terrains, distinguée à partir de 1881 entre non-bâtis et bâtis. Elle fut transférée aux communes et départements, entièrement en 1948.

-          La contribution personnelle et mobilière portant sur tous les revenus qui ne sont pas tirés du commerce ou de la terre, transférée en 1917 aux communes et départements. Plus tard elle fut calculée sur les valeurs locatives des logements et devint la taxe d’habitation. Elle est en train de disparaitre depuis 2018.

-          La contribution de la patente, qui taxait les professions selon des signes extérieurs, transférée en 1917 aux communes et départements. Elle fut transformée en taxe professionnelle en 1975.

-           La contribution sur les portes et fenêtres, supprimée en 1926.

Rappelons que l’impôt sur les revenus est une création postérieure (1914) et que s’ajoutaient des taxes diverses, qui allèrent en augmentant pour répondre aux besoins croissants de l’Etat. À l’époque la TVA n’existait pas. À Saint-André-Goule-d’Oie les quatre contributions ont évolué de la manière suivante (1) :

 

1862

1874

1880

1886

Foncière

3154

3200

3231

3246

Personnelle mobilière

780

893

996

1046

Portes et fenêtres

331

404

458

487

Patente

329

482

478

451

Total

4594

4979

5164

5230

Augmentations

 

8,3 %

3,8 %

1,3 %

On voit qu’en 15 années, de 1862 à 1886, les impôts ont augmenté de 13,8 %, près de 1 % par an. L’INSEE n’existait pas à l’époque, mais on sait que la période est marquée par la stabilité des prix et l’enrichissement des habitants du bocage vendéen. La taxe foncière représentait la part la plus importante : 68 % du total en 1862, ramenée à 62 % en 1886. Elle n’a augmenté que de 3 % en effet, alors que les autres contributions ont augmenté de 34 % pour la mobilière à 47 % pour les portes et fenêtres. Ces augmentations traduisent l’augmentation de la population par les naissances, de 1443 à 1690 habitants, soit une hausse de 17 %, et aussi une élévation du pouvoir d’achat des propriétaires fonciers, des agriculteurs et des artisans. On n’a pas de données sur les ouvriers, travaillant de manière dispersée alors surtout dans l’agriculture et un peu chez les artisans. L’industrie métallurgique avait révolutionné les techniques agricoles à partir du milieu du siècle. Les nouveaux fours ont produit la chaux nécessaire aux terres acides du bocage à un prix devenu abordable. Elle fut l’engrais du miracle économique dans la région, suivi rapidement d’engrais plus élaborés. Les outils métalliques de travail de la terre ont permis de mieux labourer et enfouir les mauvaises herbes et de mécaniser des tâches. La suppression des jachères longues dans l’assolement des terres, qui en a été la conséquence, a pu augmenter d’un tiers environ à elle seule les rendements des cultures. Elle a favorisé aussi la culture des prairies artificielles et augmenter en conséquence la part de l’élevage dans les exploitations. Bref, on s’est enrichi, et plus qu’on le voit dans l’augmentation ci-dessus des quatre contributions directes. Sur les exploitations agricoles modernisées, voir l’article publié sur ce site en juillet 2014 : La fortune foncière des châtelains de Linières au 19e siècle. Dans les 8 métairies du domaine de Linières en 1897, les prés, pâtures et guérets occupaient 20 % des surfaces, et les plantes fourragères destinées à l’élevage occupaient 40 %. Les champs emblavés en céréales représentaient 30 % du total, dont 60 % en froment, 37 % en avoine et 3 % en seigle (2). 

Jean Droillard : Intérieur vendéen (coll. part.)

Cet enrichissement général dans la 2e moitié du 19e siècle se traduit dans les frais de fonctionnement de la commune. Les frais administratifs et d’entretien passent de 287 F par an en 1861 à 686 F en 1886. Les salaires annuels du secrétaire de mairie et du garde champêtre montent de 120 F à 340 F dans la même période. Les dépenses d’entretien des nouveaux chemins vicinaux récemment construits augmentent de 2 547 F par an à 2 777 F par an. Surtout les dépenses totales annuelles pour les écoles augmentent de 990 F à 5 075 F, à cause du nombre d’instituteurs (trices) rétribués par la commune. Mais la subvention reçue de l’Etat pour faire face à cette dépense passe dans le même temps de 727 F à 4 528 F (3).

Les recettes de la commune consistaient d’abord en centimes additionnels aux quatre contributions. Ainsi en 1886 le centime de la commune valait 51,75 F, et la loi prévoyait pour Saint-André le prélèvement automatique de 4 centimes additionnels ordinaires, représentant 210 F. Elle prévoyait aussi 11 centimes additionnels spéciaux au titre des dépenses de garde-champêtre, de l’entretien des chemins vicinaux et routes et des écoles, représentant 570 F. Pour rembourser des emprunts nécessaires au financement de la construction des routes il y avait aussi 7,5 centimes additionnels extraordinaires pour un montant de 388 F. Les autres recettes étaient la taxe sur les chiens qui rapportait 120 F. Des attributions sur des taxes et des impôts perçus par l’Etat complétaient les ressources de la commune à hauteur de 149 F. Les rentes d’Etat et autres placements de la commune rapportèrent cette année-là 247 F. Enfin il y avait la prestation pour l’entretien des chemins vicinaux qui se montait à 2 517 F. Chaque contribuable devait 3 journées de travail à la commune pour cet entretien, et on pouvait se soustraire à cette prestation en nature en payant son équivalent. Puis la partie en nature fut remplacée par la seule contribution financière. La subvention d’Etat pour les écoles, d’un montant de 4 528 F, représentait à elle seule 52 % du budget (3).

La construction des routes, surtout à partir des années 1860 à Saint-André, a été la grande affaire de la commune. On empierra les chemins séculaires pour faciliter la circulation, notamment des engrais venus de l’extérieur, et du bétail vers les foires plus lointaines. Les investissements nécessaires, aidés dans une grande proportion par l’Etat et le département, ont été financés par des emprunts. Pour les rembourser le conseil municipal vota des impositions de centimes additionnels extraordinaires aux quatre contributions directes.

L’autre grande affaire a été la construction en 1874 d’une école des garçons de deux classes, et d’un bâtiment servant de logement à l’instituteur et de mairie, aussi aidée par l’Etat, puis son agrandissement d’une classe supplémentaire en 1882. Il faut ajouter la construction de l’école des filles en 1848 et de l’église en 1875, sous la conduite et le financement de la fabrique de la paroisse. L’argent venait des mêmes personnes, cette fois-ci sur un registre bénévole et avec une aide de l’Etat assez mince.

Toutes ces initiatives ont permis de tirer profit de la révolution technique dans l’agriculture, qui en avait donné les moyens financiers. L’apogée de cette époque de prospérité peut être située par le chiffre du nombre d’habitants en 1891 : 1735. Il ne fera que baisser ensuite à cause d’une main d’œuvre en surnombre qui émigra vers des régions du sud de la France, conséquence de la hausse de la productivité dans une économie presque uniquement centrée sur l’agriculture.

En 1896 la commune disposait des principales recettes propres suivantes (3) :
- 42 centimes additionnels ordinaires et spéciaux rapportant 2 016 F. On y trouve 2 centimes pour une dépense nouvelle : l’assistance médicale gratuite. Surtout on y trouve une rubrique révélatrice d’un esprit nouveau : 22 centimes additionnels pour « insuffisance de revenus ». Les libellés étaient imposés par l’administration et celui-ci correspondait à une commodité « fourre-tout », étant fixé chaque année par la commune. Mais il faisait désormais partie des ressources nécessaires à son train de vie.
- 12, 9 centimes additionnels extraordinaires pour remboursement des emprunts affectés à la construction des routes, rapportant 620 F par an. Les échéances des 5 emprunts en cours se terminent de 1909 à 1916 pour 4 d’entre eux et en 1924 pour le 5e.

Les débuts du 20e siècle à l’ère du progrès

Avec une valeur de 53 F l’unité, la commune de Saint-André prélevait 55 centimes en 1909. Les centimes additionnels ordinaires et spéciaux étaient au nombre de 36,2, dont 19 pour insuffisance de revenu. En revanche le nombre de centimes additionnels extraordinaires pour remboursement d’emprunts était de 18,8 (4). 

Ce début du siècle a connu des évènements importants dans la vie de Saint-André-Goule-d’Oie : la séparation de l’église et de l’Etat et l’expansion des écoles libres. Ce sont des sujets que nous avons abordés dans deux articles déjà publiés sur ce site. Le premier en mai 2019 : L’inventaire des biens d’Eglise en 1906 à Saint-André-Goule-d’Oie. Le deuxième en juin 2019 : Les écoles libres de Saint-André-Goule-d’Oie. Présentement nous restons sur une vision principalement économique de la vie de la commune. Après la révolution technique agricole du milieu du milieu du 19e siècle en Vendée, les progrès techniques du 20e siècle ont concerné le département comme partout ailleurs. Ainsi en consultant les archives de la préfecture pour la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, les arrêtés du maire et les délibérations du conseil municipal, quelques dates retiennent l’attention.


En 1905 la commune de Saint-André profite de la création d’un réseau téléphonique cantonal à l’initiative du département, établissant une ligne reliant les Essarts à Saint-Fulgent. Mais, « très économe de ses deniers », le conseil municipal veut faire « le moins de sacrifices possibles » pour son usage (5). L’enthousiasme n’est pas au rendez-vous apparemment. Un service téléphonique a donc été mis en place pour la commune entière par demi-journée seulement. Il était assuré par Jean Chatry, préposé au téléphone dans l’administration des PTT. En 1929 il demanda une augmentation de 600 F pour doubler son salaire. Son traitement fut fixé par la commune à 1000 F au lieu de 600 F. On était en période d’inflation des prix et le pouvoir d’achat des salariés était devenu un problème après la première guerre mondiale. En 1936 son salaire était toujours de 1 000 F. Cette année-là la direction des PTT augmenta son tarif pour le port des dépêches et messages téléphoniques en dehors du bourg. Pour que ce service reste assuré gratuitement dans toute la commune, le conseil décida d’augmenter à compter du 1e aout 1836 de 200 F le salaire de Jean Chatry. L’administration des PTT avait proposé au mois de février précédent de prolonger le service téléphonique de 12 h à 14 h. Le conseil municipal refusa le 23 février 1936 de le faire. En 1938 il vota un crédit de 85 F pour l’ajustement du traitement du préposé au téléphone (6).

Nous n’avons pas de données locales pour apprécier la politique salariale pratiquée dans ce cas. Mais il nous parait intéressant de s’attarder sur l’attitude du conseil municipal au moment de se lancer dans le service téléphonique en 1905. Non pas tant sur son manque d’audace dans un domaine dont nous connaissons l’avenir qu’il a eu depuis. C’est le sens de l’économie animant les conseillers municipaux qu’il faut relever. Ils ne jetaient pas l’argent par les fenêtres comme on le voit, et c’est plutôt une vertu au premier abord. Evidemment sur ce point la vertu et le vice se côtoient séparés par une certaine subjectivité. Ce qu’il importe de noter ici c’est la propension à l’économie dans la dépense chez les habitants du bocage. Ils ont vécu si longtemps dans une économie de subsistance qu’on peut aisément les comprendre et éviter d’en sourire par simple ignorance. Ce détail ne peut pas être oublié quand on verra à la fin du 20e siècle des artisans devenir industriels avec leurs patrimoines, et avec des salariés issus des mêmes territoires.    

  

En 1907 le maire décide que les couvertures des toits en paille sont interdites dans les constructions neuve, ainsi que l’utilisation du plomb dans les canalisations, et les sols en terre battue dans les maisons d’habitation (7). On a relevé des tuiles sur quelques toitures dans les villages dès le 17e siècle, et probablement y en avait-il avant. Mais dans les années 1870 des toitures en chaume font encore partie des paysages décrits autour de Linières par son propriétaire et poète, Marcel de Brayer. La décision de 1907 sur ce point indique une volonté, mais aussi que les habitants avaient désormais la capacité financière de l’exécuter.


En 1916 le conseil municipal fixe des emplacements pour la distillation des alcools par les bouilleurs de cru, quatre ; on est dans la proximité :
- Au bourg chez M. Audureau, loueur ambulant
- Au Guinefort, intersection des routes de Chavagnes et de la Rabatelière.
- Près le bourg à l’intersection des routes de Vendrennes et de Sainte-Florence.
- À la Brossière sur le bord du chemin de servitude vis-à-vis de la route de Saint-André à Vendrennes.
Une nouvelle loi avait prévu cette obligation, ainsi que celle de fixer les horaires d’ouverture. Le conseil municipal de Saint-André fut précis : de 7 h du matin à 6 h du soir en hiver, de 6 h du matin et 7 h du soir au printemps et automne, et de 5 h du matin à 8 h du soir en été (8). Auparavant la distillation d’alcool était libre, mais taxée lourdement au moment de sa vente. De là une tendance à la fraude dénoncée par les ligues antialcooliques. Vus par le législateur comme « fléaux des campagnes », la loi de 1916 obligea les bouilleurs de cru à limiter leur consommation personnelle à l’usage de l’équivalent de 10 litres d’eau par an. Le reste devait obligatoirement être soumis à déclaration, tout en étant frappé de droits. D’où les obligations des conseils municipaux évoquées ci-dessus dans le cadre de cette obligation. Les bouilleurs de cru ont constitué longtemps un groupe de pression considéré comme sympathique dans les campagnes, défendant leur moyen de subsistance d’appoint, nécessaire pour ne pas tomber dans la pauvreté. Ils défendaient aussi leur liberté individuelle et la propriété privée bridée par les contrôles de l’administration. Les droits de l’homme avaient été proclamés pour eux aussi en 1789, avec la devise comprenant les mots sacrés de liberté et de fraternité. Or contrairement à ce qu’on pense trop souvent, ces droits avaient été chers aux habitants de la commune pendant la première année de la Révolution. On s’amuse à penser que paradoxalement les bouilleurs de cru ont fait plus dans la région que les instituteurs laïques, en butte au rejet de la population, pour la promotion de ce qu’on appelle aujourd’hui communément les valeurs de la République, la démagogie étant chose très partagée.

 

En 1920 le département a voté 60 000 F pour l’érection des monuments aux morts en Vendée. La commune demanda de participer à l’opération moyennant une participation de 1 300 F auxquels s’ajoutèrent 2 250 F de souscription par des particuliers (8). En 1938 il est décidé de remettre à neuf le monument aux morts de la guerre 1914-1918 : 300 F « pour redorer les noms des morts et peindre l’entourage comme il convient » (9).

 

En 1923 la société centrale de distribution d’énergie électrique dont le siège était à Paris, proposa l’électrification de la commune de Saint-André. Le conseil municipal donna son accord de principe aussitôt (10). On voit ensuite qu’en 1930 la commission administrative du bureau de bienfaisance de la commune décide l’installation de l’électricité chez M. Brochard, ferblantier, locataire dans le bourg du bureau de bienfaisance, à la condition que le loyer annuel soit augmenté de 50 F (11). Le « Syndicat intercommunal d’électrification de la région de Montaigu » fut créé en février 1937. En faisait partie Saint-André-Goule-d’Oie. Le conseil municipal vota en 1938 une somme de 100 F pour payer les honoraires de M. Jeanot qui avait préparé le dossier de demande de participation de la commune au fonds d’amortissement des dépenses d’électrification (11). Cette décision en 1938 révèle aussi, après celle concernant le téléphone, l’entrée des habitants dans la coopération avec d’autres. À l’époque ce fut l’affaire des élus, mais plus tard tout le monde s’y mit sous diverses appellations (syndicat, coopérative, mutuelle, etc.), et dans bien des domaines. On sait l’influence de l’église catholique sur ce phénomène en Vendée, emmenée notamment par l’abbé Constant Charpentier (1872-1957), fils d’Alexis Charpentier et Jeanne Guilmineau du Clouin. Il fut secrétaire des Œuvres Diocésaines en 1908, et directeur du secrétariat social de la Vendée en 1922. La modernité et l’importance de son action apostolique en font un des acteurs qui a compté dans le développement de la Vendée au cours du 20e siècle (12).  

 

La construction des routes n’était pas terminée dans la 1e moitié du 20e siècle. On a l’exemple de la construction d’un chemin reliant Fondion à la route de la Brossière à Saint-André. La commune vota 10 000 F de crédit en 1923 pour financer la dépense estimée approximativement à 20 000 F, les propriétaires concernés devant combler le déficit (13). Il fallut aussi poursuivre la construction du chemin du Pin. Pour cela la commune emprunta 15 000 F en 1934, remboursable en 15 ans au taux de 4 %. Le financement sera assuré au moyen des ressources ordinaires de la commune, plus une imposition extraordinaire de 23 centimes additionnels au principal des contributions directes pendant 15 ans à partir de 1935. Mais ces centimes ne seront mis en recouvrement qu’en cas d’insuffisance des ressources ordinaires, dit la décision du conseil (14).

 

Il n’y avait pas que le préposé des PTT qui réclamait une augmentation de salaire, le secrétaire de mairie aussi en 1926. Il s’appelait Henri Seiller, et a demandé une « indemnité de cherté de vie » de 50 F/mois. Le conseil municipal, considérant la demande légitime, vota l’indemnité à effet du 1e septembre 1926. Il maintint l’indemnité aussi l’année d’après, « considérant que la vie est toujours aussi chère » (14). On n’était pas habitué à que cela dure.


En 1928 le conseil municipal approuva le marché conclu pour installer une « bascule communale convenable » dans le bourg, avec M. Allaire, constructeur d’instruments de pesage à Fontenay, au prix de 10 295 F (14). Ce n’est pas un détail, car pendant des siècles la précision de certaines unités de mesure de poids et volumes avait fait défaut aux habitants de Saint-André. L’arithmétique était entrée dans les esprits avec l’école pour tous à la fin du 19e siècle.

Citroën AC4 ou torpédo en 1930

L’arrêté du 21 aout 1930 du maire de Saint-André révèle bien son époque concernant la circulation automobile. « Vu la loi du 5 avril 1884, et considérant l’urgence de prévenir les accidents pouvant provenir de la vitesse exagérée de certains véhicules », il fixe la limite de 12 km/h pour les véhicules à traction mécanique dans le bourg et les villages de la commune (14).

Sans doute certaines voitures automobiles traversaient le bourg de Saint-André à « vive » allure à cette époque. Peut-être déplora-t-on un accident. La Citroën C4 par exemple pouvait atteindre 90 km/h maximum. On imagine de plus le choc provoqué par l’irruption de cette innovation dans le silence des campagnes régnant depuis les débuts de l’humanité. 

 

La pose et fourniture en 1931 d’une horloge dans le clocher de l’église est décidée pour le prix de 9 850 F. Le fournisseur est Lussault fabricant d’horloges publiques à Tiffauges (15).

 

Et après ?


Notre démarche commence par les documents d’archives, continuent par les accès internet, et nos récits en proviennent. En s’approchant plus près de nous, les règles d’accès à certains documents restreignent à juste titre la connaissance des données personnelles qu’elles peuvent contenir. De plus, s’approcher de notre propre vie comporte le risque accru de garder avec soi les « lunettes » dont notre cerveau se sert d’habitude. La maladie de l’anachronisme guette alors encore plus l’observateur du passé proche. Pourtant ce regard est très intéressant. Il nous touche et fournit l’occasion d’approfondir notre expérience. Mais par goût, je préfère l’aventure des voyages dans l’Histoire lointaine. Le passé proche abonde pourtant en données, et leur étude est à cet égard une lourde tâche. En revanche elle réclame elle aussi, au-delà de cette abondance, des témoignages humains personnels. Beaucoup d’anciens qui meurent emportent avec eux une part de matière historique. L’urgence serait d’abord de la recueillir.  

Une remarque pour Saint-André-Goule-d’Oie : 1968 constitue un point bas dans son histoire, 1087 habitants. L’exode rural a dépeuplé la commune pendant presqu’un siècle jusqu’au niveau atteint jadis en 1826, après les exterminations de la guerre de Vendée. En 2018 elle compte 1844 habitants avec un nombre infime d’étrangers, dépassant le pic de la fin du 19e siècle et résultant d’un besoin accru de main-d’œuvre. À son activité agricole elle a ajouté, avec son environnement, l’industrie et les services. Sans ressources naturelles, à l’écart des grands axes de communication et de l’implantation de grandes entreprises publiques, ses habitants ont participé de leur propre initiative à un mouvement puissant de créations d’activités dans la région. Quel historien pourra comprendre les particularités de ces hommes et de ces femmes ? Et quelle part celles-ci doivent à leur Histoire ?

 

(1) Construction d’une école des garçons et d’une mairie en 1873/1874, Edifices et services publics, Les écoles (1852-1907), mairie de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée : 1 Ǿ 632. Et revenus et charges, Emprunts et impositions 1862-1897, mairie de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée : 1 Ǿ 633.
(2) Vente par adjudication de Linières le 6 avril 1897, Archives de Vendée, cahier des charges des adjudications (1897-1039) : U 1-354.
(3) Revenus et Charges, Emprunts et impositions 1862-1897, mairie de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée : 1 Ǿ 633.
(4) Dépenses et recettes particulières (1909-1940), mairie de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée : 1 Ǿ 1032.
(5) Délibérations de 1903 à 1912 du conseil municipal de Saint-André-Goule-d’Oie de juin 1905 aux Archives de Vendée, vue 23.
(6) Edifices et services publics, horloge, école des filles et bouilleurs de cru, mairie de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée : 1 Ǿ 633.
(7) Arrêté du maire de Saint-André-Goule-d’Oie du 15-12-1907, registre (1873-1909) de la commune aux Archives de Vendée, vue 43.
(8) Idem (4).
(9) Délibérations de 1916 à 1921 du conseil municipal de Saint-André-Goule-d’Oie de juin 1905 aux Archives de Vendée, vue 39.
(10) Délibérations de 1921 à 1925, du conseil municipal de Saint-André-Goule-d’Oie de juin 1905 aux Archives de Vendée, vue 25.
(11) Idem (4).
(12) A. Gérard, L’Eglise des mouvements, dans la Revue du Centre vendéen de Recherches Historiques no 6, 1999, « La Vendée, histoire d’un siècle », page 147.
(13) Idem (10), vue 24.
(14) Idem (4).
(15) Idem (6).


Emmanuel François
Mars 2021