dimanche 1 mai 2016

La Maigrière de Saint-André-Goule-d’Oie aux 17e et 18e siècles


Le territoire de Saint-André-Goule-d’Oie proche de Chavagnes-en-Paillers, est constitué d’un plateau de vieilles roches. Celui-ci est creusé sur ses limites nord et sud par deux petites rivières : le Vendrenneau et la Petite Maine. Comme souvent, les habitats se sont créés à leur origine sur ce plateau à proximité des rivières. Au Peux et à la Roche Mauvin, les ancêtres descendaient un coteau pentu pour atteindre le Vendrenneau. Plus au sud, une anfractuosité dans le relief permet de descendre progressivement vers les villages de la Baritaudière, puis de la Maigrière. Ce dernier se trouve ainsi presqu’au niveau du ruisseau, comme caché et à l’abri des horizons lointains.

Un refuge pour les prêtres pendant la Révolution


On pense au mariage de Pierre Maindron, capitaine dans l’armée de Charette, avec Jeanne Cauneau, dans une grange de la Maigrière en 1798. Il eut lieu au pied d’un autel improvisé, célébré par l’abbé Brillaud, vicaire de Saint-Fulgent, qui se cachait dans les environs avec le curé Allain de Saint-André (1). A une époque où les pancartes n’existaient pas à la croisée des chemins, le village de la Maigrière ne se laissait découvrir qu’une fois arrivé sur place. Et pour s’en échapper, le gué du Vendrenneau à proximité offrait toutes facilités. En 1976, il se disait que l’on conservait toujours dans une famille des environs un chandelier datant de la Révolution, qui servit à éclairer le prêtre lors de la célébration de la messe dans un grenier chez un nommé Soulard à la Maigrière (2).

L’abbé Paul Boisson pense que ce grenier se trouvait dans une ancienne grange qui a été remplacée depuis par des écuries. Celles-ci prolongent la maison située à gauche après le calvaire avec son toit à quatre pans. Cette grange était autrefois surmontée d’un plancher. On accédait à une pièce à l’étage par un escalier, et on pouvait en sortir par une porte donnant accès à une maison voisine. C’est ici que se sont probablement cachés le curé de Saint-André et le vicaire de Saint-Fulgent pour y dire la messe. L’autel, porté par deux pierres en saillie, parait avoir correspondu à la tablette d’une cheminée (3).

Le même abbé Paul Boisson, originaire de la Rabatelière et longtemps professeur d’Histoire au séminaire de Chavagnes-en-Paillers, a lu une inscription mystérieuse dans une maison de la Maigrière : 1792 / AMDEREL  MABATI. Selon lui, cela pourrait signifier : « 1792 André m’a bâti ». Il indique qu’il y avait un maçon à Chavagnes nommé André (3).

La Maigrière était un lieu de refuge, mais aussi de passage. Le « gui » (gué) permettant de franchir le Vendrenneau facilement, rapprochait les habitants des deux rives. L’évêque de Poitiers, avait accepté la décision prise de mettre la rive nord dans la paroisse de Saint-Fulgent, et la rive sud dans la nouvelle paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie, dont il a officialisé la création au 12e ou 13e siècle. Très tôt des habitants de Saint-Fulgent ont acheté des biens à la Maigrière, et aussi des habitants de la Maigrière ont déménagé à Saint-Fulgent. Trois villages de cette commune communiquent par des chemins discrets avec la Maigrière toute proche : la Haute Thibaudière, la Roche au Roy et la Chaunière.


Les moulins de la Maigrière


Maigrière
A l’entrée du village de la Maigrière, un massif de fleurs aux variétés nombreuses entoure un calvaire dans un festival de couleurs à la belle saison. Celles-ci s’harmonisent heureusement avec les façades blanches des maisons rénovées. On remarque parmi les fleurs une grosse pierre polie et ronde, une ancienne meule de moulin. Normal, il y a eu un moulin à vent et deux moulins à eau pendant des siècles à la Maigrière (4).

On a repéré le moulin à vent situé près du village de la Jaumarière et du Vendrenneau, construit dans le « Champ du Moulin » (5). Celui-ci partait de la Maigrière en direction du moulin, sur plus d’un kilomètre. Le lieu-dit actuel des « Moulins » se situe en gros à l’endroit indiqué par les textes anciens, et peut-être n’y avait-il pas qu’un seul moulin. Un moulin à eau situé près des maisons de la Maigrière et du « jardin de la Brejonnée », appartenait à la famille Papin en 1664 (6). La facilité d’accès du village explique en grande partie son implantation ici sur le ruisseau. Un peu plus loin sur la rivière du Vendrenneau (côté Saint-Fulgent), il y avait un autre moulin à eau en ruine au milieu du 18e siècle, et enclos dans le tènement de la Chaunière et Bourolerie (7).

Ruine d’un moulin au village proche du Coin
Les textes consultés ne nous donnent pas le régime juridique d’exploitation de ces moulins à la Maigrière. Les livres d’histoire ont l’habitude d’expliquer, qu’avec le pressoir et le four à cuire, les moulins ont été l’occasion pour les seigneurs d’exercer leur droit de banalité. Celui-ci consistait à obliger les habitants à utiliser ces équipements dont ils avaient le monopole, pour en tirer des profits.

Sur l’exercice de la banalité seigneuriale, on a rencontré le cas d’un four dans le bourg des Essarts au 16e siècle et dans le bourg de Saint-Fulgent, et ceux des moulins de la Chapelle de Chauché et de la Rabatelière, peut-être ceux du seigneur du Coin bâtis au 17e siècle. A la Boutinière, à la Bourolière et aux Landes du Pin, on observe que la propriété des moulins avait été concédée à des particuliers, ceux-ci exerçant leur activité comme n’importe qu’elle autre activité artisanale. Quant aux fours à cuire, on relève leur présence nombreuse dans les villages et les métairies dispersées, fonctionnant en dehors de tout droit de banalité. Et, pays de vignoble autrefois, le Poitou n’a pas connu la banalité des pressoirs (8). En conclusion, s’il faut retenir le mécontentement paysan contre les droits seigneuriaux de banalité comme une des causes directes de leur révolte en 1789, les paysans de la région étaient peu concernés sur ce point précis.

Le village et tènement de la Maigrière et son voisin disparu de la Bucletière


En remontant à trois siècles et demi dans le temps, en 1664, on a une idée de l’aspect du village, beaucoup moins accueillant que maintenant. On y dénombrait au moins 11 habitations, la plupart d’entre elles occupées par leurs propriétaires ou leurs métayers. Deux autres étaient possédées par des étrangers au village. Certaines maisons n’avaient que la hauteur d’un niveau, et d’autres étaient surélevées d’un étage à usage de grenier, appelé un « plancher ». La plupart avaient le toit recouvert de chaume ou autre végétal séché, qu’il fallait refaire en moyenne tous les cinq ans.  

A côté des maisons il y avait « le Grand Jardin », où la plupart des propriétaires y possédaient une ou plusieurs « planches ». S’y ajoutaient « le jardin du Gué » et le « Jardin de la Brejonnée ». Et puis une partie de « l’Ouche du Cormier » était en nature de jardin, ainsi que le « Champ des Cordes ». Ce dernier comportait aussi une partie en vigne et une autre en terre labourable. On trouvait, en plus, de la vigne dans « l’Ouche du Cormier Roux », et la famille Moreau avait sa propre vigne d’au moins un hectare, possédant aussi un pressoir au village. Indiquons au passage que le nom de cormier, souvent donné dans la région à des champs et autres lieux, était le nom local du sorbier domestique (Sorbus domestica L), dont les fruits sont rouges. De cette importance des jardins, on en déduit celle du nombre d’habitants, probablement plus élevé que ne le laissent deviner les 11 maisons décomptées dans les archives consultées.

Le tènement (terroir) de la Maigrière était limité par les terres de la Baritaudière, de la Roche Mauvin, de la Jaumarière, des Charprais, et par la rivière du Vendrenneau. Le tènement des Charprais, situé vers le Plessis le Tiers, ne comprenait pas de village au 17e siècle et dépendait directement de la seigneurie de la Mancellière. Les habitants de la Maigrière partageaient des landes communes avec ceux des tènements voisins, encore en 1751.

Des villages ont disparu
Au Moyen Âge existait un village et tènement dit de la Bucletière, près de la Maigrière. Il était tenu à foi et hommage plein et à rachat de la seigneurie du Coin Foucaud, par Jean du Plessis Amiette au début du 16e siècle. Il y prélevait la moitié du droit de terrage, valant seize boisseaux de seigle par an, la moitié d’une dîme, et une rente de 3 deniers par an pour les « pasquier » (pastureaux) (9). Son habitat a disparu avec le Moyen Âge, suivant un phénomène connu et intéressant à évoquer.

Non loin, on fait le même constat pour les Petites Mancellières. On le fera aussi à la Crochardière, village disparu près du Pin, à la Dibaudelière près de la Machicolière, et à la Bouchardière près de la Boninière. Les vues aériennes du sol (avec Google Earth) montrent des traces d’habitat à l’endroit indiqué par les confrontations, à la Crochardière et aux Petites Mancellière seulement. La Dibaudelière a été absorbée par la Machicolière. Ailleurs l’extension des bâtiments d’exploitation agricole à la Boninière et à la Baritaudière peuvent avoir effacé les traces d’anciens bâtis.

Les seigneurs de la Maigrière et la métairie des Moreau


En 1547, quatre propriétaires ont fait une déclaration de leurs tenures, comprises dans le tènement de la Maigrière, à Jacquette de Sainte Flaive, fille du seigneur de Languiller, qui était alors veuve de Jean IV Harpedanne, seigneur de Belleville, à cause du fief des Bouchauds, dont dépendait la Maigrière.

A la fin du 16e siècle une grande partie du tènement est possédée par François Moreau, ainsi qu’une rente seigneuriale de 20 boisseaux de seigle qui y était prélevée, acquise en 1565 d’un nommé Mathurin Paquereau. Lequel l’avait achetée quelques années auparavant au seigneur de Belleville, possédant la seigneurie des Bouchauds. Ces biens passèrent ensuite à Jacques Moreau, sieur du Coudray totalisant environ 9 hectares. Il mourut en 1644, et c’est son frère, Pierre Moreau, prieur-curé de Saint-André-Goule-d’Oie de 1639 à 1665, qui assura la tutelle de ses enfants mineurs. A ce titre le prieur afferma  cette borderie le 1e janvier 1649 à Georgette You veuve de Pierre Cougnon, et Antoine Cougnon son fils et Perrine Moreau sa femme. Le bail était de 3 ans, moyennant une ferme annuelle de 80 livres (10).

Le prieur Pierre Moreau acheta le 5 juin 1648 à Gilles Caillé une métairie au village de la Maigrière pour la somme de 1400 livres, d’environ 14 hectares (11). 

Indiquons qu'à l’époque, seules les familles aisées envoyaient leurs enfants à l’école, et les membres du bas clergé étaient issus en conséquence de la bourgeoisie et de la petite noblesse. D’ailleurs l’évêché de Luçon manquait de prêtres et dû faire appel à des étrangers. A Chavagnes on a vu des curés venir d’Irlande à la fin du 17e siècle. Pour l’histoire de cette famille, voir l’article publié sur ce site en juin 2014 :  Les Moreau de St André Goule d'Oie aux 17e et 18e sièclesUn autre frère du Prieur, René Moreau sieur de Villeneuve, eut une vigne avec son pressoir dans le village. Celle-ci passa à ses descendants : Louis Moreau, sieur de Villeneuve, puis sa fille Marie (12), puis son petit-fils, Louis Corbier sieur de Beauvais.

L’époque aimait la déférence envers les personnes « de condition ». C’est ainsi que sous la plume des notaires de Saint-Fulgent, on reprenait l’expression très répandue de « haut et puissant messire » en désignant les petits nobles dans la contrée, dès le 16e siècle au moins. Les bourgeois étaient qualifiés de « maitre » ou « d’honorable personne ». Cette dernière expression avait été employée par les nobles autrefois, puis délaissée à cause d’une usurpation par des bourgeois, dans une sorte d’inflation dans la louange (13). Les curés bénéficiaient d’une formule consacrant la place centrale de l’Eglise dans la société : « vénérable messire ». Mais parfois les notaires, comme ceux de Saint-Fulgent, employaient la locution complète en usage pour eux :

« vénérable et discrète personne messire Pierre Moreau, prêtre prieur curé de Saint André de Gouledois, demeurant en la maison presbytérale sise audit lieu ».

Ils utilisaient aussi ces épithètes pour les curés de Saint-FulgentParfois les nobles de la contrée, avaient le titre de « messire »,  mais de moins en moins.

Ce « vénérable » prêtre possédait donc à la Maigrière en 1664, par achat, une métairie de près de 14 hectares.  
Pierre Moreau reconnait devoir au seigneur des Bouchauds en 1664, en commun avec les autres propriétaires, les rentes et cens suivants (14) :
-  7 boisseaux de seigle, mesure des Essarts, rendables à Languiller à la fête de la mi-août,
-  28 boisseaux d’avoine,  mesure des Essarts, rendables à Languiller à la fête de Saint-Michel-Archange,
- 10 sols et 3 deniers en argent, rendables à Languiller à la fête de noël.

Rappelons que la part de Pierre Moreau dans ces droits était supportée par la métairie, donc payée par le métayer, et le prix de ferme était censé en tenir compte. Voir un prêtre faire une déclaration au seigneur dont il tenait ses biens, était tout naturel à l’époque. Il en eut été de même pour un bien noble, en rendant un hommage et un aveu. D’abord ces actes étaient notariés seulement, même si on voit parfois un retour aux cérémonies du Moyen-Âge, sauf cas particuliers comme les femmes mariées et les prêtres, qui ne pouvaient jurer fidélité qu’à leur mari ou à Dieu. Et surtout, ces actes étaient inhérents à la définition même de la propriété féodale, telle que les jurisconsultes en avaient dégagé les principes.

A  la Maigrière, il n’y avait pas de droit de terrage, et les rentes féodales ne paraissent pas importantes, ce qui constitue une différence par rapport à bien d’autres tènements de Saint-André-Goule-d’Oie. Mais on soupçonne que ces rentes manquantes apparemment, pouvaient avoir été vendues par le seigneur de Languiller à quelqu’un que nous ne connaissons pas. On a tellement vu le faire en effet dans les années 1560. Et à la Maigrière on a une rente féodale acquise par la famille Moreau.

A ces droits annuels, s’ajoutaient en cas de mutation de biens, payés par le nouveau propriétaire au seigneur des Bouchauds, un droit de lods et ventes, correspondant à 1/6 de la valeur des biens.

Le prieur Pierre Moreau ajoute dans sa déclaration de 1664 d’autres domaines qu’il possède à la Milonnière (Saint-André), et pour lesquels il participe au paiement d’une rente de 52 boisseaux de seigle (sa portion est de 6,33 %). Il ajoute aussi sa part dans le Champ Tireau situé près du tènement de la Maigrière. Il paye pour ce champ, avec un autre teneur, un cens de 7 sols par an seulement, mais pas de rentes. Comme à la Milonnière, ce champ faisait partie de la mouvance du Coin Foucaud. Le notaire ajoute ces deux biens dans la même déclaration, puisque les deux seigneuries des Bouchauds et du Coin Foucaud sont possédées par le même seigneur de Languiller.

Rue des Bouchauds aux Essarts, 
où se trouvait l’hôtel noble au Moyen Âge
Quoique la situation de la seigneurie des Bouchauds est un peu compliquée. Son seigneur, possédant le droit de fief, est bien le seigneur de Languiller depuis 1436, mais son suzerain, recevant l’hommage pour les Bouchauds, est le baron des Essarts. Et ce dernier a gardé une moitié des droits seigneuriaux des Bouchauds dans la plupart des tènements, dont celui de la Maigrière.

A la mort du curé de St André en 1665, sa métairie fut transmise à la succession des enfants de son frère Jacques, sieur du Coudray, laissée en indivision. Cette succession fut partagée  en octobre 1667. Son neveu, lui aussi appelé Pierre Moreau et fils de Jacques, reçu en indivision une part de la rente féodale de 20 boisseaux de seigle. Il racheta les deux autres parts ensuite pour en devenir l’unique propriétaire. Renée Moreau, fille de Jacques et marié à Renée de Vaugiraud eut la métairie de 14 hectares de leur défunt oncle curé, ainsi qu’une vigne à complant, le tout exploité par un nommé Boisson (15). Et la borderie de 9 hectares venant de leur père Jacques fit parti du lot de Louis Moreau (frère de Pierre et Renée), qui se fit appelé sieur de la Maigrière.

Les petites propriétés de la Maigrière et leurs redevances seigneuriales


A la Maigrière la propriété du tènement, au sortir du Moyen-Âge, se partageait entre deux métairies, comme nous venons de le voir, mais aussi des petites borderies. La constitution des grandes métairies n’a pas éliminé les petites borderies dans les tènements de Saint-André-Goule-d’Oie, dans une proportion variable d’un tènement à l’autre. Cela faisait côtoyer souvent dans les villages un grand propriétaire, ou plutôt une communauté de ses métayers, et des bordiers.

Au mois de juin 1664, huit déclarations roturières (dont celle de Pierre Moreau) ont été faites au seigneur des Bouchauds, alors Pierre Le Geay, aussi seigneur de la Getière (Boissière-de-Montaigu) et de Languiller (Chauché). Sept déclarants sont des propriétaires de petites surfaces, éparpillées en de nombreuses parcelles, pour un total de 9 hectares. Le plus petit d’entre eux réunit 0,6 hectares et le plus grand : 2,4 hectares avec son fils. Ils s’appellent, habitant à la Maigrière : Etienne Guibert, Denis Grimaud (père) et Barthelemy Grimaud (fils), François Borderon, François Dousteau, André et Louis Boisson vivant en communauté.  Deux autres habitent Saint-Fulgent : François Papin dans le bourg, et Jean Beriau à la Fructière. La liste n’est pas complète, et on a repéré deux autres propriétaires, dont la déclaration n’a pas été conservée : Jacques Brisseau et Jean Begaud. Et peut-être y en avait-il d’autres.

Pour faire respecter ses droits, le seigneur de Languiller en 1700, Charles Auguste Chitton, a obtenu d’un tribunal des lettres de terrier pour la vérification de la terre de Languiller et des fiefs en dépendant. Pour leur exécution, on a nommé les notaires de Saint-Fulgent, Arnaudeau et Proust. Les déclarations qu’ils ont alors rédigées se ressentent de cette procédure, entrainant un retour aux règles de la coutume (loi écrite) du Poitou avec plus de rigueur. On y rappelle tous les droits du seigneur : « prenez lods, ventes, honneurs, amendes, offenses ainsi que seigneur moyen et bas justicier appartient ». On y rappelle aussi l’obligation de chaque propriétaire de payer pour les autres en cas de défaillance de certains, en vertu d’un principe de solidarité appelé ici « solidité » : « faute de quoi avez droit de solidité sur nous ainsi que sur les autres co-teneurs dudit tènement ». Ce sont là des garanties juridiques qui existaient de droit. Une autre indication est plus intéressante pour la postérité. Il fallait indiquer l’origine des biens, ce qui permet de connaitre les liens familiaux et les transferts de propriété. Malheureusement nous n’en avons que trois pour la Maigrière, signées en décembre 1700, janvier et février 1701, et les personnes concernées n’habitaient pas à la Maigrière.


Le Vendrenneau à la Maigrière
D’abord Louise Janière, « demeurant en la métairie de la Charillère paroisse de la Chapelle de Chauché » (16). Elle était veuve de  Mathurin Boisson le 29 décembre 1700. Ses enfants tiennent en indivision une maison avec appentis, 5 planches de jardin (285 m2), 1 vigne (contenant une boisselée) et 10 parcelles totalisant 1 hectare.  A cette occasion on voit dans la confrontation de ses parcelles, beaucoup d’autres propriétés qui sont en indivision entre des héritiers, neuf au total. C’était de pratique courante, la communauté familiale de plusieurs couples de frères et sœurs ou de parents et enfants, cadre de leur activité, survivait ainsi. On voit de nouveaux noms de propriétaires apparaître venus par mariage ou par achat : Texier, Hurtaud, Fonteneau, Baderau.

Louis Fruchard fait une déclaration le 11 janvier 1701 (17). Il est laboureur, demeurant au village de la Chaunière en la paroisse de Saint-Fulgent. Il possède à la Maigrière une planche de jardin de 300 m2, et 2 000 m2 en trois parcelles. Il en a hérité de son père Barthélémy Fruchard.

Le 15 février 1701, ce sont trois propriétaires qui déclarent tenir du seigneur des Bouchauds leurs biens en indivision : Philippe Janière, Antoine Auneau et François Roi (18). Les deux premiers habitent le bourg de Saint-Fulgent et le dernier habite à la Vrignonnière de Chauché. La femme de Philippe Janière, Hélène Blanchard, possède un quart de l’indivision, hérité de son père, Pierre Blanchard. La femme d’Antoine Auneau, Renée Branger, agit au nom de ses enfants, nés d’un premier mariage avec Jacques Brisseau. Ses deux enfants, Jacques et Marie Brisseau, possèdent un autre quart de l’indivision. Renée Branger et Antoine Auneau ont acheté un autre quart à un nommé François Chaillou, moyennant une rente annuelle foncière de 4 livres. Enfin, François Roi possède le dernier quart par achat à René Soulard. On a là une illustration de la vie des biens en indivisions, seulement en quatre parts dans notre exemple. Ici l’indivision comprenait une maison en appentis, 2 planches de jardin et 10 parcelles foncières, totalisant le tout 1,9 ha. Non seulement les parcelles étaient petites, mais on se les partageait encore dans des indivisions, puis dans des ventes, même de faibles portions, que les juristes appellent licitation.

En 1688, c’est Mathurin Moreau, fils de Louis et sieur de la Maigrière, qui fit une déclaration roturière de ses biens au seigneur de Languiller. Sa borderie comprenait alors (19) :
-        Une maison avec un plancher (grenier), un appentis et une grange se joignant, plus un autre appentis, avec ses chemins d’accès et jardin, contenant en tout 1 230 m2.
-        23 enclos de prés, champs, jardin et verger, totalisant 9,3 ha.

Pierre Moreau sieur du Coudray, qui ne possédait que la rente de 20 boisseaux, en indivision d’abord, puis en totalité, fera ensuite des achats à la Maigrière (20) :
-        4 juin 1668 : acquisition de tous les droits et portions que Jean Dariet et Marguerite Gilbert sa femme avaient dans le village et tènement, moyennant la somme de 36 livres.
-        12 avril 1674 : acquisition d’une rente foncière de 7 boisseaux de seigle sur deux moulins, moyennant 100 livres, à Mathurin Chedanneau, sieur de la Frairie.
-   7 juin 1678 : acquisition d’une portion de borderie, à Marie Bordier, Pierre et Jacques Texier, moyennant la somme de 49 livres. 

Ces petits achats ont constitué à l’époque une petite borderie. En 1675, Pierre Moreau en fit une déclaration roturière, comprenant alors (4) :
-        Une maison « consistant en une chambre basse », un toit à bestiaux, le tout d’une superficie de 210 m2, chemin d’accès compris. En langage d’aujourd’hui l’habitation du fermier correspond à la surface d’un studio, la « chambre basse » étant une pièce unique.
-        Onze parcelles de prés et terres totalisant ensemble 1 ha.
-        Une vigne de 0,8 ha.

Maigrière
A cette date, déjà un arpentement avait été effectué sur le tènement, permettant de répartir avec précision les charges seigneuriales au prorata des surfaces de chaque propriétaire.

En plus de cette petite borderie, Pierre Moreau a déclaré alors cinq rentes qu’il percevait auprès de particuliers à la Maigrière, et une autre perçue sur tout le tènement, de 34 boisseaux de seigle, acquise de Pierre de la Bussière, seigneur de la Vrignonière (Essarts).

Une autre borderie a passé la postérité dans les minutes des notaires de Saint-Fulgent par son bail en 1790, pour un tiers de son total, le surplus appartenant en propre au preneur. Le bailleur est François Rivière, laboureur demeurant à la Barette (Essarts). Le preneur est François Fonteneau, laboureur demeurant au Plessis Richard (Saint-Fulgent). Ce tiers est affermé à prix d’argent moyennant 7 livres 12 sols par an pour 5 ans (1791-1796) (21). Le bien-fonds de la métairie est de valeur d’environ 450 livres, ce qui en fait une borderie de moins de 5 hectares probablement.  

Des Moreau aux de Vaugiraud


A la mort de Pierre Moreau sieur du Coudray, en 1687, la succession revint peu de temps après à son fils Claude Prosper Moreau. Comme nous l’avons déjà vu ailleurs, celui-ci affronta Philippe Chitton, le seigneur de Languiller, sur le droit de fief. La rente seigneuriale de la Maigrière se trouvait au centre de cette querelle.

Ainsi, dans un mémoire de 1693 au sénéchal de Fontenay-le-Comte (22), Claude Moreau répond à des reproches du seigneur de Languiller, concernant l’absence d’aveu et de communication de contrats qui sont dus à ce dernier, pour un certain nombre de fiefs situés à St André Goule d’Oie, dont la Maigrière. Claude Moreau affirme être prêt à faire la déclaration roturière de ses biens qui y sont situés, dont il énumère les acquisitions par son père entre 1662 et 1678. Pour deux d’entre elles concernant des rentes, il indique n’avoir aucun droit seigneurial à payer. Pour une autre, les droits seigneuriaux ont été acquis du seigneur de Languiller prédécesseur de Philippe Chitton, Pierre Le Geay seigneur de la Getière. Enfin pour trois autres, il rappelle ne lui devoir que la moitié des droits seigneuriaux, l’autre moitié revenant à la baronnie des Essarts. Surtout il ajoute : « étant sans conteste que ledit sieur du Coudray a le droit de justice, lods et vente, puisque Jules de Belleville les a nommément transportés par contrat d’aliénation qu’il a fait dudit fief le 26 février 1565 à Mathurin Paquereau ». Duquel les Moreau ont ensuite acquis les droits. On constate ici le problème laissé par les transactions du siècle précédent, au moins à cause des papiers qui avaient alors probablement disparu. On se retrouve dans la même longue querelle qui a opposé pendant deux siècles les seigneurs de Saint-Fulgent et de Languiller, pour le droit de fief à la Boutinière, Chevaleraye et Javelière.

Cette prétention de Claude Moreau à s’affranchir au moins en partie des droits réclamés à la Maigrière par son suzerain, Philippe Chitton, se poursuivit sans qu’on connaisse l’issue finale pour la Maigrière. On sait qu’il échoua dans ses prétentions identiques, au moins à la Porcelière et à la Bergeonnière.

Claude Moreau donna en 1712 cette borderie à sa sœur Marie au moment du partage de leur héritage. En 1726 elle fut évaluée d’un rapport annuel de 200 livres (23), avec les rentes. On sait que beaucoup de ses biens, avec ceux de sa sœur furent saisis par des créanciers, et on ne pas sait ce qu’elle est devenue. Probablement a-t-elle été vendue au cours du 18e siècle.

De son côté, Louis Moreau sieur de la Maigrière avait eu un fils, Mathurin, dont nous n’avons trace que dans un seul document daté de l’année 1688. Sa borderie de la Maigrière passa par héritage à sa fille Mathurine. Celle-ci décéda en 1720 sans descendance directe. C’est son cousin Pierre de Vaugiraud, qui en hérita, y étant déjà propriétaire d’une métairie lui venant de l’héritage de sa mère partagé en 1667. Avec lui, les terres de l’ancêtre Pierre Moreau possédées à la fin du 16e siècle à la Maigrière, se retrouvaient presque toutes dans son patrimoine à partir de 1720, totalisant environ 23 hectares. Il semble qu’il les ait réunies en une seule métairie. A côté de lui, un autre descendant, le sieur Corbier de Beauvais, posséda aussi longtemps une vigne et son pressoir au même village.

Pierre de Vaugiraud dû déclarer son héritage au fermier chargé de recouvrer un nouvel impôt crée par Louis XIV, le « centième denier », valant à sa création 1% de la valeur du patrimoine acquis par héritage. Aussi indiqua-t-il en 1722 qu’il s’agissait « d’une mauvaise borderie au village de la Mégrière en la paroisse de Saint-André de Gouledois … surchargée de rentes, biens et devoirs qui excèdent la valeur du prix » (24). Probablement exagérait-il, mais il y avait un fonds de vérité. Dans sa déclaration fiscale, Pierre de Vaugiraud qualifie cet héritage de borderie, alors que dans les papiers de la famille elle est désignée comme une métairie. On sait que seule l’importance de la surface faisait la différence entre ces deux notions désignant une exploitation agricole. Et cette différence n’était pas rigoureuse, laissant visiblement ici la place à une certaine subjectivité des propriétaires selon les circonstances. Voir l’article publié sur ce site en août 2014 : La famille de Vaugiraud à St André Goule d'Oie

Le dernier des enfants de Pierre de Vaugiraud hérita de la métairie : Jean Gabriel de Vaugiraud, marié à Marie Jacquette Boutiller, et capitaine au régiment Vermandois infanterie. Celui-ci  eut quatre enfants, dont Pierre Eusèbe et Jean Aimé. Ce dernier hérita à Saint-André-Goule-d’Oie d’une métairie au Coudray, d’une autre à la Jaumarière, et d’une maison dans le bourg, où il vint habiter après avoir démissionné de la marine royale où il avait été officier. C’est lui qui participa à la guerre de Vendée avec les paroissiens de Saint-André-Goule-d’Oie ; Voir l’article publié sur ce site en avril 2012 : M. de Vaugiraud à St André Goule d'Oie

Son frère ainé Pierre Eusèbe de Vaugiraud, officier au régiment du Bourbonais, hérita de la métairie de la Maigrière, et de sa vigne à complant. Il la vendit en 1775, ainsi qu’une autre borderie située dans le tènement voisin de la Baritaudière. Il n’avait alors que 28 ans. Pierre Fonteneau, laboureur demeurant à la Roche au Roy, se porta acquéreur du tout pour un montant de 4 950 livres (25). Il équivalait alors au prix d’environ 22 paires de bœufs de trait en pleine maturité.

Les fermiers étaient Gabriel Charrier, René Piveteau et le sieur Guyet. Ce dernier, on le sait, affermait tout ce qui se présentait dans la région pour sous-affermer ensuite, amassant une fortune rondelette dont bénéficièrent ses enfants, le futur châtelain de Linières en particulier (voir l’article, Simon Charles Guyet à St Fulgent (1733-1793)publié en avril 2013).

Les redevances au 18e siècle


Hôtel Montaudouin place Louis XVI à Nantes
Les documents concernant les autres propriétaires de la Maigrière sont rares après 1701. Nous avons une déclaration roturière de Pierre Grinraud en 1751 (26). Le seigneur dont relèvent les terres de la Maigrière, au titre de la seigneurie des Bouchauds, est alors René Montaudouin, qui a acheté, entre autres, la seigneurie de la Rabatelière en 1725, et les seigneuries de Languiller et des Bouchauds en 1745. Sont comprises dans cette déclaration :
-        - Une maison et une petite chambre au côté avec leur ruage au-devant et un petit toit (à bestiaux) avec son ruage (chemin d’accès).
-       - 12 parcelles de jardins, verger, prés et champ totalisant 1,3 ha.

Le devoir seigneurial est le même qu’en 1675 déclaré par Pierre Moreau ci-dessus, à un détail près : le cens de 10 sols 3 deniers et devenu : trois livres douze sols six deniers. Il est à porter « en votre château dudit lieu de Languiller au jour que nous assigne votre recette » à la fête de noël. Les boisseaux de seigle et d’avoine sont toujours livrables à Languiller en cette même année 1751. Le seigneur concerné, M. Montaudouin, fils de commerçants nantais, était devenu militaire, ses cousins continuant à prospérer dans le commerce. Il n’avait pas envisagé à cette date une « restructuration » pour faire des économies d’échelle, comme on dirait deux siècles après. Il aurait pu regrouper les recettes de ses nombreuses seigneuries de la région en une seule, mais ni le siècle, ni le milieu ne pouvait envisager une telle initiative, et donc le droit féodal, avec ses principes, continuait de l’interdire. Vu dans l’immédiateté des choses, le droit fixe les règles à respecter, mais est-ce si sûr si l’on veut prendre du recul ?

La déclaration notariale rappelle que ces devoirs sont dus solidairement entre tous les teneurs (propriétaires) du tènement, y compris les nobles comme M. de Vaugiraud. Rappelons que ces devoirs étaient attachés à la terre et non à la personne.

Vient ensuite l’énumération des rentes dues sur le tènement de la Maigrière, les unes à titre de droit féodal, les autres constituées à titre perpétuel en guise de bail d’un fonds, ou de crédit à cause de l’absence de banques, et vendues parfois plusieurs fois, ou transmises par don, héritage ou dot. Elles sont dues par les propriétaires solidairement au prorata de leurs surfaces possédées. Néanmoins, c’étaient les métayers qui en assumaient la charge dans les baux des biens affermés.

Voici la liste de ce que déclare Pierre Grinraud, comme le faisait chaque propriétaire de la Maigrière :
-        20 boisseaux seigle au représentant du sieur Moreau du Coudray. En 1751 nous ne le connaissons pas. Mais on sait que l’acheteur du fief du Coudray en 1767, René Loizeau, a aussi acheté cette rente, probablement en même temps. C’est ce que nous apprend un acte d’achat en 1791 de François Fonteneau (du Plessis Richard à Saint-Fulgent), d’une partie de cette rente pour la somme de 1225 livres, représentant 25 fois la valeur de son montant annuel, aux termes des décrets de l’assemblée nationale (27). On verra ci-après le même Fonteneau acheter une autre redevance féodale à la Maigrière quelques mois plus tard. Il faisait confiance aux nouvelles autorités qui avaient fixé à 25 fois le montant annuel des rentes le prix de leurs rachats. Auparavant c’était 20 fois.

-       5 boisseaux seigle au prieur de Saint-André-Goule-d’Oie. Nous n’avons pas plus de précision. Peut-être s’agit-il de son droit de boisselage. La rente fut nationalisée par la Révolution comme tous les biens de l’Eglise. Puis elle fut vendue par l’administration  le 19 mai 1791 à Jean Boisson, pour le somme de 200 livres (28). C’était un bordier habitant au village du Cormier de Chavagnes-en-Paillers, que l’historien Amblard de Guerry range plutôt du côté catholique pendant la guerre de Vendée.
-        9,5 boisseaux seigle aux héritiers du sieur Marchais (29) comme représentant le sieur Chedanneau.
-        8 boisseaux seigle qui en font 7 à la mesure des Essarts (30) à la seigneurie de la Boutarlière. On a là peut-être ce qui reste d’un droit de « métivage » et d’un devoir appelé « hommage » collectés au Moyen-Âge, et encore au début de l’époque moderne, par la seigneurie de la Boutarlière, autrefois partagés avec la seigneurie des Bouchauds (31). En 1517, le droit d’hommage comprenait un montant de 2 sols sur le village de la Bucletière, rattaché pour cela à la Maigrière, alors qu’il dépendait de la seigneurie du Coin Foucaud. En 1783 cette rente sera reconnue par 18 teneurs de la Maigrière à Jacques Grégoire Boutiller à cause de la Boutarlière (32)
-        8 boisseaux seigle aux héritiers ou représentant du sieur Jullin, en son vivant sénéchal des Essarts (33).
-        8 boisseaux seigle, à la mesure de Montaigu, aux héritiers du sieur Merland de Champeau comme ayant repris les droits d’Hélène Maillard veuve de Jean Masson (34).
-        4 boisseaux seigle à la seigneurie de Landelière et 8 sols en argent, qui avait appartenue à la famille de Goulaine (Vieillevigne), qui avait possédé Linières au début du 17e siècle (35). Présentement le seigneur de Landelière était un Baudry d’Asson, demeurant au château de Beaumanoir à Dompierre sur Yon. Charles Esprit Marie Nicolas Baudry d’Asson de Landelière, vendit la rente et le cens à François Fonteneau, du Plessis Richard (Saint-Fulgent), le 25 octobre 1791 (36). Supprimées depuis 1789, ces redevances étaient alors censées être rachetables. Un an plus tard, elles ne valaient plus rien. C’est dire si François Fonteneau n’eut pas conscience des aléas politiques dans cette affaire.

Enfin la déclaration roturière continue de reconnaitre le droit du seigneur à « la juridiction basse, foncière, honneur, amende et offenses, lods et ventes et autres droits appartenant à seigneur foncier par la coutume de cette province de Poitou ». Il s’agit d’une formule rappelée par les notaires consciencieux, dont le contenu en devoirs ne rajoute rien aux détails particuliers déjà indiqués. Sauf la basse justice seigneuriale, qui à cette date n’existait que formellement le plus souvent, et les lods et ventes, sorte de droit de succession toujours en vigueur.

Ce Pierre Grinraud fit aussi une autre déclaration au même seigneur pour deux parcelles totalisant 2,1 boisselées, qu’il possédait à la Baritaudière (37). On sait qu’il avait répondu à l’assignation faite le 29 mai 1751 par le procureur fiscal de Languiller, Jacques Barreau, à 16 teneurs des tènements de la Maigrière et de la Baritaudière, pour comparaitre aux assises de Languiller le 15 juin suivant, au château de Languiller. Il leur demande de se présenter ce jour-là à 9 heures du matin dans la salle du château, où lui-même demeure, afin qu’ils communiquent leurs contrats d’acquisition de leurs biens situés dans l’étendue de la mouvance de Languiller et ses fiefs annexes, depuis 30 ans. Et ils devront faire leurs déclarations ou aveux et payer tous les droits qui sont dus (38). Cela donne l’impression d’un relâchement des propriétaires à l’égard des seigneurs dans le respect des droits féodaux. Mais nous sommes proches de 1789 où ils vont être supprimés. Il n’est pas inintéressant de faire ce constat dans la future Vendée.

En 1838 le cadastre napoléonien a partagé le tènement de la Maigrière en trois sections, l’une portant le no F 6, dite du moulin de la Mancellière, une autre ajoutée à une partie du tènement de la Jaumarière, devenue la section no F 5 de la Jaumarière, et enfin la section no G 1 de la Maigrière, où le village de la Maigrière est incorporé avec celui voisin de la Baritaudière. Les propriétaires des nombreuses planches de jardin du village de la Maigrière, habitant sur place en 1838, ont pour nom Chauvet Louis, Micheneau Jean, Fonteneau Jean, Louis et Jacques. Les autres habitent pour la plupart dans les environs, comme aussi les propriétaires des 44 parcelles de vigne du village totalisant près de 20 ares. 

(1) Archives de la Vendée, consulter bibliothèque numérisée, sélection thématique, guerre de Vendée, bibliothèque de Chabot, notices biographiques BR 118, page 6 (vue 6).
(2) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 6 III, notes de l’abbé Boisson du 6-3-1796 sur un chandelier datant de la Révolution.
(3) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 76-1, notes sur la Maigrière.
(4) Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, déclaration roturière de la Maigrière par Pierre Moreau vers 1675.
(5) Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/G 1, déclaration roturière du 11-1-1701 de Louis Fruchard à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(6) 150 J/G 1, déclaration roturière du 3-6-1664 d’Etienne Guibert à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(7) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 13, aveu du 23-6-1774 de St Fulgent (Agnan Fortin) à la vicomté de Tiffauges (A. L. Jousseaume de la Bretesche), transcrit par Paul Boisson, page 91.
(8) Collectif dirigé par Georges Duby, La formation des campagnes françaises des origines au 14e siècle, Seuil, 1975, Tome 1, page 391.
(9) 150 J/G 61, aveu du Coin Foucaud et du Vignault du 2-7-1605 par le seigneur de Languiller aux Essarts.
(10) Inventaire après-décès en 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, page 108 et 109.

(11) Ibid. page 117.
(12) 22 J 29, copie du testament de Louis Moreau, sieur de Villeneuve, du 7 mai 1676.

(13) Gaston Zeller, Institutions de la France au 16e siècle, PUF, 1948, page 14.
(14) 150 J/G 1, déclaration roturière du 30-6-1664 de Pierre Moreau à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(15) 22 J 29, partage  de la succession de Jacques Moreau entre ses enfants le 1-10-1667.
(16) 150 J/G 1, déclaration roturière du 29-12-1700 de Louise Janière, veuve Mathurin Boisson à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(17) 150 J/G 1, déclaration roturière du 11-1-1701 de Louis Fruchard à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(18) 150 J/G 1, déclaration roturière du 15-2-1701 de Janière, Auneau et Roi à Languiller pour domaines à la Maigrière.
(19) 150 J/G 1, déclaration roturière du 16-2-1688 de M. Moreau à Languiller pour la Maigrière.
(20) 22 J 29, mémoire pour le seigneur de Languiller (Chitton) en réponse à Moreau sur ses propriétés vers 1693.
(21) Ferme du 30-6-1790, d’un tiers de borderie à la Maigrière, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Bellet : 3 E 30/131.
(22) 22 J 29, mémoire de Claude Moreau contre Chitton du 4-5-1693 sur des fiefs de St André au sénéchal de Fontenay.
(23) 22 J 29, sentence d’ordre du 9-9-1727 des syndics des créanciers de Moreau et Menard (copie du 9-3-1754).
(24) 22 J 29, déclaration de la succession de Mathurine Moreau par P. de Vaugiraud le 15-7-1722.
(25) Archives de Vendée, études notariales de Saint-Fulgent, Frappier (1775-1778) : 3 E 30/9, acquêt des métairies de la Maigrière et de la Baritaudière de Fonteneau à de Vaugiraud le 16-9-1775.
(26) 150 J/G 1, déclaration roturière en 1751 de Pierre Grinraud à Languiller pour la Maigrière.
(27) Archives de Vendée, études notariales de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13, amortissement du 7-3-1791 d’une rente à la Maigrière, par Fonteneau aux héritiers de René Loizeau.
(28) Archives de Vendée, fichier historique du diocèse de Luçon, St André Goule d’Oie : 1 Num 47/404.
(29) Bourgeois habitant Chavagnes en Paillers.
(30) On a là l’indication du changement dans la mesure en boisseau en vigueur dans la baronnie des Essarts au début du 18e siècle, qui a été réduite d’un 1/8e.
(31) 150 J/G 39, copie de l’aveu du 26-1-1517 du seigneur de la Boutarlière aux Essarts.
(32) Reconnaissance du 29-3-1783, d’une rente de 9 bx seigle à la Maigrière, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/124. 
(33) Lire Jeullin, famille de bourgeois établie aux Essarts depuis longtemps, où on trouve aussi des apothicaires et des avocats.
(34) Les autres rentes sont toutes à la mesure des Essarts. Jacques Merland, sieur de Champeau était procureur fiscal des Essarts en 1721. Sa femme s’appelait Louise Maillard. Voir l'article publié en février 2014 sur ce site : Les droits seigneuriaux sur les roturiers de la Chapelle Begouin à Chauché
(35) 150 J/E 28, complainte du 24-4-1754 du seigneur de la Rabatelière pour les scellés à Beaumanoir.
(36) Archives de Vendée, études notariales de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13, vente du 25-10-1791 de 2 rentes et 2 cens par Baudry d’Asson à François Fonteneau sur la Maigrière et la Baritaudière.
(37) 150 J/G 113, déclaration roturière à Languiller de Pierre Grinraud en 1751 pour la Baritaudière.
(38) 150 J/E 27, assignation à comparaitre aux assises de Languiller le 15-6-1751 à 16 teneurs de la Maigrière et Baritaudière.

Emmanuel François, tous droits réservés 
Mai 2016, complété en janvier 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE