dimanche 1 avril 2012

M. de Vaugiraud à Saint-André-Goule-d’Oie


Nous avons raconté l’histoire de Jean Aimé de Vaugiraud (1753-1814) en avril 2012. Depuis de nouvelles découvertes à son sujet, nous conduit à mettre à jour une nouvelle fois cet article pour remplacer le précédent.

Les ancêtres à Saint-André-Goule-d’Oie en 1650


Son histoire commence par un mariage dans l’église de Saint-André-Goule-d’Oie le 29 mai 1650 (vue 6). Ce jour-là, Renée Moreau épouse René de Vaugiraud, écuyer seigneur de Logerie.

Elle était la fille de Jacques Moreau, sieur du Coudray, et de Suzanne Cherruy. Jacques Moreau, lui-même fils de François Moreau, était fermier ou procureur fiscal de la terre de Linières (1). C’était un bourgeois à la fortune importante, tout comme son frère, René Moreau, sieur de Villeneuve. Son autre frère, Pierre Moreau, fut vicaire puis prieur-curé de Saint-André-Goule-d’Oie de 1622 à 1626 et de 1639 à 1665. Les découvertes sur cette famille Moreau, et son importance à cette paroisse au 17e siècle, nous ont conduit à écrire sur cette famille en juin 2014 : Les Moreau de St André Goule d'Oie aux 17e et 18e siècles. Enfin nous avons présenté le livre de raison du grand-père de René de Vaugiraud, Julien de Vaugiraud, dans un autre article publié en décembre 2020 : Le livre de raison de Julien de Vaugiraud (1584/1597).

Le marié de 1650 à Saint-André-Goule-d’Oie était le fils de Pierre de Vaugiraud et de Renée Masson, fille du seigneur de la Jaumarière (eux aussi mariés à Saint-André en 1625). Veuf, Pierre de Vaugiraud s’est remarié ensuite avec Marie Saudelet. Il faisait partie de la noblesse vendéenne peu fortunée à cette époque. C’est ce que nous apprend l’historien A. de Guerry en racontant une anecdote tirée des titres de Logerie-Vaugiraud aux Archives de Vendée. Le 2-9-1635, Jacques Caillau, seigneur de la Martinière (Saint-Sulpice), Pierre de Vaugiraud seigneur de Logerie (Bazoges-en-Paillers), Jean du Puy demeurant la Petite Barillère (Saint-Hilaire-de-Loulay), Pierre du Puy demeurant au bourg de Falleron et Quentin Mesnage demeurant à Pamplie, exposent « que à présent leur revenu est de si peu de valeur, leurs métairies et maisons abandonnées et sans culture, que leur bien ne vaut point à présent mille à onze cent livres, toutes charges faites et acquittées, savoir Caillau 300 livres de revenu, Vaugiraud 350, les du Puy 250 et 40, Mesnage 200 ; et d’autant que tout ledit revenu n’est point suffisant pour monter, équiper et entretenir un cavalier en qualité de cheval-léger, ils offrent l’un d’eux pour aller servir tant pour lui que pour eux. » On tire au sort et c’est Caillau qui est ainsi désigné (4).

Cette situation pécuniaire difficile explique aussi les mariages avec des familles de bourgeois fortunés comme les Moreau à Saint-André-Goule-d’Oie. Dans les années suivantes, les de Vaugiraud vont être qualifiés de sieur du Coudray et de la Jaumarière, deux terres situées à Saint-André-Goule-d’Oie, la première apportée en dot lors des deux mariages dans la paroisse de Pierre et de René de Vaugiraud.

Renée Moreau va donner cinq enfants au seigneur de Vaugiraud. On relève leurs baptêmes à Bazoges-en-Paillers : Charlotte le 5-1-1656 (enterrée le 13-2-1663 à Bazoges, vue 8/31), René le 12-11-1652, Jean le 17-7-1654 (enterré à Bazoges le 24-6-1687), Jean François le 26-5-1660 et Pierre le 26-6-1661.

Renée Moreau, dame de la Logerie, mourra jeune et sera enterrée à Bazoges dans l’église en mai 1663.

Leur fils, Jean François de Vaugiraud se maria en 1689 (5) avec Gabrielle de Villeneuve, veuve de Philippe Desnos, seigneur du Tablier, avec qui elle avait eu deux filles. Celle-ci était la fille de Gilbert de Villeneuve, seigneur du Plessis dans la paroisse de Rosnais. Elle n’eut pas d’enfants du seigneur de Vaugiraud, et vint s’installer avec ses filles à la Logerie de Bazoges-en-Paillers. Elle maria l’une d’elle, Marie Renée Desnos, dame de Rosnais, avec le dernier frère de son mari, Pierre de Vaugiraud, le 21 janvier 1697 (6).  

Le grand-père Pierre de Vaugiraud (1661-1731) 


Pierre de Vaugiraud et Marie Desnos habitèrent à la Boissière-de-Montaigu, puis à la Logerie de Bazoges, et ils eurent dix enfants, dont :

-        Alexis né à Bazoges le 16-3-1698 (vue 29). Sans enfant, sa veuve se fera religieuse.  
-      Marie Madeleine Thérèse, née à Bazoges le 19-3-1700 (vue 47), qui s’est mariée avec Charles Auguste de Tinguy de Vanzais, déjà veuf, et qui vint s’installer à la Clavelière de Saint-Fulgent. Ce dernier est le fondateur de la branche des Tinguy du Pouët.
-        Pierre René Gabriel de Vaugiraud. En 1719 il était clerc tonsuré au séminaire de Luçon. Il se maria à Chauché avec Madeleine Françoise Chitton, dame de Languiller en 1732 (7). Il mourut le 17-8-1743 à Bazoges sans descendance.
-        Aimée, née le 26-05-1709 (vue 135) à Bazoges. Elle fut mariée avec Gabriel Jacques de la Cantinière, veuf de Marianne Gaborin, le 13-2-1741, paroisse de Péault (8).
-        Céleste née à la Boissière le 27-8-1710 (vue 128), deviendra religieuse.
-        François René Joseph né le 10-9-1712 (9), (1712-1790), seigneur de Logerie et de Rosnay (près de Mareuil), habita près d’Angers puis aux Sables-d’Olonne, où il se maria avec Marie Lodre (veuve de Jacques Massé) le 4 février 1739. L’un de ses fils, Pierre René Marie, comte de Vaugiraud de Rosnay (1741-1819),  participa à la guerre d’indépendance des Etats-Unis aux côtés de La Fayette, au débarquement royaliste de Quiberon en 1795 dans les rangs des émigrés, devint vice-amiral en 1814 et enfin gouverneur de la Martinique. François René fut électeur pour la noblesse du Poitou en vue de désigner les députés aux Etats-Généraux de 1789 (10).
-        Jean Gabriel né à Bazoges le 13-8-1720 (vue 218), était appelé M. le chevalier dans la famille.
Deux sœurs, Catherine et Marie Anne, et un frère, Charles, moururent jeunes et n’apparaissent pas dans les documents de succession de la famille.
Pierre de Vaugiraud, est mort en 1731 (9).

Le père Jean Gabriel René de Vaugiraud (1720-1765)


Le dernier des enfants, Jean Gabriel René, s’est marié le 13 février 1747 (vue 191) à Mortagne-sur-Sèvres avec Marie Jacquette Boutillier. Il était alors capitaine au régiment Vermandois infanterie. Le grand-père maternel, Maurice Boutillier, père de 25 enfants, était le trisaïeul de Boutillier de Saint André, le futur auteur du « Mémoire d’un père à ses enfants, Une famille vendéenne pendant la grande guerre (1793-1795) ». Ce qui fait un cousinage éloigné et peut expliquer les erreurs du mémorialiste concernant Jean Aimé de Vaugiraud, dont il date la mort en 1794 (voir ci-après).

Marie Jacquette Boutillier était aussi la cousine de Jacques Grégoire Boutillier, sieur du Coin (Pierres Blanches à Saint-Matin-de-Beaupréau dans le Maine-et-Loire), qui acheta la seigneurie de la Boutarlière (Chauché) en 1770. Ils avaient le même grand-père, Maurice Boutillier.

Jean Gabriel de Vaugiraud et Marie Boutillier habitèrent Mortagne où ils eurent :

-        Jeanne Marie le 26-2-1748 (morte le 7-10-1750 à Mortagne)
-        Pierre Eusèbe le 15-12-1749. Il fut seigneur de la Jaumarière de Saint-André-Goule-d’Oie (11). Son parrain était Eusèbe Girard (Beaurepaire) et sa marraine Marie Madeleine de Vaugiraud.
-        Auguste le 25-9-1751, avec Charles Auguste de Tinguy pour parrain. Il habitait ordinairement aux Essarts au moment de la Révolution, à la Fouzillière (Grand Village), où il avait hérité de biens provenant au 17e siècle des Masson. En 1703 on voit dans un partage de succession des enfants de Joachim Merland et Jeanne Jeullin, anciens fermiers de la baronnie des Essarts, une créance du 20 juillet 1700 sur Mme de Logerie (Marie Desnos) de 579 livres 5 sols. Elle est très probablement liée à ses possessions aux Essarts (12).
-        Jean Aimé Jacques né le 4-1-1753. C’est lui qui vint habiter dans le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie à la fin de l’Ancien Régime, retrouvant les terres de son arrière-grand-mère Renée Moreau au Coudray. Il était le cousin du futur vice-amiral, et, comme lui, commença une carrière dans la marine de guerre.

Jean Gabriel de Vaugiraud, qualifié de seigneur de la Maigrière, afferma le 11 décembre 1750 sa borderie de la Porcelière à prix d’argent pour 60 livres par an pour 7 ans de 1751 à 1758 (13). Les preneurs étaient Jean Roy et sa femme Jeanne Brisseau, demeurant à la Porcelière, qualifiés de bordiers. Il demeurait à Mortagne, et la signature de l’acte se fit en l’auberge du Chêne-Vert, chez Louis Guyet. De Vaugiraud louait à l’époque la seigneurie de Logerie à Bazognes-en-Paillers à la famille Chesneau, avec ses métairies et borderies en dépendant (14).

Il afferma sa borderie du Coudray en 1753 pour 7 années à l’aubergiste de Saint-Fulgent, Louis Guyet, le grand-père du futur châtelain de Linières. Louis Guyet la sous louait ensuite à Pierre Guedon et Louise Brillouet. Elle était affermée à partage à mi fruits et son revenu annuel estimé pour le fisc se montait à la somme modeste et probablement sous-évaluée pour une métairie, de 150 livres par an (15).

Etant militaire en activité, Jean Gabriel de Vaugiraud délégua sa belle-mère Marie Louise Henriette Girard, veuve de Jacques Boutillier sieur de Belleville, pour le représenter en 1759 lors d’une visite contradictoire de sa métairie du Pinier à Vendrennes. Il était en procès contre le fermier, la veuve de Jean Boisson sieur de Lhoumeau, qui avait été fermier général de la terre et seigneurie de Vendrennes (16).  

Jean Gabriel de Vaugiraud est mort le 9 janvier 1765 (registre de Mortagne : vue 112). L’acte d’inhumation de son père à Mortagne précise : « lequel fut trouvé mort et assassiné jeudi au soir sur le chemin qui conduit du pont de Mortagne à la Verrie ». Et le mémorialiste d’ajouter qu’il fut assassiné par un mari jaloux.

En 1777 sa veuve habitait dans le bourg des Essarts (17), comme le feront ses enfants plus tard, sauf Jean Aimé venu s’installer dans le bourg de Saint-André. Les biens de ses enfants mineurs furent gérés ensuite par sa belle-mère. On la voit ainsi arrenter en leur nom le 27 juillet 1765 le Gros moulin à vent de la Bourolière à Charles Auguste Tinguy seigneur de Vauzais, demeurant à la Clavelière (Saint-Fulgent). Le moulin était en ruine, et il lui fallait « chapeau, verge, arbre et lamoulange à neuf, étant totalement en dommage dans le surplus des charpentes et même dans sa tonnelle » (18). Marie Louise Henriette Girard reçut aussi la reconnaissance en 1767 d’une rente due par les Micheneau de 3 livres par an, sur une partie de la maison où ils habitent dans le bourg de Saint-André, avec un masureau attenant et trois planches de jardin (19).

L’enfance et la jeunesse de Jean Aimé de Vaugiraud


      Soldats de la marine de guerre
À cette époque des 17e et 18e siècles, certaines familles nobles du Bas-Poitou, peu fortunées, faisaient entrer leurs garçons dans l’école des cadets de la marine, grâce à leurs relations. Moyennant une pension à payer d’un montant raisonnable, le jeune homme pouvait acquérir une formation lui ouvrant droit à la carrière d’officier. L’achat d’une charge militaire d’officier dans les armées de terre représentait en comparaison une charge financière plus lourde. C’est la raison pour laquelle on trouve des membres des familles du Chaffault à Montaigu, Royrand à Chavagnes, Vaugiraud à Bazoges, etc. ayant fait une carrière « sur les vaisseaux du roi ». Ce fut aussi le cas de notre « gouldoisien » Jean Aimé Jacques de Vaugiraud.

 Il n’avait que 12 ans lorsque son père est mort, et on l’envoya dans la marine. Il semble qu’on partagea assez tôt l’héritage, car on voit son frère Auguste vendre en 1776, à Charles Trotin, cabaretier demeurant au bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, à titre de rente foncière, annuelle et perpétuelle, une masure de maison en ruines, composé de 5 pièces avec un petit jardin, situé au bourg de Saint-André. Il habitait alors le bourg des Essarts (20).

Le frère ainé, Eusèbe de Vaugiraud, seigneur de la Jaumarière, vendit le 16 septembre 1775, à Pierre Fonteneau de Saint-Fulgent (habitant la Roche au Roi), deux métairies sur Saint-André-Goule-d’Oie à la Maigrière et à la Baritaudière (21). Il était alors officier au régiment du Bourbonnais, et possédait lui aussi une demeure au bourg des Essarts. En 1776 il vendit un pré à la Boninière. L’acheteur était Charles Auguste Tinguy, déjà cité, qui ne put signer l’acte, « attendu la goutte qu’il a actuellement à la main droite et le tremblement de main qui l’agite » (22). Le 7 octobre 1777 Eusèbe de Vaugiraud vendit pour 200 livres une rente qu’il possédait sur le Petit moulin à vent de la Bourolière, de 10 livres 10 deniers par an. L’acheteur de la rente était un meunier de la Clavelière, Jean Badreau (23).

Jean Aimé Jacques de Vaugiraud gardera sa part d’héritage au Coudray, à la Jaumarière et au bourg de Saint-André, et viendra habiter plus tard sur place dans le logis du bourg.

Persécuté au début de 1793


En 1790 il est commandant de la garde nationale de Saint-André-Goule-d’Oie. Il faut dire qu’il était le seul militaire de métier dans la nouvelle commune (24). À ce titre il dû participer au rassemblement de la fédération des gardes nationales rassemblant 18 communes du bocage vendéen à l’Oie (château du Fougerais) le 30 mai 1790 (la commune de Saint-André y est citée) (25). Les rassemblements avaient pour but de manifester l’attachement à la patrie. Ils devaient aboutir à la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, à l’origine de notre fête nationale comme chacun sait. Qui pouvait imaginer dans ce premier semestre 1790 que des tensions politiques allaient surgir dans la commune, à propos de la vente des biens d’Eglise ?

L’achat de Jean Aimé de Vaugiraud de la borderie de la cure de Saint-André, le 5 mai 1791, pour 7 000 livres, intrigue à cette époque de la Révolution. C’est que la municipalité, reflétant sans doute l’avis général dans la commune, avait protesté quelques mois auparavant auprès de l’administrateur du district de Montaigu, Philippe Charles Aimé Goupilleau, contre la vente forcée des biens dépendants de la cure. Outré de la démarche, le futur député à la Convention avait répondu, bien sûr, que c’était « une position criminelle. » D’ailleurs, ces biens furent achetés par des étrangers à la commune, habitant Sainte-Florence-de-l’Oie, Chavagnes-en-Paillers et même Cholet (26). Alors, qu’avait de particulier l’achat de Jean de Vaugiraud, pour qu’il ait osé le faire ? L’attitude des jeunes gens de la commune deux ans plus tard, au moment du soulèvement de mars 1793, montre clairement qu’on ne lui reprochait pas cet achat.

Dans sa séance du 4 mars 1793, le directoire du département de la Vendée décida de faire saisir Jean de Vaugiraud et de l’amener à Fontenay pour y être interrogé. La mesure fut prise sur des motifs bien faibles de soupçons de complot et d’émigration, dont aucun n’était établi, ni à l’époque ni depuis (27). Mais voilà, il avait séjourné plusieurs mois à Paris au cours de l’année 1792 avec son frère Augustin.

Rentré à Nantes, où il s’était établi à la fin du mois de septembre, son frère avait été arrêté et interné le 1e décembre 1792 à la prison du château de Nantes (28). Des certificats de présence à Paris et des attestations fournies montrent que le soupçon d’émigration formulé contre lui ne tenait pas. Dans les Archives départementales de la Loire Atlantique, concernant la « police des suspects de 1792 incarcérés au château de Nantes », on y constate le zèle sectaire des annotations, et à la fois l’amateurisme et le formalisme des procédures et documents.

Source : Archives de la Loire Atlantique
Requête du citoyen Vaugiraud aux citoyens administrateurs du département de la Loire Inférieure.

Expose le citoyen Vaugiraud détenu au château de Nantes que d’après l’arrêté du département qui exige que dans le délai d’un mois il produise les certificats de sa résidence sur les terres de la République conformément à la loi pour faire disparaitre les faux soupçons d’émigration à son égard il demande que vu les ...


Sur une réclamation aux autorités départementales d’Augustin de Vaugiraud, un employé a écrit en marge : « pièces jointes par erreur au dossier d’un M. Vaugiraud prêtre – les sieurs Vaugiraud Aimé et Augustin ».  Par deux fois, le 5 décembre 1792 et le 10 janvier 1793, le Conseil Général du Département de la Loire-Inférieure refusa à Augustin sa libération, pour des motifs essentiellement de forme des certificats produits. C’était visiblement au présumé coupable de faire la preuve que le soupçon porté contre lui n’était pas fondé. Enfin les autorités départementales délivrèrent Augustin de Vaugiraud provisoirement pour deux mois à compter du 16 janvier 1793, afin de lui permettre de présenter des certificats de résidence en la forme légale requise (29).

Les détails fournis à cette occasion ne permettent pas de confondre ces deux frères avec leurs cousins des Sables-d’Olonne. Mais on ne peut pas écarter l’idée que la confusion a pu régner chez certains fonctionnaires de l’époque. Ils nous informent de la présence des deux frères ensemble à Paris. Le dossier d’Augustin fut transmis aux autorités départementales de la Vendée. Celles-ci ne pouvaient pas être en reste et leur décision d’arrêter Jean Aimé de Vaugiraud provient probablement de la mésaventure de son frère Augustin à Nantes. Lutter contre les « complots des nobles » et le « fanatisme des prêtres », était l’urgence du moment pour les autorités, seule explication possible, selon elles, à l’agitation politique secouant les campagnes vendéennes depuis au moins deux ans.

Jean de Vaugiraud avait probablement connu l’emprisonnement de son frère à Nantes et l’arbitraire qu’il avait subi. Il ignora la convocation, par crainte que cette persécution judiciaire ne le conduise à la mort.

À la demande du directoire du département le 4 mars 1793, Benjamin Martineau, membre de la municipalité de Saint-Fulgent, et responsable de la garde nationale du canton de Saint-Fulgentvint avec les gendarmes s’emparer de Jean de Vaugiraud le 6 mars 1793. Un attroupement d’habitants de la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie fit déguerpir ces derniers. Devant sa maison, les « bleus » reçurent des « insultes graves » (30). B. Martineau écrivit à Fontenay : « Vous verrez, par ce procès-verbal de la rébellion que j'ai éprouvée, que je me suis comporté dans cette affaire avec toute la présence (d'esprit) possible ; j'espère, citoyen, que vous me vengerez, ainsi que ma brigade, des insultes graves que nous avons essuyées sans aucun succès malheureusement. » (31). Ce rapport est daté du 6 mars, donnant un avant-gout de ce qui va se passer dans les jours à venir.

Martineau fut entendu et le directoire envoya de Fontenay une troupe de soixante gardes nationaux, commandée par Charles Rouillé le jeune, à Saint-Fulgent.

Au début de la guerre de Vendée à Saint-André-Goule-d’Oie


Mais entre-temps un évènement d’une portée considérable était annoncé : le tirage au sort des conscrits réquisitionnés par la Convention pour faire la guerre aux frontières. Dans tout le bocage les jeunes conscrits s’apprêtaient à refuser ce tirage au sort.

Alors, quand la troupe de Rouillé aborda le bourg de Saint-Fulgent au petit matin du 13 mars 1793, les hommes de Saint-André, sous les ordres de Christophe Cougnon, la mirent en déroute. B. Martineau et son beau-père, Charles Simon Guyet, suivirent Rouillé pour se mettre en sécurité. Le lendemain, Guyet fut rattrapé et tué dans une auberge de Saint-Vincent-Sterlanges (32).

On ne protégeait pas ainsi normalement, à Saint-André-Goule-d’Oie, un acheteur de biens d’Eglise. Jean de Vaugiraud a-t-il fait cet achat de la borderie dans le but d’en faire retour au prieuré plus tard ? Les documents sont muets comme il se doit en pareille circonstance, mais la question demeure, car nous savons que cette pratique a existé, en particulier pour les biens nobles. 

Cette borderie sera à nouveau confisquée et estimée en 1798 à 2 200 F (26).

Jean de Vaugiraud habitait un logis en face de l’église actuelle, acheté par Léon de Tinguy après lui. Le logis devint presbytère à partir de 1898 (33). Il possédait aussi 4 boisselées et 19 gaulées de terre dans les Landes du Pin, près de la Brossière de Saint-André (34).

Son frère ainé, Pierre Eusèbe, n’est pas mort célibataire comme cela a été dit. Il a épousé le 25 novembre 1789 à la Gaubretière Marie Germaine Geneviève Le Beault de la Touche (vue 120). Elle était née dans cette paroisse le 29 novembre 1766 (vue 98), fille de Charles Le Bault seigneur de la Touche et de Marie Anne Gentet de la Chesnelière. S’il y eut postérité, on ne l'a pas retrouvée (35). On a même un acte de 1805 où Jean Aimé de Vaugiraud se trouve alors seul héritier de son père, reconnaissant une rente de 300 F sur la Maigrière due à Pierre Fonteneau à qui son frère Pierre Eusèbe avait vendu sa métairie du lieu (36).

L’épouse de Pierre Eusèbe de Vaugiraud a effectué la Virée de Galerne et est passée à Jersey à la fin de l’année 1793 en compagnie de Marie-Anne-Elisabeth de Tinguy, demeurant à la Ferrière, veuve du chef vendéen de Chouppes (37). Elle serait morte à Bath en Angleterre en 1800 (38).

Un détail révélateur : les paysans de Saint-André l’appelaient « le marquis ». Certes, il était de famille noble, mais lui-même n’avait pas de titre nobiliaire. C’est son frère aîné, Pierre Eusèbe, qui fut électeur pour la noblesse du Poitou en vue de désigner les députés aux Etats-Généraux de 1789 (9). On sait ce que révèle de vérité la pratique des surnoms dans les sociétés fermées et repliées sur elle-même. L’homme devait inspirer le respect autour de lui. Et pourtant il exploitait lui-même sa borderie du bourg (39). Il est vrai qu’avoir un noble pour collègue, le mot pouvait devenir une épithète au sens multiple, difficile à interpréter deux siècles auprès faute de document pour nous aider à le faire. 

Il est intéressant de relever qu’il honora de sa présence, dans l’église de Saint-Fulgent le 17 mai 1791, la bénédiction nuptiale de la fille aînée de Simon Charles Guyet avec Benjamin Martineau. Il y croisa le jeune frère de la mariée, âgé alors de 17 ans, Joseph, qui deviendra moins de dix ans plus tard châtelain de Linières. Il y croisa aussi le coléreux frère aîné du marié, Ambroise Martineau. Vingt-un mois plus tard, dans ses fonctions d’administrateur du département de la Vendée à Fontenay, ce dernier n’eut de cesse de faire emprisonner Jean de Vaugiraud. C’est lui qui avait envoyé la troupe de Rouillé pour le faire arrêter à Saint-André.

Et pourtant que reprocher à Jean de Vaugiraud ? On ne lui connaît pas d’activité politique, il n’émigrera pas, il n’avait pas de titre nobiliaire, il payait « ses cens et devoirs seigneuriaux et féodaux » (40) car ses terres étaient roturières, il ne possédait que quatre métairies, ce qui est peu à comparer aux biens du père de la mariée, Charles Guyet. Mais il était né dans une famille noble, son patronyme portait la particule, et si la mort ne l’a pas emporté pendant la guerre de Vendée c’est bien que son heure est un mystère.

Le rôle peu connu de Jean Aimé de Vaugiraud dans la guerre de Vendée


Les témoignages recueillis sur les combats des paysans de Saint-André-Goule-d’Oie passent sous silence le rôle de Jean de Vaugiraud. Ils insistent sur celui de chefs de bande incarné par Christophe et François Cougnon, devenant à partir d’avril 1793 les capitaines de paroisse successifs de Saint-André-Goule-d’Oie. Ils indiquent aussi le choix des paysans d’aller demander à Chavagnes-en-Paillers au vieux militaire en retraite, de Royrand, de prendre la direction des combats (41). Sur les motivations et les actions de Jean de Vaugiraud, nous ne disposons d’aucun écrit de sa part ou de ses proches. Seul son cousin éloigné, Boutiller de Saint-André, écrivit quelques phrases sur lui et sa mère.

Le général de l’armée du Centre, de Royrand, constituant son état-major le 16 mars 1793, y fit entrer Jean Aimé de Vaugiraud avec le grade de commandant. Ce dernier participa à la bataille du Gravereau, près de Saint-Vincent-Sterlanges, le 19 mars 1793, contre les troupes de Marcé (42). Il participa au commandement du camp de l’Oie dans les semaines suivantes, mis en place par de Royrand.

Ainsi n’eut-t-il une fonction d’encadrement dans la guerre de Vendée que par nomination. Les paysans auraient pu lui demander de diriger les combats, comme ils l’ont fait avec d’autres anciens officiers. L’ont-ils fait ? Si c’est le cas, nous connaissons sa réponse, donnée par Mme de Sapinaud sans ses mémoires : « il n’avait aucun commandement, il n’en voulait pas … » (43). Elle ne donne pas de raisons à la position de Jean de Vaugiraud sur ce point, et nous n’en avons pas trouvées par ailleurs. 

Paulin Guerin : D'Elbée
Le 19 juillet 1793, il accompagna, avec Sapinaud de la Verrie, le général de Royrand à la réunion de Chatillon pour désigner le nouveau général en chef des armées catholiques et royales. Ce fut d’Elbée qui fut élu en remplacement de Cathelineau, mort peu de temps auparavant (44).

À partir du 18 octobre 1793, il suivit son chef dans la Virée de Galerne au nord de la Loire, en traversant le fleuve à Saint-Florent-le-Vieil. Il fut témoin, et en rapporta le témoignage devant notaire, de la mort du général de Royrand en décembre 1793 (45).

Indirectement on apprend sa participation aux combats victorieux de Dol les 20, 21 et 22 novembre 1793, qui permirent aux Vendéens de se diriger ensuite vers Fougères et la Flèche. Il attesta en effet dans un acte de notoriété, de la mort dans ces combats de Charles Joseph de Goué à cette période, entre Dol et Pontorson, affirmant l’avoir vu sur le champ de bataille. Avec lui témoignèrent aussi François Mandin, cultivateur demeurant au bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, et Joseph Roy, chargé d’affaire demeurant à Chauché (46).  

Au retour vers la Vendée, il réussit à passer la Loire en compagnie d’Henri de La Rochejaquelein, Stofflet, Sapinaud et d’autres à Ancenis (47). Il continua le combat avec d’autres officiers survivants de l’armée du Centre, sous l’autorité de Sapinaud de la Rairie, se retrouvant au camp des Angenières près de la Gaubretière (48). Des liens particuliers unissaient sa famille à celle de ce dernier. Sa marraine était en effet Charlotte Aimée Sapinaud du Bois-Huguet (49).

Le 24 novembre 1793, sa mère, Marie Jacquette Boutillier, avait été mise dans un convoi en direction d’Angers par le comité révolutionnaire de Cholet, car « ci-devant noble, dont les fils ont été chefs de brigands et qui ont communiqué avec elle ». Elle fut guillotinée à la fin de décembre suivant (50).

En janvier 1794, le général républicain Amey, dans un message à Turreau, confirme à sa manière cette activité. Il accuse les chefs Sapinaud et Vaugiraud de « menacer de brûler les maisons des Vendéens si ceux-ci ne se soulèvent pas » ! (51). Toujours le complot des nobles pour expliquer la révolte du peuple, dans la bouche des révolutionnaires.

De son côté, Mme de Sapinaud raconte dans ses mémoires qu’en janvier 1794 les « citoyens » (nom qu’elles donnent aux révolutionnaires) vinrent aux Landes tuer « le curé, sa sœur, une quantité étonnante de femmes, et cette pauvre petite femme fut égorgée dans son jardin avec quatre enfants …. Son mari vint m’apprendre cette triste nouvelle en faisant des cris épouvantables. Il me dit qu’il allait prendre les armes et suivre M. Sapinaud, que tous les hommes de la Gaubretière et de toutes les paroisses voisines avaient été le trouver et lui avaient dit qu’il fallait qu’il fût à leur tête, qu’ils voulaient mourir ou venger la mort de leurs femmes et enfants. » (52)

                 Auge du grand massacre à la Gaubretière (27 février 1794)

La belle-mère de Pierre Eusèbe de Vaugiraud, Mme Le Bault de la Touche, est une des victimes du grand massacre perpétré à la Gaubretière, le 28 février 1794 (53). Sur la photo reproduite ci-dessus, on peut lire sur la pancarte « En souvenir de madame Le Bault de la Touche : la tête tranchée par un bleu, son corps fut jeté dans ce bassin appelé depuis : Auge du Grand Massacre ». 

Jean de Vaugiraud participa aux combats autour de Saint-Colombin au début de février 1794, où les soldats de l’armée du Centre vinrent aider Charette (54).

Alfred de Chasteigner : Charette
Dans la querelle entre Charette et Stofflet, il prit parti, avec Sapinaud, pour le premier. C’est ainsi qu’on trouve sa signature en bas des cinq articles que Charrette adressa à Stofflet dans une lettre, où il lui refusait le titre de général et ne le regardait que comme un aventurier, le 6 décembre 1794. Le texte avait été adopté par le conseil des deux armées, du Centre et de Charette, à Beaurepaire. Il consacrait la rupture des accords intervenus en avril 1794 à la Boulaye entre les chefs des armées d’insurgés (55). D’ailleurs, Jean de Vaugiraud échappa de justesse avec Sapinaud de la Rairie et Fleuriot à l’attaque du camp de Beaurepaire en 1795 par Stofflet (56).

Après la guerre


Après la guerre, Jean Aimé de Vaugiraud retourna vivre au bourg de Saint-André-Goule-d’Oie. Il arrenta en 1798 sa métairie du Pinier (Vendrennes), héritage provenant des Moreau, bénéficiant ainsi d’une rente viagère annuelle de 400 F (57). L’acte comportait un oubli de taille : M. de Vaugiraud avait omis de charger l’acquéreur du paiement d’une rente foncière de 136 décalitres de blé seigle, dont la métairie était tenue envers l’abbaye de la Grainetière. En 1804 l’administration de l’enregistrement et des domaines, propriétaire de la rente après la nationalisation de l’abbaye, en réclama le paiement. Au final M. de Vaugiraud du accepter de payer par une transaction en 1808, qui amputait sa rente viagère d’environ la moitié (58).

Enfin on remarque plusieurs fois sa présence sur le registre d’état-civil de Saint-André-Goule-d’Oie comme témoin à des naissances, décès et mariages au début des années 1800. En 1802, il accepte de représenter le fermier sortant lors de la visite d’état des lieux de la métairie de la Morelière, appartenant à Joseph Guyet (59). Son nom est nommé en premier par les notaires dans la liste des propriétaires qui rachetèrent en commun et en indivision, en 1801 et 1802, l’église et le presbytère de Saint-André-Goule-d’Oie, à l’acquéreur de biens nationaux qui les possédait.

En 1802 il acheta pour 800 F 10 ha de bois taillis appelé « Vrignaux », situé entre le bois du Vrignais (dépendant de Linières) et la Boutarlière. Le vendeur était Jean Jacques Montaudouin, qui l’avait acquis 10 mois auparavant de la veuve Vexiau, ce dernier acheteur de biens nationaux sur Chauché (60), et ancien agent municipal (maire) de Saligny. Avant la Révolution le Bois taillis du Vrignais appartenait au seigneur de la Rabatelière, possesseur aussi du Bois de Languiller et du Bois Thibaud (ce dernier situé à l’endroit des éoliennes actuelles) (61).

Jean de Vaugiraud est resté célibataire jusqu’à sa mort à Paris le 7 septembre 1814. Dans sa déclaration de succession au bureau de Montaigu, le 3 décembre suivant (62), par maître Bouron, notaire à Chavagnes, on relève que ses cohéritiers sont au nombre de 10, tous cousins au 4e, 5e et 6e degré, dont 2 du côté paternel et 8 du côté maternel. Ses biens meubles se montaient à 10 897 F et ses biens immeubles à 34 600 F. Ces derniers comprenaient :

1° Son logis du bourg avec quelques pièces de terre autour, qu’il exploitait lui-même, y compris un petit bois taillis près de la Boutarlière (voir ci-dessus). Le revenu annuel a été estimé à 360 F pour une surface de 24 ha.
2° La petite borderie de Blonet à Bazoges-en-Paillers (12 ha et 50 F de revenu annuel).
3° Les trois métairies affermées à moitié de partage de fruits au Coudray (19 ha et 370 F de revenu annuel) et à la Jaumarière de Saint-André-Goule-d’Oie (25 ha et 350 F de revenu annuel)et à Villeneuve de la Boissière-de-Montaigu (77 ha et 600 F de revenu annuel) (63). On remarque des valeurs de revenus anormalement faibles à Blonet et à Villeneuve, pouvant résulter de plusieurs causes non connues ici (mauvaises récoltes, séquelles de la guerre civile, sous-évaluation volontaire). Sur les biens meubles, l’impôt sur les successions était à cette époque de 1,25 % de leur valeur, auquel s’ajoutait 60 F de frais de notaires (total : 1,8 %). Sur les biens immeubles, l’impôt était de 1 % du capital calculé forfaitairement en multipliant par 20 le revenu annuel.

Il faut ajouter 3 autres métairies qui figurent au partage des biens immeubles le 5 décembre, ainsi que dans la déclaration de succession au bureau des Herbiers le 9 décembre (vue 38) :
4° la métairie de la Brunellière (Verrie), exploitée par Mathurin Pornier (50 ha et 1047 F de revenu annuel)
5° la métairie de la Roullière (Saint-Martin-des-Ormeaux), exploitée par Pierre Poirier (48 ha et 1035 F de revenu annuel)
6° la métairie de la Fumelière (Saint-Martin-Lars), exploitée par Jean Micheneau (59 ha et 922 F de revenu annuel)

Sur les biens immeubles, l’impôt était de 0,5 % du capital aux Herbiers, soit moitié moins qu’à Montaigu à la même date. Il est bien difficile d’expliquer cette différence à cette époque.

Comte de Vaugiraud
1741-1819
 Les héritiers de Jean de Vaugiraud partagèrent les biens immeubles   de la succession en deux lots définis par un expert des Herbiers. Puis   ils convinrent que le premier lot échoirait à la ligne paternelle (le   comte de Vaugiraud des Sables d’Olonne, et sa sœur Marie Anne de   Vaugiraud de Nantes), comprenant beaucoup de rentes payées sur les   métairies. Il comprenait le logis et métairie du bourg, plus les   métairies du Coudray, la Jaumarière, le Blonet et Villeneuve. Le 2e   lot, avec les métairies de la Fumelière, Brunellière et Roullière,   échoirait aux 7 héritiers de la branche maternelle. Ensuite il y eut des   ventes entre eux (63).

 La métairie du Coudrais, ainsi que la borderie de Blonet et le logis   du  bourg de Saint-André devinrent la propriété du cousin et vice-   amiral, le comte Pierre René Marie de Vaugiraud, demeurant aux   Sables-d’Olonne. Il mourut lui-même à Paris le 13 mars 1819, selon   sa déclaration de succession au bureau de Montaigu (64). Le logis du   bourg et des terres autour passèrent à sa fille, Marie Renée   Marguerite de Vaugiraud, épouse du baron Louis de Feriet (65). Avec sa sœur, Pierre René Marie comte de Vaugiraud vendit le 21 novembre 1814 une petite maison au Coudray pour 400 F à Melle Buttier, célibataire et François Chatry, domestique (66). Le 9 décembre suivant, les mêmes vendirent la métairie de la Jaumarière à Chaigneau et consorts moyennant le prix de 7 000 F (67). Les acquéreurs se sont associés à 5 pour acheter cette métairie de 25 ha. Deux habitent dans le village même de la Jaumarière : Jean Moreau et Jacques Piveteau (fils de Jeanne Piveteau), ayant chacun 2/10 de parts. Les trois autres habitent à la Boninière voisine. D’abord Jean Chaigneau, qui a 3/10, vivant en communauté avec Jeanne Chaigneau, veuve Guibaud. Ensuite André Chaigneau, qui a 2/10. Enfin André Rochereau, qui a 1/10.

L’homme dans son Logis


L’inventaire après décès réalisé en 1814 au logis du bourg nous permet d’esquisser le personnage Jean de Vaugiraud dans son milieu. Il fut officier dans l’état-major du général Royrand de l’armée du Centre de la Vendée au début du soulèvement vendéen. Ancien officier de marine, il n’a pas pu échapper à la fonction, nommé par Royrand, en faisant aussi un temps commandant du camp de l’Oie. Dans ce rôle on lit deux lettres brèves de lui, révélant une faible maitrise de l’orthographe. Et à la fin de sa vie il ne laisse que 4 vieux livres à ses héritiers : La Maison rustique en 3 volumes et le Livre de l’Ecuyer. Même si l’incendie de son logis en 1794 en a peut-être fait disparaitre quelques-uns, il parait que nous n’avons pas à faire à un intellectuel, ni même à un homme instruit par les livres. Il n’a pas pu échapper non plus à la fonction de commandant de la garde nationale de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie en 1790. Mais si les habitants de la commune l’ont protégé d’une arrestation en mars 1792, ils ne l’ont pas mis à leur tête ensuite. C’est un fils du métayer de la Guérinière qui tint le rôle et prit les initiatives.

Célibataire toute sa vie, Jean de Vaugiraud est mort à Paris à l’âge de 61 ans, lors d’un voyage. Mais sur cet aspect de sa vie privée, nous ne disposons d’aucune information. En revanche nous savons qu’il s’est investi dans sa borderie du bourg, allant jusqu’à l’exploiter lui-même, aidé au moins d’un valet, et avec à son service une cuisinière femme de chambre. Pour quelqu’un qui laissait à ses héritiers 7 métairies totalisant 314 hectares et rapportant annuellement environ 4 500 F par an en 1814, le travail n’était pas une nécessité financière. C’était un choix de vie, au contact des paysages, des sols et des aléas de la nature, végétale, animale, climatique (il avait un baromètre), avec les connaissances, observations, savoir-faires nécessaires, et les décisions de ventes et d’achats dans la durée, etc. Pour saisir toutes les dimensions de ce métier si particulier, il faut se défaire bien sûr de l’idée simpliste et traditionnelle du paysan arriéré. Sans aller jusqu’à tenir la charrue, on a vu au 18e siècle Abraham de Tinguy vivre à Saint-André comme un gentilhomme fermier. Jean de Vaugiraud n’est donc pas un cas à part dans la société de son temps. Il était bien moins riche que le fermier général et négociant Charles Guyet de Saint-Fulgent, devenu révolutionnaire. Son fils, républicain aussi et propriétaire de Linières, possédait 1342 hectares dans le bocage et le marais, lui rapportant 31 000 F par an en 1830. La fortune de Jean de Vaugiraud le mettait au niveau des bourgeois fortunés et un peu au-dessus des riches agriculteurs-marchands comme Loizeau du Coudray ou Fluzeau de la Brossière. 

Le bétail dans son étable servait au trait (2 bœufs de charrue et une jument), à la reproduction et à la consommation domestique (4 vaches de divers poils dont une jeune, une génisse, 2 taureaux, 2 petits taureaux). Il se déplaçait à cheval. 20 ans plus tard dans son logis, on y verra un cabriolet, signe simplement d’une nouvelle génération d’occupants. L’équipement de l’agriculteur comportait, en dehors des petits outils habituels, 2 charrettes avec ses règles et râteaux, un tombereau sur roues, une charrue, un moulin à vanner. Et on le soupçonne d’aimer la menuiserie, car il avait 2 établis de menuisier avec des outils, et dans la cour il a accumulé 220 planches, 72 limandes (planches peu épaisses), 10 madriers et 1 chevron, plus 5 paquets de genevelles et une meule à aiguiser.

Il affermait ses deux métairies du Coudray et de la Jaumarière à partage de fruits à moitié. Dans l’inventaire de ses blés au mois de novembre 1814, sont rassemblées les récoltes de l’année provenant de ces deux métairies, ajoutées à son exploitation du Bourg :16 boisseaux de baillarge (orge de printemps), 72 boisseaux de seigle, 170 boisseaux de froment nouveau. Il reste 47 boisseaux de froment de l’année précédente, choisissant le bon moment pour le vendre à l’un des négociants en grains de la région. Et suivant l’usage, il y avait aussi 60 boisseaux de blé restés pour la nourriture des gens de la maison et pour faire des semences. L’avoine est laissée pour la consommation des chevaux et les pois (dont on ne connais pas l’espèce) le sont pour la consommation de la maison. Ainsi en ce début du 19e siècle le seigle avait perdu sa prépondérance d’antan, constatée en 1760 à la Télachère par exemple (Chavagnes). Le froment avait pris sa place.

Notre agriculteur n’était pas comme les autres néanmoins, et on le voit en même temps du milieu de la noblesse. En témoigne le contenu de sa cave : une barrique de vin de Médoc rouge et une autre de Grave blanc. Quelle distinction ! Même si c’est beaucoup pour un seul homme, d’autant que l’hypothèse d’un long vieillissement de ces vins d’excellence est à exclure pour l’époque. D’ailleurs, la barrique du vin de pays est « totalement gâtée ». Et s’ajoutaient 50 bouteilles de vin blanc et 10 bouteilles d’eau de vie. Les fameux vins bien connus en Vendée autrefois (Noah, Othello, Oberlin, Baco, 54.55, etc), issus de plants hybrides, ont été plantés après la crise du phylloxéra à la fin du 19e siècle. Les cépages cultivés au temps de Jean de Vaugiraud sont peu connus : la Folle-Blanche, le Chenin, le muscadet, le Gros-Plant, etc. pour les vins blancs ; le Pinot Noir, le Dégoutant, le Balzac, etc. pour les vins rouges (68). Les vins de Bordeaux étaient connus au château de la Rabatelière et à l’auberge du Chêne Vert de Saint-Fulgent au 18e siècle. Encore fallait-il pouvoir se les payer et en apprécier la saveur. Quant à la quantité, on y voit un trait répandu dans la population, celle-ci portée à mettre de côté, à épargner, à accumuler. On le voit aussi sur la quantité de bois dans la cour située à l’arrière du logis : 2 milliers de bois fagots (environ 1 000 kgs) et 4 cordes de bois (12 m3). On retrouvera ce type d’accumulations plus loin dans sa maison pour d’autres objets.

Le logis du bourg où il demeurait remonte à environ 1,5 siècle, un héritage de la famille Moreau. Le rez-de-chaussée comprenait 5 pièces : salon, salle à manger, vestibule, office et cuisine. Là encore on n’est pas chez les fortunes de la noblesse et de la bourgeoisie, mais plutôt chez celle des bourgeois aisés. Le mobilier a dû être renouvelé après l’incendie du logis pendant la guerre de Vendée, car il ne parait pas en manquer au jour de son décès, 20 ans après. Il y avait dans plusieurs pièces des fontaines avec bassin de cuivre rouge ou de faïence pour se laver. En revanche la seule baignoire de l’inventaire est en en fer blanc, stockée dans le grenier au-dessus de l’écurie. Il manque une maitresse de maison dans ce logis, à voir un établi de menuisier dans le vestibule, à côté des outils rangés dans un placard, des réchauds et des pots de grès sous l’escalier. Dans la buanderie on trouve aussi un autre établi de menuisier.

Il possédait au jour de sa mort 2 pistolets dans une commode de la salle à manger, et 4 fusils dans la cuisine : un fusil à deux coups, un fusil no 2, un fusil no 3, et un fusil no 4. Il gardait dans un tiroir d’un meuble de sa chambre à coucher un « petit baril de poudre à tirer ». Même s’il n’y avait pas de chenil et de chiens dans l’inventaire, Jean de Vaugiraud a probablement été chasseur. Il avait un filet pour attraper les oiseaux carnassiers (rapaces). Mais l’arsenal inventorié est visiblement celui de l’ancien officier des armées vendéennes qui s’est engagé dès mars 1793, a fait la virée de galerne à la fin de cette année, et a continué à batailler en 1794 et 1795 dans les restes de l’armée du Centre. Ces stocks d’armes constituaient une crainte pour les autorités, et le préfet de la Vendée publia le 10 octobre 1816 une instruction aux maires pour en faire un inventaire dans les communes.   

La chambre à coucher de Jean de Vaugiraud, à l’étage du logis, était chauffée par une cheminée, comme le révèle la présence des ustensiles nécessaires : une paire de chenets, une pince et un soufflet. Elle était meublée de deux lits, dont l’un pliant, un petit secrétaire, un grand meuble à 4 tiroirs, une armoire à 2 battants, une table, un fauteuil et 5 chaises. Son lit était garni d’une paillasse, d’un matelas, d’une couette, d’un traversin, et de 2 couvertures en laine. Dans les tiroirs du meuble on trouva au jour de l’inventaire une seringue, deux bassins à barbe (l’un en fer blanc et l’autre en faïence), et 118 diverses pièces de monnaie totalisant l’importante somme de 665 F. Dans l’armoire on trouva du linge pour confectionner des habits (étoffe grise, coton), divers objets (miroir, valise, seringue à cheval, cage peinte en vert), 10 livres de café, 2 pains de sucre de 5 kgs chacun. Plus intéressant est la composition de son habillement : 2 vestes, un habit tête de nègre (marron foncé) avec une culotte noire, 2 pantalons d’Ecosse, 2 pantalons ordinaires, une écharpe blanche. Ce n’est pas gai, mais c’est chic, et il avait aussi 5 gilets de diverses couleurs, 6 jabotières et 12 mouchoirs de cols de diverses couleurs. Pour se chausser il avait 2 paires de bottes usées et 4 paires de guêtres, utiles dans les chemins du bocage. On ne compte pas ici bien sûr ses habits emportés dans son voyage à Paris, mais l’ensemble révèle de la retenue dans ses achats d’habits, comme certains célibataires savent le faire, sauf pour les chemises : 44 au total ! On suppose qu’un certain nombre étaient des chemises de nuit. Et puis l’inventaire n’est sans doute pas exhaustif, car on ne voit pas de bas de chausse ou de chaussettes à la façon d’aujourd’hui. L’histoire s’intéresse à tout, son linge de corps comprend 10 caleçons, 4 gilets « à mettre sur la peau », et 15 bonnets de coton. 

Par contraste, l’inventaire de la chambre des domestiques dit bien la différence de statut social. Elle est meublée de 2 lits couchette garnis, 2 coffres et une vieille armoire « de nulle valeur » a estimé Louis Charpentier habitant au Clouin, l’expert désigné par les héritiers. On ne trouve qu’un manteau bleu, mais il est très probable que l’habitant de la chambre, située au-dessus de l’écurie à côté d’un grenier, n’y demeurait pas tout le temps. S’y trouvaient aussi 15 bottes de lin.

Dans le mobilier de la cuisine il y avait un grand meuble, (partie armoire, partie alcôve), plus ailleurs dans la salle un autre lit équipé. La partie armoire du grand meuble comprenait des effets (habits) de domestique. La partie alcôve contenait un lit de plumes avec son traversin et 2 couvertures de laine blanche (estimé 45 F). L’autre lit était composé de son châlit en bois, paillasse, couette et traversin de plumes et 2 couvertures vertes (estimé 50 F). L’équipement de ces lits ne montre pas de différence pour une domestique. On ne s’attardera pas sur le reste de la cuisine avec sa table et ses 2 bancs au milieu, et la cheminée équipée de 2 crémaillères, un tournebroche et 3 lèchefrites pour recevoir la graisse de cuisson. Il n’y avait pas de cuisinière à cuire, mais la pièce était bien équipée en ustensiles de cuisines, et on note ses 10 flambeaux en cuivre pour l’éclairage. À côté de la cuisine se trouvait au rez-de-chaussée l’office, transformé en laiterie par les futurs acquéreurs du logis. Il apparait comme une pièce de travail et de rangements pour les servantes. Outre un meuble garde-manger, s’y trouvaient un rouet à filet, un coffre (contenant de la laine), 2 moules de chandelle, un peigne à lin et plusieurs ustensiles servant à la cuisine.

Ce n’est pas tout, et là on remarque l’importance du logis à cause d’autres pièces à l’extérieur autour de sa cour. D’abord une buanderie avec sa poêle à lessive, 4 chaudrons en cuivre et en fer, et 2 trépieds. Elle servait aussi au rangement : 17 barriques, une « cage à volaille » et une à furets, et 500 bouteilles vides. Ensuite une boulangerie équipée d’une maie à pétrir, d’une table, d’une pelle à mil, d’une ponne (cuve) à lessive. À côté une chambre à pétrir était équipée d’un grand et un petit pétrin, un « moulin à passer la farine », un chaudron de fer, mais aussi un lit garni, un coffre et 67 livres de laine.


                      

D’autres pièces révèlent l’aisance du propriétaire. Le salon au rez de chaussée n’était pas très bien meublé mais l’argenterie a été pesée au poids de l’agent et évaluée à 804 F (équivalent aux revenus annuels de 2 métairies d’une vingtaine d’hectares). De peu de valeurs, mais en grande quantité, on a compté 11,5 douzaines d’assiettes, en porcelaine anglaise de forme octogone, en porcelaine française, en faïence, 35 plats en porcelaine de diverses grandeurs et formes, 3 huiliers en cristal, etc. Peut-être faut-il voir dans cette accumulation le produit d’héritages. Objets d’une vie, c’était un patrimoine à léguer. 

La salle à manger était meublée d’une commode à 5 tiroirs, d’un buffet bas en cerisier à 4 portes et 3 tiroirs, d’un cabinet en cerisier à une porte, d’une table en cerisier avec 2 allonges, 18 chaises et un fauteuil. La présence d’un instrument de musique mécanique intrigue : une serinette à 2 cylindres, peut-être pour apprendre des mélodies courtes à des oiseaux siffleurs. La présence de deux bouteilles à tabac suggère l’usage de cette drogue. Peut-être en cultivait-il quelques plants lui-même, cachés dans les champs parmi d’autres cultures, car c’était interdit à cause du monopole d’Etat. C’eut été tout à fait dans la mentalité vendéenne. Les 6 bissacs, outre là encore leur nombre élevé, conduisent à penser à un probable usage domestique à la mi-journée durant les travaux des champs. Ils étaient la « saquette » ou le sac à dos du temps jadis. On pense aussi aux longues randonnées dans la campagne de cet homme attaché à sa terre.

À l’étage il y avait alors 2 chambres à coucher en plus de celle du maître des lieux, chacune avec ses ustensiles de cheminées, c’est à dire avec une cheminé. Celle dite « du milieu » était meublée de deux lits garnis, une table avec son tapis et 6 chaises. L’inventaire fait état de 2 miroirs, mais pas plus ici que dans les autres pièces on ne relève des images, desseins ou tableaux aux murs. S’ils avaient eu la moindre valeur ils auraient fait partie de la liste. Une cinquante d’années auparavant au logis du Coudray, Mme de Puyrousset avait quelques images sur les murs de sa chambre. Notre homme devait avoir un côté austère, en tout cas peu porté à la décoration.

La chambre au-dessus du salon était elle aussi équipée de 2 lits garnis et d’une table avec son tapis. Elle comprenait 18 chaises et une armoire en bois de noyer. Dans celle-ci on rangeait le linge de maison, abondant : 15,5 douzaines de serviettes à raies rouges, 26 serviettes à raies noires, 19 nappes à raies rouges, 28,5 paires de draps de différentes qualités, 5 paires de gros draps appelés berne, 19 vieux draps, 5 souilles (taies) d’oreiller de grosse toile, 11 essuie-mains. Là aussi on avait du tissu pour faire des vêtements : 4 livres de fil, 111 aunes de toile de diverses qualités, et une pièce de toile à 35 aunes. La correspondance de l’aune dans la contrée ne nous est pas connue, mais généralement elle approchait la longueur d’un mètre.

En définitive qu’y avait-il des marques de noblesse en Jean de Vaugiraud, vu de son époque ? Rappelons qu’il était le troisième des garçons de sa famille, mais il n’empêche qu’il était de famille noble. Dans l’église de Saint-André il n’avait aucun titre de préséance. Son premier devoir était de servir le roi, ce qu’il a fait en s’engageant dans la marine royale d’abord, puis dans la guerre de Vendée. Mais retiré de la carrière dans la marine et revenu jeune chez lui, il n’a pas émigré comme la plupart des nobles en âge de combattre, en 1791 (il avait 39 ans) ou 1792, comme le châtelain de Linières, par exemple. Vivre noblement était une condition de son état, c’est-à-dire, sauf exceptions, ne pas exercer un métier, de paysan surtout. Mais s’il était agriculteur en 1814, on ne sait pas s’il l’était avant la Révolution après s’être installé dans le bourg de Saint-André. En tout cas, cela n’a pas compté pour lui après la guerre civile. Du côté des privilèges, il faut fermer les livres de propagande de l’époque et lire les documents d’origine du chartrier de la Rabatelière. Son logis du bourg relevait du seigneur de la Boutarlière qui était un bourgeois. De même pour sa métairie du Coudray relevant d’un marchand-laboureur, le sieur Loizeau. Sa métairie de la Jaumarière relevait de son frère ainé, Euzèbe de Vaugiraud, possesseur du droit de fief avant 1789. Il s’en suit qu’il devait payer plus de redevances féodales qu’il pouvait en recevoir. Leur suppression a dû l’avantager. Mais leur force symbolique était chargée d’une conception inégalitaire passée de mode pour beaucoup. De plus, la justice seigneuriale qui les gérait entretenait une subordination compliquée envers les propriétaires, bourgeois ou noble local, ou leurs représentants. Le poids financier des redevances ne faisait pas la richesse, celle-ci provenait des métairies possédées. Il y a longtemps que dans la contrée le droit de ban pour le moulin et le pressoir n’existait pas. Comment s’étonner après cela que Jean de Vaugiraud fut protégé par la population, mettant en fuite les gendarmes de Saint-Fulgent venus l’arrêter en mars 1793 sur l’ordre du département, au motif qu’il était noble, donc suspect ? 



(1) Il affermait auprès du propriétaire l’intégralité des droits du fief, qu’il gérait en sous-affermant les exploitations agricoles. Le propriétaire, le plus souvent absent pour faire la guerre, sous-traitait ainsi la gestion de son fief.
(2) Jean Laniau, Les Herbiers, ses châtellenies …, annuaire SEV 1941-1949, page 57 et s.
(3) Charles Colbert de Croissy (marquis), Jacques Honoré Barentin, État du Poitou sous Louis XIV : Rapport au roi et mémoire sur le clergé, la ..., page 404.
(4) A. de Guerry, Revue du Bas-Poitou 1961-2, note de la page 111.
(5) Jean François de Vaugiraud, seigneur de Logerie, s’était marié le 22-2-1689, avec Gabrielle de Villeneuve, dame du Tablier, de la paroisse de Rosnay (rapport au Conseil général, 1893, 2e session, vue 313).
(6) Archives de Vendée, registre paroissial de Bazoges-en-Paillers, mariage de P. de Vaugiraud et Marie Desnos le 21-1-1697 (vue 19).
(7) Archives de Vendée, registre paroissial de Chauché, mariage de P. R. G. de Vaugiraud et Madeleine Françoise Chitton le 18-2-1732 (vue 12).
(8) Archives de Vendée, rapport au Conseil Général, 2e session, 1893, 2e session, vue 338.
(9) Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, mémoire sur la succession Prosper Moreau pour de Vaugiraud de Rosnais après 1745. L’année 1712 manque au registre paroissial de Bazoges-en-Paillers.
(10) G. Bady, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest (1860), page 325 et s.
(11) Archives de Vendée, étude du notaire de Saint-Fulgent, Frappier 3 E 30/10, amortissement d’une rente sur la Porcelière par Eusèbe de Vaugiraud.
(12) Inventaire et partage du 1-4-1703 de la succession de Jeanne Jeullin, veuve Merland, Archives de Vendée, famille Babin et Cicoteau : 25 J/4, page 19.
(13) Ferme du 11-12-1750 de la borderie de la Porcelière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/113.
(14) Ferme du 30-7-1766 de la métairie de la Fontaine (Landes Genusson), Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/4. 
(15) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 20, famille Guyet, ferme du 1-4-1753 de la borderie du Coudray de M. de Vaugiraud à Louis Guyet.
(16) Visite du 24-2-1750 de la métairie du Pinier (Vendrennes), Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/113.
(17) Dépôt du 3-3-1786 d’un billet consenti par Mme de Vaugiraud, par le sieur Camus au profit duquel il est consenti, Archives de Vendée, notaires des Herbiers, étude (C), Graffard fils : 3 E 020 accessible par internet vue 57/293.
(18) Arrentement du 27-7-1765 du Gros moulin de la Bourolière par Tinguy, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/118.
(19) Reconnaissance du 29-7-1767 d’une rente de 3 £ dans le bourg de St André, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/119.
(20) Arrentement du 7-5-1776 d’une maison dans le bourg de St André par de Vaugiraud, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(21) Archives de Vendée, étude du notaire de Saint-Fulgent, Frappier 3 E 30/8, achat de P. Fonteneau à P. E. de Vaugiraud du 16-9-1775.
(22) Vente du 17-12-1776 d’un pré à la Boninière par de Vaugiraud, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(23) Vente du 7-10-1777 d’une rente sur le Petit moulin de la Bourolière de Pierre Eusèbe de Vaugiraud à Jean Badreau, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/8.
(24) Archives historiques du diocèse de Luçon, bibliothèque, P. Molé, François Cougnon un capitaine de paroisse dans la guerre de Vendée (mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne), 1990, page 66 et s.
(25) Louis Brochet, Le canton de Chantonnay à travers l’histoire, Livre d’histoire-Lorisse, 2007, page 59.
(26) Archives de la Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, Saint-André-Goule-d’Oie : 1 Num 47.
(27) Charles-Louis Chassin, Études documentaires sur la Révolution française / Préparation de la guerre de Vendée, 1789-1793, Tome 3, pages 225, 227 et 282.
(28) Archives de Loire Atlantique, Police des suspects de 1792 incarcérés au château de Nantes, interrogatoire et pièces du sieur Augustin de Vaugiraud du 4-12-1792 : L 241-2. Merci à J. P. Guibert qui m’a orienté vers ces documents d’archives.
(29) Archives de Loire Atlantique, Séances publiques du conseil général du département de Loire Inférieure : 2 MI 509 (L 39).
(30) Maurice Maupilier, Saint-Fulgent sur la route royale, Hérault (1989), page 145.
(31) Papiers de Mercier du Rocher, reg. I, n° 63. Voir aussi : Archives historiques du diocèse de Luçon, bibliothèque, P. Molé, François Cougnon un capitaine de paroisse dans la guerre de Vendée (mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne), 1990, page 82.
(32) Acte de notoriété établissant le décès de Charles Simon Guyet et les circonstances de sa mort, minute notariale du 7 messidor an 3 (25 juin 1795) de Me Pillenière, notaire de Luçon, Archives de la Vendée 3 E 48/111-étude I, en ligne vues 311-312/416.
(33) F. Charpentier, Saint-André-Goule-d’Oie - Chez nous en 1793 (1906), page 214.
(34) Archives de la Vendée, don de l’abbé Boisson : 84 J 14, gaulaiement du 3-2-1808 du tènement des Landes du Pin.
(35) information donnée par J. P. Guibert le 22-02-2016, ainsi que les suivantes.
(36) Reconnaissance du 11-5-1805 d’une rente de 300 F par J. A. de Vaugiraud à Fonteneau, Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 31/22. 
(37) Archives de la Vendée, notaires de la Chaize-Le-Vicomte, étude C Jean Baptiste Peschard, actes de notoriété du 5 et du 15 germinal an V, sur le commandant de Chouppes et sa femme, vue 241 et s. ; et vue 248 et s.
(38) Edition critique de Pierre Rézeau, Mémoires de Mme de Sapinaud, Edition CVRH, 2014, page 178.
(39) Note no 11 sur le bourg de Saint-André-Goule-d'Oie, Archives d'Amblard de Guerry : S-A 3. 
(40) Formule utilisée par le notaire de Saint-Fulgent à l’époque, Frappier de la Rigournière.
(41) Alexis des Nouhes a recueilli ces témoignages dans les années 1840 auprès des survivants.
(42) Félix Deniau, Histoire de la Vendée, Tome 1, page 132.
(43) Mémoires de Mme de Sapinaud, Edition critique établie par Pierre Rezeau, Edition du C.V.R.H 2014, page 147.
(44) Félix Deniau, Histoire de la Vendée, Tome 2, page 210, faisant référence aux papiers de Goupilleau, cités aussi par L. de la Boutetière.
(45) A. de Guerry, MM. De Royrand, Revue du Bas-Poitou (1961-2), page 120.
(46) Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 18/18, acte de notoriété du 19 fructidor an 5 constatant la mort de Charles Joseph de Goué en novembre/décembre 1793 lors de la Virée de Galerne.
(47) Mme de Sapinaud, Mémoires sur la Vendée, Beaudouin frères (1823), Bibliothèque électronique des Archives de Vendée 4 Num 280/53, (vue 3). Et G. Gautherot, L’épopée vendéenne (1789-1796), Mame et fils, 1930, page 268.
(48) Félix Deniau, Histoire de la Vendée, Tome 4, page 216.
(49) Archives de Vendée, registre paroissial de Mortagne-sur-Sèvres, acte de baptême de Jean Aimé de Vaugiraud du 4-1-1753 (vue 298). Le Bois Huguet était un fief de St Hilaire de Mortagne.
(50) Mémoires de Mme de Sapinaud, Edition critique établie par Pierre Rezeau, Edition du C.V.R.H 2014, page 82.
(51) Jean Savary, Guerre de Vendée, Tome 3, page 71, Bibliothèque électronique des Archives de Vendée (vue 73).
(52) Mémoires de Mme de Sapinaud, Edition critique établie par Pierre Rezeau, Edition du C.V.R.H 2014, page 95.
(53) Alain Gérard, Vendée, les archives de l’extermination, Editions du CVRH, 2013, page 343. 
(54) Mémoires de Bodereau, éd. Gustave Bord (1879),  page 39, Bibliothèque électronique des Archives de Vendée (vue 39) et G. Lenôtre, Monsieur de Charrette, Hachette (1924), pages 120 et s.
(55) Félix Deniau, Histoire de la Vendée, Tome 4, page 566 et s.
(56) Mémoires de Mme de Sapinaud, Edition critique établie par Pierre Rezeau, Edition du C.V.R.H 2014, page 224.
(57) Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 18/18, arrentement du 21 prairial an 6 de la métairie du Pinier de Vaugiraud à Savarit.
(58) Archives de Vendée, notaires des Herbiers, P. H. Charrier : 3 E 020, acte reconnaissance de rente du 3 août 1808 par de Vaugiraud (vue 365/557).
(59) Archives de Vendée, étude de notaire de Saint-Fulgent, papiers Guyet : 3 E 30/138.
(60) Vente du 4-10-1802, du taillis des Vrignaux par Montaudouin à Vaugiraud, Archives de la Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 31/20. 
(61) Archives de la Vendée, domaines nationaux : 1 Q 342, no 117, partage Montaudouin et République du 3 pluviôse an 5 (22-1-1797).
(62) Archives de Vendée, déclaration de succession au bureau de Montaigu de Jean Aimé de Vaugiraud le 3-12-1814, vue 106.
(64) Archives de Vendée, déclaration de succession au bureau de Montaigu du comte de Vaugiraud en 1820, vue 101.
(65) Notes no 16 sur le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives d’Amblard de Guerry : S-A 3.
(66) Vente du 21-11-1814 d’une maison héritée de Vaugiraud, Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E/31-26.
(68) Belliard, Godard et Camuzard, Histoire et traditions de la vigne et du vin en Vendée, Editions du CVRH, 2019.


Emmanuel François, tous droits réservés
Avril 2012, complété en septembre 2021

POUR REVENIR AU SOMMAIRE


Mme Guyet-Desfontaines femme de théâtre

En 1849, les Guyet-Desfontaines inaugurent un théâtre qu’ils ont fait aménager dans leur maison de campagne de Marly-le-Roi. Séchan (1) avait transformé l’orangerie en salle de spectacles. C'était un véritable théâtre en miniature, assez large et profond pour que les acteurs y pussent agir avec une certaine liberté. La salle, ornée de guirlandes de fleurs et de feuillages, et fort bien éclairée, offrait un charmant coup d'œil.

Alophe : Jean François Bayard
Le jour de la fête d’Emma, le 15 août, on donna une première représentation au bénéfice des pauvres de la commune. On commença à huit heures du soir. On y joua le Mari de la dame de chœurs, un vaudeville en deux actes de Jean François Bayard (2) et de F. Duvert. Bayard avait aussi composé un prologue pour l'inauguration du petit théâtre de son ami Guyet-Desfontaines. En voici le début (3) :


Pardonnez si je viens, selon l'usage antique,
Du prologue en ces lieux jouer l'emploi classique,
Et retarder encor le plaisir qu'on attend.
Mais, pour bien commencer, c'est un point important !
Ouvrir sans un prologue est d'un fâcheux présage.
C'est comme qui dirait un dîner sans potage.
Des gens d'un goût suspect voudraient le supprimer ;
Mais en vain... il tient bon ! dès qu'on le voit fumer,
Il est fêté, goûté, comme une pièce en vogue...
Je parle du potage et non pas du prologue ;
Et de l'heureux convive au banquet invité,
Il ouvre l'appétit, l'esprit et la gaieté.
Je vais vous en servir un conforme à l'usage...
Je parle du prologue et non pas du potage.
…………………………………………

C’est dans ce cadre que les amis et les membres de la famille jouèrent au théâtre. Peintre, auteur dramatique, chanteur, musicien, chacun s’était fait un nom dans son art, mais tous partageaient cette idée promue par la théorie romantique, de l’union de tous les arts. Les amateurs se désignaient comme tels, mais leur pratique théâtrale ne constituait pas, pour eux, un fait d’exception. La revue l’Artiste, fondée en 1831, annonçait « cette conception de l’art dans sa vignette (4) initiale de Tony Johannot (5), qui représentait un atelier où travaillaient un peintre, un sculpteur, un écrivain et un musicien, ce dernier accompagnant de sa guitare deux femmes qui chantaient. » (6)

Jules Janin
Tony Johannot était un ami des Guyet, ainsi que Jules Janin (7) qui écrivit dans cette revue un article manifeste : « Etre artiste » : « Le jeune critique y  proposait, dans son style hyperbolique, la définition la plus large de la notion ď « artiste », mettant en cause les catégories trop étroites des néoclassiques : « Vraiment imaginerait-on que l'art ne consiste qu'à peindre, que l'art n'appartient qu'à celui qui manie le pinceau et la plume ? [...] l'artiste, c'est aussi bien le faiseur de caricatures que l'écrivain des Caractères [La Bruyère] »

Souvent, le spectacle chez les Guyet comprenait une partie jouée par des amateurs et une autre partie réservée à des professionnels. Et toujours des grands noms de l’époque dans les deux parties. C’est ainsi que le vaudeville en un acte de Scribe (8) et Xavier, l’Ours et le Pacha, représenté pour la première fois au Théâtre des Variétés le 10 décembre 1820, a été joué plusieurs fois au théâtre Guyet-Desfontaines. Voici une affiche s’y rapportant :

THEATRE  GUYET-DESFONTAINES






Aujourd’hui 13 avril, jour de la SAINT-MARCELLIN


REPRESENTATION EXTRAORDINAIRE


Pour cette fois seulement




L’OURS


ET


LE PACHA


Vaudeville en un acte, de M. SCRIBE, de l’Académie-Française


DECOR NOUVEAU DE MMM. SECHAN, DIETERLE, DEPLECHIN, etc.



Suivi d’UN DIVERTISSEMENT


--------------------


DIVERTISSEMENT



DISTRIBUTION NOUVELLE DE L’OURS ET LE PACHA


                              Chœurs  Cortège.
SCHAHABAHAM ……………………….
MARECOT ………………………………
LAGINGEOLE ………………………….
ALI ………………………………………
ABDUL-TAQUINE ……………………..
TRISTAPATTE …………………………
ROXELANE …………………………….
ZETULBE ……………………………….
MM. P. DE MUSSET
         ANICET-BOURGEOIS
         ANATOLE JAL
         GODEFROY JADIN
         AMAURY-DUVAL
         DOM. LABRADOR
Mmes ANTIGONE-DUVAL
         ADRIENNE D.



1° L’AIR DU DESERTEUR chanté par M. PONCHARD
2° AIR STYRIEN chanté par M. RIGAL
3° DUO DE RICHARD chanté par MM. PONCHARD PERE et FILS
4° ENTREE DE HOMARDS.
5° REBUS.
6° LA VRAIE POLKA dansée par LE VRAI CELLARIUS


Scribe et Séchan, deux amis des Guyet, étaient deux sommités dans leur art.

Les acteurs sont tous amis entre eux, liés aux Guyet-Desfontaines. Faisons brièvement connaissance avec les personnages et ces acteurs de l’Ours et le Pacha :

Shahabaham est un pacha (personnage crédule). Paul de Musset, homme de lettres, est le frère d’Alfred, le célèbre poète romantique.
Marécot, son conseiller (espèce d’imbécile suffisant). Anicet-Bourgeois est un auteur dramatique célèbre. A. Dumas a aussi interprété ce rôle.
Roxelane, sultane favorite, jouée par Mme Guyet-Desfontaines (Antigone Sophie Emma étaient ses prénoms à l’état-civil).
Zétulbé, sa suivante. Nous ne connaissons pas l’actrice.
Tristapatte, époux de Roxelane (homme bonasse). L’acteur était peintre, élève d’Amaury-Duval : Edmond de Labrador.
Lagingeole, associé de Tristapatte (intriguant rusé). L’acteur était fils d’Auguste Jal. Il fut un architecte renommé et un peintre, élève d’Amaury-Duval. Il a travaillé à Linières.
Ali, premier eunuque. Jadin était un peintre animalier, aussi ami d’Alexandre Dumas. Il  fut présent au mariage d’Isaure Chassériau.
Abdul-Taquiné, le Grand Estafier. Le rôle est joué par Amaury-Duval, frère d’Emma et peintre.
Quant aux chanteurs, Ponchard était ténor à l’Opéra-Comique et professeur de chant.
Henri Cellarius, était maître à danser, introducteur de la polka en France, et auteur du livre « La Danse des salons » (1847). La polka était devenue à la mode en 1844 (9).

D’autres programmes mettent à l’affiche les acteurs de la Comédie Française, dans des « représentations au bénéfice des pauvres des communes de Louveciennes et de Marly le Roi ». Ainsi le 30 septembre 1849, deux têtes d’affiches, Mlles Rachel (10) et Anaïs (11), en compagnie d’acteurs de la célèbre troupe, jouent au théâtre Guyet-Desfontaines :

Le Moineau de Lesbie, comédie en un acte et en vers d’Armand Barthet,

Les Préventions, comédie en un acte et en prose de M. d’Epagny.

Pour terminer, deux chanteurs célèbres « se feront entendre dans la soirée » : M. Delsarte (12) et M. Darcier (13).

Amaury-Duval : Rachel
À l’occasion de ce spectacle, un poète « amateur », Augustin Jal, a composé une ode de cent huit vers en l’honneur de Rachel, première star théâtrale européenne et voisine des lieux à Marly : Les lauriers de Marly à Mademoiselle Rachel. En voici une strophe en extrait (14) :

Mais, vous Rachel, au milieu des merveilles
Qui naissent sous vos pas, vous souvenir de nous !
Vous rappeler que nous comptions sur vous !
Et sans souci des fatigues, des veilles,
Nous dire : mes amis, vous souffrez, me voilà !
C’est bien, le malheureux, Rachel, vous bénira
Et dans l’auréole immortelle
Qui brille à votre front, cette couronne là
Est le plus noble et la plus belle !
Marly n’est pas bien riche, et vous l’enrichissez
Le théâtre est petit, mais vous l’agrandissez
De votre nom, de votre gloire !
Il deviendra pour nous le temple de mémoire
La mémoire du cœur ne s’efface jamais
Tout ici parlera de vous, de vos bienfaits.

Un court billet de Rachel à Emma Guyet révèle la complicité de leur relation : « C’est pour vous seule que je jouerai Hermione ce soir. Ma reconnaissance et mon dévouement sont à vous. » Rachel a interprété le rôle d’Hermione dans Andromaque de Racine pour la première fois le 4 septembre 1838.

Un article sur le Théâtre de Marly-le-Roi, se fondant sur des manuscrits de la Bibliothèque Nationale (concernant Augustin Jal) confirme nos informations : « La troupe ordinaire y joua l’Ours et le Pacha, le Suisse malade, proverbe de  Carmontel, (15) le Caporal et le sage, la Sœur de Jocrisse, la Meunière de  Marly, l’Omelette fantastique, la Rue de la lune, le Mari de la dame des chœurs, les Gants jaunes, le Mariage de raison, le Chevalier du guet. Quelquefois des comédiens de divers théâtre s'associèrent à la troupe ordinaire : c'étaient les grands jours ! C'est ainsi que Mme Anaïs, du Théâtre Français, joua le rôle de Pinchon qu'elle avait joué au Gymnase ; qu'Odry (16) joua le rôle de Marecot dans l'Ours et le Pacha. La troupe, pleine de zèle, et dont les emplois étaient fort bien remplis, tint bon contre la redoutable comparaison et les aimables artistes voulurent bien exprimer plusieurs fois leur étonnement de rencontrer des amateurs chez lesquels ils trouvaient presque des émules.
La belle, jeune et bonne comtesse de Fitz‑James, qui mourut à Marly des suites d'une horrible brûlure qui lui dépouilla les épaules, tenait ordinairement le piano. La recette fut encore fructueuse (comme on le verra, ces représentations étaient au profit d'œuvres charitables)
M. Jal avait dans sa troupe de Marly le triple emploi de souffleur, de régisseur de la scène et de régisseur parlant au public. C'est ainsi que chaque représentation fut précédée d'un prologue en vers qui peut faire connaître M. Jal sous un jour nouveau et tout à fait inédit, non poète, il n'avait pas cette prétention, mais versificateur fin et spirituel. » (17)

Le 21 septembre 1851, un autre spectacle est programmé, aux bénéfices des pauvres, où l’on joue :
Porte ouverte ou Fermée, proverbe d’Alfred de Musset, avec Mlle Anaïs (11),

Le Tableau parlant, opéra-comique de Louis Anseaume et Grétry, en un acte et en vers, mêlé d’ariettes, joué par M. Mocker (18) et Mme Casimir (chanteuse d’opéra),

Le Mariage de raison, vaudeville en deux actes de Scribe, joué par des amateurs, Edouard Bertin (19) et Marie Mocker (20).

L’accompagnement musical est assuré au piano par Mme Mocker et Ambroise Thomas (21).

J. A. Barre :
caricature d'Augustin Jal
Le discours en vers prononcé par le souffleur du théâtre avant la représentation, A. Jal, donne le ton de simplicité, de bienveillance et de gaité qui imprégnait ce type de spectacle, où des amateurs côtoyaient de grands acteurs et des chanteurs réputés. Nous en reproduisons le début (22) :
« Rassurez-vous, messieurs, ne craignez rien, mesdames,
Je vous le dis, en vérité,
Je ne viens point pour attendrir vos âmes
Par un sermon de charité.
 La charité, vous l’avez faite,
Noblement, avec zèle, et déjà la recette,
Apprend aux malheureux, au malade en son lit
Ce qu’ils doivent à vous, et que grande est leur dette
Envers les magistrats qui veillent sur Marly.
Tout bienfait a sa récompense ;

Certains spectacles de Marly ont revêtu un caractère plus privé, tel celui raconté dans une lettre de Louveciennes à son frère par Emma Guyet. Elle lui parle du « festin » qui eut lieu pour sa fête en 1835 (23) : « T’a-t-on assez regretté !! La comédie de ces demoiselles est un chef d’œuvre et elle a été jouée comme on ne joue pas au théâtre. Les acteurs étaient Clémence en jeune paysanne italienne,  Isaure (24) en demoiselle de la ville, Louise Nodier (25) en fille de jardinier des environs de Venise, M. Jal père (26) en satire inouï, Emma Heath, (27) ma filleule, en jeune artiste français, peintre distingué. Jusqu’à Pierre qui a servi un léger souper, et qui, dans son trouble, a cassé une pile d’assiettes. Isaure a joué à merveille. Emma était divine et elle a joué…Mme Jal l’avait coiffée à la Raphaël, elle avait une blouse, un petit chapeau de paille, de petites moustaches, c’était trop joli à voir. Après le spectacle il y a eu un impromptu de bouquets, de couplets, de larmes, et …Mme Boulanger (28) (ils ont loué une chaumière à Luciennes avec M. et Mme Dubois) ont dansé la saltarelle (29) qu’on danse à Albane (30) en vrais costumes, et de ma vie, je n’ai rien vu de si joli et de si séduisant. Ils étaient charmants tous les deux. Pour couronner le tout, un feu d’artifice, mais un fameux, a été tiré sur notre admirable pelouse.

Des feux de Bengale de toutes les couleurs éclairaient tout le buisson, un temple, le château ; au milieu du bouquet a paru un transparent, fait par Boulanger (31) et Roqueplan (32) et qui me représente assise, suivant avec une grâce parfaite des fleurs apportées par mes amis en grand nombre (qui ressemblent pour la plupart) et repoussant avec horreur Molière, Macaire (33), son ami Bertrand, l’infâme Fieschi (34), Laroulière (ayant sous les pieds la raison de son crime, un coquillage nommé …cherche la suite) qui veulent aussi me souhaiter ma fête. Il n’y a rien de si comique. Après, bal et glace de chez Tortoni (35).

Le lendemain Jal a fait un journal complet comme un vrai journal, où est relaté tout ceci, un feuilleton de la pièce et orné de deux vignettes à la plume de Boulanger. » (31)


(1) Charles Séchan (1803-1873) fut peintre d’architectures, paysages urbains, de compositions murales, dessinateur, décorateur. Etant l’un des premiers décorateurs de son temps, il peignit à Paris (galerie Apollon du Louvre, l'Opéra et divers théâtre), en province et à l’étranger pour décorer des salles de spectacle : Dresde, Bruxelles, Baden-Baden, ainsi que le palais du sultan à Dolma-Baktchi à Constantinople. Il fut témoin au mariage d’Isaure Chassériau, la fille d’Emma Duval.
(2) Jean François Bayard (1796-1853) auteur d’environ 200 pièces de théâtre, était neveu du célèbre Scribe.
(3) Théâtre de J.F. Bayard, volume 12, page 535.
(4) Ornement ou petite estampe d’un livre.
(5) Tony Johannot (1803-1852), est un graveur, illustrateur et peintre.
(6) Edwards Peter, Romantisme, 1990, n°67. Avatars de l'artiste. pp. 111-118.
(7) Jules Janin (1804-1874) fut un romancier et critique dramatique. Il fut critique au Journal des Débats (propriété de la famille Bertin) à partir de 1830, où il y resta quarante ans. Son autorité l’a fait surnommer « le prince des critiques ».
(8) Augustin Eugène Scribe (1791-1861) composa près de trois cent cinquante pièces : comédies, vaudevilles, drames, livrets d'opéra. Il publia également des romans, qui n'eurent pas autant de succès que ses ouvrages dramatiques.
(9) Delphine de Girardin, Lettre Parisienne du 26-2-1844.
(10) Rachel née Elisabeth Rachel Félix (1821-1858) fut une actrice de théâtre qui créa un modèle nouveau d'actrice et de femme et fut une des femmes les plus célèbres de son siècle. Amie d’Emma Guyet et de son frère, voisine à Marly.
(11) Anaïs Aubert, actrice, sociétaire de la Comédie Française et habituée du salon d’Emma Guyet. Elle possédait une maison de campagne à Louveciennes.
(12) François Delsarte (1811-1871) fut chanteur (ténor) à l’Opéra-Comique, et professeur. Il fut témoin au mariage d’Isaure Chassériau, la fille d’Emma Duval.
(13) Darcier, né Joseph Lemaître (1819-1883) était un compositeur-parolier-interprète qui fut un des premiers "noms" de la chanson française et la première vedette de Café-Concert.
(14) Archives de la société éduenne d’Autun, fonds Amaury-Duval : K8 33, Les lauriers de Marly à Mademoiselle Rachel non daté.
(15) Louis Carrogis, dit Carmontelle (1717-1806), est un peintre, auteur dramatique et architecte-paysagiste. Il a écrit des petites comédies improvisées appelées Proverbes.
(16) Odry (1780-1853), commença une carrière d’acteur en 1803 et obtint la consécration dans un rôle où il n’avait rien à dire, mais où son jeu de pantomime fit sensation.
(17) G. Vauthier, Revue de l'histoire de Versailles et de Seine et Oise… (1899‑1976).
(18) Ernest Moker  (1811-1895) fut chanteur à l’Opéra-comique (basse) et professeur de chant.
(19) Edouard Bertin (1797-1871) fut le 3e directeur du Journal des Débats (de 1854 à 1871), peintre et élève d’Ingres en 1827.
(20) Marie Mocker, fille d’Ernest, a fait ses débuts de chanteuse en août 1854 au Théâtre du Vaudeville, puis entra à l’Opéra.
(21) Ambroise Thomas (1811-18996) composa des opéras, devint professeur de composition au Conservatoire de Paris en 1856, et directeur en 1871. On lui doit la version officielle de la Marseillaise, en vigueur de 1887 à 1974.
(22) Archives de la société éduenne d’Autun, fonds Amaury-Duval : K8 33, discours prononcé par le souffleur du théâtre de Marly le Roi le 22 septembre 1851 avant la représentation donnée aujourd’hui aux bénéfices des pauvres de la commune. 
(23) Archives de la société éduenne d’Autun, fonds Amaury-Duval : K8 34, Lettre d’Emma Guyet à Amaury-Duval du 18-8-1835 ;
(24) Isaure Chassériau, fille du premier mariage d’Emma Guyet.
(25) Nièce de Charles Nodier.
(26) Auguste Jal (1795-1873), officier de marine d’opinion libérale, il fut historiographe de la marine. C’est lui qui fit la déclaration à l’Etat-civil de la mort de Guyet-Desfontaines en 1857. 
(27) Fille des amis anglais.
(28) Clément Madame Boulanger (1809-1882), née Marie-Elizabeth Blavot, s’est mariée en 1831 avec Clément Boulanger. Veuve, elle s’est remariée avec Edmond Cave en 1843. Elle fut peintre, aquarelliste et écrivain.
(29) La saltarelle est une danse d’origine italienne à trois temps, nommée à partir d'un de ses pas particulier, d'après le verbe italien saltare (sauter).
(30) Ville italienne.
(31) Clément Boulanger (1805-1842), peintre, élève d’Ingres.
(32) Camille Roqueplan, Rocoplan (1802-1855), fut un peintre de paysages principalement.
(33) Robert Macaire est un personnage imaginaire de bandit, d’affairiste sans scrupule au théâtre et dans l’art, avec son complice Bertrand. Il fut créé par Benjamin Antier et incarné par Frédéric Lemaître dans le drame l’Auberge des Adrets, représenté pour la première fois en 1823. Il fut ensuite repris en 1835 dans une deuxième pièce intitulée Robert Macaire.
(34) Fieschi Giuseppe (1790-1836) est un conspirateur qui organisa un attentat contre Louis-Philippe et la famille royale. Il manqua son but mais fit dix-neuf morts le 28 juillet 1836. Il fut condamné à mort et guillotiné.
(35) Célèbre café parisien proche de la Bourse, réputé pour ses glaces.

Emmanuel François, tous droits réservés
Avril 2012, complété en août 2014

POUR REVENIR AU SOMMAIRE