samedi 12 juin 2010

Le maire, Guesdon (1793), assassiné par les conscrits


Le nouveau maire de Saint-André-Goule-d'Oie qui remplace André Bordron en 1793, n’est pas républicain. Guesdon, c’est son nom, ne restera pas longtemps maire : deux mois et demi.

Un maire dans l’oubli à cause des archives détruites 


Au plan national un renouvellement des municipalités a eu lieu en novembre 1792 au suffrage universel des « citoyens actifs ». Le serment que doit prêter le nouveau maire élu est le suivant : « Je jure d’être fidèle à la nation et de maintenir de tout mon pouvoir la liberté, l’égalité ou de mourir à mon poste ». Mourir à son poste ! Ce fut le sort de Guesdon.

En matière d’élections, nous n’avons encore moins d’information concernant Guesdon, que pour son prédécesseur, c’est à dire que nous n’avons rien.

Le nouveau maire est ignoré par les registres d’Etat-civil et les autres documents conservés par les Archives en tant que tel, mais il est désigné dans des documents d’Histoire parce qu’il a été tué par les jeunes gens en révolte de sa commune. C’est un épisode peu glorieux du début du soulèvement en masse des Vendéens.

Au 1e janvier 1793, on ne trouve pas d’Etat-civil de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, comme cela était devenu obligatoire. A Chauché, par exemple, où se trouvaient quelques républicains, le registre d’état-civil commence bien, comme prévu, en janvier 1793, tenu par François Renolleau, qui signe en tant qu’« officier public de la commune de Chauché ». Le registre de Saint-André, paraphé et coté par un nommé Brunet du district de Montaigu, le 30 décembre 1792, a été donné par le maire au curé réfractaire qui se cachait. Ce dernier en a fait son premier registre clandestin (vue 2/12 du registre numérisé aux Archives de la Vendée). Voilà bien un fait qui montre clairement l’engagement du maire nouvellement élu du côté royaliste. Et cet engagement a des allures de contre-révolution. La suite des évènements montrera que le premier maire de Saint-André, Jean Bordron, doit plutôt être classé dans le camp des républicains modérés. L’élection de son successeur pourrait sans doute signifier une montée de l’opinion royaliste dans la commune à la fin de 1792. Faute de document nous sommes obligés de rester prudent dans l’affirmation, mais le fait relevé le suggère.

Après quelques reconstitutions d’actes sous l’égide du juge de paix de Saint-Fulgent, les Archives conservent deux petites collections de registres clandestins, tenus par le prieur Allain, prêtre insermenté, en guise de début de l’Etat-civil de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie.

Archives de la Vendée
Registre destiné à inscrire les actes de baptême, mariages et décès de la paroisse de St André de Gouled’oye dépt. de la Vendée pour les années mil sept cent quatre-vingt-treize et mil sept cent quatre-vingt-quatorze, années de la guerre civile, ce qui a fait qu’on n’a pu inscrire les actes de suite et dans l’ordre qu’ils devraient être ; on ne sera point étonné en conséquence d’y trouver beaucoup de transpositions, parce qu’on enregistrait qu’au fur et à mesure qu’on le pouvait, étant obligé de fuir à tout moment.

Les deux registres clandestins du prieur Allain couvrent la période de 1793 à 1794 et sont bien incomplets. On retrouve le premier d’entre eux aussi classé aux Archives de la Vendée dans l’Etat-civil de Saint-Fulgent et dans celui de Chauché. Pourtant les actes concernés sont presque exclusivement ceux d’habitants de Saint-André, mais la commune de Chauché comprenait désormais certains villages, dont les paroissiens se considéraient de Saint-André pour une question de commodité géographique ! Le vicaire Brillaud de Saint-Fulgent a tenu lui aussi deux registres clandestins, conservés aux Archives sous la rubrique « actes mélangés » de l’Etat-civil de Saint-Fulgent. On y trouve des actes d’inhumation concernant des habitants de Saint-André et d’autres communes environnantes.

Il faut attendre, dans les Archives départementales, le mois d’avril 1797 (floréal an V) pour retrouver l’Etat-civil de la commune de Saint-André, et encore de manière assez décousue.

C’est la conséquence de la guerre civile dans la région. On a essayé d’y pallier après coup. Ainsi l’administration municipale du canton de Pouzauges nomme des citoyens de confiance dans chaque commune le 15 janvier 1799 pour « former les listes qui doivent suppléer aux registres de l’état-civil détruis pendant la guerre dite de la Vendée. » Rien de tel apparemment dans le canton de Saint-Fulgent. Il y eut aussi parfois absence d’état-civil au plus fort des combats, et probablement que ce fut le cas à Saint-André. Nous avons relevé en effet que le notaire de Sainte-Cécile, rédigeant un acte de notoriété, écrit qu’en octobre/novembre 1794 « il ne fut point dans ce temps dressé d’acte d’état-civil » (1).

Les Archives n’ont donc pas de trace de l’activité d’officier d’Etat-civil qu’a été Guesdon (Guedon ou Gaidon, selon l’écriture). Nous n’avons pas non plus trouvé mention de son enterrement dans les registres de Saint-André, Chauché et Saint-Fulgent. Aucune instruction ni jugement à son sujet n’a été trouvé, concernant les assassinats jugés en Vendée de l’an II à l’an IV.

Nos recherches sur ce nom n’ont pas permis non plus de cibler la bonne personne parmi les nombreux « Guesdon » vivant à Saint-André-Goule-d’Oie à cette époque. Nous avons dénombré 10 adultes masculins portant ce patronyme dans 6 villages différents dans les années précédant la Révolution. Après élimination pour cause de décès avéré avant l’année 1793 ou compte tenu du métier et de la capacité à signer indiquée sur les registres, il reste 3 personnes possibles ayant pu être le maire de Saint-André. Pour ces trois personnes, nous n’avons aucune indication ou indice permettant d’aller plus loin dans nos investigations. Ce sont François Guesdon demeurant au bourg, André Guesdon demeurant à la Bergeonnière et André Guesdon demeurant au village des Gâts.

Et encore cette investigation est incomplète car il faudrait interroger les registres de la Rabatelière et de Chavagnes, où l’on trouve des actes concernant des habitants de Saint-André-Goule-d’Oie demeurant proche de ces deux bourgs. C’est le cas de Jacques Guesdon demeurant au Plessis-le-Tiers.

Eglise de Saint-André-Goule-d'Oie
Aux archives départementales non plus on ne trouve pas de trace de ce maire, ni pour son élection, ni par son éventuel courrier, ni concernant sa fin dramatique presque aussitôt élu.

Un maire tué par les siens dans la guerre civile


Le fait dominant alors, quand Guesdon devient maire, au début 1793, est la rupture radicale opérée par les républicains avec les anciennes institutions. La monarchie a disparu et surtout la persécution religieuse dure depuis deux ans et demi. Dans son registre clandestin, le prieur Allain y fait clairement allusion, à la date du 5 mai 1793, dans l’acte de mariage de Pierre Bretin et Marie Fonteneau : « dans la persécution que l’Eglise a eu à souffrir en 1791, 1792 et 1793 », écrit-il. L’indication de ces trois années est significative, et en ce mois de mai, le pire est encore à venir pour la paix civile en Vendée.

Nous ne reprendrons pas ici l’histoire complexe de cette rupture dans le domaine de la religion, telle qu’elle a été vécue dans cette région. Les livres ne manquent pas, même si l’objectivité y souffre parfois.

Allain, le curé de Saint-André, avait refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé, exigé par les nouvelles autorités, et il se cachait pour ne pas être déporté et pour continuer à servir les fidèles de sa paroisse. Il n’y eut pas de prêtre assermenté à Saint-André pour le remplacer, comme ce fut le cas à Chauché et à Saint-Fulgent. On a bien un personnage qui s’est fait connaître comme tel, mais il nous parait plutôt devoir être rangé dans la catégorie des hurluberlus (Voir notre article Le curé intrus de St André Goule d'Oie, publié en août 2012 sur ce site). Les curés « constitutionnels » ou « assermentés » de Saint-Fulgent et de Chauché étaient rejetés par les « catholiques romains ». Ils étaient élus par les électeurs du district de Montaigu, suivant les dispositions de la loi portant Constitution civile du clergé. Et en 1792, les électeurs qui participaient à ces élections étaient en majorité des républicains. Les rares fidèles de ces prêtres étant alors des « catholiques républicains ».

Conscription
En ce début d’année 1793, le tirage au sort de 300 000 jeunes hommes pour partir au service militaire va mettre le feu aux poudres. A la mi-mars de cette année, partout des révoltes de conscrits ont lieu de manière spontanée et en même temps dans divers endroits de ce qui deviendra l’espace de la Vendée militaire, au sud de la Loire.

Jérôme Bitaud, professeur d’Histoire, a décrit cette révolte à Saint-André dans un article intitulé « Deux capitaines de paroisse : les frères Cougnon de St André Goule d’Oie. » de la Revue du Souvenir Vendéen de juin 2007 (No 239). Il confirme un fait, déjà indiqué, notamment dans le livre de F. Charpentier « Chez nous en 1793, Saint-André-Goule-d’Oie », paru en 1906. Les jeunes de Saint-André ont assommé à mort le maire Guesdon, puis l’adjoint Marchand au village du Plessis-le-Tiers. Voici en résumé ce qu’il en dit :

« Dans la nuit du 9 au 10 mars 1793, au moulin Briand, dit Dria, entre le bourg de Saint-André et le village de la Brossière, se réunissent spontanément tous les conscrits » des alentours. Ils décident de refuser le tirage au sort. Le lendemain, la bande des frères Cougnon fait prisonnier Baudry, curé assermenté de Saint-Fulgent. Le 11 mars, « quelques-uns des jeunes qui ont assisté à la réunion du moulin Dria rencontrent à la planche de Saint-André le nommé Guesdon, maire de ladite paroisse, et se prennent de querelle avec lui. » Guesdon n’est pas un républicain, mais il a donné la liste des jeunes hommes susceptibles d’être appelés à tirer au sort, comme c’était son rôle de maire. Les jeunes « assomment le maire à coups de bâtons et le laissent pour mort sur le terrain. Puis ils vont au Plessis. L’adjoint Marchand est au lit. Lui aussi a dressé les listes… Ils l’assomment sur place. »

Attardons-nous sur deux détails, à commencer par la date. On la fixe généralement le 11 mars pour la mort du maire et de son adjoint, et parfois on ajoute que c’était au soir de la foire de l’Oie. Les patientes recherches de l’abbé Boisson concluent que le tirage au sort fut le dimanche 10 mars dans la contrée, et la foire de l’Oie était cette année-là le mardi 12 mars (2). La date de la mort du maire et de son adjoint ne parait pas être étayée par un document, mais par une reconstitution vraisemblable de l'enchaînement des faits.

Le deuxième détail concerne le lieu où fut assommé le maire Guesdon : la planche de la Mauvionnière (abbé Deniau) ou Nouvillonnière (abbé Billaud). Jérôme Bitaud indique que « la planche » était un petit pont de bois situé en contrebas du bourg de Saint-André. Il a raison, et les textes anciens désignaient la Nouvillonière, comme l’ancien nom de la Mauvelonnière actuelle. Le petit pont devait permettre de franchir en bas du bourg le ruisseau de la Fontaine de la Gandouinière, pour aller à la Mauvelonnière proche. 

Dans un mémoire en défense du 20 décembre 1793, les administrateurs du département de la Vendée indiquent qu’un « rassemblement se porta à la municipalité et arracha au maire la liste qu’il devait fournir au commissaire ». Il s’agissait du maire de la Châtaigneraie qui devait remettre au commissaire envoyé par le département, la liste des jeunes à tirer au sort. On le voit, l’existence même de ces listes a posé problème. Or le maire, à l’époque comme maintenant, et encore plus en 1793, était aussi délégué pour remplir des fonctions d’ « administration générale de l’Etat », et pas seulement pour gérer des intérêts communaux. L’ignorance du rôle du maire explique donc au moins la dispute. Mais comment expliquer la mort ? L’historien a pour rôle d’établir les faits et de tenter de les expliquer. Pour cela, il doit se replacer dans le contexte de l’époque. Expliquer avec les idées d’aujourd’hui sans prévenir, c’est prendre le risque de l’erreur. Faute de documents sur notre sujet, il est donc difficile d’expliquer ce geste. Un élément apparaît néanmoins : si l’hypothèse d’une dispute qui tourne mal pourrait expliquer le premier mort, il n’en va pas de même du second.

On pourrait aussi penser que les conscrits de 1793 ne devaient pas pratiquer l’abstinence dans les caves. Mais l’ardeur au combat dont ils vont faire preuve dans les jours et les mois suivants, contre des troupes régulières de militaires, relativise beaucoup cette autre hypothèse.

Certes il y a la « colère », comme on dit de nos jours, face à la situation politique nouvelle ; il y a aussi les mœurs bien frustres des révoltés de tous bord de l’époque, comme le montraient les révolutionnaires, ne serait-ce que de Versailles à Paris depuis 1789. Mais des généralités comme celles-ci ne sauraient suffire à expliquer les actes d’un groupe de jeunes gens dans leur village.

En revanche on notera l’habitude des émeutes de la faim, même si nous n’en connaissons qu’une aux Essarts au printemps 1789. Prendre les armes contre les autorités n’était plus un tabou dans l’atmosphère de la Révolution. On a l’exemple du maire de Varaise, près de Saint-Jean-d’Angely, tué par ses administrés à l’automne 1790, parce qu’on l’accusait de soutenir les intérêts du seigneur local (3).

Un autre élément nous parait devoir être pris en compte, les révoltés étaient des contre-révolutionnaires. Ils ne l’étaient pas devenus soudainement. Des situations, décisions, et vexations avaient heurté les habitants depuis la disette de 1789, accumulant une hostilité grandissante. Le mauvais rôle était alors tenu par les bourgeois locaux, et non pas par des nobles, à cause de leur poids dans la vie économique des populations. On attaqua leurs convois de blés, et on leur reprocha leur arrogance dans la mise en place du nouveau régime politique. 
  
Ces autorités contestées perdirent ensuite toute légitimité. L’accumulation des mécontentements provoqua désillusions, rancœurs et refus. Collaborer avec elles relevait de la traitrise. Et il ne faut pas non plus s’imaginer les habitants de la paroisse couper du monde, et ignorant ce qui se passait à la Convention. M. de  Vaugiraud habitait dans le bourg de Saint-André et avait passé plusieurs mois à Paris au cours de l’année 1792. L’invasion des Tuileries le 10 août 1792, et les massacres de septembre, avaient été probablement rapportés par lui comme il les avait vécus.

A la recherche de la victime


Le Plessis-le-Tiers
On a pu repérer l’adjoint demeurant au Plessis-le-Tiers. C’est Jean Marchand, qui laisse après sa mort une veuve, Marie Guesdon. Elle a au moins 2 filles survivantes (de 11 ans et 3 ans), et elle est enceinte de 6 mois.

Son bébé naîtra au Plessis-le-Tiers le 27 juin 1793 en effet, comme en témoigne un acte de reconstitution d’état-civil de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, établi à Montaigu le 31 août 1818. On lit : « Jean Marchand, fils de feu Jean Marchand et de Marie Guesdon, demeurant à Saint-Paul commune des Herbiers, est né le vingt-sept juin 1793 au Plessis-le-Tiers ; témoins : Jean Herbreteau, beau-frère, Jacques Bonin cultivateur à Saint-André-Goule-d’Oie 56 ans, François Douillard architecte à Saint-Fulgent 60 ans, Jean Chaigneau cultivateur 55 ans et Pierre Millasseau cultivateur 56 ans, ces deux derniers de Saint-André-Goule-d’Oie ».

Jean Marchand était le beau-frère de Jacques Guesdon, demeurant comme lui au Plessis-le-Tiers. On les trouve tous les deux désignés par 37 habitants de Chauché pour les représenter le 3 février 1792 au district de Montaigu (4). Ils avaient le mandat de participer à l’enchère publique de la mise en vente de l’église de la Chapelle de Chauché, jusqu’à une somme de 3000 livres environ. On ne connait pas la suite de leur mission, mais on sait que la petite église fut démolie au mois de septembre suivant, à la demande du parti des républicains de Chauché.

A cette occasion on constate que Jacques Guesdon sait signer et qu’il était décédé en 1796. Cela ne le désigne pas bien sûr comme maire de la commune. Mais Jean Marchand a été tué dans la foulée de l’assassinat du maire selon les récits. Or il habitait le même village que Jacques Guesdon et était son beau-frère. Autre signe : tous deux ont représenté 39 habitants de Chauché dans une démarche officielle auprès du district de Montaigu, ce qui montre une capacité à être distingué et élu. Tout cela fait du Jacques Guesdon du Plessis-le-Tiers une hypothèse à retenir comme étant celui qui fut le 2e maire de Saint-André-Goule-d’Oie, peut-être la seule. Reste à trouver une preuve pour transformer l’hypothèse en certitude.

Nous avons quatre signatures identiques de Jacques Guesdon en tant que personne privée chez les notaires de Saint-Fulgent. Il nous manque celle du maire dénommé Guesdon pour comparer. Dans ces actes notariaux on relève que sans être riche, Jacques Guesdon était à la fois propriétaire et fermier. Il fut capable de payer comptant sa part pour 618 livres en 1787, dans l’achat en commun avec un voisin, son frère du Plessis-le-Tiers et son beau-frère Marchand, alors demeurant la Bordinière, de deux rentes (5). Il avait donc le patrimoine minimum nécessaire pour contribuer à la réputation de sérieux d’un futur élu, suivant les valeurs de l’époque.

De plus, on sait qu’un Jacques Guesdon fut membre de la première municipalité élue en 1790, et qu’il en fut même le procureur (6). Mais sans plus de précision, notamment on ne dit pas où il habitait. Néanmoins, le prénom conforte l’hypothèse.

Ces découvertes nous ont incités à les publier en juillet 2016 dans le présent article. Et voici que quelques mois après, la découverte des notes de l’abbé Paul Boisson va dans le même sens. Natif de la Rabatelière, ce dernier a effectué ses recherches dans les années 1960 et 1970, et nous ne pouvons que rejoindre sa conclusion écrite dans ses notes concernant le maire et l’adjoint de Saint-André assassinés : « Jusqu’à plus ample informé, je pense qu’il s’agit de Jacques Guesdon, laboureur marchand au Plessis, marié en 2e noces à Jeanne Perrine Piveteau. Né le 15 juillet 1752 à Saint-André. Et de Jean Marchand son beau-frère, marié à Marie Guesdon, qui avait été syndic de la Rabatelière, député aux Etats-Généraux, et habitait le Plessis ou la Bordinière » (7).

Rabatelière : sanctuaire de la Salette

Dans le même temps il donne des informations intéressantes. Elles contribuent à rendre crédible leur rôle d’élus et donc leurs morts dramatiques. Jean Marchand a d’abord été domestique au château de la Rabatelière de 1772 à 1781, ce qui désignait à l’époque un emploi de confiance exigeant des capacités. Il a habité à la Bordinière (Rabatelière) et au Plessis-le-Tiers (Saint-André). Il est noté syndic de la Rabatelière en 1785, 1786 et 1788. Dans certains actes sa profession est marchand, en plus de laboureur, comme son beau-frère Jacques Guesdon, ce qui désignait souvent le marchand de bestiaux allant aux foires. Enfin il a fait partie de la députation aux Etats-Généraux préparatoires du Poitou.

Jean Marchand est baptisé le 17 août 1753 à Chavagnes-en-Paillers (vue 83 du registre paroissial numérisé), fils de René Marchand et de Marguerite Piveteau. Il s’est marié le 3 juillet 1781 (vue 10 du registre de la Rabatelière) avec Marie Guesdon, veuve de Charles Jagueneau. Ils eurent 5 enfants. Dans l’acte de décès de sa fille aînée, Madeleine, le 9 décembre 1851 à Saint-André (vue 141), on lit qu’elle était « fille de Jean Marchand décédé dans le temps de la guerre de Vendée et de Marie Guesdon décédée à la Flocellière ». Cette pudeur inhabituelle pour éviter de mentionner les circonstances de la mort de son père, nous interroge. Il a été une victime de la bêtise des « blancs », pas de quoi en être fier il est vrai. Quant à sa mère, elle a quitté le Plessis-le-Tiers et est morte à 85 ans et 4 mois dans le bourg de la Flocellière (vue 190 du registre d’état-civil à la date du 6-10-1840).

Le dernier de ses enfants, Jean Baptiste Marchand, est le Jean Marchand dont nous avons cité l’acte de naissance reconstitué plus haut en 1818. Il fut élève au petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers (8) et ordonné prêtre en 1823 (voir sa biographie dans le Dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives départementales de la Vendée).

Jacques Guesdon, le très probable maire de Saint-André, était le fils d’André Guesdon et de Jeanne Egron, né le 25 juillet 1752 et baptisé à la Rabatelière (vue 100). Il s’est marié le même jour que sa sœur, Marie Guesdon avec son premier mari Charles Jagueneau, le 17 février 1773 à la Rabatelière (vue 106). Il épousa la sœur, Marie Jagueneau.

Jacques et Marie Guesdon avaient un frère, Pierre Guesdon (1760-1838), lequel épousa Marie Baranger et vécut à la Bordinière (Rabatelière). C’est peut-être lui l’agent (maire) de la Rabatelière de 1796 à 1797, sinon un homonyme. Sa femme fut massacrée par les républicains en 1794. Ils eurent 5 enfants, dont le dernier, Jacques né en 1801, fut maire de la Rabatelière.

Jacques Guesdon et Marie Jagueneau eurent 4 enfants dont 2 moururent en bas âge. Marie Jagueneau mourut elle-même le 16 janvier 1780 au Plessis le Tiers à l’âge de 29 ans. Sur le registre paroissial le curé a noté que « son mari s’est retiré sans signer à cause de sa désolation ».

Le Plessis-le-Tiers
Jacques Guesdon se remaria avec Jeanne Perrine Piveteau le 3 juin 1788 à la Rabatelière (vue 49). Originaire de Chauché, âgée de 22 ans, celle-ci était la fille d’André Piveteau et de Marie Cauneau. De leur union est né Jacques en 1789 et Jeanne en mai 1792.

Désirant mettre fin à la communauté existante entre elle, son défunt mari et ses enfants, Jeanne Piveteau fit procéder à l’inventaire des meubles et effets mobiliers de Jacques et Jeanne Guesdon, ses enfants, le 25 novembre 1797 (9). Il eut lieu au Plessis-le-Tiers en présence des parents de la famille, notamment Pierre Guesdon du côté paternel (demeurant à la Bordinière de la Rabatelière) et Pierre Jutard (demeurant à la Brossette de Chauché) du côté maternel. Ceux-ci élurent à cette fin Pierre Jaud (demeurant à la Guierche de Vendrennes), curateur ad hoc des enfants. L’inventaire se montait à 400 F. Diminuée du 1/5 de sa valeur, représentant une partie la charge des deux enfants de 9 et 6 ans, la mère s’engageait à payer cette somme à leur majorité ou à la date de leur émancipation. Cette somme comprenait la valeur de deux vaches pour 160 F, et le reste celle de meubles, ustensiles et literie. A cette occasion on se rencontre de l’aisance du ménage dans les critères de l’époque pour un bordier. L’inventaire de 1797 ne concerne que les biens meubles. Les biens immeubles de Jacques Guesdon étaient ceux d’un riche bordier, amassés par son père André Guesdon, qui s’était associé en communauté avec son beau-frère François Roturier. C’est ce qu’on constate en épluchant les actes des notaires de Saint-Fulgent aux Archives de la Vendée. Lui-même, exerçant aussi à l'occasion le métier de marchand de bestiaux, avait fait des affaires avec son beau-frère Marchand.

Un renseignement précieux est donné dans l’acte notarial : le notaire s’est transporté au lieu de l’inventaire « dans la maison où est décédé ledit Guesdon ». Les récits des témoignages donnés longtemps après l’évènement disaient qu’il avait été assommé et « laissé pour mort sur le terrain ». Détail macabre certes, mais mieux vaut coller à la réalité désormais dans le récit du drame. D’autant que la présence de l’épouse au décès de Jacques Guedon parait alors très vraisemblable. Elle a dû connaitre les criminels. 

Le fils de Jacques Guesdon et de Jeanne Piveteau, Jacques, né en 1789, avait alors 4 ans quand son père est mort. Il fit des études au séminaire de Chavagnes dans les années 1808/1811(10). Changeant d'orientation, il s’est marié le 17 aout 1813 à la Boissière-de-Montaigu (vue 131) avec Augustine Henriette Guesdon. On voit à l’état-civil de Chavagnes  la naissance de sa première fille, Virginie, le 14 juillet 1815 (vue 74). La signature du père sur cet acte est la même que celle du notaire de Saint-Fulgent de 1817 à 1831. Et ce constat se répète lors des naissances de ses 5 autres enfants dans le bourg de Saint-Fulgent, où il est en plus noté comme notaire sur les actes. C’est le même homme. Il a donc surement rencontré les assassins de son père dans son étude, et sans doute sa mère lui avait donné leurs noms.

Maire depuis le 1e janvier 1793, Guesdon a été assassiné en mars 1793 probablement le 11, au moment du soulèvement général des Vendéens. Le cas est particulier, mais les actes de violences sporadiques allant jusqu’à la mort, n’ont pas manqué avant le déclenchement du soulèvement populaire de la mi-mars 1793. On connaît les dizaines de mort de Machecoul aussi avant mars 1793. La cause religieuse, tant avancée pour expliquer les causes de la guerre, est relativisée par un tel fait, même si elle n’en est pas démentie. Surtout ils illustrent le fait que les gens du bocage étaient devenus des contre-révolutionnaires.

On doute, avec les combats qui ont mobilisé les habitants de Saint-André-Goule-d’Oie, mais aussi les autorités locales, pendant les années 1793 et 1794, que Guesdon ait été remplacé dans son rôle de maire. Il faudra attendre 1797 pour trouver dans les archives un agent communal à Saint-André-Goule-d’Oieélu à l’été 1796. On sait que certains habitants de la commune se sont engagés dans l’armée du Centre avec le général Royrand, originaire de la Petite Roussière de Saint-Fulgent, et habitant alors à la Burnière de Chavagnes-en-Paillers. Ils le suivirent pour certains d’entre eux dans la Virée de Galerne. Il parait probable qu’en l’assassinant, les jeunes de Saint-André se sont privés d’un camarade de combat.

Cette affaire Guesdon a été répétée ensuite dans certains livres d’histoire sur la guerre de Vendée, au point d’inspirer Jean Yole. Dans sa pièce dramatique, « Le capitaine de paroisse », (1950), cet écrivain vendéen fait dire à deux de ses personnages (Acte I, scène 1), les propos suivants :
      « Tout près d’ici, les Saint-Fulgent et les Saint-André ont juré de ne pas tirer au sort. Cougnon du Coudray et Lusson l’aubergiste parlent de bataille » (11)
      « Depuis qu’ils ont tué Guésdon leur maire, leur conscience n’est pas tranquille »
      « Il avait dressé la liste du tirage »
      « Ils ont eu tort, Denis. S’il était en état de grâce sa mort est un grand péché, et, s’il n’y était pas, un plus grand encore, car dans quel mauvais chemin ne l’a-t-on pas mis ? »

Après le moraliste, dont le récit fait partie de l’Histoire, l’historien doit tenter de comprendre l’évènement. Ce n’est pas facile car les émotions ne sont pas strictement intemporelles. Comme les idées elles portent la marque de leur temps. Les mots d’aujourd’hui pour les exprimer comportent leur risque d’anachronisme. La connaissance et l’analyse des mœurs et des « communautés émotionnelles » de cette époque dans cette contrée constituent un préalable pour approcher la vérité historique de l’évènement.

Néanmoins on peut rappeler qu’un climat de crise profonde s’accentuait en Vendée depuis le milieu de 1790, fait de mécontentements et d’exaspérations. Toutes les initiatives des nouvelles autorités suscitaient méfiance et rejet. Bien des révoltes paysannes depuis le 16e siècle, étaient nées suivant le même processus. La révolte vendéenne de 1793 est née de la même manière, mais son évolution fut particulière, ne serait-ce qu’à cause des caprices du dieu de la guerre, et de son utilisation par les factions qui s’affrontèrent au sein de la Convention.

L’émotion était devenue forte en Vendée en ce début de 1793, mais restait contenue. Avec l’initiative de la conscription, elle explosa en affolement. L’assassinat du maire de Saint-André-Goule-d’Oie n’est-il pas d’abord une illustration de cet affolement ?

(1) Archives de Vendée, notaires de Sainte-Cécile, minutes isolées étude de Joseph David, acte de notoriété d’un décès du 4 floréal an 7 (23-4-1799), vue 70.
(2) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé boisson : 7 Z 46-2, les débuts de l’insurrection en mars 1793.
(3) Jacques Peret, Histoire de la Révolution Française en Poitou-Charente 1789-1799, Projets Editions, Poitiers, 1988, page 152.
(4) Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, étude Chateigner : 3 E 30/125, mandat du 2-2-1792 pour participer à l’enchère de la mise en vente de la Chapelle de Chauché.
(5) Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, étude Frappier : 3 E 30/12, vente du 7-12-1787 de deux rentes de 47 boisseaux de seigle (sur le Plessis-le-Tiers) et 11,5 boisseaux de seigle (sur la Morinière), de Vrignaud/Gouin à Seiller, Guesdon et Marchand.
(6) Archives historiques du diocèse de Luçon, bibliothèque, P. Molé, « François Cougnon un capitaine de paroisse dans la guerre de Vendée » (mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne), 1990, page 66 et s.
(7) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé boisson : 7 Z 69, famille Guesdon
(8) 7 Z 69, famille Marchand.
(9) Notaire de Chavagnes, Bouron : 3 E 31/18, inventaire du 5 frimaire an 6 (25-11-1797) des effets des enfants de Jacques Guesdon et Jeanne Piveteau.
(10) 7 Z 69, famille Guesdon
(11) Lusson était aubergiste à Saint-Fulgent et François Cougnon du Coudray est ici confondu avec son frère Christophe, qui habitait la Guérinière dans le rôle de capitaine de paroisse au début du soulèvement.

Emmanuel François, tous droits réservés
Juin 2010, complété en mars 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE



jeudi 3 juin 2010

Le premier maire de Saint-André-Goule-d’Oie, Jean Bordron (1790)


Le premier maire de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie est Jean Bordron.


Création de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie


C’est la loi du 14 décembre 1789 qui a créé la commune en France. Cette nouvelle entité remplace la paroisse de l’ancien régime, dont le rôle n’était pas que religieux. Elle servait aussi de circonscription fiscale pour répartir certains impôts, et son curé remplissait un rôle administratif dont le plus connu est le registre paroissial, qui ne s’appelait pas encore l’Etat-civil. C’était aussi une entité politique comme en témoigne les assemblés d’habitants.

Nous avons publié deux articles en janvier et septembre 2013 qui montrent la réalité de la vie collective des habitants de Saint-André-Goule-d’Oie, avec ses représentants, le syndic pour les affaires civiles et le fabriqueur pour les affaires religieuses. Dans les grandes villes comme Luçon, les Sables, Fontenay, cette vie collective était prise en compte par les corps municipaux avec des maires et des échevins.

Une réforme de 1787 avait prévu de nouvelles assemblées élues pour les paroisses. Dans le projet initial, ces assemblées étaient composées de représentants des propriétaires. On faisait disparaître la notion d’ordre. Puis dans le projet définitif, les ordres réapparurent mais l’on avait prévu que les représentants du tiers-état seraient doublés, ce qui en faisait, au niveau des voix, l’égal du clergé et de la noblesse. Cette réforme commença à entrer en vigueur mais les soubresauts qui précédèrent la Révolution ont eu pour effet de suspendre son application jusqu’à fin 1788. L’assemblée constituante reprit la réforme.

Avec la nouvelle loi, « Les corps municipaux auront deux espèces de fonctions à remplir ; les unes propres au pouvoir municipal ; les autres propres à l’administration générale de l’État et déléguées par elles aux municipalités ». Dans ce dernier registre, il faut ranger la tenue de l’état-civil.

Les membres du conseil général (on ne dit pas municipal à cette époque) de la commune et le maire sont élus pour 2 ans. A partir du 01/02/1790, chaque commune de France doit organiser les premières élections de la Révolution. La mise en place de ces nouvelles structures fut parfois longue et difficile.
 
Seuls, les citoyens actifs de chaque commune participaient aux élections dans des assemblées. Cette notion désigne les hommes qui, âgés de plus de 25 ans et n’étant pas en situation de banqueroute, ont le droit de voter au suffrage censitaire. Pour être électeur, il faut payer un cens ou impôt direct au moins égal à trois journées de travail (soit environ 3 livres). Pour être candidat, il faut payer un impôt au moins équivalent à dix journées de travail. (Une statistique nationale publiée le 27 mai 1791 évalue le nombre de citoyens actifs à 4 298 360. Soit 61 % de la population mâle âgée de plus de 25 ans.)

Les membres du conseil étaient divisés en deux échelons : les notables, dont le nombre variait de 6 à 42 suivant la population de la commune, et les officiers (ou conseillers) municipaux, au nombre de 3 à 21. Ces officiers composaient le corps municipal, élément actif et permanent du conseil général de la commune. L’agent municipal (ou maire) était, en principe, élu pour deux ans et il ne pouvait être réélu qu’après une attente de deux ans. Il existait aussi un procureur de la commune, élu dans les mêmes conditions que le maire, chargé de requérir l’exécution des lois. Le corps municipal pouvait siéger en tribunal de simple police : dans ce cas, le procureur syndic remplissait les fonctions d’accusateur public. Il avait, par ailleurs, voix consultative dans toutes les affaires.

On doute qu’une telle organisation ait pu se mettre en place facilement dans toutes les petites communes rurales.

Les recherches historiques ont montré qu’il était illusoire de parler, dans la pratique, de suffrage universel masculin ; les pratiques électorales font plus penser à un « suffrage élargi » qu’à un « suffrage universel ». On sait ainsi que la Convention a été élue par moins de 800 000 citoyens et que le suffrage à deux degrés, maintenu pendant toute la période révolutionnaire, a favorisé la représentation des notables et a permis d’amortir, sur le plan législatif, les aléas de l’expression populaire. Les modalités d’élections étaient variables. Elles allaient du vote recueilli oralement en assemblée, par assis-debout ou par acclamation, au vote par écrit, sur bulletin, qui n’a constitué, pendant la décennie révolutionnaire, qu’une méthode parmi d’autres.


Les premiers élus


Goupilleau de Montaigu, député 
Dans la recherche de documents sur l’élection de Jean Bordron, on n’a rien trouvé. Mais on sait qu’il a dû être élu dans  l’année 1790, année où a été installée la première municipalité à Saint-André-Goule-d’Oie. Dugast-Matifeux, dans sa documentation sur l’Origine et débuts de l'insurrection vendéenne,  nomme le maire Jean Bordron à la date du 30 mai 1790 (1).

On le sait aussi par deux lettres de Goupilleau, procureur-syndic du district de Montaigu. Dans la première, datée du 3 novembre 1790, il fait rapport à ses collègues du district en réponse à une lettre du 3 septembre précédent de la municipalité de Saint-André qui « a demandé que les biens dépendants de la cure ne soient pas vendus » (2). Nous ne connaissons pas la deuxième, adressée au prieur de Saint-André, mais nous avons la réponse de ce dernier daté du 24 décembre 1790 (3).  

On sait qu’à Saint-Fulgent Claude Joseph Frappier a été maire en 1790-1791 et qu’il a été remplacé par Louis Chateigner (notaire), lequel était maire depuis novembre 1792.

On trouve 4 autres personnes membres de la première municipalité  de Saint-André-Goule-d’Oie en 1790 (4) :
-       Le procureur est Jacques Guesdon, propriétaire, très probablement celui qui sera le maire en 1793, et qui habitait au Plessis le Tiers.

-      Jean Fluzeau (1732-1802), marchand à la Brossière. Il avait été élu syndic de la paroisse en 1784. Il était un cousin de François Fluzeau (1750-1820), habitant lui aussi à la Brossière, qu’on trouve ci-après comme électeur du canton de Saint-Fulgent et capitaine dans la garde nationale.

-        Jean Rochereau (1747-1805), marié à Marie Loizeau, propriétaire au Coudray. Louis Loizeau, le frère de Marie, avait été fabriqueur de la paroisse à la suite du père de Jean Bordron. Son fils Pierre devint maire de Saint-André en 1834.

-   Louis Charpentier (1761-1815), propriétaire au Clouin. Il resta un homme considéré, les propriétaires des Landes du Pin firent appel à lui pour réaliser entre eux à l’amiable en 1808 un gaulaiement (calcul de répartition d’une rente due collectivement). Un de ses fils, Augustin, devint maire de Saint-André en 1848.

La commune de Saint-André-Goule-d’Oie eut sa garde nationale, et elle est citée au rassemblement de la fédération des gardes nationales rassemblant 18 communes à l’Oie (Fougeré) le 30 mai 1790. Cette présence mériterait une vérification, si c’est possible. Son commandant était Jean Aimé de Vaugiraud, l’ancien officier de marine venu habiter le bourg de Saint-André. Un nommé Bordron était major et François Fluzeau (cousin de Jean) avait le grade de capitaine (4). Le colonel était M. de Lespinay de Beaumont, de Chantonnay. Les rassemblements avaient pour but de manifester l’attachement à la patrie. Ils devaient aboutir à la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, à l’origine de notre fête nationale comme chacun sait.

Les deux tableaux trouvés des électeurs de la Vendée en 1790 et 1792 pour le canton de Saint-Fulgent se situent à un autre niveau. Les assemblées primaires des citoyens actifs des cantons ont désigné leurs électeurs, neuf pour le canton de Saint-Fulgent. Ceux-ci se sont réunit ensuite au chef-lieu du département à Fontenay-le-Comte pour élire les députés, les juges, l’évêque et les membres de l’administration départementale. Dommage aussi de ne pas pouvoir disposer des procès-verbaux des réunions des assemblées primaires cantonales. Nous avons relevé les noms des neuf électeurs du canton de Saint-Fulgent :

Année 1790 :
Charles de Lespinay, capitaine de cavalerie, Linières
Pierre Charles Marie Gourraud, avocat, Chavagnes
Lazare Rechin, chirurgien, Chavagnes
Louis Chateigner, notaire royal, St Fulgent
Pierre Augustin Garnaud, huissier, St Fulgent
François Fluzeau, marchand, la Brossière
Charles Marot, notaire à Bazoges
Alexis Fumolleau, fermier
Mathurin Forestier

Année 1792 :
Louis Merlet, marchand St Fulgent
Benjamin Martineau, médecin, St Fulgent
Mathurin Chauvet, tailleur de pierres, Bazoges
Pierre Garnaud, huissier à St Fulgent
Simon Guyet, maître de poste, St Fulgent
Jean Baptiste Baudry, curé assermenté de St Fulgent
Augustin Querqui, propriétaire à Chauché
Jean Boisson bordier (a) au Cormier de Chavagnes
François Girault, maire de Bazoges

(a) Les bordiers d’avant la Révolution étaient des propriétaires. On les désigne progressivement de propriétaires ensuite, et grâce aux progrès techniques, ils n’ont plus besoin de compléments de ressources par un métier artisanal (Amblard de Guerry).

Le renouvellement des élus a été important en 1792 :
   -  un seul des élus de la paroisse de Saint-Fulgent est renouvelé : Garnaud de la Boutarlière.
   - quatre républicains engagés de Saint-Fulgent apparaissent déjà en 1792 : Martineau, qui logera à la fin de la décennie à Linières et son beau-père Simon Guyet, le père du châtelain de Linières qui épousera Mme de Lespinay. Merlet, a été élu capitaine chez les gardes nationales et sera fait prisonnier par les Vendéens, en même temps que le curé « intrus », J. B. Baudry. Chauvet de Bazoges, comme son frère François de la Ménardière de Chavagnes, était républicain.
   - Querqui et Boisson sont du coté royaliste. L’opinion de Garnaud nous est inconnue. A cause de son rôle lors de la prestation du curé de Saint-Fulgent en février 1791, on le soupçonne de pencher du côté républicain à l’époque. Girard est républicain.

A noter que pour l’année 1790 il y a 478 électeurs pour tout le département de la Vendée et 435 en 1792. En 1792, ils ont élu Joseph Fayau de Rocheservière et Philippe Goupillon de Montaigu, deux républicains extrémistes qui voteront pour les mesures répressives en Vendée.

La loi du 20 septembre 1792 (an I de la République), ôte aux curés le soin de tenir les registres et crée notre état-civil moderne en le confiant aux officiers d'Etat-civil à compter du 1e janvier 1793. Or, avant cette date, on trouve la signature du maire de Saint-André-Goule-d’Oie, pour la première fois en juillet 1792, dans le registre paroissial du prieur Allain, reprenant les mêmes formules de rédaction que le curé. Il signe : « Bordron, maire de Saint-André ». Il ne baptise pas bien sûr, ni ne préside aux enterrements. Il ne fait que signer des actes rédigés par une plume inconnue, qui n’est pas celle du prieur apparemment. Bref, il rend service au prêtre réfractaire et aussi à sa communauté. De même, à la fin de l’année 1792, le prieur ajoute sur le registre des actes réalisés en son absence, par le curé de la Rabatelière. Visiblement, on s’entend entre le maire et le curé pour se faire passer le registre. A cette époque, ayant refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé, le prieur Allain était recherché et aurait dû, comme plus d’une centaine d’autres prêtres vendéens, être déporté en octobre 1792.

En cette fin d’année 1792 prend fin le mandat de maire de Jean Bordron. Il n’est pas renouvelable selon la Loi.

Les premières délibérations de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, auxquelles nous avons accès, ne commencent qu’en mai 1867. Quant au registre des arrêtés du maire de la commune, il est ouvert en 1838 mais le premier arrêté date de novembre 1873. Nous ne pouvons connaitre les initiatives de Jean Bordron en conséquence que par incidence, comme sur le problème religieux ainsi que nous l’avons vu.

On découvre aussi dans une lettre du régisseur du château de la Rabatelière le 21 février 1791, qu’en ce début d’année un nouvel impôt occupait les maires de la contrée. Il s’agissait de la contribution foncière, créée par la loi du 23 novembre 1790. Elle pesait sur les revenus des propriétés foncières. En Vendée il n’y avait pas de cadastre à l’époque, et les initiatives parisiennes pour sa création mirent beaucoup de temps pour arriver jusqu’à Saint-André-Goule-d’Oie. En attendant il fallait quand même établir des matrices d’impôts fixant les valeurs des propriétés.

Le régisseur écrit au propriétaire à Nantes : « J’allai samedi à la Rabatelière où le maire de Chauché vint me trouver, ainsi que ceux de Saint-André-Goule-d’Oie et de Chavagnes, pour me demander l’état des domaines que vous possédez dans leurs paroisses. » (5). On en était au début de l’établissement des matrices, demandé aux maires, faute d’une administration fiscale.

Chaque propriétaire était tenu de faire une déclaration au secrétariat des municipalités, mais plus de la moitié d’entre eux ne sachant ni lire ni écrire à Saint-André, on imagine le travail du maire !

Par ailleurs, l’impôt foncier devait remplacer les redevances seigneuriales, sauf que celles-ci ont été payées encore jusqu’en décembre 1792. On devine que le sujet ne dû pas être très populaire, mais nous ne disposons pas de documentation sur ce point malheureusement.

Jean Bordron, l’homme privé et sa famille


Jean Bordron est facile à repérer, car il a signé des actes dans le registre paroissial en tant que maire, et sa signature se retrouve aussi dans des actes concernant sa vie privée. Nous pouvons donc le situer dans son propre état-civil et dans sa propre famille.

Currier et Ives : maréchal-ferrant
Jean Bordron est né au bourg de Saont-André le 23 juin 1748, où il est l’avant-dernier d’une famille de huit enfants. Il est devenu serrurier comme son père et son grand-père. Le curé le désigne parfois dans le registre paroissial comme maréchal ou serrurier, ou maréchal-taillandier, pour d’autres membres de la famille. Le métier de maréchal, indiqué par le curé, est toujours sous-entendu ferrant (les chevaux). Il « embattait » (encerclait) les roues des charrettes, ferrait les chevaux et pratiquait la « bouterie » (art vétérinaire, donnant des médicaments aux chevaux et au bétail, leur pratiquant aussi la saignée). Le métier de maréchal-taillandier consiste à fabriquer des outils à tailler, à couper (haches, bêches, faux, faucilles, serpettes). Le métier de maréchal-serrurier consiste à fabriquer des crochets, fermetures, support de gonds, anneaux etc. Plus généralement ces métiers travaillent le métal dans une forge, suivant plusieurs spécialités. Les produits qui en sortent sont diversifiés pour répondre aux besoins locaux. Faute d’industrie, ces instruments de travail sont alors des produits de l’artisanat. Et l’importance de l’artisanat de l’époque (bourolier, sabotier, tonnelier, cordonnier, chaisier, maçon, etc.) assure des débouchés importants pour le forgeron entreprenant.

Son père, qui s’appelait Jean François (1716-1790) et qui était aussi maréchal, avait été fabriqueur de la paroisse de 1764 à 1784. Il est peu connu des minutes des notaires de Saint-Fulgent. On le voit seulement autoriseren, tant que tuteur de ses neveux, un renouvellement de ferme le 3 juillet 1764 d’une métairie à Villeneuve (Chauché), à prix d’argent pour 140 livres (6). En 1766 il  transforme en prêt la somme de 103 livres 4 sols que lui doivent Mathurin Counil journalier et Mathurine Soulard sa femme, demeurant au bourg de Sainte-Florence (7). Si ce n’était sa signature, on aurait du mal à le distinguer de son fils, les notaires les appelant tous deux Jean Bordron.

En 1773 Jean François Bordron et son fils Jean Bordron vivent et travaillent en communauté dans leur forge du bourg de Saint-André. C’est ce qu’on voit lors d’un achat par arrentement le 28 juillet 1773 d’une borderie à la Pertellière (Essarts), à Jacques Seguin maréchal taillandier et Anne Orré son épouse, demeurant à la Morinière (Chavagnes). Jean Bordron fils est qualifié de maréchal taillandier et il s’engage à payer une rente foncière, annuelle et perpétuelle est de 40 livres, nette de 20e, 10e et sol pour livre (impôts royaux). Il a aussi payé en plus un pot de vin de 300 livres. Son père Jean François Bordron a déclaré pour lui et sa femme Renée Auvinet ne rien prétendre au domaine arrenté par son fils, et que le pot de vin payé l’a été des deniers de son fils et de Marie Pouzet son épouse, et non de ceux de la communauté d’entre lui, son fils et leurs épouses (8). La valeur de la borderie achetée est de 1180 livres.

Le fils Jean Bordron, qui deviendra maire, est mieux connu des notaires de Saint-Fulgent. Il est actif pour acheter des biens fonciers. Il achète le 2 mai 1773 un peu de terre et jardin à Sainte-Florence-de-l’Herbergement-Ydreau (0,9 ha) pour le prix de 129 livres, à Louis Chaillou, journalier demeurant au village de la Vrignais de Sainte-Florence. Le vendeur en garde néanmoins l’usufruit jusqu’à son décès. Le prix moyen est de 17,7 £/boisselée (9).

Jean Bordron s’était marié en 1770 avec Marie Pouzet (1746-1806), fille de Jean Pouzet et Françoise Regrenil, propriétaires à Sainte-Florence. Ils auront au moins quatre enfants. Trois ans après son mariage avec Marie Pouzet, Jean Bordron fils loue en 1773 avec les autres héritiers frères et sœurs de sa femme, une borderie au Purzeau (Essarts) pour 100 livres (10). La même Marie Pouzet hérite lors d’un partage en 1777, de son grand-père maternel Mathurin Regrenil. Son lot, en indivision avec ses frères et sœurs, est la moitié de la borderie de l’Hopitaud, et de deux morceaux de vigne. Les deux frères, Jean et Louis Pouzet sont maréchaux, demeurant au Bois Bernier à Sainte-Florence (11).

Jean Bordron fils a aussi acheté le 31 décembre 1777 le quart dans une petite maison dans le bourg de Saint-André à Pierre Huvelin, bordier demeurant dans ce bourg. Le prix modeste est de 30 livres et les certes et obéissances sont dues au seigneur de la Boutarlière (12). En homme d’affaires, il sous-afferme le 2 janvier 1778 la métairie du bourg de Saint-André à moitié fruits et à droit de colonage partiaire, pour 5 ans (1775-1780), à Pierre Guesdon et ceux de sa communauté. La métairie appartenait à Marie-Bénigne Chiton, représentée par son deuxième mari, Louis Auguste Pascault de Villars de Pauléon (13). A ce dernier il affermait aussi la métairie des Boulligneaux à Saint-Martin-des-Noyers.

Enfin il achète le 6 novembre 1783 le champ du Fief du Moulin (1 boisselée 58 gaulées) près des moulins à vent de la Bourolière, plus le champ des Echardettes (2 boisselées) au tènement de la Boninière, pour le prix de 320 livres payé comptant. Le vendeur est André Millasseau, bordier demeurant à la Bourolière. Sur le champ des Echardettes, le propriétaire doit payer la dîme au prieur de Saint-André, et faire les certes et obéissances au seigneur de la Jaumarière (Eusèbe de Vaugiraud). A noter le prix anormalement élevé qu’on ne s’explique pas (14).

Linières (conciergerie)
Il est intéressant de situer Jean Bordron fils dans ses relations familiales. Sa sœur, Marie Bordron (1744-1808), s’est mariée en 1761 avec Jean Herbreteau (né en 1745), et elle viendra habiter avec lui à Linières où il était métayer avec son frère Mathurin. A l’époque, le lieu désigne uniquement le logis et ses dépendances attenantes pour le fermier et les domestiques. Les bâtiments de la ferme, située à quelques centaines de mètres plus à l’ouest du château, n’existe pas encore. Ils ont été créés avec la construction du dernier château en 1870, pour éloigner les installations agricoles. Jean Herbreteau est le fils de Jean (1708-1772) et de Marie Rondeau (1724-1752), habitant Linières.

Jean Bordron a un autre frère, Pierre Bordron (né en 1745), de trois ans plus âgé que lui, qui s’est marié en 1769 avec Marie Madeleine Fluzeau (1747-1803). Celle-ci est la fille de François Fluzeau (1696-1756), demeurant à la Brossière, et de Jeanne Micheneau (1714-1771). Un petit-cousin de François Fluzeau, qu’on appelait communément aussi François Fluzeau (1763-1824), lui succédera dans les années 1797 dans le rôle « d’agent communal » de Saint-André. Dans le tableau plus haut des électeurs cantonaux en 1790, ce dernier est indiqué comme marchand demeurant à la Brossière. Nous trouvons ce François Fluzeau comme témoin au mariage de sa cousine avec Pierre Bordron le 23 mars 1769, aux côtés des châtelains de Linières. Il sera capitaine dans les armées vendéennes.

Jean Bordron père, qui a été tuteur des enfants de son frère, Jacques mort prématurément, à marié sa nièce Marie Bordron le 2 juin 1767 à Saint-André (vue 250), avec Jacques Cailleteau, fils et frère des fermiers de Languiller. Un des neveux de Marie Bordron, Jean Marie Cailleteau, deviendra maire de Chauché de tendance républicaine. Une de ses nièces, Marie Adélaïde Cailleteau, épousera un officier de Charette, Pierre Rezeau (nommé chef de la division de Montaigu fin 1793). Et un des beaux-frères de sa nièce, François Bossard, sera élu avec l’appui des Bordron de Saint-André (fils et petit-fils), président de la municipalité cantonale de Saint-Fulgent en 1799, nécessairement dans le camp républicain.

Jean Bordron, premier maire de la commune, en participant à cette élection de mars 1799, se rangeant de plus dans le camp minoritaire de Benjamin Martineau, qui sorti victorieux de l’élection en organisant un coup de force à l’aide des gendarmes, signe clairement un engagement politique républicain. Or il est toujours en vie au sortir de la guerre de Vendée, ce qui est le signe d’une conduite pondérée de sa part. Et son fils, comme agent communal, donna lui aussi des signes de comportement respectueux des convictions de ses concitoyens. Il refusa d’abattre des croix et laissa se dérouler les prières dominicales dans l’église paroissiale. Malgré le peu de faits à notre disposition, on peut quand même observer que Jean Bordron joua le jeu de la Révolution de 1789, non sans discussion, et lui resta apparemment fidèle malgré tous les excès qui suivirent. Ce profil politique parait rare pour l’époque, mais n’est pas impossible pour un homme soustrait aux actions de la commune de Paris et aux foyers de propagande en province. 

La famille Bordron était considérée dans le bourg de Saint-André. En 1666 déjà, y vivait un François Borderon, serrurier, très probablement faisant partie de la même généalogie (15). Son père, Jean François Bordron (1716-1790) s’est marié en 1740 avec Renée Auvinet. Son grand-père, François Bordron (1682-1739), s’est marié avec Marie Daniet. Et si son père avait été fabriqueur de la paroisse, lui-même en était le syndic en 1787, fonction transformée en celle de maire par la nouvelle législation des communes. D’une certaine manière, Jean Bordron s’est succédé à lui-même (16).

Son fils, Jean Bordron, deviendra agent communal d’André Goule d’Oie (nom révolutionnaire) en 1798, à l’âge de 26 ans, en remplacement de son cousin éloigné, François Fluzeau. Cette année-là il n’avait pas été possible d’organiser des élections, et c’est le chef de la municipalité du canton, Louis Merlet, qui le nommera à cette fonction. Il parait faire partie du petit clan des révolutionnaires de Saint-Fulgent, et acheta la métairie du Coin et la borderie du Peux, confisquées comme bien national au général vendéen Royrand de l’armée du Centre.

Le premier maire Jean Bordron est mort le 22 mai 1813.


(1) Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 109-4, premières municipalités.
(2) Archives de Vendée, Fichier historique du diocèse de Luçon, Saint-André-Goule-d’Oie : 1 Num 47/404.
(3) Médiathèque de la ville de Nantes, Fonds Dugast-Matifeux : I, volume 25, no 1, lettre du prieur Allain de St André Goule d’Oie à Goupilleau du 24 décembre 1790.
(4) Archives du diocèse de Luçon, bibliothèque, P. Molé, François Cougnon un capitaine de paroisse dans la guerre de Vendée (mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne), 1990, page 66 et s.
(5) Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé boisson : 7 Z 64, les Montaudouin, lettre de Frappier à René Thomas Montaudouin du 21-2-1791.
(6) Ferme du 3-7-1764 d’une métairie à Villeneuve par Bordron, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/118.
(7) Arrentement du 19-11-1766 de 103 £ appartenant à Bordron, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/119.
(8) Arrentement du 28-7-1773 d’une borderie à la Pertellière par Bordron, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(9) Achat du 2-5-1773 de 7,3 boisselées à St Florence par Jean Bordron, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(10) Ferme du 23-1-1773 d’une borderie au Purzeau par Bordron et consorts, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(11) Partage de succession du 28-12-1777 entre les Regrenil, Bordron et Pouzet, tous héritiers de Mathurin Regrenil, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent,  Bellet : 3 E 30/126.
(12) Vente du 31-12-1777 d’1/4 de maison dans le bourg de St André par Bordron, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(13) Ferme du 2-1-1778, de la métairie du bourg de St André par Bordron, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/123.
(14) Achat du 6-11-1783, de 4 bo à la Bourolière par Bordron, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/124.
(15) Inventaire après-décès en 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, page 115.
(16) Archives de Vendée, commune de Saint-André-Goule-d’Oie : 139 G 3 et 4, inventaire du 30-10-1787 des titres et papiers du prieuré et de la fabrique de Saint-André-Goule-d’Oie, page 6.

Emmanuel François, tous droits réservés
juin 2010, modifié en mars 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE