lundi 1 juillet 2019

Du prieuré cure au presbytère à Saint-André-Goule-d’Oie (1306-1988)


L’histoire d’un presbytère a du mal parfois à connaitre son objet même, son activité religieuse, tout simplement parce que celle-ci n’est pas toujours documentée dans les archives paroissiales disponibles sous l’Ancien Régime. Celles de la paroisse de Saint-André auraient pu nous laisser des sermons prononcés, des informations sur la pratique des sacrements et les cérémonies, etc. Elles nous ont laissé de la comptabilité seulement. Au 19e siècle en revanche, elles sont plus riches, y compris sur les activités religieuses dans la paroisse. Pour l’heure nous nous proposons d’exposer ici ce que nous apprennent les archives avant la Révolution et ce qu’est devenu le bâtiment du prieuré après, jusqu’à sa fin en 1988. Et pour la période postérieure à la Révolution, nous publions plusieurs articles pour exposer d’autres facettes de la paroisse, de nature religieuses et temporelles.

Naissance du prieuré-cure 


Abbaye de Nieul-sur-l’Autise
A l’origine, le prieuré était un bien d’Eglise (appelé bénéfice ecclésiastique), situé hors du cloître d’un monastère. Très souvent il fut transformé en cure, et appelé alors prieuré-cure. C’est peut-être ce qui s’est passé à Goule d’Oie, nom du lieu à l’origine, à moins que l’abbaye de Nieul-sur-l’Autise, qui l’a créé ou à qui le seigneur de Linières lui a fait don dans la période des XII/XIIIe siècles, l’ait établi directement en cure. La première trace écrite mentionnant la paroisse se trouve dans le pouillé de l’évêché de Poitiers, daté de 1306, et portant le nom écrit en latin et traduit en français : « de Goule d’Oie ».

On sait que beaucoup de paroisses ont été créées entre les XIe et XIVe siècles en Bas-Poitou devenu la Vendée (1). Elles agrégèrent dans un territoire délimité des fidèles autour d’une église à laquelle fut associé un cimetière. Auparavant le territoire était moins découpé et moins organisé, même si la contrée autour de Saint-André-Goule-d’Oie fut évangélisée dès le 6e siècle (2). La pratique religieuse s’organisait souvent dans des églises bâties par les seigneurs. La réforme grégorienne de l’Eglise à partir du 11e siècle lui a permis de se soustraire aux seigneurs locaux et de se construire progressivement des territoires au sens moderne du mot, incarnés notamment dans la fiscalité de la dîme. L’abbaye de Nieul devait se réserver les revenus (dîmes) et le droit de présentation du prêtre nommé à la desserte de la paroisse (en tant que patron ecclésiastique), et à qui elle accordait une pension. Le prieuré de Saint-André-Goule-d’Oie, tel qu’il apparait dans la suite, était composé de l’église paroissiale, d’un presbytère attenant, et de terres aux alentours.

En 1306 le prieuré de Goule d’Oie est noté « est regularium » dans le pouillé du diocèse de Poitiers, c’est-à-dire que le desservant de la paroisse était un religieux dépendant de l’abbaye, et choisi par elle. On appelait prieur le nom donné au prêtre qui remplissait les fonctions du ministère ecclésiastique dans la paroisse, au nom de l’abbaye dont il dépendait. La collation était la  provision (autorisation ou titre) de jouir et administrer le prieuré au point de vue civil et religieux. Et l’évêque était le collateur ordinaire des bénéfices dans l’étendue de son évêché. Cette présentation simplifiée était en tout cas celle qu’on trouvait à la fin du 17e siècle et qui a dû exister à la fondation du prieuré. Ce desservant du prieuré était célibataire suivant la règle dans les abbayes, alors qu’on trouvait encore les derniers curés mariés au 12e siècle, comme à Saint-Fulgent en 1205 (3). On ne sait pas à Saint-André à partir de quand on a nommé des prêtres non moines, mais le titulaire a conservé néanmoins l’appellation de prieur dans le langage courant.

La première description du presbytère nous est donnée dans un inventaire après-décès daté de 1666 du curé des lieux. On y parcourt les parties où sont les affaires du défunt : sa chambre où il est décédé (on note les rideaux de son lit comme partout à l’époque), deux petites chambres dont une vide, une grande chambre haute (à l’étage), un vieux cellier, un fournil (nom donné ici à une cuisine), une grange, une écurie, un grenier, le jardin et la cour. Dans le jardin se trouvait un bassin d’eau où on élevait quelques carpes (4).

Philippe VI
Au mois de mai 1330, le roi de France Philippe VI signa un titre qui plaçait l’abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l’Autise de l’ordre de Saint-Augustin, sous sa protection, avec tous ses prieurés (5). Cela voulait dire que tout litige concernant le prieuré de Saint-André, hors la compétence ecclésiastique bien sûr, relevait de la justice royale. En pratique le prieuré relevait dans ce domaine du sénéchal du Poitou, écartant de droit la haute justice de la baronnie des Essarts. Cette protection était en réalité une mainmise sur le droit de justice de l’Eglise, pour imposer à la place une justice royale (6).

Dans certains cas le seigneur local pouvait posséder un droit de présentation, consistant à choisir le titulaire proposé à la collation de l’évêque. A Saint-André ce droit a existé au moins temporairement au profit de seigneur du Coin, et de son successeur le seigneur de Languiller, pour choisir le chapelain de la chapelle de Fondion située sur le territoire de Saint-André (7). Ce droit pour un patron laïc, était basé sur la fondation ou la dotation du bénéfice ecclésiastique par lui ou par ses ancêtres. Considéré dès l’époque 1300 comme une annexe du prieuré de Saint-André (dans le pouillé de l’évêché de Poitiers), les seigneurs de Languiller n’exercèrent ce droit qu’un court moment au début du 18e siècle. Le reste du temps, le prieur-curé de Saint-André a été aussi chapelain de Fondion. Et les revenus de la métairie de Fondion allaient à son chapelain, liés à sa personne et au service religieux auquel il était tenu.

Le prieuré dans le droit féodal


Le prieuré était situé dans le fief de Saint-André-Goule-d’Oie, comprenant l’espace du bourg de la paroisse du même nom et les terres d’une métairie. Le seigneur de ce fief et propriétaire de la métairie était un roturier à l’origine, qui en rendait la foi et hommage au seigneur de Linières. Les redevances comprenaient un cens et deux rentes sur l’élevage des cochons, le tout d’un très faible montant, et sans droit de terrage. À cause de cette faible imposition, on a pu ranger à juste titre le fief de Saint-André dans une liste des bourgs francs du Bas-Poitou. Puis le droit de fief fut acheté avec sa métairie par le seigneur de la Boutarlière, Antoine Gazeau, entre 1534 et 1539. C’est ainsi qu’on a trouvé dans les archives du prieuré, inventoriées en 1787, une déclaration rendue par François Baudry, prieur-curé de Saint-André, « par laquelle il déclare tenir noblement à droit de rachat du seigneur de la Boutarlière son presbytère et autres domaines » (8). François Baudry fut curé de Saint-André d’avant 1603 à 1639 (dictionnaire des Vendéens accessible sur le site internet des Archives de la Vendée).

En 1776, le prieur François Chevreux fit sa foi et hommage au dernier seigneur de la Boutarlière avant la Révolution, Jacques Grégoire Boutillier, sieur du Coin et bourgeois habitant Mortagne-sur-Sèvre. Ce dernier prétendait être, comme propriétaire de la Boutarlière qu’il avait achetée en 1770, fondateur et patron de l’église de Saint-André, ce qui était faux. Le prieur refusa cette prétention et se laissa engager dans un procès au présidial de Poitiers. Finalement il recula et finit par reconnaitre qu’il tenait le prieuré de Saint-André à foi et hommage plain et à rachat par mutation du prieur, et à 5 sols de cens et devoir noble rendable chaque année à la Boutarlière, jour et fête de Saint-Jean-Baptiste, « comme étant ledit seigneur de la Boutarlière fondateur et patron de l’église dudit lieu de Saint-André » (9). S’agissant d’un bien d’Eglise inaliénable, l’enjeu de la querelle n’avait pas une grande portée financière. La valeur du rachat, dû à cause de son entrée en possession du prieuré en 1760, fut convenue à la somme de 120 livres. Et puis c’était l’évêque qui acceptait ou non le droit de présentation d’un postulant à la cure. On soupçonne un enjeu d’honneurs, et le curé dut sans doute accepter en conséquence de la transaction, de bénir ce bourgeois de Mortagne dans les cérémonies religieuses quand il venait à la Boutarlière, de lui donner quelque préséance dans les processions, et quelques coups d’encensoir, comme avaient droit alors les patrons fondateurs dans les églises de leur paroisse.

Pour des informations plus complètes sur le régime féodal du fief de Saint-André, voir notre article : Sept siècles d’Histoire du bourg de Saint-André-Goule-d’Oie

Situation au sortir du Moyen Âge


Cloitre de l’évêché de Luçon
On ne rappellera pas ici la situation de l’Eglise en Occident au sortir du Moyen Âge, avec une papauté corrompue entre les mains des laïcs. À Saint-André-Goule-d’Oie on connait Nicolas Moreau, « prêtre demeurant à Saint-André » à cause de ses achats dans le bourg en 1522, 1526 et 1542. Il est cité comme vicaire dans le procès-verbal de visite à Saint-André-Goule-d’Oie de Pierre Marchant le 7 juin 1534, archidiacre de Luçon (10). Un autre vicaire s’appelle Jean Rochereau et le prieur-curé est François Jousseaulme. Et on a 4 autres prêtres rattachés à la paroisse : « Dom André Trillet, Dom Étiene Vynet, qui demeure aux Herbiers, Dom Jacques Guynement, Dom François Moussaud, qui demeure à La Rochelle ». Cette situation n’est pas exceptionnelle puisqu’à Mouchamps le titulaire du prieuré était le régent de l’université d’Angers en 1581 (11). Le prieur de Chauché en 1499, Christophe Durcot, était maître de musique d’Anne de Bretagne (12).

Ces visites paroissiales en 1533/1534 dans le diocèse de Luçon, nous révèlent l’Eglise de la fin du Moyen Âge. Voici ce qu’en dit l’historien Thierry Heckmann : « Chaque paroisse disposait d’un curé, pas toujours résident, de vicaires et d’autres prêtres vivant ou plutôt vivotant des nombreuses fondations de messes cumulées au fil des siècles, et dont le service justifiait la perception des revenus afférents. Ils étaient cette année-là 1677 prêtres pour 219 paroisses, soit 7 à 8 en moyenne dans chacune d’elles. Les évêques percevaient en effet des taxes à chaque ordination, ce qui les avait incités à multiplier les prêtres dont la carrière demeurait tout de même attractive même si, en nombre pléthorique, ils étaient de fait misérables, sans formation correcte et pas toujours en mesure d’exercer dignement leur ministère, ne serait-ce qu’en endossant au moins des habits sacerdotaux à l’église. Une infraction de leur part, même mineure, était alors facilement sanctionnée d’une excommunication qui serait levée à réparation. Tel était le fonctionnement assez routinier d’un diocèse qui paraissait par ailleurs privé de cadres intermédiaires entre l’évêque et son clergé, car archidiacres et doyens n’étaient pas présents. Le terrain était désormais prêt à tomber sous le charme de la Réforme que Calvin venait de promouvoir à Poitiers, précisément en 1534 ! ... Sous l’influence de la Contre-Réforme, et dans le diocèse de Luçon à partir de Richelieu (évêque de 1606 à 1623), de gros efforts de formation du clergé aboutirent à la constitution d’un corps très différent, mieux organisé et mieux connu des évêques, véritablement respectable et apportant dans chaque paroisse, en plus des secours spirituels, des connaissances médicales voire agronomiques très prisées » (13).

Dans le procès-verbal de la visite en 1534 de l’église paroissiale de Saint-André-Goule-d’Oie on évoque la fabrique : « L’actuel administrateur de la fabrique de ladite église est André Davy. Le précédent, Nicolas Giraud, qui a montré la quittance par laquelle on constate qu’il a remis la somme de 4 livres 4 sol, c’est pourquoi  il a été relaxé (approuvé) ». Il faudra attendre le milieu du 18e siècle pour lire un compte-rendu d’assemblées des habitants de la paroisse concernant la gestion de cette fabrique à Saint-André. Voir l’article publié sur ce site en janvier 2013 : La fabrique de Saint-André-Goule-d'Oie au 18e siècle

Les nominations au prieuré-cure au 17e siècle à Saint-André


L’inventaire après décès des papiers du prieur de Saint-André en janvier 1666, Pierre Moreau, nous livre des aperçus sur l’administration des prieurés-cures comme celui de Saint-André. Dans une lettre datée de Poitiers du 16 mars 1659 (où il était étudiant), Jean Moreau, son neveu, donne son consentement à la révocation du prieuré de Saint-Fulgent que son oncle lui avait cédé auparavant en tant que titulaire lui-même. Le neveu se destinait à la prêtrise et l’oncle s’occupait à lui trouver un bénéfice (14). Cela veut dire que le prieur de Saint-André était titulaire à cette date du prieuré de Saint-Fulgent, et qu’il devait présenter son desservant, c’est-à-dire le curé, à la collation de l’évêque. De qui avait-il obtenu le prieuré de Saint-Fulgent ? Historiquement ce dernier avait été fondé par les moines de Saint-Georges-de-Montaigu, et avait dépendu ensuite de l’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes (Vienne). Etait-ce toujours le cas en ce milieu du 17e siècle ? On l’ignore. Les procédures bénéficiales de l’époque favorisaient la nomination des curés sur leurs lieux d’origine, comme on le voit avec le prieur Moreau. On a aussi le cas aux Essarts en 1624 de René Verdon prêtre y demeurant, et issu d’une famille bourgeoise de la paroisse (15). Le prieuré de Dompierre-sur-Yon était en 1659 une annexe de celui de Saint-Fulgent. À ce titre le prieur Pierre Moreau signa une ferme de son temporel (probablement une borderie) le 25 juin 1659, moyennant une somme annuelle de 30 livres, devant les notaires de la Merlatière (16). Et on sait que des fermiers du prieuré de Saint-Fulgent, non nommés dans le document consulté, s’opposèrent à son titulaire, Pierre Moreau, dans un procès au présidial de Poitiers (17). On ignore la nature du conflit.

Le prieur de Saint-André a signé le 18 juillet 1662 un concordat de permutation de prieurés avec son neveu et l’abbé de la Grève, devant les notaires de Saint-Fulgent, Blanchard et Thoumazeau. Dans cet acte le prieuré de Saint-Fulgent est transporté à l’abbé de la Grève par Pierre et Jean Moreau. En contre-échange, le prieuré de la Couture (près de Mareuil), qui ne dépendait pas de l’abbaye de Nieul, est transporté à Jean Moreau par l’abbé de la Grève (18). L’abbé de la Grève était Paul Durcot, fils de Pierre Durcot et de Jeanne de Chasteigner, appartenant à une famille noble importante de la région. Un demi-frère de Pierre Durcot, Claude Durcot, fonda la branche des Durcot de Puytesson (Saint-Denis-la-Chevasse et Chauché). Pierre Durcot avait acheté la seigneurie de la Grève (Saint-Martin-des-Noyers) en août 1599 à Gilles de Chatillon, et la famille y habita tout le 17e siècle ensuite. Il devint protestant avec sa femme, mais revint au catholicisme à la fin de sa vie. Ses fils se distinguèrent pour la plupart dans les rangs protestants lors des guerres de religion. Mais leur frère Paul s’éleva dans la hiérarchie catholique. Paul Durcot de la Grève fut aumônier du roi (titre honorifique), protonotaire du Saint-Siège, c’est-à-dire officier du Saint-Siège qui reçoit et expédie les actes des consistoires publics (mais souvent des prélats sans dignité épiscopale, n’ayant qu’un titre honorifique). Il fut nommé abbé de Saint-Benoit-de-Quinçay (banlieue sud de Poitiers) en 1626 et y mourut le 9 mai 1668 (19).

Château de la Grève à Saint-Martin-des-Noyers
Pour mettre en œuvre la permutation des prieurés de Saint-Fulgent et de la Couture entre eux, l’abbé de la Grève et les deux Moreau signèrent chez les mêmes notaires de Saint-Fulgent le 28 juillet 1662 une procuration ad resignandum (20). Ce type de procuration, aussi utilisé lors des ventes d’offices, donnait pouvoir aux deux titulaires, réciproquement, de résigner leur charge. La résignation ou démission était la cession de bénéfice par son titulaire, ici par permutation entre deux titulaires. La lettre de provision d’un bénéfice par résignation était attribuée par la « cour de Rome », c’est-à-dire le conseil ecclésiastique établi auprès du Pape (21). Cela impliquait une relation entre Rome et l’évêché du lieu concerné, lequel normalement n’était pas court-circuité. Cette relation a évolué au fil du temps, et a contribué au statut particulier de l’Eglise de France. Dans notre cas la procuration « ad resignandum » était un acte, envoyé en cours de Rome « d’emploi ecclésiastique », par lequel on donnait pouvoir à une personne de résigner un bénéfice ou une charge. A cette date de juillet 1662 Jean Moreau était diacre et allait accéder à la prêtrise, nommé en juin 1663 à la cure de la Couture (dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives de la Vendée). Le texte notarié indique que « le sieur abbé et le sieur prieur Pierre Moreau ont résigné, cédé entre les mains de notre saint père le pape, savoir ledit abbé sieur de la Grève son prieuré de la Couture en faveur de messire Jean Moreau, et ledit messire Pierre Moreau son prieuré de Saint-Fulgent audit sieur abbé ».

Derrière ces nominations il y avait des enjeux d’argent. « Pas un changement de curé en Bas-Poitou qui ne fît l’objet de la perception d’une taxe dûment enregistrée par la chancellerie pontificale » (22). Dans notre cas cela apparait avec l’indication d’un contrat de constitution de rente foncière, au profit du prieur Pierre Moreau sur l’abbé de la Grève et Jeanne Bertrand dame du Plessis Bellay. La rente créée le 4 juin 1664, se monte à 66 livres 13 sols 9 deniers par an. Le contrat fut reçu sous la cour de la baronnie de la Grève par Maindron et Allaizeau, notaires, et était amortissable (rachetable) pour la somme de 1 200 livres (23).

Ces affaires d’argent transcendaient, pourrait-on dire, les querelles religieuses entre catholiques et protestants, au milieu du 17e siècle il est vrai. La présence de Jeanne Bertrand en tant que débitrice du prieur de Saint-André est intéressante. Elle était la fille de Jacques Bertrand, seigneur de Saint-Fulgent et protestant très engagé, et de Jeanne Durcot, celle-ci sœur de l’abbé de la Grève (24). Pour l’enterrement de Jacques Bertrand dans l’église de Saint-Denis-la-Chevasse, un frère de l’abbé de la Grève s’opposa physiquement à l’évêque de Luçon, venu sur les lieux pour ordonner l’interdiction d’inhumer un protestant dans une église catholique ! Jeanne Bertrand avait épousé en 1646 Henri du Bellay, fils ainé de Zacharie du Bellay (1572-1644) et de Jeanne Herbert de Bellefonds, protestants très proches de Claude de la Trémoïlle, duc de Thouars et protestant converti lui-même en 1587, et de sa femme, Charlotte-Brabantine de Nassau.

Un autre acte du 13 septembre 1665 montre l’abbé de la Grève créancier pour le prieuré de la Couture d’une pension viagère de 1000 livres, dont l’oncle Pierre Moreau assura des paiements pour son neveu Jean Moreau (25). Cette famille des Moreau, importants bourgeois demeurants dans le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie aux 16e et 17e siècles, va donner un spécimen de prieur-curé tout à fait original vu d’aujourd’hui, et peut-être même à son époque.

Le prieur de Saint-André de 1639 à 1665, Pierre Moreau un homme d’affaires


Il fut curé de Bessay de 1627 à 1639, puis de Saint-André-Goule-d’Oie de 1639 à 1665, jusqu’à sa mort. On le voit aussi chapelain, comme l’usage en était fréquent au profit des curés. Le chapelain était titulaire d’un bénéfice attaché à un autel dans une église ou dans un château. Son patron, parfois laïc, présentait un clerc de son choix à la collation (nomination) de l’évêque. Ce clerc avait ainsi un revenu, quitte à rémunérer lui-même un autre prêtre pour assurer le service religieux s’il n’habitait pas près de la chapelle, aussi appelée chapellenie ou stipendie parfois. Très souvent ces chapelles avaient été créées pour faire dire des messes dans une intention particulière, et une fondation finançait ce service sous forme d’une rente perpétuelle ou d’un domaine foncier dont l’exploitation générait des revenus. A ce titre on peut se référer à la chapelle de Fondion ou à la chapelle des Moreau dans l’église paroissiale de Saint-André. Voir les articles les concernant sur ce site : La chapelle et la métairie de Fondion à Saint-André-Goule d’Oie, et La chapelle des Moreau dans l'église de Saint-André-Goule-d’Oie.

Le prieur Pierre Moreau a affermé le temporel d’une chapelle de Saint-Vincent (non située) pour 120 livres par an, le 8 juillet 1649, à Nicolas Beau sieur de la Thibaudière (26). C’était le père ou le frère de la belle-sœur du prieur, celle-ci mariée à René Moreau. Le contrat a été signé devant Godineau et Caillé, notaires à Sainte-Hermine. Il a aussi affermé le temporel de la chapelle de Saint-Blaise, de la Roche Baudouin (paroisse de Landevieille), dont il était chapelain, pour 100 livres par an, à Pierre Roy et Claudine Louzeau (27). Le contrat a été signé devant Chauvin et Benoist, notaires de la baronnie d’Apremont. Il y avait une châtellenie de la Roche Baudouin dans la paroisse de Landevieille (28). Ces montants de ferme à cette époque correspondent à ceux d’une borderie d’une dizaine d’hectares dans le bocage.

Un autre neveu du prieur de Saint-André, qui s’appelait aussi Pierre Moreau (aussi qualifié de sieur des Touches), était chapelain le 19 mai 1649 de la chapelle de Saint-Jean des [Bossoneaux] desservie en l’église de Beauvoir-sur-Mer. Il est mort jeune, avant son oncle, et ce dernier a jouit des revenus de cette chapelle dans une période non précisée, reversés à un sieur Rolland Marosand à Nantes (29).

Jean Clouet : portrait d’un banquier (1522)
L’inventaire après-décès de ses meubles, vaisselle, linge et papiers au presbytère de Saint-André nous confirme que le prieur Pierre Moreau était riche, comme les membres de sa famille. Leur estimation s’est montée à 7 600 livres, sans compter la vaisselle en argent, importante et provenant probablement de sa mère. Surtout il avait le goût des affaires, affermant des bestiaux lui appartenant, faisant fructifier son argent, prêtant, arrentant, etc. auprès de ceux qui avaient besoin de financement. On a connu des curés lettrés, historiens, archéologues, mais rarement banquiers. Sa pratique de la charité n’a pas laissé de trace malheureusement dans les papiers inventoriés. Elle était quasi statutaire pour un curé, et parfois on lit en plus des pensions attribuées, des sommes prévues pour leurs « distributions ». Mais point de titres ni d’actes notariés pour les donations aux pauvres.

Les baux de bestiaux effectués par le prieur marquent bien l’importance de l’élevage nécessaire à la culture des terres, et comme complément de revenus. Cela exigeait une capacité financière qui manquait aux laboureurs les plus pauvres, petits bordiers ou certains métayers. Parfois les propriétaires faisaient publier l’offre de ferme de leur bétail pour trouver un bon fermier et conclure un « cheptel » (bail d’un bétail). C’était le mot employé dans l’inventaire après-décès, c’est-à-dire un bail à cheptel de fer comme l’écrivaient les jurisconsultes. On a ainsi à titre d’exemple l’indication de publication d’un cheptel du prieur, fait par Me Chantrau curé de Chauché le 21 septembre 1664 (30). La publication était faite à la fin du sermon de la messe dominicale, ou à l’issue de la messe, ou à l’extérieur de l’église. Plus le temps a passé et plus ces annonces ont été dissociées en effet de l’office de la messe dominicale.

Les contractants avec le prieur, dans les actes mentionnés dans l’inventaire, étaient aussi bien des personnes modestes que des bourgeois et des nobles de la contrée, pourvu qu’ils soient capables de s’engager. A cet égard, l’abondance des pièces inventoriées et le mariage de ses deux nièces, qu’il a organisé (étant tuteur) avec des nobles (écuyers), montrent la proximité à cette époque dans la contrée existant entre de riches bourgeois et des nobles désargentés. Ses transactions étaient presque toujours en argent et très peu en nature. Clairement, le prieur Pierre Moreau a remplacé les banques qui n’existaient pas dans la contrée, faisant concurrence aux notaires qui remplissaient souvent cette fonction, ou certains nobles semble-t-il. Il devait être connu dans ce rôle d’intermédiaire financier, car sa « clientèle » habitait aussi bien dans les paroisses voisines qu’à Saint-André-Goule-d’Oie. Le volume de ses placements en 1664 et 1665, les deux dernières années avant sa mort, est de 3 000 livres et 3 400 livres, montant équivalent à la ferme d’une dizaine de grandes métairies. C’est le double de la ferme de l’importante seigneurie de Languiller, et 40 % de la ferme de la baronnie des Essarts à la même époque. D’autres curés à sa place auraient pu placer leur argent dans des terres et jouir de leurs revenus. Alors que lui a commencé à investir dans le financement d’activités assez tôt. Il a peu acheté de domaines fonciers, ceux qui lui appartenaient lui étaient venus de ses parents pour l’essentiel, alors que ses frères ont été des acquéreurs.

Il faut dire aussi qu’il a beaucoup aidé ses proches. Ses deux frères, Jacques et René Moreau, sont morts laissant des enfants mineurs. Après le décès de leurs mères, il assura dans les deux branches de ses neveux et nièces le rôle de tuteur des biens et des personnes pendant quelques années. Il avait été désigné à chaque fois par acte en la cour seigneuriale de haute justice de la baronnie des Essarts, dont dépendaient les habitants de Saint-André. Dans ce rôle il s’est révélé autoritaire, et a été accusé d’être colérique par un de ses neveux. Sa part de responsabilité dans les divisions profondes qui s’installèrent entre les deux branches des cousins, parait certaine. Et pourtant ses neveux et leurs familles alliées comme les de Vaugiraud, lui doivent beaucoup. Il a été un oncle attentif et généreux, mais maladroit.

Il est mort le 14 novembre 1665, malade depuis 6 mois d’un mal appelé « les gouttes » par Charbonnel, le médecin de Saint-Fulgent. Cette année-là le prieur a signé 18 actes inventoriés dont 4 cheptels. L’année précédente il en avait signé 15. On comprend que pour le service divin il était assisté d’un vicaire, Jean Baptiste Madeline né à Bayeux en Normandie, comme le futur curé de Chauché quelques dizaines d’années plus tard, Eustache Madeline. Le vicaire logeait probablement au presbytère, et percevait une pension payée par le curé à terme annuel, comme les domestiques. Etant présent à Saint-André depuis le début de l’année 1665, il demanda aux héritiers du prieur de lui régler la somme de 170 livres 18 sols à la date du décès du prieur, correspondant à une pension annuelle de 200 livres (31). C’était une somme importante, quand on la compare à celle attribuée au vicaire de la paroisse de Nieul en 1715 dans une bulle du pape, qui était de 150 livres.

A son service, le prieur avait au jour de sa mort une servante (Mathurine Fulneau) et un valet (André Trotin). Il était dû à la servante par le prieur « trois années de ses gages de la Toussaint dernière dont le prix n’était fait, et s’en rapporte aux sommes que l’on donne ordinairement aux servantes ayant souffert de grandes peines », est-il écrit dans l’inventaire par le notaire prenant sa déposition. Les gages des gens de maison étaient aussi payés à terme échus annuels au château de la Rabatelière un siècle plus tard. Ils n’assuraient pas les « fins de mois », car les domestiques étaient logés, nourris, souvent habillés, et ils n’avaient besoin de rien d’autre dans l’économie de subsistance de l’époque.

Le style baroque enfant de la Contre-réforme catholique
Quel regard jeter sur cette activité financière du prieur au milieu du 17e siècle ? Il avait accédé à la prêtrise avant que l’évêque de Luçon ait fondé son séminaire. Il apparait pour cela appartenir à l’Eglise d’avant l’application de la contre-réforme issue du concile de Trente. D’une riche famille, il a acheté des bénéfices ecclésiastiques, plus qu’il ne pouvait fournir à sa fonction religieuse. Son rapport à l’argent ne parait pas conforme à la parole de l’Evangile et à la tradition de l’église dans son principe, surtout après le concile de Trente, mais le principe a subit l’influence de chaque époque dans son application. Avant de lui coller l’étiquette d’ecclésiastique médiocre en ce 17e siècle, il faudrait connaitre d’autres aspects vérifiés de sa vie personnelle et religieuse pour lesquels les archives font défaut. Néanmoins il faut noter par ailleurs que dans son rapport au roi sur l’état du Poitou, Colbert de Croissy n’aime guère les curés du Bas-Poitou, les accusant de « débauche et ignorance » (cité par Dugast-Matisfeux en 1865). Il parait donc que le prieur de Saint-André en 1666 est un spécimen représentatif d’une époque qui s’achève, confirmant que la contre-réforme catholique du concile de Trente dut attendre la deuxième moitié du XVIIe siècle pour faire sentir ses effets.   
 

Les ressources du prieuré (1671-1770)


Le statut de titulaire d’un bénéfice restera en vigueur jusqu’à son abolition par la Révolution, remplacé ensuite par le statut de fonctionnaire de l’Etat (constitution civile du clergé en 1790 et concordat en 1801). À Saint-André les ressources du prieuré dans l’Ancien Régime nous sont connues par certaines déclarations des teneurs (propriétaires) dans la paroisse à leur seigneur. On les trouve dans le chartrier de la Rabatelière, mais les archives de la paroisse elles-mêmes complètent nos informations. Nous y trouvons en effet un livre des recettes du prieuré des années 1671-1725. Commençons par les ressources connues par le chartrier de la Rabatelière au cours des 17e et 18e siècles :
-          la moitié des dîmes d’agneaux, veaux, pourceaux et laines, et des terrages sur le lin au tènement de la Bergeonnière. Cette dîme était de 1/10e de la valeur d’un animal nouveau. En 1671 le prieur en reçoit 15 livres, somme non négligeable. S’y ajoutait la moitié du droit de terrage qui était à 1/8e des récoltes. Le terrage est confirmé dans les comptes, mais sans indication de valeur. Les deux étaient affermés par le prieur à Jacques Chasteirier, maitre serger (tisserand), pour un montant non indiqué.
-          un tiers des dîmes des pourceaux, de la laine et du lin aux villages du Coin et du Peux, valant 1/12e de l’accroissement des animaux et de la récolte d’une année. En 1671 les dîmes du Coin sont affermées et rapportent 50 sols. Les dîmes du Peux sont perçues « par mes mains » écrit le prieur, sans en indiquer la valeur.
-          une rente de 16 boisseaux de seigle due à la mi-août sur le tènement de la Machicolière. Elle n’apparait pas dans les comptes du prieuré, ce qui ne veut pas dire avec certitude qu’elle n’était pas perçue, à voir le peu de rigueur dans la tenue du registre des comptes par les prieurs successifs.
-          une rente de 5 boisseaux de seigle à la Maigrière, confirmée dans les comptes du prieuré en 1671.
-          une rente de 2 boisseaux de seigle au fief de la Bequetière (au village de la Brossière). Elle n’apparait pas dans les comptes du prieuré.
-          une rente seconde foncière de 12 boisseaux seigle due sur le tènement de la Porcelière suivant les déclarations des teneurs après un gaulaiement (mesure des surfaces par propriétaire) dans le tènement. En 1671 elle est de 20 boisseaux dans les comptes du prieuré, ramenée en 1700 à 11 boisseaux après gaulaiement. Le gaulaiement porte la date du 18 mai 1668, réalisé par Mathurin et Jean Merland, gaulayeurs jurés.
-          une rente seconde foncière annuelle et perpétuelle de 7 boisseaux de seigle et 1 boisseau de froment à la mesure des Essarts,  plus une dîme, à la Boninière (archives de la paroisse aux Archives départementales). On les retrouve dans les comptes du prieuré en même temps que la dîme affermée.

Les ressources relevées en plus dans les comptes du prieuré de 1671 à 1725 sont (32) :
-          un droit de terrage valant 10 boisseaux à la Brossière en 1700.
-          une rente de 2 boisseaux seigle à la Chevaleraye, en plus du boisselage, et longtemps non payée jusqu’en en 1700.
-          une rente de 2 sols 6 deniers à la Jaumarière en 1671.
-          une dîme à la Mancelière en 1700. Elle cessera d’être prélevée par la suite et sera supprimée dans l’arrangement sur la fin du service religieux de la chapelle de Fondion en 1786 entre le prieur et le seigneur de la Rabatelière.
-          Une rente de 1 boisseau seigle à la Milonnière en 1700.
-          Une rente de 1 boisseau seigle au Plessis le Tiers en 1700.

Grange aux dîmes de l’abbaye d’Ardenne
Toutes ces ressources sont relevées sur des périodes différentes, et il faut les additionner avec prudence, car certaines, très faibles, ont connu des prélèvements intermittents. Néanmoins le total fait environ 160 livres au milieu du 18e siècle. Il est impossible d’évaluer les dîmes, très variables suivant l’élevage pratiqué dans les villages. Néanmoins les rares valeurs notées ne sont habituellement que de quelques livres.

A ces redevances il faut ajouter des fermes de terres à différents particuliers. Ainsi on sait que le prieuré disposait d’environ 5 ha de terres dans le bourg et environs à la veille de la Révolution, pouvant lui rapporter une centaine de livres.

On a indiqué un moulin appartenant au prieuré dans un aveu du Coin aux Essarts en 1550. Il n’apparait pas dans les comptes et n’a pas fait l’objet d’une vente particulière en tant que bien national. Son existence reste une inconnue non élucidée. Même l’inventaire après-décès en 1666 des papiers de Pierre Moreau ne nous donne pas d’informations à son sujet. On y trouve la mention des quittances pour réparation d’un moulin de la Porcelière, du moulin de Sallé (page 144), et du moulin de Badon de la Rochette (page 149). Mais les papiers concernaient normalement ses biens propres et non pas ceux du prieur.

La métairie de Fondion dépendait du prieuré et lui apportait la part la plus importante de ses revenus. En 1742 le prix annuel en argent de la ferme était de 200 livres, de 270 livres en 1764 et 400 livres en 1778. On a un exemple semblable de hausse pour la métairie de la Boutinière à cette époque. La hausse ne peut pas relever que de l’ajustement de l’offre et de la demande. S’y ajoute probablement une amélioration de la mise en valeur de la métairie. On pense à l’extension de l’élevage, à cause des prairies naturelles situées près d’un ruisseau dans les deux cas, sinon à l’extension des plantes fourragères. Par ailleurs les techniques agricoles n’ont pas changé dans cette période.

Le droit de boisselage en 1700 est comptabilisé ainsi : « blés dus à cause du boisselage de chaque métairie et borderie 1 boisseau. Monte à 60 boisseaux ». Cela faisait donc 60 métairies et borderies dans la paroisse, sans compter les villages de Chauché contribuant à Chauché normalement. Dans une étude de Marcel Faucheux publiée en 1953 (33), on relève que vers 1770, le boisselage rapportait 119 livres par an à Saint-André-Goule-d’Oie. Les droits ne bougeaient pas, ce qui voudrait dire que le morcellement des exploitations avait conduit à en multiplier le nombre par deux au cours du 18e siècle. Nous n’avons pas pu le vérifier, mais ce ne serait pas étonnant au vu des morcellements observés dans les tènements au cours de la période.

Les frontières officielles entre paroisses reprenaient tous leurs droits dans le domaine des finances. A preuve cette ligne : « la maison nommée paroisse de la Rabatelière devait une rente de 2 boisseaux ». La paroisse de la Rabatelière avait été créée en 1640 en prenant une partie de territoire de Chauché et de Chavagnes. A Saint-André-Goule-d’Oie elle avait pris le village de la Bordinière. Sa redevance était apparemment remboursée au prieur de Saint-André par « la maison nommée paroisse de la Rabatelière ». 

La Boninière derrière le moulin de la Bourolière
Il reste les grosses dîmes, prélevées sur les récoltes, pour lesquelles nous n’avons qu’un document concernant le champ des Echardettes à la Boninière, contenant 2 boisselées, pour lequel le prieur recevait une dîme en 1783. Dans le même tènement, le champ du Fief du Moulin, contenant 1 boisselée et 58 gaulées avec ses haies, ne donnait pas lieu au paiement de la dîme (34). Ces grosses dîmes étaient donc prélevées sur une partie du territoire dans une logique qui nous échappe en l’état actuel de notre documentation locale.


Dans son étude déjà évoquée, Marcel Faucheux indique qu’en 1770, le revenu total de la paroisse de Saint-André est 829 livres, important pour une paroisse de 1 200 âmes environ. Il indique que l’ordonnance de Charles IX du 16 avril 1571 avait fixé la portion congrue à 120 livres. Le montant fut ajusté ensuite à 150, puis 200 livres. En 1686 et 1690 : 300 livres. La déclaration du parlement de Paris du 29 janvier 1686 édictait les points suivants :
-          La portion congrue des curés et vicaires perpétuels est fixée à 300 livres et celle des vicaires à 150 livres.
-          Outre ce montant, les curés ont les offrandes, honoraires, droits casuels et dîmes novales formées depuis leur option de portion congrue.
-          Les évêques fixent le nombre nécessaire de vicaires.
-          La portion congrue est exempte de toutes charges.
-          Le paiement est exécuté par les décimateurs ecclésiastiques. Subsidiairement ceux-ci affectent les dîmes inféodées.
-          Les conflits sont soumis aux sénéchaux ou baillis, sauf l’appel au parlement.
Donc tout ne restait pas au prieuré de Saint-André, la plus grande partie remontait à l’autorité ecclésiastique dont dépendait la cure, et le prieur percevait la portion congrue.

La fin du prieuré au 18e siècle


Le prieur Moreau de Saint-André avait contesté à l’abbé de Nieul le droit de présentation au prieuré, mais il fut obligé de s’incliner par acte de transaction en 1653 (35). Il avait raison avant l’heure, car au début du 18e siècle, les chanoines de Nieul furent sécularisés. On voulait les incorporer avec leurs revenus (menses abbatiale et conventuelle) au chapitre de la Rochelle formé d’un clergé séculier. « Louis XIII (et Richelieu) voulurent installer un évêché à La Rochelle dès la fin du siège de cette ville, alors protestante et rebelle au roi. Le pape accéda à leur demande vingt ans plus tard, en 1648, en faisant entrer l’Aunis, tiré du diocèse de Saintes, dans ce diocèse sans tête qu’était devenu Maillezais. Il fallut encore près de vingt ans pour vaincre la résistance de religieux qui défendaient leurs intérêts : c’est en 1666 seulement que le dernier évêque de Maillezais devint le premier de La Rochelle » (36). Une bulle du pape en 1715 prévoyait que les ressources de l’abbaye de Nieul-sur-l’Autise, donc celles aussi provenant du prieuré de Saint-André, profitent ensuite au chapitre cathédrale de la Rochelle. Et le droit de présentation aux prieurés-cure est passé de l’abbé de Nieul à l’évêque de la Rochelle (37). Mgr de Lescure, évêque de Luçon jusqu’en 1723, et grand ami de l’évêque de la Rochelle, obtint cependant pour ses successeurs le droit de nommer à toutes les cures dépendantes de l’ancien monastère de Nieul, et situées dans le diocèse de Luçon (38). À partir de là le nom de prieuré que l’on continuait de donner à la cure de Saint-André n’avait plus lieu d’être, mais le mot resta employé par habitude jusqu’à la Révolution. Ensuite on désigna les lieux de maison curiale, ou de presbytère ou de cure selon les habitudes des desservants dans leurs écrits.

Les prieur-curés aux 17e et 18e siècles à Saint-André-Goule-d’Oie


On connait les prieurs de Saint-André par les archives diocésaines et le dictionnaire des Vendéens. Notre approche a été de les compléter par la consultation des registres paroissiaux, conservés pour Saint-André à partir du 17e siècle. Ils avaient été rendus obligatoires par l’ordonnance de Villers-Cotteret de 1539, mais la destruction des archives nous prive de toute information sur le sujet jusqu’à une date variable suivant les paroisses. Nous avons établi la liste des prieurs de Saint-André jusqu’à la Révolution. Pour le 19e siècle voir notre article publié sur ce site en novembre 2018 : La fabrique de Saint-André Goule-d’Oie au 19e siècleOn se reportera au dictionnaire des Vendéens sur le site des Archives de Vendée, pour leur biographie.

Registre paroissial de Saint-André 
(page 1) Archives de Vendée
François Baudry (1603-1639)  
Il tient le premier registre paroissial conservé de la paroisse à partir du 1e janvier 1603. La dernière signature de François Baudry est du 25 juin 1637 (vue 96 du registre des baptêmes accessible sur le site internet des Archives de Vendée. Ensuite on a le vicaire Pierre Desfontaines qui signe jusqu’au 24 octobre 1638 (vue 98). Le 3 octobre 1621 (vue 59 du registre paroissial) le curé F. Baudry a participé à la messe à Mouchamps en présence de Richelieu, évêque de Luçon.

L’évêché de Luçon notifia le 8 février 1635 aux paroisses de Chauché, Chavagnes et Saint-André l’érection de la Rabatelière en paroisse. Saint-André ne céda qu’une faible part de son territoire à cette occasion : le village de la Bordinière. Cette création ne fut définitivement officielle qu’en 1640. Les paroisses diminuées par cette décision continuèrent néanmoins à toucher les revenus correspondant aux parts des territoires abandonnés. Le curé de la Rabatelière percevait sa portion congrue des mains du seigneur de la Rabatelière, qui avait payé la construction de l’église et du presbytère et assurait leur entretien. En 1759 le curé lui payait 5 sols pour l’hommage au titre du presbytère, et il recevait de lui 250 livres au titre de sa portion congrue (39).

Louis Fradet (1639)  
Le dictionnaire des Vendéens l’indique curé de Saint-André de janvier 1639 à 1642 sur la base des Archives du diocèse. En réalité il signe comme vicaire 3 actes sur le registre des baptêmes de Saint-André en janvier 1639 (vue 98), puis comme curé le 27 janvier 1639 (vue 98) jusqu’au 27 mars 1639 (vue 99), et un autre acte isolé le 25 juillet 1639 (vue 100), et son écriture disparait ensuite.

Pierre Moreau (1639-1665)
Il signe le registre de Saint-André-Goule-d’Oie, dont il était originaire, à partir de septembre 1639 régulièrement comme curé. Il avait été vicaire de Saint-André de 1622 à 1626, puis curé de Bessay de 1727 à 1639. Nous avons déjà décrit le personnage en raison d’une abondante documentation sur sa famille, récupérée par un de ses neveux, René de Vaugiraud. Et les archives de Vaugiraud se trouvent dans le chartrier de la Roche Guillaume aux Archives de Vendée.

Gentien Guymont (1666-1685)
Né dans le diocèse d’Orléans. Ses comptes du prieuré sont conservés aux Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers.

Nicolas Prousteau (1685-1692)

René Derotrou (1692-1699)
Provenant du diocèse d’Angers.

François de Meules et Etienne Goischon (1699)
Le dernier acte du curé Derotrou est du 18 mai 1699 (vue 34) sur le registre paroissial. L’acte suivant du 8 juillet 1699 (vue 34) est signé de « de Meules prêtre prieur de Saint-André-de-Goule-d’Oie ... ai commencé mes fonctions curiales le jour précédent la fête de la Pentecôte ». Il signe son dernier acte le 7 août suivant (vue 35), et dès le 14 aout apparait l’écriture d’Etienne Goischon (vue 35), signant « prieur de Saint-André-Goule-d’Oie ». Comme son prédécesseur celui-ci ne resta pas longtemps, car il sera remplacé sur le registre par Pierre Lemaçon dans un acte du 14 décembre 1699 (vue 37). Etienne Goischon est bien indiqué prieur de Saint-André dans cette courte période dans le dictionnaire des Vendéens. En revanche le prieur de Meules est ignoré. Et il serait mort peu après son arrivée à Saint-André (40). Une famille de Meules a été seigneur de la Durbelière (Deux-Sèvres) au début du 18e siècle, par mariage avec les Rorthais. Ces derniers ont possédé le fief de la Parnière (Brouzils) et des droits par indivis à Chauché (Vrignonnière et Limouzinière). Peut-être un rapprochement est à faire entre les seigneurs de la Durbelière et le prieur de Saint-André, que nous avons tenté sans y parvenir.

Pierre Lemaçon (1699-1719)
Métairie de Fondion
En mai 1699, le seigneur de Languiller proposa à la chapelle de Fondion René Derotrou, qui venait de quitter le prieuré de Saint-André, nommé curé de Vendrennes. Mais celui-ci refusa la proposition du seigneur de Languiller, lequel présenta alors un clerc tonsuré, Philippe Jacques Viaud, qui prit possession du bénéfice le 20 septembre 1701 (40). Pierre Lemaçon contesta cette nomination de Philippe Viaud auprès de l’évêque. Mais on n’a pas le dossier de ce conflit. Les seigneurs de Languiller cessèrent ensuite de revendiquer la présentation du chapelain de Fondion. Ce dernier redevint naturellement le prieur de Saint-André.

En l’année 1705 sur le registre paroissial (vue 113), on voit la signature de « P. de Lalande, archidiacre de Pareds ». Il marque ainsi sa visite paroissiale, l’occasion de rappeler que depuis l’origine la paroisse de Saint-André était rattaché à l’archidiaconat de Pareds (Jaudonnière), et non pas le doyenné de Paillers.

Nicolas Réaud de Saint-Germain (1719-1733)
Il est né dans le diocèse de Saintes. En octobre 1719 (vue 44) le registre montre une série d’enterrements suite à une épidémie. Il a été inhumé dans le chœur de l’église paroissiale de Saint-André le 14 février 1733 (vue 132). Dans l’acte d’inhumation on apprend qu’il était doyen de la conférence de Mouchamps, dont faisaient aussi partie les curés des paroisses de Vendrennes et de Sainte-Florence.

Jean Baptiste Vitet (1733-1742)
Né dans le diocèse de la Rochelle, il a été inhumé dans l’église de Saint-André le 24 juillet 1742 (vue 250).

Charles François Musset (1742-1760)
Né à Montaigu dans une famille de bourgeois, son frère était chirurgien apothicaire à Montaigu. Il a été inhumé dans l’église paroissiale le 4 avril 1760 (vue 180).

François Chevreux (1760-1783)
Né à Saintes, son père était boucher. Il fut nommé en 1783 chanoine du chapitre cathédrale de Luçon et refusa de prêter le serment en 1791 à la constitution civile du clergé. Il fut incarcéré à Fontenay puis libéré en 1796. Il mourut à Saintes en 1812. Sous son ministère on relève sur le registre de Saint-André le baptême d’un enfant trouvé à la Brossière le 20 mai 1767 (vue 249).

Louis Marie Allain (1783-1797 et 1804-1816)
Il est né à Bressuire. Il refusa de prêter le serment à la constitution civile du clergé, échappa à la déportation des prêtres et se cacha dans les environs à partir de juillet 1792. Il assura son ministère clandestinement jusqu’au traité de la Jaunaye en 1795, où il revint à la cure de Saint-André, protégé par une lettre du général républicain Hoche. À la reprise des persécutions en septembre 1797 il se cacha à nouveau mais fut capturé et emmené prisonnier à Rochefort pour y être déporter vers la Guyanne suivant les mœurs pénales de l’époque. Il réussit à s’évader et se cacha on ne sait où. Il réapparut après le coup d’Etat de Napoléon en 1801 à Saint-Mars-la-Réorthe où il fut un temps desservant de la paroisse. En novembre 1804 il fut nommé à nouveau curé de Saint-André-Goule-d’Oie. À la fin de 1816 il fut nommé curé de Boufféré, puis doyen de Montaigu en 1818, où il mourut en 1823.

Le presbytère bien national avec la Révolution française


La vente des biens du clergé commença en 1791 à Saint-André comme partout ailleurs. On vendit en premier la métairie de Fondion, avec la chapelle Saint-Laurent attenante à ses bâtiments et alors en ruine. L’ensemble avait presque toujours été géré comme une annexe du prieuré, mais cela fut confirmé officiellement par une transaction de 1786, entre le dernier prieur et le dernier « patron » de la chapelle, alors le seigneur de la Rabatelière. Voir à ce sujet notre article publié sur ce site en novembre 2014 : La chapelle et la métairie de Fondion à Saint-André-Goule d’Oie;

On vendit aussi la borderie du bourg, appartenant au prieuré. Elle comprenait environ 7 boisselées de pré et 36 boisselées de terres et jardins dans le bourg (5,2 ha au total). Il est assez probable que cette surface s’était agrandie au fils du temps depuis le Moyen Âge, avec des acquisitions et des donations. En témoigne un arrentement d’une pièce de terre appelée l’Ouche du Cimetière en 1692, par le prieur Pierre Derotrou (41). De même aussi sans doute pour les rentes dues au prieuré, dont la plus importante (112 boisseaux de seigle par an) était versée par les teneurs du Fief du Prieuré, un espace situé près des Gâts et de la Brossière. Et on a aussi le legs d’une rente foncière annuelle (42).

Le presbytère et l’église furent achetés en 1796 par François Fluzeau le jeune (1763-1824) pour 1 124 F, une valeur très faible. Nous pensons que ce fut un achat de complaisance dans le but d’en faire retour plus tard à une entité ecclésiastique à retrouver. En désaccord avec l’autorité municipale cantonale après le coup d’Etat jacobin de septembre 1797, Fluzeau n’honora pas tous ses paiements. Et les biens furent à nouveau vendus à un patriote plus sûr en 1798 pour 23 200 F. Mais le prix comprenait l’ancienne borderie, qui elle aussi n’avait pas été payée par l’acquéreur (J. de Vaugiraud), lui aussi très engagé dans les rangs vendéens pendant la guerre de Vendée.

A l’instauration de la paix religieuse par Napoléon, un groupe de paroissiens fit l’acquisition de l’église avec sa sacristie pour 300 F le 13 avril 1801. Un autre groupe plus large de paroissiens racheta le presbytère le 26 novembre 1801 pour 1 324 F (43). Nous avons raconté le détail de ces affaires dans notre article publié sur ce site en mars 2017 : La vente des biens du clergé à Saint-André-Goule-d’Oie. L’église et le presbytère furent considérés comme appartenant de fait à la fabrique ensuite, sans qu’on ait trouvé d’actes lui transférant cette propriété de la part des deux indivisions de propriétaires acquéreurs. Ces actes ont peut-être existés, car ils étaient théoriquement nécessaires, et les « manques » dans les archives en laissent la possibilité. La fabrique les a entretenus comme ses biens propres tous au long du 19e siècle, sous la tutelle du préfet, et ils lui furent confisqués en 1906 au profit de la commune.

On a une situation juridiquement plus claire à la Rabatelière pour le presbytère, malgré un cheminement sinueux. D’abord l’acquéreur de bien national, Louis Merlet, commissaire cantonal de Saint-Fulgent en 1796, a acheté cette cure avec sa borderie le 2 prairial an 6 (2 mai 1798), la mettant en fermage ensuite. Il l’a revendue le 23 germinal an X (13 avril 1802), a un collectif de 7 propriétaires de la commune, lesquels l’ont revendue à nouveau le 8 fructidor an 11 (26-8-1803), à la châtelaine des lieux, Mme de Martel. Enfin cette dernière en a fait donation à la commune le 24 juillet 1808, après acceptation de cette donation par décret impérial du 11 janvier précédent, signé de l’empereur Napoléon en personne (44). On n’ira pas jusqu’à saluer la prescience de la châtelaine quand on se rappelle que la loi de 1905 attribua les simples églises paroissiales aux communes. Simplement, commune et fabrique ne constituaient pas alors des entités juridiques aux enjeux politiques importants. Il fallut pour cela que les républicains et les catholiques entreprennent une lutte politique à la fin du 19e siècle. Cette Mme de Martel, qui habitait Nantes, a d’ailleurs participé au rachat de la cure de Saint-André, comme la châtelaine de Linières, et au même titre de gros propriétaire foncier dans la paroisse.

A Chavagnes la cure avait été incendiée pendant la guerre de Vendée et l’emplacement avec ses ruines ont été achetées par un voisin, Pierre Bonaventure, comme bien national le 14 thermidor an 4 (1-8-1796). Il en a revendu une partie à deux autres particuliers, qui l’ont mis à disposition du desservant de la paroisse, Louis Marie Baudouin. Ce dernier a payé la reconstruction du bâtiment et l’a racheté ensuite pour 200 F seulement en 1808. Il l’a acheté pour le petit séminaire qu’il venait de créer, à la charge pour lui de loger le desservant de la paroisse, « sans que la commune soit obligée de lui en fournir un autre » (45). Et il a rétrocédé cette acquisition personnelle, avec 6 autres faisant partie du domaine du séminaire de Chavagnes, à l’évêché de La Rochelle le 8 novembre 1808, après autorisation par décret de Napoléon signé à Erfurt le 5 octobre 1808.


Le presbytère de Saint-André, transféré en 1892 au logis du bourg, échappe à l’inventaire de 1906


Depuis des temps très anciens remontant au moins avant 1650, le presbytère de la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie était un bâtiment adossé à l’église paroissiale au milieu du bourg, côtés est et nord de la vieille église. On l’y trouve ainsi au moment de sa vente comme bien national en 1796. A une date non repérée au début du 19e siècle la commune avait installé dans les bâtiments du vieux prieuré la classe unique de l’école des garçons, jusqu’en 1873 où on construisit dans le bourg une nouvelle école avec la mairie et un logement pour l’instituteur. Auparavant la commune louait une maison dans le bourg pour loger l’instituteur. Quand on construisit une église neuve en 1875/1876 à la place de l’ancienne, un peu décalée vers l’ouest semble-t-il, on sauvegarda les bâtiments du presbytère, toujours entretenus par la fabrique de l’église paroissiale.

Le logis du 17e siècle, version 2019
Dans la police d’assurance contre l’incendie en 1883, la cure, construite en pierres et la couverture du toit en tuiles, était estimé 20 000 F, avec une description sommaire de sa contenance : « cuisine, salle, salon, chambre à coucher avec couloir, un premier étage avec chambre à coucher et fruitière. Un autre bâtiment comprenait bûcher (rangement du bois de chauffage), cellier et grenier au-dessus, remises. Enfin une écurie avec grenier sur l’écurie et sur une remise, buanderie, poulailler, lieu d’aisances, toit à porcs » (46).

« Le dimanche 11 septembre 1898, la commission municipale et fabricienne de Saint-André-Goule-d’Oie a constaté l’état de délabrement et l’insuffisance du presbytère. Monsieur le curé jouira dudit immeuble comme sacristie de décharge jusqu’à ce que la fabrique ou la commune puisse reconstruire le presbytère ou l’acquisition de la maison du Vieux Logis. En foi de quoi ont signé tous les membres présents » (47). Cette « commission municipale et fabricienne » n’était que la réunion ensemble des deux instances, juridiquement bien séparées depuis les lois issues de la Révolution et du Concordat avec le pape. La loi imposait aux communes l’obligation de fournir un presbytère aux desservants des paroisses, et aux fabriques leur entretien (décret du 30-12-1809). S’agissant d’une décision aussi importante, et compte tenu des lois, on se réunit ensemble comme au temps des réunions du « général de paroisse » et des fabriques de l’Ancien Régime.

Le texte acte la fin du vieux presbytère, trop vétuste, et la nécessité d’en trouver un autre. Il a vraisemblablement pour but de constituer une pièce dans le dossier adressé aux autorités préfectorales ayant un contrôle à priori sur les décisions des communes. Car l’achat du logis du bourg était déjà fait par le curé Verdon auprès de son nouveau propriétaire depuis le 21 octobre 1897. Ce dernier était Augustin Auriault, demeurant à Mirebeau dans la Vienne, qui avait profité de la mise en vente forcé du domaine de Linières, dont le logis du bourg faisait alors partie, par le tribunal de la Roche-sur-Yon. Il en était propriétaire depuis le mois d’avril 1897 et chercha à vendre une partie du domaine, comme ce fut le cas des métairies du bourg et des Noues. D’ailleurs il revendit le domaine de Linières l’année d’après, donnant l’image d’un simple spéculateur. Il y avait donc une opportunité à saisir pour les édiles de Saint-André. On ne sait pas quand le propriétaire de Linières avait acheté le logis du bourg à Charles de Tinguy du Pouet, que la famille de ce dernier avait acquise des héritiers d’Aimé de Vaugiraud vers les années 1820. La date de l’acquisition par le propriétaire de Linières se situe au temps d’Amaury-Duval, ou de ses successeurs Eugène de Marcilly puis ses fils, dans les années 1880/1890.

Ce qui surprend dans cette vente du logis c’est l’acquéreur : le curé, et la faible somme : 11 000 F. Dans l’inventaire des biens de la fabrique en 1906 on ne trouve pas le presbytère, mais on y trouve l’église dont elle avait intégralement financé la construction. On doute que le curé Verdon ait prit la décision d’acheter sans l’accord de sa hiérarchie, qui devait avoir une prémonition sur ce qui se passerait 8 ans plus tard, c’est-à-dire la confiscation des biens des fabriques en 1905. On n’épiloguera pas sur le faible montant, s’agissant d’un acte passé devant le notaire de Chantonnay, choisi par le vendeur, et devant être enregistré « aux Hypothèques » pour payer les droits de mutations.  

La vente concernait le logis lui-même consistant alors en plusieurs pièces au rez-de-chaussée et un grenier au-dessus, et une cour et des bâtiments de servitude y attenant. Un jardin était situé au-devant du logis, devenu aujourd’hui un parking, et un pré se situait à l’arrière devenu un terrain de sport plus tard, le tout d’un seul tenant et couvrant 1 ha 81 ares 90 ca. Une petite parcelle de terre était comprise dans la vente, située en bas du bourg au-delà du ruisseau, alors sur la commune de Chauché. Une précision : « M. Auriault se réserve expressément la grange et les toits de chaque côté qui se trouvent sur la cour. Il devra les faire démolir et enlever les matériaux d’ici le 1e janvier 1899. La construction seule est réservée, et son emplacement est compris dans la présente vente et demeurera la propriété de l’acquéreur » (48).

Nouveau logis
Le 10 février 1898 le préfet autorisa le curé Verdon à reconstruire le mur de clôture de son jardin le long du chemin de grande communication no 103 des Essarts à Saint-Fulgent dans la traversée du bourg de Saint-André-Goule-d’Oie (49). S’agissant de travaux le long d’une voie publique, cette autorisation à un particulier était nécessaire à l’époque. 

Alphonse Verdon vendit le presbytère à une date non connue au fils du maire de Saint-André, Bernard Grolleau. Et en 1924 celui-ci fit une attestation sous seing privé : « Je soussigné Grolleau Bernard, demeurant au Coudray, commune de Saint-André-Goule-d’Oie, reconnait que la propriété du Vieux Logis, que j’ai acquise par acte de vente de M. l’abbé Alphonse Verdon, qui sert de presbytère, en réalité ne m’appartient pas. Je n’en suis que le propriétaire légal. Elle appartient à l’église de Saint-André-Goule-d’Oie et aux prêtres qui desservent la paroisse. Fait à Saint-André-Goule-d’Oie le 3 janvier 1924 ». L’original a été remis à l’évêché le 22 juillet 1924 et une copie conservée dans les archives du presbytère (50). On devait avoir confiance en l’homme Bernard Grolleau, en plus d’être considéré comme bon chrétien et assez fortuné pour payer les impôts fonciers. On sait que le même « possédait » dans les années 1940 l’école des garçons, celle des filles et une maison dans le bourg, en réalité des biens d’Eglise et qu’il en  fit l’apport en 1954 à une association diocésaine à vocation de gestion de biens immeubles. Bernard Grolleau fit apport de la cure à une association diocésaine le 15 décembre 1941 (51).

La fin du prebytère


Voulant aménager un terrain de football en 1965 dans la prairie de la cure, la municipalité dû obtenir bien sûr l’accord de son propriétaire, c’est à dire l’association diocésaine (52). Le curé Remaud, lors de la bénédiction du terrain par le chanoine Retailleau, vicaire général, le 28 mai 1967 c’est-à-dire après un an de mise en service, affirma que « le terrain appartient à notre évêque par l’association diocésaine ». Il avait raison. Et il souligna l’apport de l’Eglise au monde à cette occasion, louant le sport et n’hésitant pas à faire sienne la formule : « une âme saine dans un corps sain » (53).

A la demande du conseil municipal de Saint-André dans une délibération du 17 février 1972,  l’association diocésaine de Luçon vendit à la commune le 31 octobre 1972 une partie du jardin de la cure pour une contenance de 7 ares 88 ca 36 ca. L’acte notarié nous apprend que l’association diocésaine propriétaire était une association de la loi de 1901 ayant son siège à Luçon et déclarée le 15 avril 1926 à la sous-préfecture de Fontenay-le-Comte. Elle était représentée à l’acte par le curé Joseph Remaud, tandis que la commune était représentée par  son maire, Pierre Micheneau. L’acquisition avait fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique le 19 juin 1972 pour construire un parking. Le projet datait de plusieurs années et on finit par s’entendre sur le prix de 6 592 F (54). Cette vente fut suivie d’une autre le 8 juin 1973 de 2 ares 61 ca par l’association diocésaine à la commune, toujours pour un parking, moyennant le prix de 500 F (55).

La même association diocésaine vendit le presbytère à la commune le 1e mars 1988, celle-ci représentée par son maire, Roger Maindron de la Chevaleraye. Le bien est sommairement décrit : grande maison, servitudes, cour, jardin, allée et diverses parcelles de terrain, l’ensemble d’un seul tenant pour un total de 1 ha 70 a 68 ca. Le prix convenu fut de 500 000 F (75 000 €), dont 300 000 F payé d’ici un an, et 200 000 F convertibles en la charge pour la commune de mettre à disposition de la paroisse un petit terrain et bâtiment lui appartenant et de l’aménager. Il s’agissait d’une partie du bâtiment de l’ancienne mairie située en face de l’école des garçons. Et l’acte de décrire dans les détails les travaux promis, et destinés à offrir une petite maison paroissiale sans logement néanmoins (56).

La paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie sera regroupée dans une nouvelle paroisse en 1997 : Saint-Jean-les-Paillers, et son église est devenue celle du « relais » de Saint-André-Goule-d’Oie dans la nouvelle organisation pastorale répondant à la diminution du nombre de prêtres et de fidèles.


(1) T. Heckmann, Par un baptême et une confirmation ... 700 ans d’histoire du diocèse de Luçon-Vendée, Recherches Vendéennes no 23, 2017-2018, note en page 36.
(2) Abbé Auber, Saint-Martin-de-Vertou, Société des Antiquaires de l’Ouest (1868), page 48.
(3) Maurice Maupilier, Saint-Fulgent sur la route royale, Herault Editions, 1989, page 83.
(4) Inventaire après-décès en 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de la Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, page 94.
 (5) Charles Arnaud, Petite histoire de l’abbaye de Nieuil-sur-l’Autize, Editions des régionalismes, 2013, page 21.
(6) Françoise Hildesheimer, Rendez à César, l’Eglise et le pouvoir, Flammarion, 2017, page 167.
(7) Mémoire du seigneur de Languiller sur la chapelle de Fondion, vers 1680, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/G 66.
(8) Archives de Vendée, commune de Saint-André-Goule-d’Oie : 139 G 3 et 4, inventaire du 30-10-1787 des titres et papiers du prieuré et de la fabrique de Saint-André-Goule-d’Oie. La date de la pièce datée en 1677 est fausse, ne pouvant être postérieure à 1639
(9) Transaction du 8-5-1776 sur l’hommage du prieuré de Saint-André à la Boutarlière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(10) Archives de la Vendée, inventaires et catalogues en ligne, évêchés et chapitres (XVIe-XVIIIe siècles), administration du diocèse, visites épiscopales (1532-1534), 1 G 38, vue 158 accessible sur le site internet, écrit en latin.
(11) Archives de la Vendée, transcriptions par Guy de Raignac des archives de la Barette : 8 J 87-2, page 173.
(12) Gallica : Répertoire des sources historiques du Moyen Age / par Ulysse Chevalier  Paris 1877-1883, tome 1e, page 2559.
(13) Thierry Heckmann, Par un baptême et une confirmation ... 700 ans d’histoire du diocèse de Luçon-Vendée, ibidem page 22 et 23.
(14) Inventaire après-décès de Pierre Moreau : ibid, page 41.
(15) Archives de la Vendée, transcriptions par Guy de Raignac des archives de la Barette : 8 J 87-2, page 174.
(16) Inventaire après-décès de Pierre Moreau : ibid. page 82.
(17) Inventaire après-décès de Pierre Moreau : ibid. page 67.
(18) Inventaire après-décès de Pierre Moreau : ibid. page 61.
(19) Mémoire de la société des antiquaires de l’Ouest, 1851, page 449, et Hugues du Tems, Le clergé de France, 1774, tome 2, page 469.
(20) Inventaire après-décès de Pierre Moreau : ibid. page 60.
(21) Dictionnaire universel français/latin, 1763, Tome 5, page 581.
(22) Thierry Heckmann, Par un baptême et une confirmation ... 700 ans d’histoire du diocèse de Luçon-Vendée, ibidem page 42.
(23) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 59.
(24) jeanluc.tulot.pagesperso-orange.fr/Plessisdubellay.pdf
(25) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 76.
(26) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 50.
(27) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 58.
 https://books.google.fr/books?id=bANKAAAAMAAJ
(29) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 36.
(30) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 68.
(31) Inventaire après-décès de Pierre Moreau, ibid. page 127 et 154.
(32) Livre des recettes du prieuré commencé en 1671, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 28, chemise IV.

(33) Marcel Faucheux, Un ancien droit ecclésiastique perçu en Bas-Poitou, le boisselage, Potier, 1953, annexe VII : état des 131 cures à boisselage vers 1770, page 71 et s.
(34) Achat du 6-11-1783, de 4 boisselées à la Boninière par Bordron, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/124.
(35) Idem (8).
(36) Thierry Heckmann, Par un baptême et une confirmation ... 700 ans d’histoire du diocèse de Luçon-Vendée, ibidem page 37 et 38.
(37) Charles Arnaud, Petite Histoire de l’abbaye de Nieuil-sur-l’Autize, Editions des régionalismes, 2013, page 42 ; et Histoire du Poitou par Thibaudeau, 1839, page 187.
(38) A. D. de la Fontenelle de Vaudoré, 2e partie, Livre 7e, 1847, Histoire du monastère et des évêques de Luçon, page 692.
(39) Livre des comptes de la Rabatelière (1755-1767) et titres de propriété, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/K 6, pages 88 et 112.
(40) Idem (8).
(41) Ibidem.
(42) Ibidem.
(43) Archives de Vendée, notaires de Mouchamps, étude A, Morisson (an V- an X), vue 613. Transcription par F. Charpentier dans son livre, Chez nous en 1793, Saint-André-Goule-d'Oie, récits d'un vieux Vendéen, éditeur J. Siraudeau à Angers, 1906, page 274 et s. Aussi noté dans l'inventaire de la fabrique de Saint-André le 1-2-1906, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 29, chemise VII : Fabrique, Divers (1876-1956).
(44) Donation de la cure de la Rabatelière du 19-3-1807 à la commune, Archives de Vendée, notaires de Chavagnes, Bouron : 3 E 31/23.
(45) Vente du 2-9-1805 de la cure de Chavagnes au curé Baudouin, Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 31/23.
(46) Estimation du 15-9-1883 des immeubles assurés de la fabrique de Saint-André, ibidem : carton no 29, chemise VIII.
(47) Décision du 11-9-1898 des conseils municipal et de fabrique de rechercher un nouveau presbytère à Saint-André, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 28, chemise IV.
(48) Vente le 21-10-1897 à M. Verdon du logis du bourg de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(49) Arrêté d’autorisation du 10-2-1898 de construire un mur de clôture du jardin de la cure de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(50) Attestation du 22-7-1924 sur le propriétaire de la cure de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(51) Vente du 31-10-1972 du jardin de la cure à la commune de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(52) Accord de 1965 pour aménager le pré de la cure de Saint-André en terrain de football, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(53) Discours du 28-5-1967 du curé de Saint-André pour l’inauguration du terrain de football, ibidem : carton no 28, chemise IV.
(54) Idem (52).
(55) Achat d’un terrain (261 m2) le 8-6-1973 à l’Association diocésaine de Luçon par la commune de Saint-André, ibidem : carton no 29, chemise VIII.
(56) Vente du 1-3-1988 du presbytère à la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, ibidem : carton no 38, chemise transfert de villages.

Emmanuel François, tous droits réservés