mardi 1 octobre 2013

Les seigneurs de la Chapelle à Chauché

Le village de la Chapelle à Chauché est situé près du bourg, le long de la route qui conduit à St Fulgent. Il occupe la pente douce d’un coteau exposé au midi. En bas coule un petit ruisseau prenant sa source plus à l’Est et se jetant non loin dans la Petite Maine, juste à l’endroit où il coule sous la route qui conduit du bourg de Chauché au village de la Limouzinière.

Non loin du menhir du Champ de la Pierre, l’emplacement, l’environnement et l’exposition du village de la Chapelle, suggèrent une histoire très ancienne. Il est probable que s’y construisirent des habitats au temps de la préhistoire.D’ailleurs, un archéologue a trouvé en 1880 au village de la Chapelle une « hache en bronze sans rebord et absolument plate » (1).

Menhir de la Limouzinière                            Vestiges trouvés dans les alentours

On sait qu’une route romaine passait à proximité, et le lieu a été qualifié de villa (2), ce qui désignait au temps des romains une grande ferme avec les habitations de son personnel. Mais il faut attendre le Moyen Âge pour commencer à raconter son histoire à partir de documents écrits. Et cette histoire est celle d’une seigneurie, dépendant de Languiller, son seigneur suzerain aussi à Chauché.

En 1310 Jean Begaud épouse Colette de la Chapelle 


Le fondateur du bourg de la Chapelle « moderne » devait s’appelait Begouin (plus tard écrit Begouen), et il a donné son nom au bourg de la Chapelle Begouin. Nous n’avons pas de document pour l’affirmer avec certitude, mais cette pratique se rencontre suffisamment dans les environs pour s’en convaincre. Ainsi à Saint-André-Goule-d’Oie, un nommé Foucaud à fondé le lieu du Coin-Foucaud, un nommé Loriau a fondé le Coudray-Loriau, un nommé Amauvin a fondé La Roche-Mauvin. Begouin a aussi probablement donné son nom au lieu de la Bégouinière (devenue la Bouguinière), près de la Brosse Veilleteau, tous deux situés aux Essarts. Ces noms des fondateurs accolés aux noms des villages ont disparu pour la plupart dans les documents vers la fin du 18e siècle.

La Chapelle était qualifié de « bourg », le mot est employé encore au 17e siècle dans certains papiers de la seigneurie. Cela signifiait normalement que c’était le chef-lieu d’une paroisse, celle de la Chapelle Begouin. Or l’existence même de cette paroisse avec son église reste problématique dans le temps, et nos recherches continuent sur ce point. Contentons-nous pour l’instant de citer l’abbé Aillery dans sa chronique paroissiale de Chauché à propos de l’église du village de la Chapelle : « suivant la tradition, cette église aurait été d’abord l’église paroissiale dont le chef-lieu aurait été transféré à Chauché » (3). Et ce transfert doit être situé au moment de la première mention de la paroisse de Chauché aux 12/13e siècles dans le pouillé du diocèse de Poitiers, à la même période de la création des paroisses voisines de St André Goule d’Oie et de Chavagnes en Paillers. Dans des documents de la seigneurie de l’année 1693, en revanche, il est indiqué que « l’hôtel noble de la Chapelle [est situé] paroisse de Chauché ».

La Begaudière (St Sulpice le Verdon)
C’est en 1310 seulement qu’apparaît dans les archives consultées le premier seigneur de la Chapelle, Jean Bégaud, par son mariage avec Colette de la Chapelle (4). Le patronyme de cette dernière n’est pas indiqué. Son mari était seigneur de la Bégaudière. Située à Saint-Sulpice-le-Verdon près de la Chabotterie, la Bégaudière était une demeure grandiose au Moyen Âge, selon l’historien Guy de Raignac.

Au moins à partir de cette époque les seigneurs de la Chapelle n’habitent plus sur place et ils confieront la gestion de leurs terres à des régisseurs, comme à la Droslinière voisine (devenue Linière). Ces seigneurs ne sont plus que les héritiers de titres et de domaines créés par le système féodal dans les siècles précédents. Malheureusement, l’absence de documents ne nous permet pas de reconstituer les créations de ces petits fiefs. Nous ne pouvons que suivre ensuite l’évolution, aussi la pérennité, de ce système féodal pendant cinq siècles, jusqu’à son abolition par la Révolution française.

Archives départementales de la Vendée
En 1683, la foi et hommage de la seigneurie de la Chapelle au seigneur de Languiller (Chauché), son suzerain, fut faite sur procuration par Auvinet, fermier de la Chapelle Begouin. On y découvre que celui-ci était analphabète. Dans le texte notarié il est écrit que « le serment et baiser [sont] réservés », sous condition de recevoir « les droits de mutations dus ». Il est vrai qu’avec un fermier ne sachant pas écrire, on n’imagine pas une cérémonie d’hommage entre chevaliers. Et ce sont les notaires qui signent l’acte à sa place (5).

Jean Bégaud et Colette de la Chapelle eurent quatre enfants. L’ainé Geoffroy hérita des fiefs de la Bégaudière et de la Chapelle. Puis ce fut son frère Nicolas, semble-t-il pour un temps, car il était prêtre. Ensuite le fils ainé de Geoffroy, Sauveste Begaud, marié à Isabeau Buor, prit la succession. Et c’est le fils de ces derniers, aussi appelé Sauvestre (ou Sylvestre), marié à Marie Nicolleau, fille du seigneur du Poiré, qui prit la suite dans la lignée des seigneurs de la Bégaudière et de la Chapelle Begouin (6). G. de Raignac ne reprend pas sur ce point les informations de ses prédécesseurs, Beauchet-Filleau et Ch. de Chergé, qu’il devait pourtant connaître.

Nous pouvons compléter ses indications en précisant qu’un Pierre Begaud, rendit aveu pour la Chapelle Begouin en 1499 (7). Il était frère puîné de Sauvestre, selon Beauchet-Filleau. 

Puis les fiefs de Sauvestre passèrent entre les mains de son fils, Jean Begaud. Celui-ci épousa Marie Aymon (fille de Jean Aymon et de Jeanne Gourdeau, seigneur et dame de Pesse et de Loucherie).

Les seigneurs au 16e siècle


Le fils de ces derniers, Christophe, écuyer et seigneur de la Bégaudière et de la Chapelle vers le début du 16e siècle, se maria deux fois, d’abord avec Renée de la Ramée (fille de Jean, seigneur du Breuil et de la Poitevinière près de Montaigu, morte le 31 mars 1547 (8), puis avec Jeanne Poitevin. Avec cette dernière il eut six enfants qui se partagèrent ses biens en 1548. La dernière de ses filles, Louise, était dame de la Chapelle en 1536 quand elle fit sa foi et hommage au seigneur de Languiller le 19 janvier de cette année-là (9). Elle portait toujours ce titre en 1540 quand elle fit son testament. Outre son frère ainé, Jean, on a pu repérer aussi Jacques (mort en 1555) et Jeanne (épouse d’Amaury de Salla), comme frère et sœur (8).

Son successeur en tant que seigneur de la Chapelle Begouin fut son frère ainé Jean Bégaud, lequel avait épousé, le 28 novembre 1531, Madeleine Mauclerc, fille de Guy, écuyer, seigneur de la Muzanchère, et de Catherine Chabot. Il eut pour enfants René et Claude, ce dernier étant l’auteur de la seconde branche des Begaud (4).

Dans un aveu du seigneur de Languiller en 1550, à son suzerain, le baron des Essarts, il est indiqué que le seigneur de la Chapelle s’appelle alors Jean Bégaud (10). Il devait un hommage-lige et un hommage simple au seigneur de Languiller pour son fief de la Chapelle, sous lequel il tenait lui-même en vassalité le fief de la Pitière à Chauché et le fief de la Fraignaie aux Essarts, ce dernier consistant alors en une pièce de terre du tènement de la  Corère (Essarts). 


La Barotière
Sous un autre hommage simple à Languiller, Jean  Begaud tenait aussi le fief voisin de la Barotière, à l’époque appartenant à René d’Aubigné, qui était aussi seigneur de la Péronière et de la Parnière (Brouzils). Déjà à cette époque, les droits de terrage de la seigneurie de la Chapelle sur sept à huit villages des environs étaient souvent perçus en commun, parfois à moitié, avec d’autres seigneurs des environs. Au total nous avons là une seigneurie morcelée dans ses droits seigneuriaux au milieu du 16e siècle, qui avait dû être plus riche dans les temps plus anciens. Elle n’était plus qu’un élément dans le patrimoine foncier de ses propriétaires, extérieurs à Chauché, changeant au gré des mariages et des héritages, et géré au jour le jour par des régisseurs selon les règles du droit féodal.


Poitevinière, moulin à eau
René Bégaud décéda le 13 septembre 1577 (8). Son fils, René Bégaud, dut se justifier de sa noblesse. Il était seigneur de la Bégaudière, de la Poitevinière et de la Chapelle Begouin, et ses terres furent saisies par les fonctionnaires du roi parce qu’il ne payait pas les droits de francs fiefs (perçus auprès de roturiers possédant des terres nobles). Il obtint mainlevée de cette saisie le 27 avril 1582, après avoir produit ses titres de propriétés et leurs antériorités pour prouver sa noblesse. Il avait pour cela remonté jusqu’au début du 14e siècle, au père de Jean Bégaud, le premier seigneur connu de la Chapelle, Pierre Begaud le Vieil. Une conséquence heureuse pour nous de ses déboires, est d’avoir facilité les recherches généalogiques des historiens ensuite.

René Begaud avait épousé le 10 janvier 1566, Marguerite de Machecoul, fille de Jean, seigneur de Vieillevigne, et de Bonaventure d'Avaugour. Comme son beau-père, il était protestant et il combattit dans leurs rangs pendant les guerres de religion. Lors de la prise de Fontenay le Comte par les catholiques en 1574, il fut fait prisonnier et resta enfermé plusieurs années au château des Loches (Indre-et-Loire), jusqu’à la pacification. Son château de la Bégaudière fut incendié pendant sa captivité et ne se releva pas de ses ruines complètement (6).

Henri IV
L’arrivée au pouvoir d’Henri IV en 1589 favorisa sa carrière. En 1595, il est noté comme chambellan et gentilhomme ordinaire de la chambre du roi (11). Cette dernière appellation désigne à cette époque divers emplois au service direct du roi, en principe à l’année (dit « ordinaire »).
Il vivait encore en 1601 (12)

Les seigneurs au 17e siècle


C’est son fils, Gilles Begaud, qui rendit des aveux à Languiller en 1606 et 1617 (13). En 1610, celui-ci « voulu faire bâtir en forteresse au rez de chaussé sa maison de la Bégaudière », mais il essuya un refus de son suzerain, le baron de Montaigu, M. de la Tremoille. A partir de là, la Bégaudière ne fut habitée que par intervalles par ses seigneurs, qui y avaient installé un intendant-régisseur, comme à la Chapelle Begouin (6).

Gilles Begaud ne semble pas s’être marié et après sa mort, après 1623 où il fit une acquisition pour les pasteurs anciens et chefs de famille de la religion réformée, ses sœurs se partagèrent l’héritage. Elles s’appelaient Adrienne, Suzanne et Bonaventure. On ne sait pas ce qu’est devenue Adrienne.

Suzanne, dame de la Begaudière, fut la deuxième épouse d’Honoré de Verrines et hérita de la Bégaudière.

Bonaventure épousa Charles Viaud (ou Viault), écuyer seigneur de Lestorière. Cette seigneurie était située alors sur la paroisse de la Chapelle-Seguin (dans les Deux-Sèvres actuellement, devenue ensuite la commune de l’Absie), près de Moncoutant. Charles Viaud possédait aussi le château de la Papinière, à proximité de la Sèvre nantaise, dans la paroisse voisine de Largeasse. Situés à une centaine de mètre l’un de l’autre, les maisons nobles de la Papinière et de Lestorière appartenaient donc à ces deux paroisses voisines. Chauché se trouvait à environ 75 kms de distance.


Charles Viaud, fils de René Viaud et de Jeanne de Mallemouche, partagea noblement l’héritage de ses parents en 1610, comme aîné, avec ses frères Jacques et Pierre. Par sentence du 13 juillet 1634, Charles Viaud fut confirmé au rang des nobles. Il avait présenté pour cela neuf hommages et dénombrements de la seigneurie de Lestorière, rendus au seigneur de Tennessue en remontant jusqu’à Jean Viaud, qualifié de valet, le 16 avril 1404 (14).

Sa femme, Bonaventure Bégaud, fut mise sous la sauvegarde du roi par arrêt de la cour des Grands Jours de Poitiers (tenue extraordinaire d'une cour de justice, que le Roi faisait présider par un conseiller au parlement de Paris.) du 13 novembre 1634. Cela signifiait qu’elle relevait de la justice du roi, à l’exclusion des autres, ce qui était à l’époque plus qu’un honneur, une présomption d’une meilleure justice. A moins qu’il s’agisse d’une mesure de contrôle sur la fille d’un protestant. Nous ne connaissons pas les raisons de cette décision.

En elle s'éteignit la branche aînée de la famille Begaud. Sa fille, Anne Viaud, épousa Daniel Prévost, seigneur de la Fraignée, avant 1638.

Dans un acte d’arrentement en 1644 d’une pièce de terre appelée la Vigne du Grand Pâtis à la Chapelle, pour quinze boisseaux de seigle, les deux propriétaires en commun sont d’une part Gabrielle de Razais, veuve d’André de Vérinnes autrefois seigneur de la Bégaudière, et d’autre part Daniel Prevost et Anne Viaud (15). André de Vérinnes était le fils de Suzanne Begaud et d’Honoré de Verrines.

Bourg de Saint-Sulpice-le-Verdon autrefois
Dans cet acte on voit Daniel Prevost habiter le château de la Bégaudière à Saint-Sulpice-le-Verdon et sa cousine, Gabrielle de Razais, habite dans le bourg de Saint-Sulpice avec ses enfants. On fait le même constat dans un acte notarié de transaction daté de 1641.

Indiquons tout de suite que Pierre de Verrines, fils de Gabrielle de Razais, fut seigneur de la Bégaudière et vendit ce domaine en 1669 pour payer ses dettes (6).

Au partage des biens entre les cousins, Daniel Prevost devint le seul seigneur de la Chapelle. Il était seigneur de la Fraignée comme son père, mais son fils n’est désigné uniquement que comme seigneur de Lestorière.

Sur la seigneurie de la Fraignée, comme sur celle de Lestorière, on ne sait presque rien. On relève seulement qu’en 1491, un Mathurin Prevost, seigneur de la Fraignée, est capitaine de Saint-Maixent (16). De plus, Colbert de Croissy, dans son rapport au roi de 1664 écrit qu’il existe en Poitou toute une noblesse de niveau moyen, catholique ou protestante, et « parmi ceux de la RPR (religion prétendument réformée, désignant ainsi le protestantisme dans le langage officiel de l’époque) le sieur Prévost de la Fraignée est un vieux gentilhomme fort considéré parmi ceux de la RPR il réside ordinairement à Montaigu, en Bas-Poitou ; a servi, en son temps, assez bien ; est considéré dans sa religion et parmi les gentilshommes, qui le prennent souvent pour arbitre. Il serait encore propre à commander. Il a perdu plus de 50,000 écus au jeu. » (17). Nous n’avons pas pu établir si ce vieux gentilhomme de 1664 est aussi le seigneur de la Chapelle ou un de ses parents, mais un lien existe probablement avec lui.


Miniature du 15e siècle : Bataille d'Azincourt
L’historien G. de Raignac indique qu’il existe de nombreuses branches de la famille Prevost en Bas-Poitou. Connue depuis la fin du 13e siècle, cette famille est de celles, selon lui, qui ont pris la relève à partir du 14e siècle des anciennes familles féodales décimées dans les défaites désastreuses de Crécy et Azincourt (15). La branche qui existe toujours est celle de la Boutetière, dont fait d’ailleurs partie le dernier propriétaire du domaine de Linières au début du 20e siècle.

Au début du 16e siècle on repère une famille Prevost au Bignon de Chauché, rendant aveu à la seigneurie de la Merlatière. Elle a probablement un lien avec le nouveau propriétaire de la Chapelle, mais sans que nous ayons pu l’établir, malgré les recherches de G. de Raignac sur les Prevost du Bignon (18).

Daniel Prevost, seigneur de la Chapelle, était déjà veuf en 1658 (19). De son premier mariage il eut trois enfants : Daniel, Renée et Jeanne. Renée épousa Jean Sermonton qui fut un temps seigneur de la Chapelle (13). Jeanne épousa le seigneur Vaz de Mello (famille d’origine portugaise établie en Bas-Poitou). Leur père se remaria avec Gabrielle Le Geay.

Leur frère Daniel épousa le 25 mars 1674 Marie Brunet à Fontenay-le-Comte (20). Le marié est « seigneur de Lestorière, demeurant ordinairement en sa maison noble de Lestorière, paroisse de Largeasse, écuyer, fils de messire Daniel Prévost, chevalier, seigneur de la Fraignée et de feue dame Anne Viaud, ses père et mère, majeur ». Le père de la mariée s’appelle Mathurin Brunet, écuyer et seigneur de la Raslière, habitant la paroisse du Payré (devenue Foussais-Payré, près de Mervent, en 1968). Sa mère s’appelle Suzanne Massé.

Louis Armand Prévost vend son fief au seigneur de la Rabatelière en 1729


Daniel Prévost succéda à son père Daniel vers 1683 (4) comme seigneur de la Chapelle Begouin. Il l’est toujours dans un acte de 1700 (8). Après cette date, c’est son fils et unique héritier (19) qui lui succède comme seigneur de la Chapelle Begouin. Dans le chartrier de la Rabatelière, la première mention de ce fils, Louis Armand Prévost, écuyer seigneur de Lestorière, la Raslière, la Chapelle et autres lieux, apparaît en 1723 (21), mais il est probable qu’il avait hérité de son père avant cette date.

Médaille de chevalier de l'ordre de St Louis
Ce fils fit une brillante carrière militaire, étant en décembre 1715 colonel (maréchal de camp d’infanterie) pour sa majesté d’un régiment d’infanterie à son nom. Plus tard il devint chevalier de l’ordre militaire de St Louis. Lui aussi demeura comme son père au château de la Raslière près de Mervent.

Dans l’année 1717 il confia au notaire des Essarts, François Verdon sieur de Mesnière (ou Megnière), le « pouvoir de veiller à la conduite des revenus de la terre de la Chapelle Chauché et d’en tenir les assises » (22). C’est dire qu’il n’avait pas le temps de s’occuper de sa terre de Chauché. Qui plus est, le notaire se plaignit jusqu’en 1740 de n’avoir pas été payé de ses services !

Et Louis Armand Prévost vendit la seigneurie de la Chapelle le 14 février 1729 à M. Montaudouin (23) pour 27 000 livres. La vente eut lieu chez des notaires du Châtelet de Paris, M. de Lestorière habitant alors dans cette ville, même si sa demeure ordinaire était au Payré en Bas-Poitou. L’acquéreur se fit représenter par un compatriote nantais, Charles Bouchaud, qui avait une habitation à Paris, étant député de Nantes au Conseil de Commerce de Paris (24). Il s’appelait René Montaudouin de la Clartière, écuyer seigneur des Bouchauds, la Basseville, les Touches, la Rabatelière et autres lieux, demeurant au lieu de la Fosse à Nantes, paroisse de St Nicolas. Il portait le titre de conseiller-secrétaire du roi, maison et couronne de France et de ses finances près le parlement de Bretagne, qu’il avait acheté, cette charge conférant la noblesse (25). Il continua le commerce maritime de son père, faisant des armements nombreux sur l’Afrique, l’Amérique et la pêche à la morue (24). Il avait acheté la vicomté de la Rabatelière à Pierre Bruneau le 10 octobre 1725, pour un montant de 150 000 livres. Cette branche des Bruneau de la Rabatelière avait su se constituer par achats successifs un vaste domaine érigé en vicomté, suscitant aussi la création de la nouvelle paroisse de la Rabatelière en 1640. Ce dernier acheta plus tard la seigneurie de Languiller à Chauché en 1745.

Au moment de cette vente en 1729 le fief de la Chapelle Begouin comprenait, outre l’hôtel noble dans le bourg de la Chapelle et ses droits seigneuriaux, une métairie à la Chapelle (Hermouet métayer), une borderie (exploitée en régie par Orion) et divers bois taillis, ainsi que la métairie de la Borelière (Guesdon métayer).  Il y avait aussi des « droits de fiefs sur le bourg de la Chapelle, Barotière, Girardière, la Boule, Brosse Veuilleteau », plus « les terrages de la Benetière, Naulière, Barotière, la Boule, Brosse Veilleteau et autres ». L’acte de vente comprend « tous fiefs dépendant de la Chapelle », mais sans les citer. En revanche il énumère avec précision seize rentes dues en céréales à la seigneurie de la Chapelle.

Les Montaudouin de la Rabatelière au 18e siècle 


Avec son épouse Marie Bertrand, René Montaudouin eut sept enfants. Il était mort (subitement vers 1733) quand sa veuve intenta un procès devant la justice du Châtelet de Paris contre Louis Armand de Lestorière (20). Elle reprochait à ce dernier de ne pas lui avoir donné les titres de propriété de la Chapelle Begouin après la vente, conformément au contrat signé.

En fait il les avait donnés, en remettant la clé du coffre contenant ces papiers et gardé dans sa maison de la Chapelle. Mais il manquait les papiers entre les mains du notaire Verdon des Essarts. Ce dernier exigeait d’être payé par M de Lestorière de ses services de fondé de pouvoir de la seigneurie de la Chapelle depuis 1719, en contrepartie de leur restitution. Pendant toute la durée du procès, et au moins jusqu’en 1741, Marie Bertrand fut la propriétaire en titre de la seigneurie de la Chapelle Begouin.

L’aîné de Marie Bertrand, René Montaudouin, lui succéda. En 1746, c’est lui qui recevait une déclaration roturière en tant que seigneur de la Chapelle (26). Il épousa le 9 octobre 1754, Jeanne-Elisabeth Picot d'Eprémesnil, mais leurs deux enfants moururent en bas âge. La Rabatelière et la Chapelle furent ensuite gérées dans l’indivision de sa succession entre ses frères, Nicolas et Thomas. Un partage de 1779 attribua l’essentiel des domaines aux enfants de Nicolas, René Thomas et Thérèse Montaudouin.

Cette dernière, nommée Thérèse, était dans sa dix-huitième année lorsqu'elle épousa, en 1780, dans l'église Sainte-Croix de Nantes, René-Elisabeth de Martel, chevalier, seigneur du Pé et baron de Riez, âgé de 27 ans. Elle devint veuve cinq ans plus tard, avec une fille unique dont la mort suivit de près celle de son père.

Thérèse de Martel resta veuve et se réfugia à Nantes pendant la guerre de Vendée. A la pacification elle retourna à la Rabatelière et contribua avec sa fortune au relèvement des ruines de son château, de ses métairies, de l’église paroissiale de la Rabatelière et au soulagement de nombreuses personnes des environs. Elle apporta sa contribution au rachat de l’église de Saint-André-Goule-d’Oie pour la rendre à sa destination de lieu de culte, ayant été vendue comme bien national. C'est qu'elle était propriétaire sur la paroisse avec les métairies de la Mancellière et de la Racinaueière. Ces actions contribuent à expliquer les marques de considération à son égard, que l’on voit toujours dans l’église paroissiale de la Rabatelière.

Morte en 1827, les héritiers de Thérèse de Martel vendirent ses domaines de la Rabatelière et de Chauché l’année d’après au comte Charles-Henri-Marie de la Poeze.

Les Bossard, fermiers de la Chapelle à la veille de la Révolution



Thomas Montaudouin (1711-1768), avait consenti un bail à ferme le 10-1-1759 à René Bossard et sa femme Marie Anne Cailleteau. A la mort de ces derniers, leur fils ainé, Pierre Nicolas Bossard (1755-1784) avait assumé la charge de preneur au bail. En 1782 la seigneurie de la Chapelle est partagée entre Thomas René de Montaudouin (neveu du précédent), et un autre neveu, René Guichardy de Martigné Heuzer seigneur du Port de Roche à Fougeré. Le 10 juillet de cette année-là ce dernier afferme à Pierre Nicolas Bossard, pour lui et ses frères, la métairie de la Borelière, la borderie de Maurepas et 23 rentes. Celles-ci sont en argent, ou seigle, avoine et froment sur la Chapelle et plusieurs paroisses environnantes, avec 3 mesures de volumes différentes. La ferme est convenue pour 9 ans (1782-1791), moyennant 800 livres rendables chaque année à terme échu au château de la Rabatelière (27).

Maurepas
Pierre Nicolas Bossard (1755-1784) est mort en 1784. Après cette date la ferme a dû être assumée par un tuteur apparemment. Elle a été ainsi reconduite verbalement, maintenant la même valeur de souche morte de bestiaux apportée par le fermier qu'en 1759 : 1000 livres. Ce montant comprenait la souche morte de la métairie de la Borelière, et celle-ci était gérée depuis dans une autre ferme. De plus, les chevaux et brebis garnissant la borderie et métairie de la Chapelle et la borderie de Maurepas, ont fait l’objet d’un arrangement à part.

En 1789, Le frère puiné de Pierre Nicolas Bossard, François Bossard, se retrouve seul avec sa sœur Louise Perrine. Leur sœur Marie Anne est morte en 1782. François Bossard a 20 ans et a été émancipé d’âge, et Louise Perrine doit se marier avec Jean Grivet le 23 novembre 1789. En conséquence, elle quitte la communauté d’avec son frère, et ils font un partage le 16 novembre 1789 de leurs meubles et effets tant morts que vifs, leur appartenant en commun, et mettent fin à leur communauté de biens. Quant aux bien immeubles, ils restent en communauté « jusqu’au partage qu’ils feront plus tard à leur commodité à la première réquisition de l’un d’eux ».

Les meubles et effets morts ont été estimés à 800 livres, dont la moitié sera enlevée par Louise pour laisser à son frère la jouissance entière des lieux à la Chapelle. Les meubles vifs sont les bestiaux garnissant la borderie et métairie de la Chapelle et la borderie de Maurepas faisant partie de la ferme de la seigneurie de la Chapelle. La part de leur souche morte revenant à Louise est 215 livres (28).

En 1791 François Bossard, demeurant à la Chapelle Begouin, vend le quart d’une borderie appelée « la Citadelle » et située au Plessis Cougnon à Chauché. Il en était possesseur à titre successif de René Bossard et Marie Anne Cailleteau, ses père et mère. L’acheteur est Louis Roy, laboureur demeurant au Plessis Cougnon. Le prix payé valorise la borderie à 8000 livres. Le montant, ainsi que la surface correspondante, sont difficiles apprécier à cause de l’hyper inflation du moment (29).

En 1790, François Bossard avait perdu la ferme de la métairie de la Borelière, de la borderie de Maurepas et des 23 rentes foncières appartenant à René Guichardy de Martigné. Les nouveaux preneurs sont les frères Jean, Pierre et Gabriel Remaud, laboureurs demeurant ensemble à la Chapelle. Pierre Piveteau, laboureur demeurant à la Pitière (Chauché) se porte caution pour eux. Le bail est conclu pour 9 ans (1790-1799), moyennant 890 livres par an. Cela représente une hausse de 11%, très faible comparée à la hausse générale des prix, surtout que la plupart des rentes étaient en nature de céréales, sujettes à la spéculation ambiante. A lui seul, l’acte notarié ne permet pas de comprendre à la fois la hausse et le changement de fermier (30).

François Bossard a déménagé au village de Villeneuve près du bourg de Chauché. Il a acheté le deux du mois de prairial l’an 6 de la république (21 mai 1798) le bien national de la chapelle Begouin en ruine avec son emplacement, ainsi que celui du petit cimetière proche, pour 1600 F. Il avait signé le 2 février 1792, avec 39 autres propriétaires sur l’ancienne paroisse de la Chapelle de Chauché, un mandat donné à Jacques Guesdon et Jean Marchand pour participer collectivement à l’enchère de la mise en vente de la Chapelle de Chauché le 3 février 1792 (31). Cette vente ne se réalisa pas et la chapelle fut démolie au mois de septembre suivant.

Il acheta d’autres biens nationaux : la borderie de Maurepas le 2 vendémiaire an 5, qui avait fait partie de sa ferme autrefois signée avec les Montaudouin, et la métairie de la Girardière acheté avec Merlet le 25 floréal an 6 (14 mai 1798). Cette proximité avec le commissaire exécutif de la municipalité du canton de Saint-Fulgent, indique aussi un lien politique avec le camp des révolutionnaires. Ainsi s’est-il fait voler des habits et du linge dans sa maison, en son  absence, par une bande de huit partisans royalistes dans la nuit du 15 au 16 septembre 1799. Ils faisaient une expédition punitive contre des républicains bien en vue de Chauché, qui se termina près du château de Linières dans une embuscade et 2 morts.

En mars 1799 il avait été élu président de la municipalité du canton de Saint-Fulgent. C’était un poste aux pouvoirs très restreints. Les électeurs n’étaient alors plus qu’une poignée minoritaire de quelques dizaines de personnes, ayant gagné les élections par un coup de force orchestré par Benjamin Martineau.  


(1) Société d'ethnologie et de folklore du Centre-Ouest, Aguiaine : revue de recherches ethnographiques, 1984, J.-Loïc Le Quellec, un pionnier de l’archéologie vendéenne : Ferdinand Mandin (1850-1921), page 179.
(2) Gourraud, Revue de la Société d’Emulation de la Vendée (1876), page 91 (vue 69 dans la bibliothèque numérisée des Archives de Vendée).
(3) Abbé Aillery, Chroniques paroissiales de Chauché (1892), page 342.
(4) Beauchet-Filleau et Ch. de Chergé, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou (2e édition 1891), T 1, page 407.
(5) Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/C 75, seigneurie de la Chapelle Begouin,  hommage de la Chapelle Begouin et la Barotière à Languiller du 3 décembre 1683 par Auvinet.
(6) G. de Raignac, De châteaux en logis, Itinéraires des familles de Vendée (1997) T 6, page 77.
(7) 150 J/C 74, Chapelle Begouin, aveu en 1499 de la Chapelle et de la Barotière.
(8) Archives de Vendée, G. de Raignac, Dépouillement d’archives publiques et privées concernant les familles vendéennes : 8 J 100, volume 4, vue 40/238.
(9) 150 J/C 84, seigneurie de la Chapelle Begouin, sentence arbitrale de Percheron entre les seigneurs de Languiller et de la Chapelle du 25-2-1700.
(10) Archives de Vendée, Travaux de G. de Raignac : 8 J 101, aveu de Languiller et autres fiefs à la baronnie des Essarts le 2 juillet 1605, reprenant le texte d’un aveu de 1550.
(11) 150 J/C 77, seigneurie de la Chapelle Begouin, déclaration roturière des teneurs de la Begouinière à René Begaud du 10-12-1595.
(12) 150 J/C 82, seigneurie de la Chapelle Begouin, acte de transformation d’un terrage en rente entre René Bégaud et Borgleteau le 1-10-1601.
(13)  150 J/C 74, seigneurie de la Chapelle Begouin, acte de réception d’hommage de la Chapelle Begouin (Gilles Begaud), du 19 septembre 1617 à l’assise de Languiller.
(14) Alfred Richard, Vérification de privilèges pour l'élection de Niort de 1627 à 1683. Imprimerie Moreau à Melle (1868), seconde partie, page 10 et 11.
(15) 150 J/C 77, seigneurie de la Chapelle Begouin, arrentement d’une terre pour 15 boisseaux de seigle par le seigneur de la Chapelle du 7-9-1644.
(16) Archives de Vendée, G. de Raignac, Généalogies des Prevost : 8 J 34-1.
(17) Colbert de Croissy, Rapport au Roi de Colbert de Croissy sur le clergé, la noblesse, la justice et les finances dans la généralité de Poitiers en 1664, page 339.
(18) Archives de Vendée, G. de Raignac, Généalogie des Prévost, 8 J 34, tome 1, page 73 et s.
(19) 150 J/C 78, seigneurie de la Chapelle Begouin, déclaration roturière des teneurs de la Brosse Veilleteau à Daniel Prevost du 26-10-1658.
(20) Archives de Vendée, notaire de Fontenay : 3 E 38 G, Jacques Barraud, année 1674, (vue 136/714), contrat de mariage Daniel Prevost et Marie Brunet du 25-3-1674.
(21) 150 J/C 84, seigneurie de la Chapelle Begouin,  papier censaire de la seigneurie de la Chapelle arrêté le 23 janvier 1723.
(22) 150 J/C 75, seigneurie de la Chapelle Begouin,  mémoire en appel de Marie Bertrand au Parlement de Paris du 29-12-1740.
(23) 150 J/C 75, seigneurie de la Chapelle Begouin, contrat de vente de la terre et seigneurie de la Chapelle Begouin de M. de Lestorière à M. Montaudouin du 14-2-1729.
(24) Création royale à partir du 16e siècle, c’est l’ancêtre de la chambre de commerce de Paris. Elle connut des fluctuations. En 1664 un nouveau conseil du commerce est institué, où dix-huit villes y sont représentées à raison de deux députés chacune.
(25) P. Levot, Biographie Bretonne (1857), T2, page 488.
(26) 150 J/C 85, seigneurie de la Chapelle Begouin,  déclaration roturière de Catherine Orion du 10-7-1746.
(27) Ferme du 10-7-1782, de la Borelière, Maurepas et rentes, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/124.
(28) Ibid. notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/12, partage du 16-11-1789 entre François Bossard et sa sœur de leur communauté à la Chapelle.
(29) Ibid. notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13, vente du 9-3-1791 d’une portion de la borderie de la Citadelle au Plessis Cougnon de François Bossard à Louis Roy.
(30) Ibid. notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13, ferme du 25-4-1790 de la métairie de la Bordinière, borderie de Maurepas et 23 rentes, de Montaudouin aux Remaud.
(31) Archives de Vendée, vente de biens nationaux, emplacement de l’église de la Chapelle Begouin du 2 prairial an 6 : 1 Q 263, no 1188.
(31) notaires de St Fulgent, étude Chateigner : 3 E 30/125, mandat du 2-2-1792 pour participer à l’enchère de la mise en vente de la Chapelle de Chauché.

Emmanuel François, tous droits réservés
Octobre 2013 complété en février 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE