mercredi 1 août 2012

Le curé intrus de Saint-André-Goule-d'Oie

Les curés intrus


Pendant la Révolution française le mot intrus désignait pour les Vendéens, les curés élus pour remplacer ceux ayant refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé. C’était le mot désignant normalement quelqu’un introduit illégitimement dans une fonction. Son utilisation avait donc valeur de jugement politique.

Assiette commémorative du serment
En effet, selon la législation nouvelle, les ecclésiastiques, devenus fonctionnaires suite à la confiscation des biens d’Eglise, devaient, comme tous les autres fonctionnaires, prêter serment. La moitié des prêtres environ refusèrent au niveau national, mais ils furent 80 % dans le bocage vendéen. Parmi eux, le prieur Allain, curé de Saint-André-Goule-d'Oie.

Déjà les fonctionnaires avaient juré fidélité au serment civique du 4 février 1790 : « Je jure d’être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi ». La portée politique du texte ne souleva pas de difficulté, même si la constitution ne fut définitivement votée que le 3 septembre 1791.

Le texte du décret du 27 novembre 1790 définissant le nouveau serment, approuvé par le roi le 26 décembre 1790, n’était pas bien différent : « Je jure de veiller avec soins sur les fidèles du diocèse (de la paroisse) qui me sont confiés, d’être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et approuvée par le roi. » Ce serment concernait les nouveaux élus aux fonctions ecclésiastiques et tous les ecclésiastiques pour toucher leur traitement. Un décret du 4 janvier 1791 précisait qu’il ne devait faire l’objet d’aucune restriction ou addition et être prêté dans sa forme et teneur. La sanction comportait l’incapacité à tout emploi public. Pour le clergé, le nouveau texte spécifiant la fidélité à la loi incluait désormais celle à la nouvelle loi appelée Constitution civile du clergé votée en juillet 1790, donc au schisme qu’il organisait. Rappelons que les évêques devaient être nommés par une élection sans l’accord du pape. C’est ce qui détermina le refus de prêter le nouveau serment.

Une fois enregistrés au début de 1791 par chaque municipalité les refus de prêter serment, on procéda vers l’été 1791 à l’élection des nouveaux curés devant remplacer les réfractaires au serment. C’est l’assemblée électorale du district qui désigna les nouveaux curés.

A Chauché, le curé et le vicaire avaient prêté serment, mais le curé Lebouc avait préféré prendre la cure de Mauves en Loire-Atlantique et quitta Chauché le 5 juillet 1791. Il faut dire que le presbytère n’était pas accueillant (1). En remplacement, son vicaire, Pierre Charbonnel, fut élu curé de Chauché le 1e août 1791 par l’assemblée électorale du district de Montaigu. Il s’installa le 2 octobre suivant avec des émoluments fixés à 1500 livres par an.

A Saint-Fulgent, le curé et le vicaire avaient refusé de prêter serment et un curé constitutionnel fut élu pour la paroisse le 10 mai 1791. Il s’appelait Jean Baptiste Baudry et avait prêté serment, étant vicaire à la Pommeraie-sur-Sèvre.                     

Messe clandestine
Ces curés intrus furent très mal reçus par les populations on le sait. Celles-ci préféraient suivre les messes clandestines du prieur Allain de Saint-André-Goule-d'Oie et du vicaire Brillaud de Saint-Fulgent, réfractaires au serment. Elles s’adressaient à eux pour les baptêmes et les mariages. Tout au plus, ne pouvant faire autrement, elles voyaient l’intrus pour les sépultures. Les églises étaient quasi vides avant leur vente comme bien national. 



Une lettre du curé intrus de Saint-André


A Saint-André-Goule-d'Oie la seule trace existante dans les Archives, semble-t-il, d’un curé intrus est une lettre du 9 septembre 1794 de M. Dorizon, ancien curé de Mont-Saint-Jean (diocèse du Mans), qui demande aux administrateurs du département de Vendée d’être payé de son traitement de 1562 livres 12 sous comme prieur de Saint-André-Goule-d'Oie (2).

Les archives du district de Montaigu ont été détruites en grande partie, et l’élection d’un curé intrus à Saint-André nous est inconnue. Aucun document d’Histoire, non plus, n’évoque cette nomination. Et la lettre de M. Dorizon aux administrateurs du département de la Vendée nous laisse sceptique. Commençons par en prendre connaissance :

Source : Archives départementales de la Vendée

 « Mort au tyran (3) 23 fructidor l’an 2 de la République (4)

Citoyens administrateurs,

Il est très permis à tout citoyen dans la nécessité de revenus, de demander les secours sur lesquels il a des prétentions ; vous avez entre les mains ceux qui me sont légitimement dus. Depuis plus de deux ans, je les réclame, et pour les obtenir je vous ai présenté trois pétitions, deux dans le courant de 1792 et la troisième il y a trois mois, et écrit plusieurs lettres, mais jusqu’à ce jour vous avez été insensibles à mes suppliques et à mes cris.
Est-il nécessaire de vous rappeler, que pour raison du prieuré de St André Goule d’Oie dont j’étais ci-devant titulaire, vous m’avez fait un traitement de 1562 livres 12 sols, duquel traitement, qui fut toute la ressource de ma subsistance, je n’ai reçu que les trimestres des années 1790 et 1791. Si vous voulez bien jeter un coup d’œil sur l’état des comptes et dépenses de votre trésorerie, vous connaitrez que je vous accuse la vérité. Je puis encore vous ajouter que le paiement de mon traitement était difficile à cause de mon éloignement et de l’embarras de faire passer les certificats nécessaires. Je vous demandé d’être payé par le trésorier du district de Sillé la Montagne (5), cette formalité m’étant même accordée par la loi. Pour y parvenir je vous ai prié de m’envoyer copie de l’acte de la somme à laquelle vous avez fixé mon traitement, avec un certificat du seul et dernier paiement que j’ai reçu, mais jusqu’à présent vous n’avez pas daigné répondre à mes demandes. Un si long silence d’administration m’occasionne une très grande détresse. J’espère de votre zèle pour la justice toute l’allégeance qu’elle mérite, et que vous voudrez bien vous prêter au désir que j’ai de profiter des avantages que la république accorde aux pensionnaires ecclésiastiques par son décret du 18 thermidor ; une réponse prompte et favorable m’en posera l’obligation d’une reconnaissance très sincère et très étendue.
Salut et fraternité.
L. Dorizon, ancien curé du Mont-Saint-Jean, district et canton de Sillé la Montagne. »

Une imposture


Au premier abord la démarche parait vraisemblable. Les difficultés de l’administration pour payer ses fonctionnaires dans le bocage sont bien compréhensibles avec les combats qui ont commencé en mars 1793. Le choix d’un ecclésiastique de la Sarthe n’est pas étonnant en raison du peu d’ecclésiastiques disponibles ayant prêté serment en Vendée.

La référence à l’état des comptes et dépenses de la trésorerie du département donne du sérieux à la démarche. Quoique les destructions perpétrées à Fontenay-le-Comte ont pu concerner ces comptes aussi, et l’affirmation n’était pas vérifiable.

Mais l’éloignement du curé de sa cure est étonnant. Il semble indiquer être toujours resté dans la Sarthe. La situation paraît invraisemblable.

De plus, il n’est pas possible qu’il ait été nommé au prieuré de Saint-André-Goule-d'Oie en 1790 et au début de 1791, comme il l’affirme. Dans cette période le prieur en exercice était bien Allain, exerçant même son ministère jusqu’en juillet 1792. Or Dorizon affirme avoir perçu « les trimestres des années 1790 et 1791 ». Il affabule ! En effet, à lire le registre paroissial de Saint-André-Goule-d'Oie de la mi-1791 à mi-1792, période où le curé intrus pouvait exercer, il est clair qu’il n’était pas présent et que c’est le prieur Allain qui exerçait son ministère.

La lutte contre les prêtres insermentés en Vendée


D’ailleurs la rétorsion contre les prêtres réfractaires au serment ne fut pas immédiate. Il fallut attendre le décret du 29 novembre 1791, pour que les prêtres ayant refusé de prêter serment soient privés de leur traitement. Le roi ayant mis son veto, le décret n’était pas entré en vigueur. Pour tourner la difficulté, en Vendée on décida que les prêtres assermentés recevraient leur traitement à domicile chaque trimestre, mais que les prêtres insermentés devraient venir le chercher à Fontenay en personne. Devant cette difficulté (il n’y avait pas de route à l’époque), beaucoup de prêtres non jureurs durent renoncer à leur traitement (6). Cette initiative est révélatrice du zèle des révolutionnaires vendéens.

La loi du 27 mai 1792, en réaction à la défaite des armées à Tournai, accusa les prêtres réfractaires de soutien à l’ennemi et les condamna à la déportation à l’étranger. Mais là encore, le roi opposa son veto. Alors, par décret du Directoire exécutif de la Vendée (8 juin 1792), on décida, illégalement (7), de renvoyer sur leurs lieux d’origine les prêtres insermentés nés  ailleurs qu’en Vendée. Né à Bressuire, on ne sait pas si le prieur Allain a été concerné par la mesure.

Déportation des prêtres
Par arrêté du 30 juin 1792, le Directoire de la Vendée convoqua tous les prêtres insermentés à Fontenay pour y être internés. Dans la Vienne les autorités furent moins agressives, provoquant la colère des jacobins locaux (8). Avec le recul on remarque que ce texte était entaché d’abus de pouvoir. Mais bientôt la loi devait aller plus loin : celle du 26 août 1792 condamna à la déportation tous les prêtres insermentés, et au bagne les récalcitrants qui refusaient de partir.

Beaucoup de prêtres quittèrent ainsi la France, notamment ceux du sud de la Vendée. Les embarquements eurent lieu à la fin de l’année 1792 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie ou aux Sables-d’Olonne, concernant 250 prêtres, généralement vers l’Espagne et  l’Angleterre. C’est à cette époque de la mi-1792 que le prieur Allain se cacha dans la région pour continuer son ministère dans la clandestinité.

Une fois rappelées ces circonstances, le contenu de la lettre du curé Dorizon, avec ses invraisemblances et ses affabulations, révèle un personnage essayant peut être de profiter de la situation. Et si les nombreux historiens qui ont étudié l’histoire de la guerre de Vendée, n’ont jamais mentionné l’existence de ce curé intrus, c’est que sa revendication présente un doute sérieux.

La position de ces prêtres intrus mérite d’être évoquée, car elle  est devenue intenable dans le bocage vendéen.

Les intrus connus à Saint-André


Il y eut parmi eux un personnage à la conduite douteuse bien connu à Saint-Fulgent. Il s’agit de Simon François Gérard, appelé « gros goret » par les marchandes de poisson des  Sables-d’Olonne, alors qu’il y était curé assermenté ou jureur. Abjurant sa religion en novembre 1793, il eut une vie mouvementée. Le dictionnaire des Vendéens (voir sur le site internet des Archives de Vendée) lui consacre une riche biographie, rigoureusement factuelle. Après avoir été impliqué dans une affaire de fraude, il fut nommé juge de paix courant 1797 à Saint-Fulgent. Mal vu, il n’obtint pas la place laissée par Benjamin Martineau démissionnaire au printemps 1799. Il se maria avec Marianne Aubin (de Bazoges-en-Pareds) en vendémiaire an 9. Il resta juge de paix à Saint-Fulgent jusqu’en 1808. Après, il se fit cafetier à Montaigu. Selon M. de Beauregard, vicaire général, il fut « l’opprobre du diocèse de Luçon ».

A Saint-Fulgent le curé constitutionnel Jean Baptiste Baudry exerça son culte pour les révolutionnaires de la commune dès l’été 1791, mais la plupart des paroissiens firent appel au vicaire Brillaud qui se cachait en compagnie du prieur de Saint-André-Goule-d'Oie. En novembre 1791, un rapport fait état d’un complot « pour réunir les paysans de plusieurs paroisses et chasser le curé constitutionnel ». Il fut élu comme électeur du canton en 1792, appartenant au camp des révolutionnaires. Il lui resta ensuite fidèle, changeant complètement de vie. En mars 1793 les insurgés du canton le mirent en prison avec le marchand Merlet, révolutionnaire de Saint-Fulgent lui aussi. Tous deux ont bénéficié du fameux geste de Bonchamps en octobre 1793, libérant les prisonniers des Vendéens avant de passer la Loire à Saint-Florent-le-Vieil. Il étudia ensuite la médecine et s’installa comme médecin à Nantes, où il mourut en 1816. (Voir le dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives de Vendée).

Le curé Charbonnel de Chauché nous apparaît plutôt comme un pauvre bougre malmené par les évènements. Sans doute partageait-il l’opinion de son curé, assermenté lui aussi, qui avait écrit une note à la fin du registre paroissial de l’année 1789 au sujet des Etats-Généraux : « C’est, dans cette année que commencèrent les Etats-Généraux de la France qui lui promettent le bonheur en réformant les abus et les vices d'une administration faible et usée. Cette besogne, si elle s'opère, est due à la philosophie de quelques citoyens distingués qui, depuis longtemps, en font la matière principale de leurs occupations » (9). Cet état d’esprit favorable à la Révolution ne lui porta pas chance. Il prêta tous les serments mais fut privé de l’exercice du culte par ses paroissiens. Dès 1794 un curé réfractaire, Jacques Guyard, se cachait dans les environs, auquel les paroissiens faisaient appel (10). Au synode clandestin du Poiré sur Vie du 4 août 1795, ce prêtre est confirmé dans son poste de desservant de Chauché (11).

David d'Angers : Pardon de Bonchamps
La cure de Chauché fut pillée par les Vendéens. Réfugié à Montaigu, Pierre Charbonnel y fut fait prisonnier par eux, mais bénéficia lui aussi de « la grâce aux prisonniers » de Bonchamps à Saint-Florent-le-Vieil. Le 23 octobre 1793 il se présenta à Nantes devant le directoire du département présidé par l’ex-évêque Minée, qui lui accorda un secours de 200 livres. Dans la décision on peut lire qu’il a été « délivré par les troupes de la République des mains des brigands qui le retenaient en captivité ». C’était la version propagée par les républicains pour nier la réalité du geste de Bonchamps. 

En avril 1795 il était réfugié à Luçon. Domicilié à l’Aiguillon, il a juré à Saint-Michel-en-l’Herm le 4 vendémiaire an 6 le serment de haine à la royauté. Il fut curé de Triaize ensuite. Après le concordat il fut curé de Longeville où il mourut en 1811 (12).

(1) Archives de Vendée, notaire de Saint-Fulgent, Frappier 3 E 30/12, acte d’assemblée d’habitants de la paroisse de Chauché du 11-10-1789.
(2) Archives de Vendée L 891.
(3) Formule rituelle utilisée par les révolutionnaires au moment de la Terreur. Elle désignait Louis XVI guillotiné le 21 janvier 1793. La formule peut surprendre sous la plume d’un prêtre, mais tout à fait normale, sinon exigée entre républicains.
(4) 9 septembre 1794.
(5) Nom révolutionnaire de Sillé-le-Guilllaume, dans la Sarthe, chef-lieu du canton où habitait le quémandeur.
(6) Billaud et d’Herbauges, 1793 La guerre au bocage vendéen (1992), page 30.
(7) De La Boutetière, Le chevalier de Sapinaud de la Verrie, Salmond (1982), page 17.

(8) Jacques Peret, Histoire de la Révolution Française en Poitou-Charente 1789-1799, Projets Editions, Poitiers, 1988, page 143.
(9) Archives de Vendée, registre paroissial de Chauché, fin d’année 1789 (vue 144).
(10) Archives de Vendée, registre clandestin de Saint-Fulgent août 1791-juin 1796, enterrement de François Robin à Chauché du 28-5-1794 (vue 24). Voir aussi le dictionnaire des Vendéens sur le site des Archives de Vendée.
(11) Revue du Bas-Poitou 1890 (A3), article de M. de Gouttepagnon, page 183.
(12) Revue du Bas-Poitou, 1904-2, page 121.

Emmanuel François, tous droits réservés


Les régisseurs de Linières de 1800 à 1830


L’année 1800 va voir un nouveau propriétaire pour le domaine de Linières : Joseph Guyet. Nouveauté toute relative en fait.

Cavalier dans l'armée des émigrés
De retour d’émigration cette année-là, Charles Augustin de Lespinay reparaît en France, profitant de l’amnistie accordée spécialement par le gouvernement de Bonaparte aux « rebelles de l’Ouest ». Au mois de mai il fait « soumission aux lois de la République », entre les mains de l’adjudant-général Champeaux et déclare sa résidence à Paris.

Depuis son départ à la fin de 1791, il s’était passé bien des choses. Son domaine de Linières avait été confisqué en 1793, puis racheté par sa femme en 1796, devenue Mme Duvigier pour « dénobliser » son patronyme. Mais celle-ci avait rencontré Joseph Guyet, avec qui elle avait « refait sa vie » comme on dit désormais. Elle vivait à Paris et un enfant était même né en 1797 de leur union, illégitime au regard de la loi, puisque Mme Duvigier était toujours mariée. Par prudence, ses parents déclarés dans l’acte de naissance ne sont pas les parents biologiques, mais portent des noms inventés.

Les jeunes gens paraissent avoir tenté de négocier avec M. de Lespinay une acceptation tacite d’un divorce, en contrepartie d’un arrangement sur la propriété de Linières. Ils échouèrent, et le divorce fut attaqué en justice par M. de Lespinay. Mme Duvigier vendit Linières à Joseph Guyet, en même temps qu’elle obtint son divorce en mairie de Chauché. Voir notre article publié en janvier 2010 : Le divorce de Lespinay/du Vigier en 1800; La cour de cassation valida le divorce en 1804. 


L’implication de Joseph Guyet propriétaire à Linières


Avant d’en devenir officiellement propriétaire, Joseph Guyet représentait Mme de Lespinay dans la gestion des baux sur place en Vendée. Le concernant, il est présenté ainsi dans le bail de la métairie de la Gagnolière (Essarts) par le notaire de Chavagnes-en-Paillers : « homme de loi demeurant au bourg de St Fulgent, faisant pour dame Duvigier femme Lespinay ». Il a alors 26 ans et se trouve de fait régisseur des quatorze métairies de Linières, depuis quatre ans pour le compte de sa compagne. Il partage alors son temps entre Paris et la Vendée.

On découvre aussi que « l’homme de loi » a fait de solides études de droit, probablement à Paris. Cette formation explique son poste de Chef à l’Agence du Trésor royal qu’il occupe en 1817 à coup sûr et probablement aussi avant cette date. Son père était fermier général de la terre des Essarts en 1772, qui fut achetée en 1787 par Alexis de Lespinay. Il était aussi fermier de terres d’Eglise et avait amassé un joli patrimoine foncier, profitant notamment des opportunités offertes par la vente des biens du clergé depuis la fin de l’année 1790. Il possédait aussi le relais de poste de Saint-Fulgent. Son engagement du côté républicain lui coûta la vie. Il fut assassiné dans une auberge de Saint-Vincent-Sterlanges dans les premiers jours de la révolte des Vendéens en mars 1793.

Rue du Four-Saint-Honoré en 1866
L’adresse parisienne de Mme Duvigier au moment de la naissance de son fils Marcellin en 1797, et de son divorce en mairie de Chauché en 1800, au no 41 rue du Four-Saint-Honoré, est toujours la même en 1803. C’est celle que déclare en effet Joseph, comme étant la sienne, dans une reconnaissance de dette à cette date de la veuve Monnereau, métayer de la Fontaine à Saint-Fulgent. C’est la même adresse qui a été portée sur l’acte de naissance de leurs fils Marcellin, toujours à un détail près (c’est le no 40), ce qui trahit la supercherie dans cet acte sur les noms des parents. En 1807 le couple habite au no 32 rue des Moulins à Paris avec leur fils Marcellin et la fille née du premier mariage de Mme Guyet, Henriette de Lespinay. C’est ce qui ressort de la déclaration de succession au bureau de Montaigu, de Charles Augustin de Lespinay à cette date. A cette adresse habitait aussi un frère de Joseph, Jacques Auguste Guyet, qui s’établira plus tard aux Essarts. En 1813 le couple a changé et habite désormais au no 10 rue du Carrefour de l’Odéon (1). Quelques mois avant son décès en 1830, on note une dernière adresse de Joseph Guyet à Paris, au no 7 Passage des Petits-Frères.

Nous avons pu lire trente-cinq baux signés pour douze métairies avec des métayers du domaine de Linières entre 1800 et 1830, c'est-à-dire pendant la période où Joseph Guyet a été propriétaire. De même les Archives de Vendée ont conservé cinq procès-verbaux de visites de ferme dans la même période (2). Il en résulte un apport tout à fait intéressant d’informations dans plusieurs domaines. Pour commencer, abordons l’aspect plus personnel de l’implication personnelle du propriétaire dans la gestion du domaine et des délégations qu’il a faites à des régisseurs.

On voit que Joseph Guyet est venu signer des baux régulièrement en Vendée, mais à Linières seulement en décembre 1809. En 1823 il est présent à Saint-Fulgent, en juillet et novembre, où il signe les baux qu’il a lui-même rédigés sur papier timbré, comme en mai 1824 et en juillet 1825, où pour cette dernière date il précise qu’il est au domicile de Mme Martineau, sa sœur aînée. Ce mois-là, Joseph Guyet avait été témoin au mariage de la fille de Mme Martineau avec le juge de paix Gourraud. Et dans ce cas le notaire Gourraud de Chavagnes, qui a rédigé le bail, s’est lui-même déplacé. En novembre 1825, le bail est signé chez le notaire de Saint-Fulgent, mais celui-ci indique que le propriétaire loge présentement chez Louis Guyet son frère. On le retrouve en octobre 1827 pour rédiger et signer un bail à Saint-Fulgent, dans sa famille certainement. Il en sera de même en juillet et septembre 1829, un an avant sa mort, à l’âge de 56 ans.


Malle-Poste
Les présences que nous venons de citer sont celles relevées dans notre échantillon de baux, concentrés à partir des années 1820. C’est dire qu’il est venu régulièrement en Vendée pour gérer son domaine. Or il faut se rappeler que le trajet entre Paris et Saint-Fulgent durait alors en malle-poste 35 heures environ, soit quatre à cinq jours.

Et pourtant il y avait un régisseur sur place. On le voit apparaître pour la première fois en 1804, habitant alors Saint-Fulgent. En 1806 il habite Linières.

Après l’incendie des colonnes infernales de 1794, les bâtiments de Linières étaient restés en grande partie en l’état au moment du rachat en août 1796. On sait qu’Etienne Martineau, beau-frère de Joseph Guyet, y a habité en 1798/1799, avec ce dernier. L’ensemble des logements du propriétaire, du métayer, des domestiques et des bâtiments d’exploitation, représentait un bâti important, ordonné autour d’un vaste quaireux (cour). On en a une idée par le cadastre de Chauché de 1838. C’est qu’il fallait aussi entreposer à Linières les récoltes provenant des métairies des alentours.


Le logement des métayers de Linières


Le procès-verbal de visite de la ferme de Linières en mai 1827 nous donne une idée de ses bâtiments d’habitations et d’exploitations. La grande préoccupation des experts procédant à ces visites entre le fermier sortant et le fermier entrant, était de noter ce qui s’abimait et se rapportait à l’entretien locatif. Moyennant quoi on s’attardait surtout sur les portes et fenêtres et leurs systèmes de fermeture. Mais entrons dans les détails du procès-verbal de visite.

On ne parle pas de couverture de la toiture dans le texte, contrairement à l’habitude car elle était généralement en chaume, et elle nécessitait un entretien régulier. On peut en déduire que la toiture du logis des métayers avait peut-être des tuiles, comme sur le toit du logis du maître tout à côté.  L’habitation comprenait une pièce principale située au midi de la cour, avec deux portes et une fenêtre comprenant six carreaux de vitre. Dans la pièce se trouvaient un potager pour entreposer les fruits et une cheminée avec son foyer. Il y avait en plus deux chambres, dont l’une est qualifiée de petite. Dans la plus grande se trouvait un évier. On ne parle pas du sol, c’est qu’il était en terre battue comme partout. Les murs de la pièce principale étaient recouverts d’un enduit, alors que ceux des chambres bénéficiaient d’une couche de « laitance de chaux », recommandée comme désinfectant. On le voit, le logement des métayers se résumait à trois pièces d’habitation, comme dans d’autres métairies, mais pas dans toutes. Parfois deux pièces logeaient les métayers, c'est-à-dire souvent deux couples, leurs nombreux enfants et les domestiques.

Les bâtiments d’exploitation commencent avec les greniers situés au-dessus des pièces d’habitation du rez de chaussée. C’est aussi le cas à Linières, avec un escalier en bois pour y monter et trois fenêtres dans ce grenier, avec chacune un treillis. On y stockait les récoltes de fruits et céréales en attendant de les vendre ou de les livrer au propriétaire, suivant le mode d’exploitation de la ferme. On ne parle pas des murs des greniers, alors que souvent ils étaient en bousillage, c'est-à-dire un mélange de terre détrempée, de chaume et de bouse de vache. A Linières, le procès-verbal note un bousillage « mal plange » dans le grenier au-dessus de la petite chambre. Là aussi, les murs des greniers devaient être en pierres comme le logis d’à côté, et le bousillage dont on fait état se rapporte probablement au sol, pas bien plat (plange en patois). Les autres bâtiments d’exploitations sont la grange et les toits aux animaux, au nombre de trois : bœufs, vaches et moutons. A noter l’absence de poulailler et de toit aux cochons, sans doute à cause de la proximité du logis des maîtres.

Cette description des bâtiments de la « ferme de la porte », désignée ainsi parce qu’elle était attenante au logis du propriétaire, confirme que les autres bâtiments, en dehors même du logis, devaient être destinés au stockage des récoltes des autres métairies. Mais peut-être y avait-il aussi un logement supplémentaire pour des domestiques.

Ce logis était appelé château au temps du régisseur. Pour ce qu’on en sait de son architecture, on peut hésiter sur l’appellation à employer. Il est probable qu’au temps de la noblesse on l’appelait logis suivant l’usage le plus fréquent. Les mots changent avec le système de valeurs qu’ils expriment. Après la Révolution, les bourgeois ayant parfois remplacé les nobles, la propriété avait remplacé la naissance comme valeur première, on habitait désormais dans un château plutôt que sur ses terres.

Le régisseur Jean Guyet, un cousin


Logis de l’Aublonnière à Sainte-Cécile
Maintenant que nous connaissons mieux les lieux, revenons à son régisseur venu habiter sur place. Il s’appelait Jean Guyet et était cousin du propriétaire. Son père, Jean Guyet, était né à Saint-Fulgent le 3 janvier 1735. Il s’était établit marchand tanneur et fermier à Sainte-Cécile (le terme veut dire ici qu’il faisait exploiter des fermes), où il mourut le 4 février 1808. Il y avait épousé le 24 janvier 1758 Marie Françoise Thérèse Bénesteau, fille de Gabriel René Bénesteau, sieur de la Longeais, fermier, et de Louise Geneviève Baud du Vivier (3). Ils eurent cinq enfants à St Cécile. Leur fils Jean est né à Sainte-Cécile le 31 décembre 1768.

Sa mère avait un frère qui fut notaire royal à Sainte-Cécile : Jean Pierre Benesteau. Le fils de ce dernier, Gabriel Jean Louis Bénesteau, est né en 1776, et fut aussi notaire. C’est lui qui rédigea des baux pour Linières jusque dans les années 1822, son cousin Jean Guyet étant régisseur. Le notaire fut maire de St Cécile de 1804 à 1825.

Jean Guyet est arrivé à Linières à l’âge d’environ 32 ans et y resta, sauf une parenthèse d’au moins deux années en 1821/1823, jusqu’à sa mort à l’âge de 60 ans. Il est décédé à l’Aublonnière de St Cécile, propriété héritée de son grand-père maternel, Gabriel René Benesteau, le 31 octobre 1828, rédigeant des baux encore un mois avant à Linières. Il succéda à son beau-père Gabriel Benesteau, comme fermier général de la châtellenie de l’Aublonnière.

De même, l’activité de régisseur de Jean Guyet ne se limitait pas à Linières, puisque le répertoire du notaire Benesteau mentionne une procuration (en brevet) qui lui avait été donnée le 11 décembre 1801 par Claude de Beauharnais comte des Roches-Baritaud.

Bournezeau : Place de l'église
Il est resté célibataire toute sa vie, mais à Saint-André-Goule-d’Oie il fit la connaissance de Rose Roger, née le 10 avril 1791 au village de la Maigrière (4), de 23 ans plus jeune que lui. Ils eurent un fils, né à Bournezeau le 15 mai 1816, Jean Baptiste Guyet (5). L’acte de naissance est daté du 13 juin suivant et nous apprend que la naissance a eu lieu au cabaret du bourg chez Charles Charbonnel, et que Jean Guyet est le père naturel. De plus, l’adresse indiquée du père est Saint-Michel-Mont-Mercure, or sur les baux de Linières à cette date il habitait Linières. Il avait néanmoins des cousins à Saint-Michel-Mont-Mercure. La mère y est dite domestique et originaire de la Merlatière, or son acte de décès à l’Aublonnière de Sainte-Cécile le 4 juin 1873 (6), indique qu’elle est née à Saint-André-Goule-d’Oie et qu’elle est célibataire, c'est-à-dire ni mariée ni veuve. On a donc essayé de brouiller les pistes sur cette naissance hors mariage, signe des mœurs de l’époque. Là aussi, comme pour la naissance de Marcellin Guyet-Desfontaines à Paris, l’acte de naissance comporte des erreurs volontaires, si l’on peut dire, autre signe des mœurs administratives du temps.

Le fils du régisseur et de Rose Roger, Jean Baptiste Guyet, vit son droit à la succession de son père contesté par le frère et la sœur de ce dernier. Ceux-ci, Catherine Guyet, habitant le bourg de Sainte-Cécile, et Charles Louis Guyet, habitant Triaize, mandatèrent le notaire Benesteau pour déclarer la succession au bureau des mutations de la Roche-sur-Yon le 10 avril 1829 (7). Un procès s’en suivit, perdu par le frère et la sœur au moins en partie, car le fils continua à résider avec sa mère à l’Aublonnière. La succession comprenait du mobilier et des biens mobiliers pour 35 961 F de valeur estimée, et des biens immeubles pour un capital estimé de 29 000 F. Ces biens immeubles comprenaient la métairie de Mignon à Saint-Martin-des-Noyers (acquise le 11-3-1821 pour 25 300 F., où il avait fait construire les bâtiments d’une métairie nouvelle au Mignon le Haut entre 1823 et 1826), la métairie de l’Aublonnière, ainsi que la maison familiale située dans ce village. L’inventaire après décès de Jean Guyet, établi à l’Aublonnière le 5 janvier 1829 par Bénesteau notaire à Sainte-Cécile, mentionne 6 cahiers de comptes concernant Linières, qui n’ont pas été retrouvés.

Jean Baptiste Guyet se maria le 10-7-1843 à Puyravault (8) avec Rose Galliot et devint propriétaire de Mignon le Bas par héritage. Son oncle Louis Guyet hérita de Mignon le Haut. Marié à Rose Boilleau, établi à Triaize dont il devint maire, il eut un fils, Jean Louis Guyet dit « Mirabeau » (1798-1869) et une fille, Marie Anne Guyet (1796-1852) qui épousa à Triaize en 1813 son oncle à la mode de Bretagne Jacques Auguste Guyet, dit « Sans Peur » (1783-1852), fils de Simon Charles et héritier de Grissay avec ses 5 métairies attenantes (dont les deux de la Barette). Jean Baptiste Guyet fut maire de Sainte-Cécile sous le Second Empire. Il reçut de Mme Guyet-Desfontaines, propriétaire de Linières, un legs en capital de 2 000 F au moment de sa succession en 1868, signe de la fidélité indéfectible régnant dans la génération d’après.

La procuration de Joseph Guyet à son cousin Jean Guyet, pour l’établir régisseur de Linières, est datée du 21 novembre 1801 (9). Elle a été faite devant notaire à Nantes et donne une délégation très large de fondé de pouvoir pour « gérer et administrer la terre et dépendances de Linière, commune de Chauché, les Essarts, Saint-Martin-des-Noyers, Saint-André-Goule-d’Oie, Saint-Fulgent, département de la Vendée, et dans celle de Remouillé et Aigrefeuille, département de la Loire-Inférieure ». Il pouvait affermer en choisissant les fermiers, le type de bail, leur renouvellement, leur résiliation, encaisser les fermages, vendre les récoltes, les coupes de bois, faire les réparations, aller en justice, etc.

On voit dans cet extrait de délégation que Joseph Guyet ne possédait pas que Linières, mais aussi des propriétés en Loire Atlantique.



Le régisseur François Millet de 1821 à 1823


Pour des raisons que nous n’avons pas pu élucider, Jean Guyet a été remplacé par François Emmanuel Millet en tant que régisseur résidant à Linières, suivant une procuration de Joseph Guyet passée devant un notaire de Paris, en date du 26 janvier 1821 (10). Il « donne pouvoir de, pour lui et en son nom, régir et administrer celles de ses propriétés dépendant du domaine de Linière, situées sur la commune de Chauché, Saint-André-Goule-d’Oie, les Essarts, Saint-Fulgent, les Landes-Genusson, Aigrefeuille, Machecoul ». Nous avons cinq baux qu’il signe en tant représentant du bailleur entre le 14 octobre 1821 et le 26 mars 1823. Après quoi c’est Joseph Guyet qui signe en personne et Jean Guyet réapparait en tant que signataire à partir de février 1826. Nous n’avons pas encore repéré François Millet à l’état-civil et nous ne le connaissons pas.

François Millet n’a jamais rédigé de baux alors que Jean Guyet en a rédigé 6 et que Joseph Guyet en a rédigé 8. La moitié d’entre eux a donc été rédigé par des notaires, dont le cousin Benesteau de Sainte-Cécile qui en a rédigé 7. Les autres baux notariés l’ont été dans les études des Essarts, Saint-Fulgent, et Chavagnes.

Jean Guyet en a rédigé et signé quatre à Linières, et seulement deux autres baux ont été rédigés et signés dans la métairie affermée. La plupart du temps, les parties se transportaient  chez le notaire ou chez un particulier à l’Oie (Gaborieau et Pignard), ou aux Essarts (Petiteau et Chapuis). Une fois on précise que le particulier en question est une auberge, à l’Oie, commune de Sainte-Florence (à l’époque), chez Gourraud jeune. Mais les baux rédigés par Joseph Guyet, on l’a vu, ont été signés à Saint-Fulgent dans sa famille.

La signature des fermiers sur les baux ne concernent que 60% de ceux-ci. Beaucoup ne savaient ni lire ni écrire.

(1) Archives de Vendée, collection Pailloux, 25 J 102, document concernant l’affermage des Carrés des Margonnais à Champagné les Marais en Vendée.
(2) Archives de Vendée, Etude du notaire de Saint-Fulgent Frappier, 3 E 30/138, dossier Guyet.
(3) www.famillesvendeennes.fr  
(4) Archives de Vendée, registre paroissial de Saint-André-Goule-d’Oie, acte de naissance de Rose Roger du 10 avril 1791 (vue 6).
(5) Archives de Vendée, registre d’état-civil de Bournezeau, acte de naissance de Jean Baptiste Guyet du 13 juin 1816 (vue 26).
(6) Archives de Vendée, registre d’état-civil de Sainte-Cécile, acte de décès de Rose Roger du 4 juin 1873 (vue 62).
(7) Archives de la Vendée, déclarations de succession au bureau de la Roche-sur-Yon le 10 avril 1829 (vue 23).
(8) Archives de Vendée, registre d’état-civil de Puyravault, acte de mariage Guyet/Galliot du 10 juillet 1843 (vue 237).
(9) Archives de Vendée, Etude de notaire de Saint-Fulgent Frappier, dossier Guyet : 3 E 30/138, bail de la métairie du Bourg de Saint-André-Goule-d’Oie du 15-2-1804 à Herbreteau.
(10) Archives de Vendée, Etude de notaire de Saint-Fulgent Frappier, dossier Guyet : 3 E 30/138,
bail de la Godelinière (Landes-Genusson) du 14-10-1821 à Loizeau et Poirier.

Emmanuel François, tous droits réservés
Août 2012, complété en août 2014

POUR REVENIR AU SOMMAIRE