mercredi 2 juillet 2014

La fortune foncière des châtelains de Linières au 19e siècle


La poursuite par les Archives départementales de la Vendée de la numérisation des anciennes déclarations de succession, maintenant jusqu’à la fin du 19e siècle, et leur mise en ligne sur son site internet, nous apportent des informations précieuses sur la fortune foncière des châtelains de Linières dans cette période. Cette fortune est née dans le bocage avec l’achat du domaine de Linières à Chauché en 1800 par Joseph Guyet, à sa future épouse. Elle est née aussi dans le marais poitevin avec l’héritage en 1807 de la mère de Joseph Guyet à Champagné les Marais et Puyravault, Catherine Cousin. Avec l’investigation des archives notariales de Paris aux Archives nationales, nous pouvons mieux comprendre comment ce patrimoine a évolué.

Les propriétés dans le marais


A Champagné, Joseph Guyet hérita de l’important domaine de la Loge du Chail et à Puyravault de la cabane de la Grande Balise. Il racheta probablement les parts des autres héritiers pour devenir l’unique possesseur des 252 hectares de ces deux cabanes, comme on appelle les domaines dans le marais poitevin. En 1814, il acheta le château de Champagné, situé dans le bourg de la commune, avec ses dépendances, à Marie Louise Julienne Gazeau de la Bransdanière, dernière dame de Champagné. Il laissa ainsi à son fils, et unique héritier, une surface de 466 hectares dans les marais. Le fils, Guyet-Desfontaines, fit l’acquisition de 19 hectares, laissant à son épouse qui lui survécut la propriété de 485 hectares. Le 3 mai 1865, celle-ci, Antigone Emma Pineu-Duval, vendit le château de Champagné à la famille Auger (1). Son petit-fils, Marcel de Brayer, hérita du reste, soit 482 hectares. A la mort de  ce dernier en 1875 nous ne connaissons pas la composition de ces domaines dans le marais. Les archives conservées du bureau des déclarations de succession de Chaillé les Marais ont un vide pour la période concernée par sa déclaration de succession, du 12 juin 1875 au 26 juillet 1876. Heureusement, il n’en est pas de même pour les autres déclarations faites dans le bocage. 

Sèvre Niortaise débouchant dans la mer
Pendant la période 1830/1868, il ne semble pas qu’on ait desséché des marais dans les deux communes de Champagné et Puyravault. Cela s’est fait au temps de Marcel de Brayer dans les années 1870. Avec vingt autres propriétaires, celui-ci adhéra en effet à la « Société des lais de mer de Champagné et Puyravault », constituée pour des travaux de dessèchement des marais et lais de mer sur ces deux communes (2) bordant la baie de l’Aiguillon. Les lais de mer sont les terres nouvelles formées par dépôts d’alluvions sur le rivage.

Guyet-Desfontaines procéda à un découpage de ses propriétés sur Champagné, et à sa mort elles constituaient 22 locations différentes de prés et carrés des marais, y compris un petit marais salant. Son épouse fit quelques regroupements, aboutissant à 16 locations différentes, dont 12 étaient les mêmes qu’au temps de son mari.

Ce qui frappe dans les valeurs de revenus déclarées au moment des successions, c’est le rendement financier bien meilleur dans le marais que dans le bocage. Nous avons fait les calculs comparatifs au décès de Guyet-Desfontaines en 1857, entre ses 930 hectares qu’il possédait dans le bocage et ses 485 hectares dans le marais. Les revenus annuels à l’hectare dans le marais (1146 F) s’élevaient au double de ceux trouvés dans le bocage (549 F). Cet exemple est probablement représentatif. L’élevage, dont les prix ont augmenté plus vite dans la première moitié du 19e siècle que ceux des céréales, était pratiqué de manière bien plus importante dans le marais, ce qui explique sans doute cet écart. La fertilité des terres était aussi bien meilleure, et nous avons pu constater que les frais d’entretien des canaux ne représentaient pas alors une charge importante.

Le domaine de Linières et ses métairies


Dans le bocage, Joseph Guyet avait acheté Linières et ses 14 métairies à sa future épouse en 1800. S’il apparaît très probable que les métairies de la Mauvelonnière, Vrignais et Guérinière, et les deux métairies de Linières, sont nées sur le territoire du fief appelé Droullinière (devenu Linières) à l’origine, les autres métairies ont sans doute fait l’objet d’achat ou d’héritages au fil des siècles. C’est le cas de la Fontaine à Saint-Fulgent, qui appartenaient en 1729 à Charles Royrand, seigneur de la Roussière, et qui l’a cédée ensuite à Marie Agnès Badereau, épouse du seigneur de Linières, Louis Venant Cicoteau (3). Mouvante alors de la seigneurie du Puy-Greffier, elle contenait « terre à 4 bœufs » dans le texte de l’aveu de Saint-Fulgent de 1774, et 40 hectares en 1830. C’était le cas aussi de la métairie de la Chevantonnière (devenue Chantonnière) contenant aussi  « terre à 4 bœufs » (47 hectares en 1830). Marie Agnès Badereau l’avait eue en héritage de son père Jude Badereau, mouvante elle aussi de la seigneurie du Puy-Greffier (4). Son père, qui avait été auditeur à la chambre des comptes de Bretagne, lui avait aussi légué d’autres terres sur cette paroisse, notamment dans le fief Peron, mouvant du fief Rollin, lequel avait été réuni à la seigneurie de Saint-Fulgent (5).

Mme de Lespinay, remariée à Joseph Guyet, avait racheté le domaine en 1796, devenu bien national en 1793, suite à l’émigration de son ex-mari Charles de Lespinay. Ce chiffre de 14 comprend des métairies regroupées comme aux Essarts ou à Linières même, où il y avait deux métairies, l’une dite de « Gauche » et l’autre dite de « Droite ». La première, appelée aussi « métairie du château », sera celle de la famille Breteau au 20e siècle, et la deuxième, appelée aussi « métairie de Linières », deviendra la Louisière au début du 20e siècle. Ce repère directionnel de désignation des deux métairies se justifie en regardant dans la direction du nord.


Ancienne châtellenie de la Godelinière
Joseph Guyet vendit la métairie des Boulligneaux (Saint-Martin-des-Noyers), qui avait été achetée en 1791 par Charles de Lespinay. Il acheta le petit domaine de la Godelinière comprenant un château, une métairie et une borderie aux Landes-Genusson (6). Celui-ci avait été confisqué à Edouard Mesnard de la Barotière, guillotiné à Paris pendant la Révolution. Cet achat du 21 avril 1798, par adjudication à la bougie, s’est réalisé pour la somme très importante de 247 300 F. Rappelons-nous que le domaine de Linières et ses 14 métairies avait été acheté deux ans plus tôt pour 185 560 F. Les revenus annuels de la Godelinière, déclarés par l’expert désigné pour fixer le prix de la première enchère à 10 710 F, s’élevaient à 714 F. Dans un bail de 1821, le fermage était de 2 000 F. Multiplié par vingt, comme on faisait à l’époque pour évaluer le montant théorique du capital, cela donnait une valeur de 40 000 F. Mais on était en 1798, dans une époque de méga inflation des prix, et la monnaie en circulation ne valait plus rien. On venait de retirer les assignats pour les remplacer par des mandats territoriaux qui sombrèrent eux-aussi. En juillet 1797, on était revenu à la monnaie métallique. Suivant la loi, la moitié du prix de la vente devait être acquittée dans le mois suivant l’achat. De plus, un cinquième du prix était payé comptant en numéraire et un autre cinquième payé en monnaie papier dans les six mois. Enfin 40 % du prix pouvait être payé par quart annuel dans les quatre années suivant la vente, mais avec un intérêt des sommes restant à payer de 5%. Il serait intéressant de connaître, si c’est possible, comment l’acheteur ne s’est pas ruiné en s’engageant sur une telle somme. Puisqu’il semble bien avoir fait de bonnes affaires et s’être enrichi. Il avait vrai qu’une telle inflation enrichissait les emprunteurs.

Joseph Guyet acheta aussi le moulin de la Clochette à Saint-Fulgent, revendu par son fils, et le bois de l’Angebaudière à Bazoges-en-Paillers (12 ha). Il possédait aussi à Aigrefeuille en Loire-Inférieure, environ une trentaine d’hectares dans la borderie des Loges, acquise comme bien national par Félicité Duvigier, devenue son épouse. Celle-ci  avait concédé un bail de 5 ans avec le fermier occupant les lieux, Julien Hervouet, le 25 décembre 1797. Ce dernier avait effectué des réparations, et pour le rembourser il fut exonéré du paiement de la ferme pendant les 5 années. Les séquelles de la guerre étant probablement à l’origine des réparations à effectuer (7).

Au total en 1857, le fils de Joseph Guyet, Marcellin Guyet-Desfontaines possédait dans le bocage 17 métairies rattachées au domaine de Linières, plus le domaine de la Godelinière et les Loges.

C’était de grandes métairies d’une cinquantaine d’hectares en moyenne. Il y en avait une à Saint-André-Goule-d’Oie : les Noues (52 ha). Quatre autres étaient situées à la fois sur St André et sur Chauché : deux à Linières (totalisant 90 ha), la métairie du bourg de Saint-André (31 ha) et la Morlière (53 ha). Aux Essarts on trouvait les métairies de la Gagnolière (51 ha), la Nouette (46 ha), la Touche du bas (41 ha) et Bellevue (41 ha). Les deux dernières seront vendues par madame Guyet-Desfontaines après 1857. A Chauché il y avait la métairie du Vrignais (54 ha, dont 5 ha situés sur la commune des Essarts), celle de la Mauvelonnière (49 ha) et celle de la Guérinière (65 ha). Enfin à Saint-Fulgent on trouvait cinq métairies : la Morinière (52 ha), la Fontaine (40 ha),  la Chantonnière (47 ha), la Roche au Roi (61 ha) et la Grande Roussière (61 ha). Ces surfaces sont restées identiques entre 1830 et 1875.


Château de Linières (1875-1912)
Avec l’instauration du premier cadastre foncier en 1838, dit « napoléonien », on trouve dans les déclarations de successions de Guyet-Desfontaines en 1857, l’indication de chacune des parcelles. Ainsi à Saint-Fulgent les cinq métairies sont décrites en 292 parcelles cadastrales avec leurs noms, numéros, surfaces et revenu cadastral. Il en est de même pour le château de Linières. Cela permet de préciser quelques points de géographie des lieux, comme les bois, les landes, les bâtiments, les points d’eau etc. Ces détails ne sont donnés que pour le bureau de Montaigu à cette date. Mais ils ne permettent pas de se rendre compte néanmoins de la fin des terres en landes, pour la pratique des jachères, faute d’une indication suffisamment fiable, systématique et comparative entre deux dates.

Mais on apprend qu’autour du nouveau château construit à Linières en 1871/1873, on a réuni 17 hectares de terres, dont une grande part soustrait aux deux métairies, pour les destiner aux nouveaux jardins, parcs, étang, etc.

En 1875, il restait encore de vieux bâtiments à Linières, est-il indiqué dans la déclaration de succession de Marcel de Brayer. Cela confirme d’autres informations. C’est après cette date, et sur l’initiative d’Amaury-Duval, que seront construits à la place de ces anciens bâtiments la conciergerie près du château, achetée en 1912 par Louis François. Et dans le même temps seront construits aussi les bâtiments de la métairie dite de « Gauche » qui deviendra propriété des Breteau au 20e siècle. Les bâtiments de la Louisière (anciennement métairie dite de « Droite ») seront construits au tout début du 20e siècle. Et en attendant, les bâtiments d’habitations du métayer et d’exploitations se trouvaient toujours à Linières. Ils ne furent démolis par L. de la Boutetière, qu’après la construction de la Louisière.

Etang de Linières
Quant au nouvel étang, nous apprenons qu’il était déjà creusé en 1875. Il a dû l’être en même temps que l’on construisait le château entre 1871 et 1873. Nous savons maintenant qu’il a été creusé à l’endroit d’un ancien étang, abandonné au 18e siècle aux broussailles, où ne devait plus couler que le ruisseau de la Fontaine de la Haute Gandouinière. L’existence de cet ancien étang est attestée dans des documents du 17e siècle (8), ainsi qu’au moins un moulin à vent sur la colline du côté est, dans le champ appelé depuis « le champ du moulin », faisant partie de la métairie du bourg de Saint-André au début du 19e siècle.

Le bois du Vrignais (ou Vergnais), dont l’existence est attestée à la fin du 18e siècle par la carte Cassini, existait toujours au moment du rachat de Linières au domaine national en 1796.

Dans l’acte de rachat par Mme de Lespinay on relève une superficie de 20 boisselées, et il faut y ajouter 65 boisselées de bois de hautes futaies des Grandes Vergnais. Il semble que ces indications soient incomplètes néanmoins. Joseph Guyet a entreprit de le défricher en partie en 1830 (9). En 1875 il en restait au moins encore 4 hectares. Et on indique aussi l’existence d’un bois taillis sur la métairie Droite (Louisière), qui semble logiquement ne faire qu’un avec le bois du Vrignais sur la carte Cassini.

Le taillis de la Bergère, proche du château, totalisait 20 hectares en 1796 et il est à nouveau cité dans la déclaration de succession de 1875, mais réduit à 4 hectares 80 ares. Une autre parcelle, appelée le Bois de Linières, était en futaie avec seulement 38 ares en 1875.

Le bois de haute futaie du Coudray (25 boisselées) et le bois de haute futaie de la Hutte (20 boisselées), cités dans l’acte de 1796, ne paraissent pas en 1875. On peut valablement en déduire qu’ils ont été défrichés entre ces deux dates.

Un détail intéressant nous est indiqué dans la déclaration de succession de Joseph Guyet en 1830 au bureau de Luçon. En reportant les surfaces des domaines en hectares, ares et centiares, le receveur a rappelé leur équivalent dans l’ancienne mesure en journaux utilisée dans le marais. On sait ainsi qu’un journal y valait 0,342 hectare.

Les déclarations de succession en 1830, 1857, 1868 et 1875


Les déclarations de successions des propriétaires de Linières ont été faites par mandats donnés aux membres vendéens de la famille.

Dans le marais, c’est le notaire de Chaillé les Marais, Hilaire Martineau (1794-1866), qui déclare la succession de Joseph Guyet en 1830 au bureau de Luçon. Il était son neveu par alliance, marié à Rose Guyet, la fille de son frère Jacques Charles Guyet. Cette nièce eut pour frères le capitaine de vaisseau Charles Jean Baptiste Guyet (Voir le dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives de Vendée : Charles Jean Baptiste Guyet), l’avocat parisien Eugène Guyet, Armand Germain Guyet, notaire à Marans.

Charles Jean Baptiste Guyet    Eugène Guyet
J. A. Barre (1811-1896) : caricatures des personnes 
qui fréquentaient le salon de Mme Guyet-
Desfontaines (musée de la Monnaie de Paris)
C’est le même Eugène Martineau qui fit la déclaration de succession de son cousin Guyet-Desfontaines en 1857 à Luçon. A noter qu’il n’était qu’un cousin très éloigné du beau-frère de Joseph Guyet, Etienne Martineau. C’est son fils, Frédéric Martineau (1826-1876) qui déclara en 1868 la succession d’Antigone Emma Pineu-Duval, veuve de Guyet-Desfontaines (10) au bureau de Chaillé-les-Marais. Celle-ci l’avait accueilli à Paris dans les années 1840, au temps de ses études de droit. Et dans une lettre à Marcel de Brayer il lui écrit : « J’ai reçu hier de Maître Panhard, extrait des testaments de votre chère grand-mère, et je vous assure que j’étais à mille lieues de supposer que l’accomplissement du plus élémentaire des devoirs eut pu m’attirer une si énorme générosité. Ce n’est pas elle qui me devait de la reconnaissance. C’est moi qui ai été comblé, sa vie durant, de ses bontés et qui en ai gardé un souvenir ineffaçable. Pour moi qui ai eu le bonheur d’être admis dans son intimité pendant mon séjour à Paris, elle a eu les attentions d’une mère, et j’ai conservé de ces trois années une impression qui me charme encore à vingt ans de distance. » (11). Mme Guyet-Desfontaines lui avait fait don dans son testament d’un capital de 20 000 F, somme importante, en reconnaissance des services rendus par son père et par lui, puisqu’ils s’étaient occupé de gérer les biens des Guyet-Desfontaines dans le Marais (12).

Dans le bocage, les déclarations de succession furent plus nombreuses. Pour les métairies des Essarts, les déclarations se sont d’abord faites au bureau de la Roche-sur-Yon en 1830, puis à celui des Essarts ensuite. Pour les métairies situées dans le canton de Saint-Fulgent, les déclarations se sont faites au bureau de Montaigu, puis à celui de Saint-Fulgent à partir de 1886. Enfin pour la métairie de la Godelinière, les déclarations se sont faites au bureau des Herbiers en 1830 et en 1857. Pour les terres à Aigrefeuille, on déclarait au bureau d’Aigrefeuille, mais le registre comprenant les déclarations de 1830 est inaccessible aux Archives départementales de Loire-Atlantique en raison de son mauvais état de conservation.

En 1830 c’est Alexandre Gourraud (1791-1853), juge de paix à Saint-Fulgent, qui déclara les successions de son oncle par alliance Joseph Guyet, à Montaigu, la Roche-sur-Yon et les Herbiers. Il avait en effet épousé en 1825 à Saint-Fulgent Rose Adélaïde Martineau (1797-1864), la fille de Catherine Guyet, sœur aînée de Joseph Guyet.

En 1857, un autre cousin a pris la relève pour déclarer la succession de Guyet-Desfontaines.  Hyacinthe Narcisse Legras de Grandcourt (1794-1880), alors lieutenant-colonel en retraite à Saint-Fulgent, fit cette démarche à Montaigu et donna mandat au notaire de Saint-Fulgent, Me Pertuzé, pour la faire aux Essarts et aux Herbiers. Il s’était marié en 1833 avec Elise Agathe Martineau (1799-1875), née à Linières et sœur de Rose Adélaïde citée ci-dessus. M. Guyet-Desfontaines en avait fait son mandataire pour gérer le domaine de Linières avec toutes ses métairies au moins dès 1853 (12). Et lui aussi reçut dans le testament de Mme Guyet-Desfontaines en 1868 l’usufruit d’un capital de 20 000 F, son fils Eugène en recevant la nue-propriété.

Eugène de Grandcourt
Source : archives de Vendée
En 1868, Marcel de Brayer délégua un clerc de notaire pour faire la déclaration de succession de sa grand-mère à Montaigu. Mais au bureau des Essarts, il s’est fait représenter par Eugène Legras de Grandcourt (1834-1883), fils du précédent. Il était en même temps avocat à Nantes, demeurant rue de Saint-André. C’est d’ailleurs lui qui fit aussi les déclarations de succession de Marcel de Brayer lui-même en 1875 aux bureaux de Montaigu et des Essarts. A cette date il avait remplacé son père dans la gestion du domaine de Linières. On ne fit pas de déclaration aux Herbiers, Mme Guyet-Desfontaines ayant vendu la Godelinière en 1860 à M. Robert (13).

Ces déclarations de succession n’ont concerné que les biens immeubles, les biens meubles étant normalement déclarés au bureau comprenant dans leur ressort le domicile principal du décédé, qui était Paris en ce qui concerne les châtelains de Linières dans cette période. Nous avons une exception pour les biens meubles garnissant le château de Linières, qui étaient déclarés au bureau local de Montaigu puis de Saint-Fulgent. En 1875 ils sont estimés à 5 064 F, après un inventaire effectué par le notaire de Saint-Fulgent. En 1889 l’estimation a diminué à 4 543 F.

Les droits de succession


Pour les biens déclarés, les droits de succession étaient donc payés par les héritiers directement eux-mêmes à l’administration de l’Enregistrement et des Domaines, au bureau local du registre de recette des déclarations de mutations par décès. On ne passait pas par un notaire comme maintenant. En ligne directe de parents à enfants ou petits-enfants on payait en 1830 et 1857 un droit de 1% de la valeur en capital du patrimoine. La veuve de Guyet-Desfontaines a dû payer un droit de 3 % en 1868. Pour le grand-oncle Amaury-Duval, héritant de son petit-neveu, les droits ont été de 7% calculés sur la même base. On sait que pour des legs faits dans un testament à des personnes sans lien de parenté avec le testateur, les droits s’élevaient à 11 % (14).

Pour donner une valeur en capital aux biens déclarés, on continuait d’appliquer une méthode simple, celle qui servait depuis très longtemps à racheter les rentes foncières perpétuelle. On multipliait par vingt le revenu annuel du bien. Pour les métairies des Guyet, il suffisait de déclarer le loyer perçu auprès des métayers, d’autant que les baux n’étaient plus chez eux à partage de fruits, où on peut invoquer les aléas et les difficultés de l’agriculture pour minorer les revenus, mais à prix d’argent. En 1830 dans le bocage, les revenus déclarés par Alexandre Gourraud furent nettement inférieurs aux fermages perçus, ce qui ne fut pas le cas dans le marais, ni ultérieurement. Peut-être est-ce dû à une règle fiscale de circonstance, car il ne nous est pas possible de soupçonner un juge de paix de fausse déclaration. Dans ce cas, nous n’avons retenu dans nos calculs pour nos analyses que les valeurs des fermages pour les métairies où nous les connaissions.

Les prix des fermes de 1830 à 1868 dans le marais et dans le bocage


Les revenus déclarés comprenaient, outre le fermage, la valeur des menus suffrages. On se souvient qu’il s’agissait de la fourniture annuelle de quelques volailles et cire d’abeilles, lin (désigné par le mot fil), etc. Ils étaient variables et propres à chaque bail, se montant à 15 F en général par an, ou 30 F quand on rajoutait la valeur des corvées. Dans le bocage, on voit que la vente de paille en 1857 a constitué un revenu du propriétaire dans certaines métairies.

Dans le marais il fallait aussi ajouter la cotisation au syndicat chargé d’entretenir les canaux et installations des marais desséchés, qui était payée par les fermiers. L’administration les considérait comme des charges de propriétaires et réintégrait leurs montants dans les revenus perçus. Il en était de même des impôts fonciers qui avaient remplacé les anciennes redevances seigneuriales. Ils continuaient d’être payés par les fermiers généralement, mais le fisc en réintégrait la valeur dans les revenus des propriétaires. Il reprenait, se faisant, l’argumentaire des propriétaires au moment de la Révolution. Quand certains métayers demandèrent à bénéficier de la suppression des droits féodaux, et à ne pas payer les impôts fonciers qui les avaient remplacés, les propriétaires rétorquèrent que cette suppression revenait à eux et non pas aux fermiers. Sinon il leur faudrait augmenter le fermage. Dans un total de fermage de 31 889 F, les impôts fonciers se montaient à  1 900 F, soit 6% du montant du fermage en moyenne. Cette valeur est nettement moindre que le seul droit de terrage féodal d’autrefois, le plus souvent à 16% dans la région (la « sixte partie des fruits »).


La Morelière
Les prix annuels des fermes en 1875 classent les métairies du bocage en deux catégories. Il y a celles de bons rapports avec un fermage autour de 50 F l’hectare pour la Grande Roussière, la Chantonière, la Roche au Roi, le Vrignais, la Mauvelonnière et la Morelière. Les métairies de moins bons rapports, avec un loyer autour de 43 F l’hectare sont la Fontaine, la Morinière, les Noues, le Bourg de Saint-André, Linières et la Guérinière.

Que nous apprennent les valeurs de revenus déclarés en 1830, 1857 et 1868 ?

Dans cette période de 38 années, les fermages dans le marais ont augmenté pour l’ensemble des propriétés de 105 %, dont 77% dans les 27 premières années et 15% dans les 11 années suivantes. Il n’est pas facile d’analyser ces augmentations dans le détail des propriétés, à cause des changements importants de leurs périmètres. Seules deux métairies, mais totalisant 252 hectares (54 % du total des surfaces), peuvent être suivies sur l’ensemble de la période. Leurs deux revenus n’augmentent que de 46% de 1830 à 1857, mais de 20% de 1857 à 1867. On peut en déduire que les augmentations de revenus ont été plus élevées sur les autres locations, et que les importants changements de périmètre des domaines loués avaient pour but d’y contribuer.

Tableau de Julien Dupré
Dans le bocage les augmentations de revenus peuvent être observées sur 8 métairies totalisant près de 400 ha. De 1830 à 1857, l’augmentation moyenne est de 31% seulement, soit un peu moins de la moitié de celle observée dans le marais. L’élevage, qui rapportait davantage alors, y était moins pratiqué. Faut-il retenir que les reconstructions consécutives à la guerre de Vendée ont pu plomber les revenus dans le bocage, ce qui n’a pas été le cas dans le marais, exempt des combats et exterminations ? Nous ne le pensons pas, car la période d’observation commence après trente années de reconstruction.

De 1857 à 1868 les augmentations de revenus dans le bocage sont en moyenne de 50 %, c'est-à-dire plus fortes que dans le marais. C’est beaucoup sur une aussi courte période. Et dans la période suivante, de 1868 à 1875 (succession de Marcel de Brayer), les revenus dans le bocage augmentent encore de 27 %. Ce qui a changé est la mise en œuvre des progrès techniques, supprimant l’assolement avec jachère et favorisant les cultures fourragères. Celles-ci ont permis de développer l’élevage alors que ses ventes ont connu une forte hausse des prix pendant la période. Dans le même temps, les prix des céréales ont peu augmenté, favorisant le mouvement vers l’élevage. D’autant que les progrès techniques ont aussi concerné l’élevage avec les efforts des autorités pour les développer. L’époque a connu par exemple le lancement des comices agricoles cantonaux en Vendée, où des fermiers de Linières ont obtenu des premiers prix.

En restant sur la période de 1830 à 1868, l’augmentation moyenne dans le bocage s’élève à 96 %, très proche de ce qu’on observe dans le marais. On serait tenté de voir dans ces chiffres les richesses apportées par les nouvelles techniques de charrues en fer et des engrais, dont ont surtout bénéficié les terres du bocage. Ces nouvelles techniques ont permis d’y développer l’élevage, dont les prix ont augmenté en France jusqu’en 1875 précisément, diminuant ensuite. Mais alors pourquoi le marais a lui aussi connu une hausse aussi importante des revenus agricoles dans notre exemple ? Il faudrait d’abord vérifier l’évolution régionale des prix agricoles à cette époque, au lieu des indications nationales, pour poursuivre l’analyse.

Au terme de cette présentation sur cette immense fortune, on est curieux de savoir comment elle a été dilapidée en si peu de temps ensuite, aboutissant même à la disparition du château tout neuf de Linières.

Les évolutions de 1875 à 1912


Amaury-Duval s’est défait des possessions des Guyet dans le marais poitevin. On ne trouve pas en effet de déclaration de sa succession au bureau de Chaillé les Marais en 1886. Et il a vendu trois métairies du domaine de Linières, faisant passer la surface possédée de 750 hectares à 600 hectares. Il s’est séparé de la Gagnolière et de la Nouette aux Essarts, ainsi que de la Chantonière à Saint-Fulgent. La perte de revenus correspondante a été en partie compensée par une hausse de 10 % en moyenne des fermages de 1875 à 1885. Etait-ce nécessaire de vendre pour payer les travaux de construction de la conciergerie et des bâtiments de la métairie de Linières « gauche », occupée alors par la famille Brochard ? Nous n’avons pas eu accès aux comptes et nous ne pouvons pas répondre.

Néanmoins on estime qu’en 1868, au moment de sa succession, Mme Guyet-Desfontaines, avaient des revenus annuels d’environ 100 000 F : répartis ainsi :
-        32 000 F provenant de la terre de Linières composée de diverses métairies situées sur les communes de Chauché, St André, les Essarts et St Fulgent
-        32 200 F provenant de la terre de Champagné composée de terres, prés, bâtiments, située sur les communes de Champagné les Marais et Puyravault
-        16 000 F des loyers d’un immeuble à Paris rue du Faubourg Montmartre, no 47, plus 10 500 F de valeurs fiscales provenant d’autres immeubles habités ou loués
C’est le montant des revenus immobiliers qu’a déclaré Marcel de Brayer, sur la demande du receveur de l’Enregistrement à Paris. A ce total de 90 700 F, on peut aisément ajouter les revenus des placements financiers pour aboutir à 100 000 F de revenus annuels, et ceci probablement en net (12).  
Maintenant il ne faut pas oublier la générosité de Mme Guyet-Desfontaines dans sa succession en 1868, qui a distribué 13 100 F de rentes annuelles viagères, dont 10 000 F pour son frère Amaury-Duval de la même génération qu’elle. Elle a aussi fait verser des capitaux à 15 personnes, se montant à un total de 108 700 F. Son petit-fils Marcel de Brayer s’est contenté de recommander dans son testament la continuation du versement des rentes décidées par sa grand-mère, et n’a pas fait de dons en argent. Mais il a lui-même beaucoup dépensé. Une indiscrétion policière nous apprend qu’il a payé 150 000 F pour installer une maitresse avec qui il vécut dix-huit mois à Paris (15). Et il construisit le nouveau château de Linières.

On pourrait naturellement, s’agissant d’un grand-oncle héritier, se demander si l’impôt sur les successions n’a pas pesé sur le patrimoine. Imposé à 7 % du capital en 1875, il a payé un impôt sept fois plus élevé que pour une succession en ligne directe. Mais cela a représenté l’équivalent d’à peine une année de revenus. Son cousin au 5e degré, Eugène de Marcilly, a payé une imposition de 9 % du capital en 1885. Mais le calcul du capital était passé entre temps de 20 fois le revenu annuel à 25 fois. L’impôt sur les successions a ainsi représenté pour le cousin l’équivalent d’un peu plus de deux années de revenus. Vu d’aujourd’hui c’est très peu, où le prélèvement est proche de 60 % pour des cousins au-delà du 4e degré de parenté, organisant une ponction par l’Etat équivalent à la valeur du patrimoine, en deux générations de cousins. Ce n’est donc pas le fisc qui est à l’origine de la fin du domaine de Linières.

La disparition du régisseur Eugène de Grandcourt fut aussi un malheur au plan matériel pour le domaine de Linières. Après la disparition de ce dernier, Amaury-Duval voulu confier sa fonction de régisseur au notaire de Saint-Fulgent qui s’occupait de ses affaires, Me Cahors. En final ce fut un clerc de notaire de ce dernier qui fut choisi, Pierre Brevet, aux termes d’une procuration du 15 mai 1883. Le choix ne fut pas heureux, l’intéressé acheta un cabinet d’huissier à Palluau, mais il s’est dit qu’il avait été destitué de cette fonction. Après quoi il serait revenu s’installer comme forgeron à Saint-Fulgent ! (16).

Gaston de Marcilly (dessin de J. Levis)
M. Eugène de Marcilly, qui a hérité du domaine légué par Amaury-Duval, a conservé intacte les métairies possédées, semble-t-il. Mais lui aussi dû faire face à la générosité testamentaire d’Amaury-Duval cette fois (17). Passons sur les donations en nature, de ses tableaux en particulier, que nous ne pouvons pas évaluer. Il n’a distribué en capital qu’une somme de 22 700 F à six personnes différentes, la valeur d’une douzaine d’hectares en bonne terre. Mais en rentes viagères annuelles il légua un montant total de 30 600 F, ce qui représentait une quantité importante des revenus du patrimoine légué. Avait-il conscience que ses successeurs pouvaient ne pas être aussi modestes que lui dans leur train de vie ? En tout cas il était sensible au sort de ses proches. Parmi les 19 bénéficiaires de ses rentes il y eut la jeune femme, Anne Depitre, qui l’a aidé en tout bien tout honneur dans ses dernières années de vieillesse : elle reçut 10 000 F de rente viagère, dont 3 000 F réversible pour sa fille. Significatives sont les rentes pour le curé de Saint-André-Goule-d’Oie et pour celui de Saint-Hilaire-de-Mortagne (auparavant vicaire à Saint-André) : 600 F chacun. Elles étaient données pour les secours aux pauvres de la paroisse en réalité. Le jardinier Roulleau reçu 300 F de rente. Jusqu’en 1941 on trouve trace d’une inscription au bureau des Hypothèques à Paris au profit d’un bénéficiaire d’une rente viagère d’Amaury-Duval remontant à 1886 (17). On a là un cas limite, mais il est sûr que pour ses légataires, les rentes viagères d’Amaury-Duval ont constitué un poids. Ses héritiers se sont crus plus riches qu’ils n’étaient probablement.

C’est par un même acte, devant un notaire de Paris en juin 1886, que fut enregistré le consentement aux legs par le légataire universel, Eugène de Marcilly des deux prêtres cités et du jardinier. Pour les deux premiers celui-ci a affecté une hypothèque à hauteur de 12 000 F chacun, et de 6 000 F pour le jardinier, gagée sur un immeuble de 540 m2, avenue de Villiers à Paris, lui appartenant. En conséquence les bénéficiaires des rentes « se sont désisté du privilège résultant du testament en ce qu’il frappe la terre de Linières », ne conservant le privilège testamentaire que pour un immeuble du Faubourg Montmartre faisant aussi partie de l’héritage (18). Cette volonté d’Eugène de Marcilly de privilégier Linières dans la gestion de l’héritage est à souligner quand on connait sa fin. 

C’est après Eugène de Marcilly, avec ses fils Gaston et Guy de Marcilly, à partir de 1890, que la situation financière du propriétaire s’est détériorée et qu’on a vendu des métairies. On a retrouvé notamment la vente des deux métairies des Grandes Roussières et de la Fontaine à Saint-Fulgent, à un nommé Rouzeau le 19 avril 1894 (notaire Baland de Saint-Fulgent), pour 115 000 F. au total. Leurs fermes annuelles s’élevaient alors à 5000 F. après impôt foncier (19).

Puis le domaine fut vendu en 1897 aux enchères publiques par le tribunal civil de première instance de la Roche-sur-Yon. L’ensemble ne comptait plus alors que 418 hectares, avec 8 corps de ferme (20). La vie dispendieuse du dandy qu’était Gaston de Marcilly, jouant aux courses pas toujours avec bonheur, constitue un élément d’explication à sa déconfiture financière.

Puis l’acquéreur du domaine, en l’audience des criées du tribunal de la Roche-sur-Yon, M. Auriault, vendit la métairie des Noues à Célestin Loizeau, de Nantes, puis celle du bourg de Saint-André à Maixent Girard. Dix mois après son acquisition il revendit en 1898 le domaine de Linières, dont la contenance avait été ramenée à 300 ha. On ne comptait plus alors que les deux métairies de Linières, et celles de la Morelière, la Mauvelinière, la Guérinière et la Vrignaie. On n’a pas encore repéré à quelles dates furent vendues les deux métairies de Saint-Fulgent, de la Morinière et de la Roche au Roi. L’acquéreur et dernier propriétaire de Linières s’appelait Louis de la Boutetière.


(1) Informations données par M. Daniel Priouzeau.
(2) Archives de Vendée, Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Vendée : 4 Num 219/73 no 1 à 17 (1882), page 309 vue 302 et s.
(3) aveu du 23-6-1774 de Saint-Fulgent (Agnan Fortin) à la vicomté de Tiffauges (A. L. Jousseaume de la Bretesche), transcrit par Paul Boisson, Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 13, page 19.
(4) ibidem. Page 21.
(5) ibidem. Page 26, 27 et 28.
(6) Archives de Vendée, vente de biens nationaux 1 Q 259, no 917, vente de la Godelinière du 2 floréal an 6 (21-04-1798) à Joseph Guyet.
(7) Archives de la Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 18/18, ferme du 5 nivôse an 6 de la borderie des Loges de Mme Duviger à Hervouet.
(8) Archives de Vendée, Chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, déclarations roturières diverses de Pierre Moreau vers 1675.
(9) Archives de Vendée, étude de notaire de Saint-Fulgent, papiers Guyet : 3 E 30/138, bail du Bois de Vergnais du 8-7-1829 de J. Guyet à Bossu, Brodu et Belamy pour la période du 23-4-1830 au 23-4-1837.
(10) Famillevendeennes.fr
(11) Archives de la Société Eduenne d’Autun, Fonds Amaury Duval : K8 34, lettre de Frédéric Martineau à M. de Brayer du 4-12-1868.
(12) Testament de Mme Guyet-Desfontaines du 6 mai 1868, Archives nationales, notaires de Paris : MC/ET/XIV/898.
(13) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 20, famille Guyet.
(14) Actes testamentaires de Laure Longuemare, veuve Charles Louis Guyet, Archives nationales, études notariales de Paris, Me Pitaux : MC/ET/XIV/850.
(15) Gabrielle Hoube, Le livre des courtisanes, archives secrètes de la police des mœurs Tallandier, 2006, page 320.
(16) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 32-3, témoignage de C. B.
(17) Ecrits testamentaires de M. Amaury Duval, Archives nationales, études notariales de Paris, Me Pitaux : MC/ET/XIV/1032. 
(18) Hypothèque pour la rente d’Amaury-Duval au curé Martin et autres, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie : carton no 31, chemise XIII.
(19) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 32-1, copie de l’acte de vente du 19-4-1894 des métairies des Grandes Roussière et de la Fontaine par Guy de Marcilly et sa mère à Rouzeau.
(20) Archives de la Vendée, L’Avenir et l’Indicateur de la Vendée du dimanche 7 mars 1897 no 28 : 4Num 366/13, vente sur saisie immobilière du domaine de Linières, page 4. 


Emmanuel François, tous droits réservés
Juillet 2014 complété en septembre 2017

POUR REVENIR AU SOMMAIRE