mardi 9 août 2016

Les borderies et la métairie de la Porcelière aux 17e et 18e siècles

Les terres concédées au Moyen Âge par les seigneurs à des tenanciers leur rapportaient de moins en moins. La partie fixe en argent des droits seigneuriaux, était devenue une valeur symbolique à cause de la dévaluation des monnaies en circulation et des hausses de prix. En revanche les terres du domaine direct, qui entouraient les logis ou châteaux seigneuriaux, ont vu leurs profits bénéficier du retour à la prospérité agricole après la fin du Moyen Âge. Elles étaient exploitées par des ouvriers agricoles sous les ordres d’un régisseur. Mais de ce mode de faire valoir, nous n’avons pas trouvé trace à Saint-André-Goule-d’Oie, probablement à cause d’une documentation disponible trop récente. Celle-ci fait état d’exploitation par métayage dans les domaines seigneuriaux au plus tôt vers la fin du 16e siècle à la Roche Mauvin, par exemple.

Il s’en suit qu’on trouvait parfois dans la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie une juxtaposition de métairies et de petites propriétés sur le même tènement aux 17 et 18e siècles. C’est ce que nous montre l’abondance de la documentation concernant la Porcelière. Au 17e siècle on a repéré plusieurs borderies de quelques hectares, et le seigneur de la Rabatelière y possédait une métairie de 32 hectares. Nous reparlerons de celle-ci plus loin, mais pour commencer, voyons les petits propriétaires.

Quelques borderies de la Porcelière et un moulin à vent


D’abord on a la famille de Vaugiraud (de Bazoges-en-Paillers) qui possédait par héritage une borderie à la Porcelière. Elle avait été constituée par petits achats successifs à des propriétaires probablement dans le besoin au 17e siècle. Jacques Moreau acheta le 8 septembre 1633 à François Bourier et autres leurs parts et portions qui leur appartennaient dans des terres au tènement de la Porcelière (1). Il acheta aussi par arrentement des domaines non précisés à un nommé Beranger. En témoigne deux quittances des 23 avril et 10 juillet 1644 de 60 livres de paiement de sa rente (2). La fille de Jacques Moreau épousa en 1650 René de Vaugiraud, ce qui explique l’existence de cette borderie un siècle après.

En 1750 Jean Gabriel de Vaugiraud, chevalier seigneur de la Maigrière, demeurant à Mortagne, signe un bail en l’auberge du Chêne-Vert dans le bourg de Saint-Fulgent, avec les fermiers qui sont Jean Roy et sa femme Jeanne Brisseau. La borderie est affermée à prix d’argent moyennant 60 livres par an pour 7 ans (1751-1758). Les clauses sont celles habituelles des notaires de Saint Fulgent (3).


Dans les papiers de Pierre Moreau, prieur-curé de Saint-André-Goule-d’Oie, on trouve des quittances concernant des réparations pour un moulin à la Porcelière (4). Ici c’est l’homme privé qui est propriétaire du moulin et non le prieur, frère de Jacques Moreau, l’acheteur de terres évoqué ci-dessus. Malheureusement c’est la seule fois dans nos recherches où il est fait mention d’un moulin à la Porcelière, probablement à vent, et encore sur l’intitulé d’une pièce. On ne peut pas en dire plus.

Atelier du sabotier
On recense 19 déclarations roturières pour les années 1701 et 1702 faites par chaque propriétaire à son suzerain, le seigneur de Languiller. Parmi eux, 11 déclarants possèdent moins d’un hectare, et les autres ont de petites borderies. C’est qu’avec les héritages on divisait les propriétés, et pour vivre avec de petites surfaces, ne serait-ce qu’un jardin ou un verger, on pratiquait le louage de services ou l’artisanat. Les nombreux artisans, tisserands, sabotiers, boulangers, tailleurs d’habits, etc. restaient habiter dans les villages. D’autres habitants devenaient laboureurs à bras ou laboureurs à bœufs. Ils se louaient, seuls ou avec un attelage de trait, pour les travaux saisonniers dans les exploitations agricoles importantes. Non seulement l’époque ignorait les formes modernes du commerce, mais aussi l’industrie n’existait pas. Seuls les artisans fabriquaient les objets nécessaires à la vie courante, comme les clous par exemple.

L’époque ignorait aussi les formes modernes de la finance. On trouve par exemple Martin Herbreteau, laboureur à bœufs demeurant à la Bordinière (Rabatelière), qui déclare une rente de 5 livres. Il a arrenté une petite surface située à la Porcelière à son neveu André Herbreteau, habitant aussi à la Bordinière. S’agissant d’un revenu tiré sur un bien fonds, son bénéficiaire devait participer au paiement des droits seigneuriaux du tènement. Rappelons que la pratique des rentes tenait lieu de crédit qui n’existait pas à l’époque, sauf rares exceptions. Concrètement, Martin Herbreteau avait vendu son bien à son neveu. Celui-ci versait cette rente foncière (gagée sur le bien foncier acquis), annuelle et perpétuelle pour payer son acquisition.

Elle était dite perpétuelle, mais pouvait être rachetée moyennant un paiement comptant, montant à vingt fois sa valeur annuelle (appelé le « denier vingt »). Celle-ci représentait donc 5% de la valeur du bien acheté. Mais cette rente ne concernait que le paiement des intérêts annuels de 5 %, et il fallait rembourser d’un coup la totalité du capital pour faire cesser le paiement de la rente perpétuelle, quel que soit le moment où l’on rachetait la rente. Voilà qui constituait un bon rapport pour le « rentier », car, avec une faible inflation, le capital ne perdait pas beaucoup de sa valeur. Le mot rentier va d’ailleurs prendre un sens péjoratif au fil du temps. C’était la conséquence de l’interdit moral édicté par l’Eglise contre les usuriers et le discrédit qu’elle jetait sur le commerce de l’argent. De l’intention, ici religieuse, au résultat obtenu, on mesure un écart qu’on pourrait qualifier de moralement pervers. Et en plus, cette pratique constituait un frein mis au développement de l’activité économique.

On a en 1701 des propriétaires extérieurs à la Porcelière, soit parce que les mariages emmenaient certains enfants vivre chez leurs conjoints, soit qu’on allait chercher du travail ailleurs. Les propriétaires de fonds non-résidents sur la Porcelière, avaient des métiers divers : meunier pour Pierre Rauturier à la Rabatelière, charpentier pour Jean Charrier à la Bordinière, laboureur à bœufs à St Martin des Noyers pour André Guereau, tisserand pour Mathurin Michelet au Landreau, ou marchand pour Pierre Bleteau du Landreau, etc. Au village de la Porcellière on trouve, soit laboureur soit journalier : Daniel Martineau, Pierre Gréau, Antoine Bordet, Jacques Maindron.

Porcelière
D’autres déclarations d’habitants concernent des communautés familiales en indivision : Jacques Gallot avec André et Jean Caillé ses beaux-frères ; Etienne Metereau, fils de Julien, avec ses frères et sœurs Marie Perrine, Françoise, Pierre, Marie Metereau ; Mathurin Gallot avec les enfants mineurs de sa sœur Charlotte Gallot, décédée, et de Pierre Bertrand, Jean Gallot, les enfants de Marie Gallot, décédée, et de Pierre Richard (journalier demeurant au village de la Bourolière), et enfin pour finir de compter les membres de cette importante indivision, Augustin et Joseph Rauturier, « lesquels dits domaines ne sont (pas) partagés et divisés entre nous », indique le texte.

Les déclarations roturières, qui nous ont servi à constater le morcellement du foncier, ne disent qu’une partie de la réalité d’alors. Une borderie ou métairie pouvait se constituer par regroupements de pièces de terres situées sur un même tènement ou sur plusieurs tènements voisins. Pour les détecter, il reste alors les archives des notaires, actant les ventes de domaines.

Bourolière
On le constate lors de la vente du 4 juillet 1790 d’un sixième d’une petite borderie composée de maison et terres à la Porcelière et Bourolière, par Jean Herbreteau, bordier demeurant au Cormier (Chavagnes) à Mathurin Trotin, bordier demeurant au Landreau (Chauché). Le vendeur était propriétaire à titre successif de sa mère Marie Millasseau (5). Il y avait des Millasseau à la Bourolière en effet, et par héritage une petite borderie s’est constituée de quelques champs situés sur les deux tènements de la Bourolière et de la Porcelière et d’une maison dans ce dernier village. La borderie n’atteignait pas au total les 4 hectares, et l’un des héritiers vend ainsi sa part « par forme de licitation entre copartageants ». La formule était très pratiquée pour éviter de partager une exploitation déjà bien petite. Comme maintenant, la vente à titre de licitation concernait un bien qui était en indivision entre plusieurs propriétaires. 

Dans le même genre on trouve une autre vente en 1791 d’une partie de maison à la Porcelière, pour 10 livres ! Le vendeur est Etienne Blandin, farinier demeurant à la Templerie (Bazoges), qui avait hérité d’une cousine, Renée Gautron, de cette maison avec un jardin, avec ses frères et sœurs. Sa part n’est que d’un sixième et il l’a vend, pas cher il est vrai. L’acheteur est un voisin de la Porcelière, Mathurin Herbreteau, qui achètera les autres parts, est-il précisé dans l’acte (6).

En 1790 s’était vendue une autre borderie à la Porcelière, dont le fermier s’appelait Jacques Gallot. Comme d’habitude, l’acte notarié la décrit ainsi : « maison, grange, toits, rue, ruages, quaireux, terres labourables et non labourables », sans indication de surface (7). Son prix est de 462 livres, payé comptant. Il représente une exploitation d’environ 4 hectares. C’est une vente à réméré, dont la « grâce » est fixée à trois ans. Pendant ce délai (la « grâce »), le vendeur se réserve un droit de retrait sans frais, c’est-à-dire la possibilité d’annuler la vente et de reprendre son bien en remboursant l’acquéreur. Faute d’offre bancaire à l’époque, cela permettait de trouver de la trésorerie, dans l’attente d’un retour espéré à meilleure fortune.

En 1788 on a une autre vente de borderie à la Porcelière pour le prix de 1600 livres, qu’on peut estimer d’une surface d’environ 15 hectares à cette époque à cause du prix. Elle avait été acquise deux ans plus tôt pour le même prix par les frères Jacques et Pierre Guesdon (Plessis-le-Tiers) et leur beau-frère Jean Marchand (Bordinière). Et ils la revendent à Mathurin et Jean Herbreteau, bordiers demeurant séparément à la Porcelière (8). Ceux-ci ne sont pas à confondre avec les frères Mathurin et Jean Herbreteau habitant Linières à la même période. Néanmoins ces derniers sont cousins germains de la future épouse d’André Herbreteau de la Porcelière, Jeanne Rondeau, lors de la signature du contrat de mariage de ces derniers le 15 janvier 1767 (9). Les généalogistes qui travaillent sur le nom d’Herbreteau dans la contrée méritent notre encouragement !

En 1768, Pierre Fonteneau, bordier demeurant à la Porcelière, a acheté à André You, bordier demeurant à l’Hopitaud (Chavagnes), la moitié d’une petite borderie aux tènements de la Porcelière, Barbries, Chopinière et Canteteau, composée au total d’une maison avec ses ruages devant et derrière contenant 4 gaulées, et de 14 boisselées 77 gaulées tant de jardin que de terre labourable (10). Il paye l’achat au moyen d’une rente perpétuelle de 4 livres par an, quitte des impôts royaux (10e et 20e et 2 sols pour livre du 10e). Fonteneau le preneur fera les certes et obéissance au seigneur de la Rabatelière pour les Chopinières, et à Languiller pour la Porcelière, Barbries et Canteteau, dont le tout est roturièrement mouvant. Et au seigneur de Languiller il paiera le terrage sur les trois tènements qui le concernent. Le bien-fonds de la totalité de la borderie n’est que de 180 livres pour une surface réduite de 1,8 hectare. La boisselée vaut en moyenne 12 livres.  

Le bail d’une borderie en 1744 à la Porcelière attire notre attention. Il est conclu pour trois ans au bénéfice de Jean Brisseau, demeurant dans le village, par Jean Chacun et sa femme Marianne Herbreteau, demeurant à la Bergeonnière (11). Le prix annuel est de 27 livres, ce qui permet de supputer sa surface à environ 4 hectares.   

On lit les clauses habituelles des baux des borderies ou métairies de cette époque :

-        Le preneur doit jouir en bon père de famille sans commettre ni tolérer qu’il soit commis aucune dégradations ni malversation des biens.
-        Il n’abattra aucun arbre sur pied sans l’accord express du bailleur. Il n’émondera que ceux qui ont l’habitude de l’être en temps et saisons « convenables », attendant que les gis aient atteint l’âge de 5 ans.
-        Il paiera les cens, rentes et devoirs seigneuriaux seulement.
-        Il fera refaire les toitures des bâtiments une fois pendant le bail, allant chercher les matériaux nécessaires fournis par le bailleur à une lieue ou environ.
-        La dernière année il pourra se fournir de fumier, paille et chaume jusqu’au jour de son départ.

Mur en bousillage
On trouve aussi une clause particulière concernant la maison. Les parties s’accordent pour construire un étage sur la principale pièce du rez de chaussée pour y entreposer des grains. La maison sera donc surélevée. Le bailleur s’occupera du montage d’une charpente et le preneur fera faire le « bousillage », dont les frais seront imputés sur le prix de la ferme. On a peu l’occasion de voir comment était construit l’étage de certaines maisons au 18e siècle dans la région, et cet acte est donc précieux à cet égard. On appelait bousillage un mélange de terre détrempée et de chaume.

La métairie de la Porcelière


La première mention de cette métairie se rencontre dans une déclaration noble de Gilles Giguet à Languiller en 1619. Parmi les propriétaires de la Porcelière est citée alors la veuve de Jacques Bruneau, celui-ci appelé « monsieur de la Giroulière » (12). On ignore les liens familiaux entre Jacques Bruneau et le seigneur de la Rabatelière d’alors, Charles II Bruneau, fils de Renée de la Mothe et de Charles Ie Bruneau. Or quelques dizaines d’années plus tard, la métairie de la Porcelière était devenue la propriété du seigneur de la Rabatelière, peut-être par acquisition.

Description

Comme à la Roche Mauvin, cette métairie a fait l’objet d’un arpentement en 1659, nous permettant une brève description (13). Elle occupait une surface totale de 33 hectares, à comparer aux 38 hectares de la Roche Mauvin, c’est-à-dire une surface importante, la classant parmi les grandes métairies de l’époque dans la paroisse de St André Goule d’Oie, née à une époque difficile à déterminer.

Archives départementales de la Vendée : 
assignation aux teneurs 
des Petites et Grandes Roussières
Les 5 prairies naturelles, dont nous savons l’importance pour l’élevage, occupent une surface de 3,6 hectares. Elles bénéficient « du ruisseau qui descend de l’étang de Languiller ».

Indiquons ici que le « Grand Etang de Languiller » a été asséché par le seigneur de Languiller en 1701. Celui-ci avait au préalable fait assigner les tenanciers des Petites et Grandes Roussières à assister au procès-verbal de bornage des prés leur appartenant, au long de l’étendue d’eau. Dans l’acte d’assignation, on lit que le seigneur de Languiller a dessein de dessécher « un étang très considérable, le rendre en terre labourable ou nature de pré » (14). Les sources du ruisseau se trouvaient très probablement au fond de l’étang, et elles ont continué d’alimenter le ruisseau.

La métairie comprend aussi une vigne importante : 1,3 hectare, ainsi qu'une surface bâtie importante avec ses jardins. Ses 27 hectares de terre se répartissaient sur 39 parcelles, dont :

-        surface inférieure à 1 boisselée : 4 parcelles de champs
-        surface de 1 à 4,99 boisselées : 15 champs
-        surface de 5 à 9,99 boisselées : 13 champs
-        surface de 10 boisselées et plus : 7 champs (dont le plus grand faisait 25,25 boisselées)

Les 35 champs d’au moins 1 boisselée, ont une surface moyenne de 6,4 boisselées. Cette dispersion en de nombreuses parcelles s’explique probablement par les achats successifs réalisés pour constituer la métairie. A la différence de la Roche Mauvin, il ne semble pas qu’il ait existé un domaine direct seigneurial à la Porcelière à l’origine. Ces achats ont dû, comme en Gâtine Poitevine, être facilités par l’appauvrissement des tenanciers et l’extrême parcellisation de leurs tenures. Nous avons aussi vu ce phénomène à la Milonnière (voir notre article publié sur ce site en avril 2016 : La Milonnière de St André Goule d'Oie sous l'Ancien Régime.

En 1659 la métairie est évaluée par experts à un montant total de 2631 livres comme bien roturier. La valeur des terres varie de 4 à 13,7 livres pour une boisselée, selon les champs. On constate des valeurs inférieures à celles rencontrées à la Roche Mauvin, dues à la qualité inférieure de la terre. Le prix moyen d’une boisselée de terre y est de 6,2 livres, d’une boisselée de pré de 20,5 livres et d’une boisselée de vigne de 17 livres. Le prix moyen d’une boisselée de jardin est de 42,7 livres. Les bâtiments et jardins sont estimés à 393 livres. Toutes natures de terres confondues et y compris les bâtiments, la boisselée vaut 9,7 livres en moyenne (13). A la même époque le prix de ferme moyen d’une boisselée de cette métairie de 272 boisselées au total (33 ha) est de 0,5 livre. Cela fait un rendement de 5% en capital de bien-fonds.

Toutes natures de surfaces confondues, on a une valeur moyenne en bien-fonds de la boisselée en 1659 qui est de 9,7 livres à la Porcelière, 11 livres à la Roche Mauvin et 13 livres à la Racinauzière. A la même époque la valeur moyenne d’une boisselée est affermée 0,5 livre à la Porcelière, 0,74 livre à la Roche Mauvin et 1 livre à la Racinauzière. Cela fait un rendement financier à la boisselée respectivement de 5 % à la Porcelière, 6,7 % à la Roche Mauvin et 7,7 % à la Racinauzière. L’estimation des biens-fonds parait très sérieuse au vu de ses motifs et de ses protagonistes. Mais les prix de ferme tenaient compte des droits féodaux et rentes foncières dus sur la métairie et payés par le métayer. Néanmoins, le rapport constaté ici entre les valeurs des fermes et celles des biens-fonds apportent du crédit aux résultats. Quitte à relativiser quelque peu les valeurs des prix de ferme.

En 1651 la métairie était affermée à moitié de tous fruits, c’est à dire que les pertes et profits des revenus de l’exploitation étaient partagés à moitié entre le bailleur et les preneurs.

A cela s’ajoutait comme d’habitude la livraison ou le paiement des menus suffrages : 1 chevreau, 6 poulets, 2 oisons, 20 livres de beurre net, 2 chapons, 6 livres pour un pourceau, la façon et le charroi d’un demi-millier de fagots.

Et comme à la Mancellière, à la Roche Mauvin, à la Racinauzière, et pour toutes les métairies proches du château, à Chauché, Chavagnes et la Rabatelière, le métayer devait en plus cultiver son quartier de la vigne du château de la Rabatelière, située en bas du jardin. C’était la forme des corvées de métayages adoptée par les châtelains des lieux. Cette vigne du château était importante avec ses 3 hectares environ, mais ils étaient de l’ordre d’une douzaine de métayers astreints à sa culture (15).

Une autre façon de mieux connaître la métairie est de consulter le procès-verbal de la visite faite en 1700 par deux experts : Pierre Navarre, charpentier, Denis Carré, maçon, « demeurant les deux séparément au village de la Brenenière paroisse de Chavagnes ». Pour rédiger le procès-verbal, on avait désigné  Me Christophe Basty « notaire de la vicomté et châtellenie de la Rabatelière, demeurant à l’Aizinière paroisse de Chauché ». La Rabatelière était alors gérée par un fermier judiciaire, nommé après décision du parlement de Paris, lequel avait réclamé le droit de faire faire des réparations au château et dans les bâtiments de quelques métairies. Ceux de la Porcelière en faisait partie.

Les experts y sont venus en août 1700 et ont détaillé les travaux à entreprendre : la maison d’habitation du métayer a un mur « creusé de la grandeur de 2 toises » (1 toise = 1,95 m). Le four « est tout ruiné et il le faut tout refaire ». Des murs du toit aux bœufs et du toit aux brebis sont à reprendre sur 10 toises de longueur. Il faut remplacer 9 chevrons de la toiture de la grange. Au total il faut deux nouvelles portes, deux milliers de tuiles, deux milliers de lattes, et un millier de clous, pour un coût des réparations estimé à 90 livres. A cause de la longue querelle entre les héritiers de Charles II Bruneau de la Rabatelière, mort un peu avant 1653, et la poursuite de divers créanciers, les biens de la seigneurie avaient souffert d’un manque d’entretien.  
 
L’obligation d’entretien des couvertures des toits par les métayers est mentionnée dans un bail de 1758, suivant une clause systématique qu’on trouve dans la région. Elle était liée à la nature des couvertures : chaume ou autre végétal séché. Nous savons qu’à la métairie de la Porcelière certains bâtiments avaient un toit en tuiles, probablement la maison d’habitation. Mais ce ne devait pas être le cas de tous, en raison de la fréquence de l’entretien du toit : en général tous les cinq ans. D’ailleurs on précise en 1766 que cela ne concerne que les « bâtiments sujets à couverture ». On relève une particularité dans le bail de 1758 : on fera appel à un ouvrier couvreur.

Ces précisions pour la métairie de la Porcelière nous sont précieuses pour faire le point sur la couverture des bâtiments. Dès la fin du 17e siècle on utilisait la tuile, mais pas pour tous les bâtiments de la ferme. On a la preuve aussi de l’utilisation des tuiles à cette époque à la Racinauzière, la Mancellière et la Roche Mauvin. Mais nous savons que dans les années 1870, il y avait toujours des maisons dont le toit était couvert de chaumes dans les environs de Linières, suivant un texte de Marcel de Brayer, châtelain des lieux. On relève aussi sur le cadastre de 1838 de St André Goule d’Oie, l’existence d’une tuilerie près de Fondion, au lieu-dit le Chêne Coupé (voir le tableau d’assemblage du cadastre, accessible sur le site internet des Archives de la Vendée). De même y avait-il avant la Révolution une tuilerie à Languiller, et une autre à la Brossette (Chauché), appartenant au seigneur de Puytesson. Ainsi pendant plusieurs siècles ont coexisté les deux types de matériaux pour couvrir les toits : tuiles et végétal séché.

Encyclopédie des Sciences, des Arts et des Métiers
Pour ce dernier, nous n’avons pas réussi à savoir avec certitude quel végétal on utilisait à Saint-André. Nous sommes dans le bocage, et rien ne dit qu’on pratiquait comme dans les pays de marais. A défaut on peut se référer à la célèbre Encyclopédie de d’Alembert au 18e siècle. On y lit qu’« à la campagne, on couvre de chaume ou de paille de seigle non battue au fléau ; après que les faîtes et sous-faîtes sont posées, on y attache avec des gros osiers ou des baguettes de coudrier etc. de grandes perches de chênes, à trois piés de distance [environ un mètre] ; on lie ces perches avec de plus petites qu’on met en travers, et l’on applique là-dessus le chaume ou la paille qu’on fixe avec de bons liens. »

Métayers

En 1659, le métayer s’appelait Jacques Trotin (10), et en 1700 Jean Cousneau (16). Vers 1720 le bail a changé : le métayer paye désormais une ferme annuelle de 120 livres (17). 

Si on compare les prix de la ferme à la même date de 1720, entre les métairies de la Roche Mauvin (220 livres pour 38 hectares) et de la Porcelière (120 livres pour 32 hectares), la surface ne peut pas à elle seule expliquer la différence. Nous savons que la qualité comparée des terres, faite par estimation de leurs valeurs par les mêmes experts en 1659, est un deuxième facteur d’explication. Et il y en a un troisième à la Porcelière : le poids des rentes supportées sur la métairie par le métayer, plus élevé qu’à la Roche Mauvin, même si une partie est due à la même personne que le bailleur. Néanmoins, en additionnant ces trois facteurs de différenciation, on a du mal à croire qu’ils puissent justifier ensemble cet écart de 100 livres entre les deux prix de ferme.   

Le 28 mai 1758, le métayer s’appelle André Herbreteau. Ce jour-là il signe un renouvellement de son bail pour cinq nouvelles années (1759-1764), dont le prix est désormais de 110 livres (18). Il payait sa ferme à terme échu à la Saint-Georges. Les menus suffrages avaient diminué : 10 livres de beurre et 4 poulets au mois de mai, et 2 chapons à la Toussaint.

La culture du quartier de vigne du château de la Rabatelière existe toujours, et le sera encore longtemps.

André Herbreteau, s’était marié à Saint-André le 27 juin 1746 (vue 42 du registre paroissial accessible sur le site internet des Archives de la Vendée) avec Marguerite Robin, originaire de Chauché. Ils avaient eu six enfants : Marie (décédée 7 jours après la naissance), André, Mathurin, Jean, Marie, et Charles. André Herbreteau est mort à l’âge de 56 ans à Saint-André le 10 juin 1761 (vue 192).

Sa femme était restée sur la métairie, aidée de son fils aîné, âgé de 13 ans à la mort de son père. Elle signe un nouveau bail le 1e octobre 1766, s’engageant avec son fils André en communauté, pour cinq ans (1766-1771). Le prix de la ferme est toujours le même : 110 livres (19). Comme d’habitude il est signé avec effet rétroactif à la Saint-Georges précédente (23 avril). La raison tient à la présence épisodique des bailleurs dans leur château de la Rabatelière, habitant plutôt leur résidence principale à Nantes ou à la Clartière près de Machecoul, dont ils étaient aussi seigneurs.

Dans le bail du 10 juillet 1771 aux mêmes Marguerite Robin et à son fils André Herbreteau, on remarque deux nouveautés (20). Le prix de la ferme a changé : 130 livres par an, mais les menus suffrages restent inchangés. Sa durée aussi a changé : 7 années (1771-1778) au lieu de 5. A une époque où la précarité des métayers sur leur exploitation était fréquente, cela vaut la peine d’être relevé en faveur de Marguerite Robin et de son fils. Il ne suffisait pas d’être chargé de famille pour rester sur la métairie, il fallait « qu’elle tourne », surtout avec les obligations habituelles du bail comme la culture de la vigne « qui est au bas du jardin du château de la Rabatelière ».

Appareil pour brayer le lin
Il y avait dans chaque bail une clause pour l’habituelle corvée des métayers, alors que les corvées seigneuriales avaient disparu depuis longtemps à la Porcelière, comme nous le savons. En 1771 le texte du bail devient plus précis pour cette métairie, alors que les bailleurs n’habitent pas sur place, mais il y a les officiers et le régisseur. Les femmes sont appelées au château de la Rabatelière « à venir y faire les lessives, les laver, brayer les lins, pesseler et peigner, seront aussi tenus à tous charrois dont sera besoin pour la démolition et rétablissement des bâtiments de ladite métairie ». Le brayage du lin, exécuté après le rouissage des fibres dans l’eau, avait pour but de les assouplir en les isolants de leur partie ligneuse. Elles étaient ensuite peigner avec des peignes de plus en plus fins pour les séparer entre elles.

Le 12 mars 1781, René Thomas Montaudouin écrit un billet pour le notaire de Saint-Fulgent, Mathurin Thoumazeau, en vue de rédiger le nouveau bail de la métairie de la Porcelière, fixant ses instructions (21). Il prévoit un bail de 9 ans (1781-1790) pour le prix de ferme annuel de 250 livres. La hausse est rude mais probablement en partie artificielle, due à un regroupement de lignes sur les recettes de la métairie. Au lieu d’en avoir deux, l’une pour la part des rentes seigneuriales et l’autre pour le prix de ferme, il a dû tout regrouper sur la deuxième ligne. A la veille de la suppression des droits seigneuriaux, la mesure est intelligente, néanmoins qui pouvait prévoir l’évènement ?

Il termine en écrivant : « M. Thoumazeau notaire à Saint-Fulgent fera la ferme de la métairie ci-dessus aux conditions susdites et autres usitées, que je signerai à mon premier voyage à la Rabatelière ».

Dans la continuité, les fermiers sont André Herbreteau, que nous avons vu à l’âge 13 ans aider sa mère sur la métairie. Il s’est marié à Saint-André avec Jeanne Rondeau le 11 février 1767 (vue 248). Il est en communauté avec son frère Mathurin Herbreteau. Ce dernier s’est marié à la Rabatelière le 25 février 1778 (vue 130) , avec Marie Allain. 

Acquisition par les métayers

La métairie avait échu au lot d’Elizabeth Montaudouin, épouse de Charles du Plessis, seigneur de Grenedan, dans un partage au sein de la famille en 1779. Celle-ci en avait confié la gestion à son neveu sur place, René Thomas Montaudouin. Le regroupement des redevances et de la ferme en un même montant s’expliquerait par l’attribution des mêmes objets dans le lot de la succession au même propriétaire. La succession des biens d’Elizabeth Montaudouin se compliqua plus tard à cause de l’émigration de certains de ses fils et de ses petits-fils, dont les biens furent confisqués. Pour la régler, il fallut opérer un partage des biens entre les cohéritiers restés en France, et la République étant aux droits des héritiers émigrés. Or la loi du 1e floréal de l’an III déclarait seul compétent le département du domicile de l’émigré ou son parent, pour les successions indivises avec les émigrés. Ainsi le comité de législation de la Convention Nationale, saisi par le « citoyen Duplessis », ayant des biens indivis avec des émigrés, pour fixer un lieu central de partage de 8 successions composées de biens situées en plus de 20 districts, décida le 29 prairial l’an III (17-6-1795) que le département d’Ille-et-Vilaine serait le seul compétent pour les successions indivises avec le citoyen Duplessis et autres cohéritiers. Les autres départements concernés étaient la Vendée, la Loire-Inférieure, le Morbihan, le Finistère, les Côtes-du-Nord, et Paris. Les opérations nombreuses de recensement et d’évaluation des biens situés dans les sept départements concernés furent pilotées de Rennes. La métairie de la Porcelière ne fut pas comprise dans les lots échus aux héritiers de la famille. On en déduit qu’elle passa entre les mains de la République (22).
Mais la documentation conservée ne décrit pas le lot attribué à la République. Et le 25 novembre 1799, eut lieu à Montaigu la mise en adjudication par enchère publique du bail de trois ans de la borderie de la Porcelière « provenant de Montaudouin émigré » (23). Ce texte n’est pas à prendre au pied de la lettre, car la métairie n’avait pas été partagée en 1779 au sein de la famille Montaudouin pour créer une borderie détachée de la métairie. Nous avons un bail de 1781 qui le prouve. A Montaigu on ne connaissait que Montaudouin, les du Plessis étant d’Ile-et-Vilaine. C’est Jean Bordron fils qui l’emporta pour un fermage annuel de 100 F par an, « payé en numéraire, grains ou fourrages ». Le prix est particulièrement faible ! On a l’exemple des fermes du bourg de Saint-André et de la Gagnolière (Essarts) qui, à la même période, se louaient à un niveau de prix quatre fois plus élevé. Pour ce prix il convenait de la désigner comme borderie plutôt que métairie sans doute. Surnommé « la couette », Jean Bordron était le fils du premier maire de Saint-André-Goule-d’Oie en 1791. Il vivait ses dernières semaines d’agent communal de Saint-André (maire), nommé à ce poste par les autorités républicaines du canton de Saint-Fulgent en septembre 1797. François Bossard de Chauché s’était porté caution pour obtenir cette ferme. Lui-même avait obtenu une caution de Joseph Guyet (châtelain de Linières) pour un achat de bien national à Chauché. C’est que la caution était obligatoire et on devait s’arranger pour cela entre acheteurs de biens nationaux.
Mais il dut y avoir des contestations des membres de la famille ayant abouti favorablement, ou des échanges, puisque la métairie de la Porcelière faisait partie de la succession d’Agathe du Plessis lors de son partage de 1804. Celle-ci était la fille d’Elizabeth Montaudouin (sœur de René III Montaudouin) et de Charles Marie René du Plessis de Grenedan. Et la fille d’Agathe du Plessis, Marie Anne Caroline du Plessis de Grenedan, épouse de Marie Ange du Breil de Portbriand, vendit la métairie de la Porcelière le 30 floréal an 13 (20 mai 1805) à ses métayers. Habitant Rennes, elle donna une procuration à cet effet au fidèle Pierre Maindron (de la Chapelle de Chauché) pour la représenter chez le notaire Bouron de Chavagnes (24).
Les métayers payèrent comptant 1es 10 000 F du prix d’acquisition, plus la charge d’une rente due sur la métairie par le propriétaire, et convenue lors d’un partage de succession de l’année précédente dans la famille du Plessis. Les métayers acquéreurs sont trois :
-        André Herbreteau et ses enfants pour 2/5
-        Mathurin Herbreteau et ses enfants pour 2/5
-        Marie Herbreteau pour 1/5

André Herbreteau est décédé à Saint-André le 26 juillet 1816 (vue 282), et son frère Mathurin est décédé le 27 octobre 1823 (vue 341). 

Les droits seigneuriaux et la Révolution


Élargissons maintenant notre récit au-delà de la seule métairie de la Porcelière. La déclaration fiscale de 1783 du châtelain de la Rabatelière, pour l’impôt dit du vingtième, est instructive (25). Ses revenus déclarés sont agrégés par nature et par paroisse comprenant toutes ses métairies. En se concentrant sur les quatre paroisses où se trouvaient 7 métairies et 10 borderies, on en tire des informations sur la répartition relative des natures de revenus. Les quatre paroisses sont la Rabatelière, Chavagnes, Chauché et Saint-André-Goule-d’Oie.

David : Serment du Jeu de Paume
On sait que les grosses rentes équivalent aux terrages dans leur nature, et sont les principales redevances seigneuriales, totalisant 30 % à elles deux du total des revenus. D’ailleurs quand elles sont plus faibles comme à Chauché (19 % du total), c’est au profit du fermage. Le prix de ce dernier en tenait compte comme on sait. Les fermages et rentes-terrages totalisent 90 % des revenus.

Les lods et ventes, liés aux transferts de propriétés, rapportent peu cette année-là : 2,2 %.

Les autres devoirs seigneuriaux paraissent ici élevés (7,8 %), mais à cause des revenus du château, moulins et complants de vigne qui y sont regroupés sur la Rabatelière. Si on enlève ces trois derniers éléments, il reste les cens et petites rentes, qui ne représentent que 1,9 % du total des revenus.

C’est l’occasion de rappeler ici que la suppression des droits seigneuriaux n’a eu qu’un faible impact financier de manière générale, et il ne fut effectif qu’à partir de 1792. Et ceci sauf dans des régions comme la nôtre à cause des terrages (ou champart) aux montants importants. Sa suppression a bénéficié aux propriétaires exploitant leurs terres, car l’impôt foncier le remplaçant était nettement moins élevé. Quant aux propriétaires louant leurs terres, ils répercutèrent dans les fermages la diminution des rentes et terrages, en les augmentant. Au final, les possesseurs de redevances seigneuriales qui ont significativement perdu dans notre région à terrage élevé, sont ceux qui n’avaient que des redevances et pas de métairies.

Mais alors est-ce à dire qu’on a exagéré l’impact de cette suppression des droits seigneuriaux ? D’abord ceux-ci ne se résumaient pas qu’à des redevances et à leur aspect financier. D’autres droits, honorifiques et autres, donnaient à son possesseur une place à part et privilégiée dans la société, notamment le droit de juridiction lié à ces droits. Citons à titre d’exemple le droit de ban de vin, qui donnait au seigneur l’exclusivité pendant 40 jours de la vente de son vin, à partir d’une date qu’il fixait lui-même. Plus que les redevances, c’est surtout le pouvoir seigneurial qu’on rejeta.

Ensuite l’aspect humain de la question compte. Il est significatif de constater que dans le Bas-Poitou les relations des gens de la noblesse avec le reste de la population ne soulevaient généralement pas de difficultés, que le noble habite sur place comme Jean de Vaugiraud dans le bourg de Saint-André, ou qu’il habite à Nantes comme Thomas René de Montaudouin, seigneur de la Rabatelière. On sait que dans d’autres régions ces relations se sont révélées très tendues et qu’on a brûlé des châteaux pour accompagner la suppression des privilèges de la noblesse.

Mais le plus important est sans doute dans les circonstances. La grande peur de l’été 1789 ne fut pas générale, et la contrée ne la connut pas autour du château de la Rabatelière, ni probablement autour de ceux des Essarts et de Saint-Fulgent (leurs archives ont brûlé avec eux pendant la guerre de Vendée). L’idée de complot aristocratique qui animait cette panique fut ignorée à la Porcelière et aux alentours. 


(1) Inventaire après-décès en 1666 du mobilier, vaisselle, linge et papiers de Pierre Moreau, Archives de Vendée, chartrier de Roche-Guillaume, famille Moreau : 22 J 29, page 121.

(2) Ibid. page 151.
(3) Ferme du 11-12-1750 de la borderie de la Porcelière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/113. 
(4) Inventaire après-décès, ibid. page 144
(5) Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13, vente du 4-7-1790 d’une portion de borderie à la Bourolière et Porcelière de Jean Herbreteau à Mathurin Trotin.
(6) 3 E 30/13, achat de 1/6 de maison à la Porcelière par M. Herbreteau à Blandin le 27-11-1791.
(7) 3 E 30/13, vente à réméré du 25-6-1790 d’une petite borderie à la Porcelière de Joseph Herbreteau à André Herbreteau.
(8) 3 E 30/12, vente du 3-1-1788 d’une petite borderie à la Porcelière par Jean Marchand, Jacques et Pierre Guesdon, à Mathurin et Jean Herbreteau.
(9) Contrat de mariage du 15-1-1767 d’André Herbreteau et Jeanne Rondeau, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/119.
(10) Arrentement du 31-1-1768 d’une ½ de borderie à la Porcelière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/120.
(11) 3 E 30/2, ferme du 6-12-1744 d’une borderie à la Porcelière de Jean Chacun à Jean Brisseau.
(12) Guy de Raignac, De châteaux en logis, itinéraire des familles de la Vendée, Editions Bonnefonds (1989).
(13) Archives de la Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/A 13-4, arpentements et estimations en octobre 1659 du château de la Rabatelière et autres terres jointes.
(14) 150 J/A 12-5, assignation du 27-11-1700 pour le bornage des terres avant l’assèchement du grand étang de Languiller.
(15) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 58-12, Rabatelière, partage Montaudouin en 1779.
(16) 150 J/A 12-10, visites en 08 et 09-1700 des réparations à faire dans les domaines de la Rabatelière.
(17) 150 J/A 13-2, inventaire vers 1720 des revenus de divers domaines de la Mancellière.
(18) 150 J/E 29, ferme du 28-5-1758 de la Porcelière à André Herbreteau.
(19) 150 J/E 29, ferme du 1-10-1766 de la Porcelière à Marguerite Robin et André Herbreteau fils.
(20) 150 J/E 29, ferme du 10-7-1771 de la Porcelière à Marguerite Robin et André Herbreteau fils.
(21) 150 J/E 29, billet du 12-3-1781 fixant les conditions de la ferme de la Porcelière à André et Mathurin Herbreteau.
(22) Archives de la Vendée, domaines nationaux : 1 Q 342, no 117, partages Montaudouin/Duplessis et République de 1796 et 1797.
(23) Archives de Vendée, baux des biens nationaux : 1 Q 760 no 97, ferme d’une borderie à la Porcelière de Saint-André-Goule-d’Oie le quatre frimaire an huit (25-11-1799).
(24) Achat du 20-5-1805 de la métairie de la Porcelière par les Herbreteau, Archives de Vendée, notaires de Chavagnes-en-Paillers, Bouron : 3 E 31/22. 
(25) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 57-2, Rabatelière, revenus du château en 1783.

Emmanuel François, tous droits réservés
Août 2016, complété en octobre 2018

POUR REVENIR AU SOMMAIRE