dimanche 1 septembre 2019

La Gandouinière de Chauché et Saint-André-Goule-d’Oie


Gandouinière
Treize propriétaires de la Basse et Haute Gandouinière reconnaissaient en 1766 dans une déclaration roturière « devoir à chaque fête de Notre-Dame d’aout à la seigneurie de Saint-Fulgent, à cause du fief Drolin réuni à ladite seigneurie de Saint-Fulgent, la rente foncière annuelle et perpétuelle de 16 boisseaux froment, mesure réduite des Essarts, requérable audit lieu de la Gandouinière, suivant les gaulaiements et titres anciens et nouveaux » (1). À l’origine il existait sur la paroisse de Saint-Fulgent un petit fief situé près de la Valinière appelé le fief Drolin ou Rollin. Il fut ensuite « infus » (absorbé) dans la seigneurie de Saint-Fulgent. Et le seigneur de Saint-Fulgent tenait cette rente de la Boutarlière roturièrement « et lui en ai payé les ventes (droit de mutation) par l’acquêt de la terre de Saint-Fulgent que j’ai fait ». C’est ce qu’écrivit en 1774 Agnan Fortin, l’acquéreur de la seigneurie de Saint-Fulgent en 1769, dans son aveu à Tiffauges (2). Ces deux textes nous apprennent donc que sous l’Ancien Régime on distinguait déjà les deux villages de la Basse et Haute Gandouinière. Et la rente due au seigneur de Saint-Fulgent à cause du fief de la Boutarlière trouve probablement son origine après le partage en 1342 où Maurice Droulin, « valet » (écuyer) et seigneur de Saint-Fulgent et de la Drollinière (devenue Linières), donna à Jean Droulin, son frère puîné, pour sa part dans les successions paternelle et maternelle, le fief de la Boutarlière et 25 livres 9 sols de rente (3). 

Maison de la Haute Gandouinière
Faute d’archives seigneuriales concernant la Gandouinière on n’a pu glaner que des informations éparses. Ainsi dans un partage de terres en 1774 on relève que deux pièces de terre relèvent roturièrement de Linières faisant partie du tènement de la Charilière, et un autre champ relève roturièrement de la Boutarlière faisant partie des tènements de la Haute et Basse Gandouinière (4). Mais les limites à cette époque entre la Basse et la Haute Gandouinière ne nous sont pas précisées.

De plus, il existait une enclave de la seigneurie de Languiller (Chauché) à la Gandouinière dans cette mouvance de la Boutarlière. En effet, dans un aveu au baron des Essarts en 1550, le seigneur de Languiller déclare, à cause de sa seigneurie annexe du Coin, une pièce de terre et un pré joignant l’un l’autre près le village et tènement de la Gandouinière. Ils touchaient aux terres du tènement de la Gandouinière, au fief et métairie de la Frissonnière (Essarts, aujourd’hui disparus) et au fief de Saint-André. Contenant 20 boisselées, ils appartenaient à Jean et Pierre Robin et André Brisseau, « mentionnaires » (habitants) de la Gandouinière, qui payaient annuellement à Languiller 1,5 boisseau d’avoine à la Saint-Michel et cinq sols six deniers de cens à noël (5). Une déclaration roturière de 1655 pour le pré précise qu’il s’appelait le Pré Gazon et contenait alors 2 journaux (6). On y lit aussi que ce pré était situé sur la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie. En 1779 le seigneur de la Rabatelière (acquéreur de Languiller) percevait au titre de ce pré 6 sols par an (7).

Cette enclave de Languiller nous confirme qu’une partie de la Gandouinière était située sur la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie. Et le registre paroissial de cette paroisse nous montre de son côté qu’une autre partie était située sur Chauché avant la Révolution. Un acte d’inhumation de Jacques Robin du 29 février 1788 (vue 214 du registre numérisé sur le site des Archives de Vendée) précise que ce dernier est décédé « au village de la Gandouinière de Chauché, village de cette dite paroisse ». Les habitants de la Gandouinière (Haute et Basse) fréquentaient l’église de Saint-André à cause de sa proximité. Ils s’y mariaient aussi après accord du curé de Chauché pour certains d’entre eux. Dans un acte de 1703 il est aussi mentionné qu’un habitant de la Gandouinière, Jacques Launay, était situé à Chauché (8). 

Ruisseau de la Fontaine de la Haute Gandouinière
Entre les deux villages
Avec la création des communes en 1790, une partie du village de la Gandouinière appartint à la commune de Chauché, et l’autre partie appartint à la commune de Saint-André-Goule-d’Oie (9). Les deux communes ne firent que reprendre les limites des anciennes paroisses, ici vraisemblablement comme ailleurs sur le territoire de Saint-André. Le ruisseau d’eau dit « de la Fontaine de la Haute Gandouinière », prenait sa source à quelques centaines de mètres au sud du village de la Haute Gandouinière, et faisait limite entre les deux communes : à l’est les maisons de la Basse-Gandouinière situées à Saint-André, et à l’ouest celles de la Haute-Gandouinière situées à Chauché. Les cadastres napoléoniens des deux communes concernées en 1838 le montrent clairement. Et il en est toujours ainsi. Ces deux parties du village qui sont citées dans les documents seigneuriaux, devaient donc déjà exister ainsi avant la Révolution, avec très probablement la même limite de séparation.

Les citoyens déclarèrent après la Révolution leurs actes d’état-civil à Chauché ou Saint-André, mais les paroissiens des deux villages (Haute et Basse) continuèrent de fréquenter l’église de Saint-André, même ceux de la Haute Gandouinière de la paroisse de Chauché. Pour faire enfin coller le droit à la réalité, l’évêque de Luçon rattacha par ordonnance du 2 février 1959 la Haute Gandouinière à la paroisse de Saint-André (10). Il en fit de même des autres villages qui avaient été situés depuis le Moyen Âge directement ou indirectement dans la mouvance féodale de Linières et dans l’ancienne paroisse de la Chapelle de Chauché avant la création de celle de Chauché : Charillère, Boutarlière, Gandouinière, Julière, Sainte-Anne, Guérinière, Guerinet, Mauvelonnière, Louisière, Linières, Villeneuve, et Bois du Vrignais.

Une famille Robin a habité la Gandouinière au moins de 1677 à 1862. En 1708, la succession de Jacques Robin est partagée entre Sébastien Robin et sa sœur Marie, mariée à Pierre Auvinet (11). Dans le partage on mentionne un moulin à tan, servant à moudre l’écorce des chênes pour obtenir le tan (tanin). Celui-ci était absorbé par les peaux dans les tanneries pour les rendre souples et imputrescibles. Malheureusement nous ne savons pas où était situé ce moulin.

Maison de la Basse Gandouinière
Plus près de nous on a noté le don d’une petite borderie de 7 hectares fait dans son testament par Marie You, une habitante de la Gandouinière. Elle y est décédée le 31 octobre 1855 (vue 6 de l’état-civil de Saint-André aux Archives départementales), et la propriété de la borderie passa selon son vœu à la fabrique de la paroisse de Saint-André. Ses revenus devaient être employés, moitié à être distribués chaque année aux pauvres de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie, et l’autre moitié au traitement d’une institutrice, à condition qu’elle appartienne à une congrégation religieuse, à la charge d’instruire annuellement et perpétuellement 12 petites filles pauvres de la commune (12). La borderie fut louée par la fabrique pour un prix annuel de 400 F à la fin du 19e siècle, payé en deux termes (13).


(1) Reconnaissance du 6-1-1766 d’une rente à la Gandouinière au seigneur de Saint-Fulgent,
Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/119.
(2) Aveu du 23-6-1774 de Saint-Fulgent (Agnan Fortin) à la vicomté de Tiffauges (A. L. Jousseaume de la Bretesche), page 98, transcrit par Paul Boisson, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 13.
(3) Lieux-dits de Chauché, la Boutarlière, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 29-2.
(4) Partage du 22-10-1774 de 7,5 boisselées à la Gandouinière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Thoumazeau : 3 E 30/121.
(5) Aveu du Coin Foucaud et du Vignault du 2-7-1605 par Languiller aux Essarts – deuxième copie recopiant un aveu de 1550, page 30, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/G 61.
(6) Mention dans une déclaration roturière du 18-4-1655 à Languiller pour le Pré Gazon à la Gandouinière, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/A 12-5.
(7) Partage du 18-10-1779 de la succession de René de Montaudouin seigneur de la Rabatelière, page 53, Archives de Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/C 68.
(8) Inventaire et partage du 1-4-1703 de la succession de Jeanne Jeullin, veuve Merland, Archives de Vendée, famille Babin et Cicoteau : 25 J/4.
(9) Cadastre napoléonien de 1838. Et délibération du 12-2-1928 sur la vente d’un quaireux au village de la Gandouinière par le conseil municipal de Saint-André-Goule-d’Oie, Archives de Vendée, délibérations communales de Saint-André-Goule-d’Oie numérisées : vue 29.
(10) Ordonnance de l’évêque du 2-2-1959 transférant des villages de Chauché à Saint-André- Goule-d’Oie, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 38, transfert de villages.
(11) Lieux-dits de Saint-Fulgent, papiers de Mme Métaireau, Archives du diocèse de Luçon, fonds Boisson : 7 Z 23.
(12) Recettes et dépenses de la fabrique de Saint-André (1846-1856), Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie : carton no 29, chemise V.
(13) Ferme du 1-4-1879 de la propriété de la fabrique à la Basse Gandouinière, ibidem : carton no 29, chemise VIII.

Emmanuel François, tous droits réservés
septembre 2019

POUR REVENIR AU SOMMAIRE