samedi 13 mai 2017

La vente des biens des émigrés à Saint-André-Goule-d’Oie

A Saint-André-Goule-d’Oie, les ventes des biens d’Eglise avaient commencé en 1791, mais rencontrant l’hostilité des habitants. L’église et le presbytère n’étaient pas vendus, quand explosa la révolte de mars 1793. Ils le furent en juillet 1796, après l’arrêt des combats. Voir à ce sujet notre article publié sur ce site en avril 2017 : La vente des biens du clergé à Saint-André-Goule-d’Oie. S’agissant des biens des nobles, on commença leur vente un mois plus tard, en août 1796.

C’est en mars 1792 que les révolutionnaires avaient commencé à confisquer leurs biens aux nobles émigrés. Ceux-ci avaient quitté le territoire français pour prendre les armes contre les autorités. C’était une mesure de rétorsion, accompagnée de la peine de mort et de la faculté pour le conjoint d’obtenir très facilement le divorce. Quelques mois plus tard on décida de mettre ces biens en vente pour renflouer les caisses de l’Etat. Mais dans le district de Montaigu, on attendit la fin des combats pour procéder aux ventes des biens d’émigrés.

A Saint-André, il nous faut examiner le cas des six nobles possédant des domaines dans la commune : Agnan Fortin (ex seigneur de Saint-Fulgent, habitant à Nantes), Charles de Lespinay (ex seigneur de Linières sur la commune voisine de Chauché), René Thomas de Montaudouin (ex seigneur de la Rabatelière habitant à Nantes), Charles César de Royrand (ex seigneur de la Burnière sur la commune voisine de Chavagnes-en-Paillers), Louis Gabriel de Lespinay (ex seigneur de la Vrignonnière sur la commune voisine des Essarts), et Jean Aimé de Vaugiraud (de famille noble, ne possédant que des biens roturiers et habitant le bourg de Saint-André). La petite seigneurie de la Boutarlière avait été achetée en 1770 par un bourgeois de Mortagne, et ne fut pas confisquée comme bien national.

Ces ventes des biens des émigrés ont concerné à St André environ 280 hectares, soit près de 14 % de la surface de la commune. Il est proche, si on ajoute la vente des biens d’Eglise, de la moyenne d’environ 16 % des terres qui changèrent de mains de cette manière dans le bocage vendéen de la région de Montaigu lors de la Révolution (1).

Examinons le cas de chaque noble.

Charles Augustin de Lespinay


Conciergerie du château de Linières, 
construite vers 1880
Il était capitaine au 18e régiment de cavalerie, (ex régiment de Berry cavalerie), âgé de 38 ans au début de l’année 1791, et possédait le domaine de Linières où vivaient sa jeune épouse et sa petite fille.

Le 25 avril 1791, il affermait les métairies du bourg de Saint-André et des Boulligneaux (Saint-Martin-des-Noyers) à Louis Marie Allain (prieur de la paroisse) et Jean Herbreteau (métayer à Linières) par moitié entre eux. Il représentait le propriétaire : Charles Antoine de La Laurencie de Chadurie (2). Ce dernier agissait au nom de son épouse Marie Geneviève de Brillac de Nouzière, héritière de sa mère Marie Bénigne Chitton, elle-même fille de l’ancien seigneur de Languiller (Chauché). Le bail était de 9 ans, commençant à compter du 23 avril 1792, moyennant 800 livres par an pour les deux métairies.  

Le mois d’après, en mai 1791, Charles de Lespinay prit des dispositions pour se faire rembourser la finance de sa compagnie au régiment de Berry où il était capitaine (3). En 1776 le roi avait supprimé les achats d’emploi d’officiers, mais en pratique il en restait encore en 1789. Et l’Assemblée nationale avait décidé l’abolition de la vénalité des emplois dans l’armée par son décret du 28 février 1790. On ne sait pas s’il obtint le remboursement de son office, mais le 10 juin 1791, Charles de Lespinay acheta les deux métairies du bourg de Saint-André et des Boulligneaux à Charles Antoine de La Laurencie de Chadurie pour la somme de 19 000 livres (4). On devine que le bail du 25 avril précédent n’était qu’un acte d’attente, pour lequel Charles de Lespinay avait demandé de tenir officiellement le rôle de preneurs au bail, à deux personnes de confiance : son métayer de Linières et le prieur de la paroisse. En 1768, le fermier avait été François Bordron, qui, lui aussi, sous-affermait ensuite aux métayers exploitants ces deux métairies (5). L’acquéreur et le vendeur se connaissaient car la métairie du bourg payait ses redevances seigneuriales à la Boutarlière, celle-ci en rendant hommage au seigneur de Linières. Les Chitton de Languiller avaient acquis la métairie du bourg du seigneur de la Boutarlière, mais ce dernier semble avoir conservé des redevances sur le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, sinon toutes.

Charles Antoine de La Laurancie (1742-1820), ex seigneur de Chadurie, enseigne des vaisseaux du roi, émigra en septembre 1971, vécu en Hollande, Westphalie et Angleterre, et fut amnistié le 8 avril 1803 lors de son retour en France (6). Quant à Charles de Lespinay, il rejoignit l’émigration à la fin de l’année 1791, après le baptême de sa deuxième et dernière fille le 3 octobre 1791. Outre la métairie du bourg, il possédait à Saint-André la grande métairie des Noues, les deux totalisaient environ 85 hectares. Ses douze autres métairies étaient situées à Saint-Martin-des-Noyers, les Essarts, Chauché et Saint-Fulgent. Avant de partir, il laissa à son épouse une réserve de 100 000 F et des revenus annuels de 18 à 20 000 F (7).

Charles de Lespinay servit dans l’armée des princes, comme chef de section à la 2e compagnie à cheval des gentilshommes du Poitou. Il fut inscrit à Fontenay-le-Comte sur la liste des émigrés, le 4 octobre 1793, et son domaine fut saisi après avoir été mis sous séquestre en juin 1792, privant son épouse des revenus des 14 métairies (8). Voulant mettre ses biens propres à l’abri et n’être pas impliquée dans le séquestre des biens de son mari, Mme de Lespinay fit acte de renonciation à la communauté de biens avec son mari, née de leur contrat de mariage, dans les derniers mois de 1792 devant l’administration du district de Montaigu, qu’elle renouvela devant le directoire du département de la Vendée en juin 1795 (9).

Quand Charles de Lespinay réapparut à Paris en 1797, Linières avait été racheté d’un seul tenant par son épouse l’année d’avant, le 1e août 1796, aidée en final par son amant, un jeune bourgeois de Saint-Fulgent appartenant au camp des républicains, Joseph Guyet. Les retrouvailles des époux se conclurent par un divorce pour cause officielle d’émigration, et la revente de Linières en novembre 1800 au futur mari de l’ex vicomtesse de Lespinay, son amant avec qui elle avait eu un enfant. Voir sur cette histoire notre article publié sur ce site en janvier 2010 : Le divorce de Lespinay/du Vigier en 1800.

Au-delà des péripéties amoureuses, politiques et financières de cette histoire, il y a bien eu confiscation d’un bien noble et appropriation par un bourgeois républicain, suivant ce qu’on constate souvent dans la région. Ce changement eut une double portée, que préfigurent sans le faire exprès les jeunes amants de Linières. D’un côté, il fixa pour longtemps les acquéreurs des biens nationaux du côté des partisans de la Révolution. Il s’en suivit que les fractures politiques, nées de et dans ces ventes, se transmirent avec les héritages pendant des générations. On l’observe à Linières tout au long du 19e siècle. Et d’un autre côté, les gros propriétaires terriens, dépouillés désormais des droits féodaux, et disposant d’un droit renforcé de la propriété individuelle grâce à la Révolution, constituèrent un groupe social homogène d’intérêts au-delà de leurs opinions politiques, et longtemps prépondérant dans la société rurale.

Linières en 2017
Ce qui s’est passé à Linières est aussi révélateur du brassage de milieux sociaux différents, parfois rencontré dans la nouvelle société du Directoire. Les ancêtres de l’ex vicomtesse avait fait les croisades. Deux fois elle a échappé comme par miracle aux massacres des révolutionnaires pendant la guerre de Vendée. De son côté, le grand-père de Joseph Guyet avait été marchand, aubergiste et maître de poste à Saint-Fulgent à l’enseigne du Chêne Vert. Son père, favorable à la Révolution, avait été tué par les royalistes au début de la guerre de Vendée. Leurs fils unique sera député de la circonscription des Herbiers, et proche du roi Louis Philippe au temps de la monarchie de Juillet.

Autre constatation, c’est l’ensemble du domaine qui changea de mains, sans ventes par métairies.

Sur Saint-André, la surface concernée était de l’ordre de 85 hectares, mais au total le domaine en contenait dix fois plus. Le prix de vente en 1796 pour ce total, de 185 560 F, parait scandaleusement faible, comparé au prix, par exemple, de la métairie de la Roche Mauvin de 150 000 F, deux ans après, d’une surface de 38 ha. Quoique l’hyper inflation des prix de cette époque brouille fortement les comparaisons. L’incidence de l’incendie des bâtiments était plus forte à la Roche Mauvin néanmoins.

Cette vente s’est faite sous le régime de la loi du 28 ventôse an 4 (18 mars 1796). En créant les mandats territoriaux pour remplacer les assignats, cette loi autorisait tout porteur de mandats à se faire remettre sans enchères, le bien national qu’il désignerait, pour un prix variant entre 18 fois (bâtiments) et 22 fois (terres) son revenu de l’année 1790. La somme était payable moitié dans les dix jours, moitié dans les trois mois, en utilisant les mandats territoriaux. Le prix devait faire l’objet d’une estimation préalable et contradictoire du bien à vendre. Nous ne saurons jamais si Etienne Martineau, président de la municipalité cantonale de Saint-Fulgent, et beau-frère de Joseph Guyet, amant de Mme de Lespinay, a eu de l’influence dans l’estimation amiable du prix du domaine de Linières. Mais les autorités départementales suivaient l’affaire comme en témoigne une lettre du 30 messidor an 4 de Merlet, commissaire du canton de Saint-Fulgent, au commissaire du département.

Les mandats territoriaux avaient remplacé les assignats depuis le mois de mars 1796, mais ils avaient déjà perdu 80 % de leurs valeurs nominales un mois plus tard. Encore fallait-il en avoir ! Mme de Lespinay s’associa alors à M. Dubois-Violette qui lui fournit le papier monnaie, moyennant une association à 50/50 dans le rachat (10). Il appartenait à une famille de gros commerçants nantais. Mais il voulut se retirer de l’affaire quand, peu de temps après l’achat du 1e août, une nouvelle loi exigeait que le quart de l’achat soit payé en numéraire métallique, pièces ou lingots. Sa valeur ne connaissait pas la dégringolade du papier monnaie et il se faisait très rare. Ses possesseurs le cachaient ou ne s’en servaient qu’à bon escient. C’est alors qu’entre en scène le jeune amant, Joseph Guyet. Il désintéresse M. Dubois-Violette et paye le quart en numéraire exigé par la nouvelle loi (10).

Militant d’une cause perdue pour laquelle il avait risqué sa vie, abandonné par sa femme, privé de sa fille et ruiné, Charles de Lespinay se fit engager à son retour d’émigration dans la Manche à Saint-Lô, pour y diriger une remonte de chevaux de l’armée (11). Il y est décédé le 23 février 1807, à l’âge de 54 ans. Et c’est Joseph Guyet, mandaté par son épouse, en tant que curatrice de sa fille Henriette de Lespinay, alors âgée de 17 ans et unique héritière de son père, qui déclara la succession au bureau de Montaigu le 7 août 1807 (12). La jeune sœur était morte en effet à l’âge de 2 ans. La succession immobilière ne comprenait, dans le bocage, que la moitié de la métairie de la Petite Atrie située sur la commune des Brouzils, un héritage en 1805 d’une tante. Henriette de Lespinay mourut à 21 ans.

Louis Gabriel de Lespinay


Ses biens à Saint-André-Goule-d’Oie, furent vendus sous le même régime de la loi du 28 ventôse an 4, le 6 août 1796. Ils comprenaient un bois futaie au Clouin, et des bois taillis au Bois Pothé et à Fondion (13).

Fondion près de la forêt de l’Herbergement
Louis Gabriel de Lespinay, « père d’émigrés, dont les enfants sont inscrits sur le premier supplément de la liste générale des émigrés à la date du 4 novembre 1793 », était l’oncle de Charles (Linières), seigneur de Beaumont (Deux-Sèvres), le Pally (Chantonnay) et la Vrignonnière (Essarts). Il était décédé en novembre 1793 dans la virée de Galerne.

L’acquéreur s’appelait Pierre Jaud. Il était le beau-frère de Pierre François Cougnon, mort à la bataille de Savenay le 21 décembre 1793 contre les soldats républicains de Westermann. C’était aussi un cousin éloigné par alliance des frères Cougnon, les capitaines de paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie pendant la guerre de Vendée.

Là aussi le prix d’acquisition de l’ensemble des biens de la Vrignonnière est particulièrement faible : 50 286 F. Pour ce prix, Pierre Jaud devint propriétaire de quelques bois sur la commune de Saint-André, mais surtout, sur la commune des Essarts, des métairies de la Vrignonnière, Guiffardière, Cossonière, de terres à la Mongie, Puy-Bertrand, du moulin de l’Ansonnière, du bois futaie de la Guiffardière et d’un bois taillis à Puy-Bertrand.

Charles César de Royrand


Il était le fils de Charles Louis de Royrand. Ce dernier, devenu veuf, se retira d’abord à la Petite Roussière de Saint-Fulgent, logis à tourelle incommode. Il s’installa ensuite à la Burnière de Chavagnes, et à proximité de la nouvelle route royale de Nantes à la Rochelle, il acheta un terrain et commença la construction d’un château, où il s’installa en 1785, l’année de sa mort, le 20 juillet. Son jeune fils était alors déjà marin et sa fille en pension dans un couvent. Son frère, Charles Aimé, fut nommé leur tuteur. En décembre 1785, venant lui aussi de la Roussière, il s’installa à la Burnière, et continua les travaux de construction du château (14).

Charles Aimé de Royrand n’émigra pas, mais il fut un des chefs importants de la Guerre de Vendée, souvent oublié par la postérité. Voir le dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives départementales de la Vendée. C’était un ancien officier âgé de 67 ans quand les paysans des environs vinrent lui demander de diriger la lutte, au lendemain de leurs coups de mains du 13 mars 1793, notamment à Saint-Fulgent. Les autres chefs de bandes, et les officiers parmi eux, lui demandèrent aussi de se mettre à leur tête. Il fut le général de l’armée du centre de la Vendée pendant la guerre jusqu’au jour de sa mort, des suites d’une blessure, en décembre 1793 lors de la virée de Galerne.

Paul-Émile Boutigny : Affaire de Quiberon
La métairie du Coin et une borderie au village du Peux, appartenaient à son neveu, Charles César. Ce dernier combattit sur mer les armées de la République et mourut fusillé le 30 juillet 1795, à l’âge de 28 ans, après avoir été fait prisonnier au débarquement de Quiberon (14). Ses biens lui furent confisqués et vendus sous le régime de la loi du 16 brumaire an 5 (6 novembre 1796), par métairies et non le domaine d’un seul tenant comme à Linières et à la Vrignonnière.

Cette loi rétablit la vente aux enchères publiques. Celles-ci étaient ouvertes au chef-lieu du département, sur la première offre égale aux trois quarts du montant de l’évaluation, calculée d’après les valeurs de revenus estimées pour l’année 1790. Le paiement avait lieu, moitié en numéraire, moitié en papier. La fraction du prix payable en numéraire devait être versée à raison d’un dixième dans les dix jours, un dixième dans les six mois, les huit autres dixièmes à raison de deux dixièmes par an, à 5 % d’intérêt. L’énorme inflation des prix et la très forte dévaluation de la monnaie favorisèrent les emprunteurs. Mais il fallait du numéraire, ce qui n’était pas à la portée de tout le monde, particulièrement dans un pays sauvagement ruiné. Ces modalités profitèrent surtout à la bourgeoisie. Par ailleurs, les divisions politiques profondes dans la contrée limitèrent la participation aux enchères aux seuls partisans de la Révolution, ou du moins à ceux dont les convictions de leur interdisaient pas de participer à une opération, vue comme illégitime et assimilable à un vol par les royalistes.

La métairie du Coin fut vendue le 14 avril 1798 à Jean et Pierre Bordron pour la somme de 132 100 F (15). Jean Bordron avait été choisi par Louis Merlet, commissaire exécutif du canton de Saint-Fulgent, en septembre 1797, pour être nommé agent communal de Saint-André (fonction remplaçant celle de maire). Les évaluations préalables des biens avaient été faites en présence du même Louis Merlet. Et la borderie du Peux fut acquise le même jour par le seul Jean Bordron pour la somme de 34 100 F (16). Son père, en tant que maire de Saint-André en 1790, avait protesté auprès du district de Montaigu contre la vente des biens d’Eglise. Le fils n’eut pas les mêmes scrupules.

Charles César de Royrand était mort sans enfant, après son mariage en 1789 dans la chapelle de la Chardière (Chavagnes) avec Emilie de Suzannet. Son unique sœur, Pélagie, seule survivante de la famille Royrand, avait épousé le 13 décembre 1788, Charles François de Guerry de Beauregard. Elle eut une postérité.

René Thomas de Montaudouin


Il habitait à Nantes, officier de son état, et faisait de brefs séjours en son château de la Rabatelière pour y gérer ses domaines. René Thomas de Montaudouin émigra en 1792 (17), et tous ses biens furent confisqués. Mais on dut attendre de faire un partage des biens en 1797 entre la République, nouvellement propriétaire, et sa sœur, Mme de Martel, qui n’avait pas émigré et n’était pas concernée par la confiscation. Elle habitait à Nantes dans l’hôtel des colonnes, que l’on peut encore admirer aujourd’hui, ancienne place Louis XVI. Celle-ci eut dans sa part notamment le château de la Rabatelière et la métairie de la Racinauzière à Saint André. La République eut les métairies de la Roche Mauvin et de la Porcelière et la borderie de la Mancellière, les trois totalisant environ 90 hectares. Ce partage contradictoire avait été fait pour le compte du département par le juge du tribunal de Montaigu, Pierre Etienne Sorin, classé par Goupilleau de Montaigu dans le camp royaliste. Sorin deviendra en 1799 fondé de pouvoir de Mme de Martel. Voir, le concernant, le dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives départementales de la Vendée. Les valeurs retenues dans l’estimation, avec le représentant de Mme de Martel, Jacques Roulleau, fermier demeurant à Chavagnes, paraissent assez faibles (18).

Château de la Rabatelière
La métairie de la Roche Mauvin fut adjugée à un nommé Bouhier le 21 mai 1798 pour 150 000 F (19). La même année, Louis Merlet (commissaire exécutif du canton de Saint-Fulgent) qui avait fait la visite d’estimation, acheta la métairie de la Mancellière pour 50 000 F (20). Comme au Coin et au Peux, ces deux métairies furent vendues sous le régime de la loi du 16 brumaire an 5.

La métairie de la Porcelière ne fut pas vendue immédiatement, et elle fut affermée en 1799 à Jean Bordron (agent communal de Saint-André) pour 100 F par an (21), prix inférieur de quatre fois à ce qu’on constate par ailleurs. Ils n’étaient que deux concurrents aux enchères pour la ferme de la Porcelière. On peut se demander si dans une contrée en ruines, les candidats potentiels ne s’étaient pas raréfiés. A moins que la  durée courte des baux décidée par l’administration, de 3 ans, n’ait découragé les candidats à la mise aux enchères des fermes. Sur ce point, Louis Merlet s’en était plaint auprès du commissaire de Fontenay, sans succès au début de l’année 1797 (22). Il argumentait, non sans raison, que le défrichement des jachères longues dans les terres du bocage demandait au moins deux ans avant d’obtenir une bonne récolte. Les baux de 3 ans décourageaient les métayers de le faire. Ceux des métairies d’Agnan Fortin à Saint-Fulgent, alors sous séquestre, s’en plaignaient.

Le tableau des fermes des biens nationaux passées à la diligence du receveur de Montaigu pendant les mois de brumaire et frimaire an 5 (fin 1796), font apparaître qu’Aubin, administrateur, et Merlet commissaire du directoire exécutif du canton de Saint-Fulgent, sont demeurés adjudicataires de beaucoup d’articles à très bas prix. Ils n’ont trouvé aucun concurrent. Dans la commune de Bazoges, tous les métayers semblaient leur avoir confié leurs intérêts. Ils ont également fait de bons marchés dans les communes de Saint-Fulgent, Saint-André et Chavagnes. Mais il est venu un citoyen nommé Bossard qui a fait monter les biens de Chauché et de la Rabatelière à leurs valeurs (23).

Le tout nouveau préfet de Napoléon en Vendée allait bientôt écarter Jean Bordron du pouvoir municipal. Son cousin, Simon Pierre Herbreteau, participant jusqu’aux derniers combats de Charette, fut nommé à sa place. 

Revenu d’émigration, René Thomas Montaudouin avait été radié de la liste des émigrés le 22 novembre 1801. Il avait prêté entre les mains du préfet de Loire-Atlantique le serment prescrit par le sénatus-consulte de fidélité à la République. Nous avons une lettre de sa sœur, non datée, au ministre de la police générale, où elle fait état du « dérangement de sa santé et de sa fortune (qui) le met dans une position pénible et digne de pitié » (24). Il avait alors 50 ans, indiquant comme profession : agriculteur. Ruiné et malade, il enterra ses deux jeunes enfants et sa femme en quelques mois. Sa fille, Françoise (2 ans), mourut le 25 février 1802, Thomas (6 ans), mourut le 10 mars suivant, et sa femme mourut le 10 mai d’après (25). Lui-même est mort en octobre 1802.

Agnan Fortin


Exploitation de canne à sucre
Ancien capitaine de cavalerie, Agnan Fortin avait acheté en novembre 1789 à Perrine Bruneau, veuve d’Abraham de Tinguy, les métairies de la Boutinière et de la Chevaleraye, situées à Saint-André-Goule-d’Oie, et totalisant les deux environ 50 hectares. Il avait acheté la seigneurie de Saint-Fulgent en 1769 et coulait des jours paisibles à Nantes, grâce notamment aux revenus de ses plantations de cannes à sucre de l’île de Saint Domingue (maintenant Haïti). En 1791 il avait acheté la plus grande partie des biens d’Eglise à Saint-Fulgent. Pour cela il utilisa la somme de 85 000 F. reçue au titre du remboursement de sa charge de conseiller secrétaire du roi, maison couronne de France et de ses finances (26), qui venait d’être supprimée (27).

En 1792 il était âgé de 65 ans, père de quatre enfants survivants, époux d’une jeune femme âgée de 42 ans, et il avait su profiter des opportunités offertes par la Révolution pour s’enrichir. Mais les dernières années de sa vie furent un calvaire. A commencer par la révolte des esclaves de Saint-Domingue. Dans son contrat de mariage en 1768, on le voit propriétaire pour moitié avec sa sœur « d’une habitation, nègres, bestiaux, ustensiles, circonstances et dépendances, sise au Cul de Sac, île de Saint Domingue ». Il écrit en 1795 : « Les mulâtres et les nègres ont porté le feu et le fer sur toutes les habitations de Saint Domingue » (28). De plus les guerres révolutionnaires vont conduire à la chute du transport maritime vers les Caraïbes, organisée par les Anglais. Il lui restait ses propriétés en France, essentiellement ses terres de Saint-Fulgent, en grande ruine écrit-il en 1795, à cause de « l’enlèvement de tous ses bestiaux et de ses instruments aratoires. Il faudra donc les plus grands sacrifices pour remettre les choses en l’état, et les espérances de l’exposant sont bien éloignées, puisque la différence d’opinion avec les Vendéens ne lui permettra pas, de longtemps, de jouir de la terre » (29). Car il affiche un républicanisme pur pour se démarquer de son fils ainé et amadouer les autorités.

C’est qu’en plus, son fils ainé avait émigré, ce qui conduisit à la confiscation de ses biens. Et on commença par mettre tous les biens de la famille sous séquestre, y compris les métairies à Saint-Fulgent et à Saint-André comme nous l’avons vu plus haut. Agnan Fortin dû se démener comme un diable pour sortir de cette situation. Il demanda en 1795 un partage des biens aux administrateurs du district de Nantes, entre la République et les autres propriétaires indivis. Ses opinions politiques étaient probablement sincères, même si leur formulation prend des accents d’une ostentation intéressée. Qu’on en juge : « un père dis-je sollicite auprès de vous, citoyens administrateurs, qu’il vous plaise prendre en considération la position affligeante où il se trouve. Il est déjà assez malheureux d’avoir eu un fils qui n’a pas partagé ses principes ! Principes toujours constants et soutenus depuis le commencement de la Révolution par sa conduite sans reproches et son civisme reconnu » (29). Et il signe la lettre : « Nantes le 9 floréal an 2 de la république une indivisible et impérissable ».

Il obtint enfin le partage des biens et paya une somme de 30 000 F pour racheter la part confisquée de son fils, et conserver l’intégralité du patrimoine de ses enfants. Pour quelqu’un qui se disait ruiné, on constate qu’il savait mettre sa sincérité au service de ses intérêts. Ce partage entre la République et des cohéritiers s’est aussi produit au château de la Rabatelière, comme nous l’avons déjà vu, et aussi au château du Puy-Greffier (Saint-Fulgent). Au final son cas peut être assimilé à une vente de biens nationaux, mais ceux-ci rachetés par la famille de l’ancien propriétaire. Cela fait penser au baron des Essarts, frère ainé du seigneur de Linières, dont l’épouse racheta ses domaines, eux-aussi confisqués.
 
Agnan Fortin, mourut à Paris, où il venait de déménager, en 1798. Son fils ainé, Guy Auguste Fortin, hérita de Saint-Fulgent et des métairies de la Boutinière et de la Chevaleraye.

Jean Aimé de Vaugiraud


Bourg de Saint-André-Goule-d’Oie
Ancien officier de marine, Jean Aimé de Vaugiraud était venu s’installer dans le bourg de Saint-André-Goule-d’Oie, et vivait de l’héritage de ses parents. Au retour d’un voyage à Paris avec son frère Augustin en 1792, ce dernier passa plusieurs mois dans la prison du château de Nantes comme suspect. Lui-même fut convoqué à Fontenay au début de 1793, mais refusa de s’y rendre. Les paysans de Saint-André le protégèrent quand les gendarmes de Saint-Fulgent vinrent l’appréhender chez lui. Ils mirent la petite troupe en fuite, puis les gardes nationaux peu de temps après à Saint-Fulgent. C’était en mars 1793, la guerre de Vendée venait de commencer.  

Jean Aimé de Vaugiraud n’émigra pas, mais il s’engagea, âgé alors de 40 ans, avec les gens de Saint-André aux côtés du général de Royrand, participant à tous les combats vendéens dans l’armée du Centre, y compris après la virée de Galerne. Il fut le seul noble de la paroisse pour qui on ne trouve pas de vente de ses biens, sauf une borderie, acquise en tant que bien d’Eglise en 1791, mais qui lui fut reprise pour cause de défaut de paiement.

On ne connait pas les conditions de sa reddition aux autorités républicaines, probablement vers 1796, mais toujours est-il qu’on ne lui confisqua pas ses biens. Il possédait à Saint-André-Goule-d’Oie avant la Révolution son logis du bourg et une petite borderie autour, plus deux métairies, l’une au Coudray et l’autre à la Jaumarière. Elles se retrouvent dans la déclaration de sa succession en 1814 au bureau de Montaigu. Pour plus de détails sur l’histoire de Jean Aimé de Vaugiraud, voir l’article qui lui est consacré sur ce site, publié en avril 2012 : M. de Vaugiraud à Saint-André-Goule-d’Oie. Sa biographie se trouve aussi dans le dictionnaire des Vendéens sur le site internet des Archives départementales de la Vendée.

Il nous est difficile d’affirmer que ces ventes de biens nationaux des nobles font de la commune de Saint-André-Goule-d’Oie un cas représentatif de ce qui s’est passé dans le bocage vendéen. Mais la diversité des situations rencontrées inciterait à le penser.


(1) P. Bossis, Recherches sur la propriété nobiliaire en pays vendéen avant et après la Révolution, annuaire de la société d’émulation de la Vendée, 1973, Archives de la Vendée, BIB PC 16/45, vue 10.
(2) Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé boisson : 7 Z 73-1 généralités sur Saint-André-Goule-d’Oie.
(3) procuration de Charles Augustin de Lespinay du 20-5-1791 pour racheter la finance de sa compagnie, Archives de la Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13.
(4) achat du 10-6-1791 des métairies de Bouligneaux et du Bourg de Saint-André de C.A. de Lespinay à La Laurencie, dans Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/13.
(5) reconnaissance du 26-12-1768 d’une rente à la fabrique de la Chapelle Bégouin de Chauché, par les teneurs de la Boninière, Archives de Vendée, notaires de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/5.
(6) Pierre Bruneau, Les émigrés Charentais 1791-1814, p. 99.
(7) Le Journal des Débats du 26 décembre 1803.
(8) acte de notoriété du 12 germinal an 11 demandé par B. Martineau, Archives de Vendée, étude (A) notaire Allard des Herbiers : 3 E 019 (vue 202/492).
(9) réitération de la renonciation à la communauté des biens du 5 pluviôse 9 par Félicité Duvigier, signée à Linières, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 20, famille Guyet.
(10) ibid. la note (7) ci-dessus.
(11) G. de Raignac, De châteaux en logis, itinéraire des familles de Vendée, Bonnefonds (1997), tome 8, page 169.
(12) Archives de Vendée, déclaration de succession au bureau de Montaigu le 7-8-1807 de la succession de Charles Augustin de Lespinay (vue 95/198).
(13) Archives de la Vendée, vente des biens nationaux : 1 Q 240 no 349, acquisition de Pierre Jaud du 19 thermidor an 4.
(14) A. de Guerry, MM. De Royrand, Archives de Vendée, revue de la Revue du Bas-Poitou (1961-2) vue 24/57.
(15) 1 Q 258 no 852, vente de la métairie du Coin le 25 germinal an 6.
(16) 1 Q 258 no 853, vente de la borderie du Peux le 25 germinal an 6.
(17) notes intitulées : A la Rabatelière en décembre 1793, dans Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 46-2, les débuts de l’insurrection et l’année 1793.
(18) 1 Q 342, no 117, partage et estimation des domaines de la Rabatelière le 2 nivôse an 2.
(19) 1 Q 234 no 1194, vente de la métairie de la Roche Mauvin le 2 prairial an 6.
(20) 1 Q 234 no 1194, vente de la borderie de la Mancellière le 2 floréal an 6.
(21) 1 Q 760 no 97, ferme d’une borderie à la Porcelière le 4 frimaire an 8.
(22) lettre de Louis Merlet au commissaire Coyaud de Fontenay le 10 pluviôse an 5, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 12-1.
(23) tableau des fermes des biens nationaux passées par receveur de Montaigu arrêté au  1e nivôse an 5, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 46-3.
(24) les Montaudouin, lettre de Mme de Martel au ministre de la police, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 64.
(25) les Montaudouin, arbre généalogique de Thomas René Montaudouin, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 64.
(26) aveu du 23-6-1774 de Saint-Fulgent (Agnan Fortin) à la vicomté de Tiffauges (A. L. Jousseaume de la Bretesche), transcrit par Paul Boisson, Archives diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 13.
(27) Comte de Grimoüard, Les Fortin de St Fulgent et de Bellaton, Touraine, Saint Domingue, Nantes, dans la revue « Généalogie et Histoire de la Caraïbe », no 240 en octobre 2010.
(28) demande de partage du 9 messidor an 3 d’Agnan Fortin aux citoyens administrateurs du district de Nantes, Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 108.
(29) demande du 9 floréal an 2 de Fortin,de levée de scellés au district de Nantes, ibid. fonds de l’abbé Boisson.

Emmanuel François, tous droits réservés