vendredi 1 mars 2019

La construction de la nouvelle église à Saint-André-Goule-d’Oie (1875)

L’actuelle église paroissiale de Saint-André-Goule-d’Oie a été construite en 1875/1876, à la place de l’ancienne, décalée vers l’ouest de quelques mètres semble-t-il sur un terrain de 8 ares (1). L’adjudicataire a été désigné le 3 septembre 1874 (2), et dans une lettre à Amaury-Duval du 7 mai 1875 le curé Martin écrit au sujet de la nouvelle église : « Elle s’élève rapidement, nous voici déjà rendus à la naissance des croisées » (espaces des vitraux) (3). On sait que l’église a été bénite le 19 août 1877 (4).

L’ancienne église


L’ancienne église était devenue insuffisante à cause de l’augmentation de la population (1525 habitants). Elle avait une surface totale de 230 m2, dont 185 m2 seulement pour les fidèles, une fois déduits le chœur, les petits autels et les fonds baptismaux. Sa disposition rendait son agrandissement impossible (5). L’architecte du département, Victor Clair, qui a supervisé les travaux de construction, avait réalisé en juillet 1873 un plan de l’ancienne église (6).

Plan de l’ancienne église (1873) 
(Archives paroissiales : 28-I Eglise et bâtiments)

Dans cette coupe longitudinale l’entrée par la nef, côté sud (gauche sur le plan ci-contre), ne comprend pas le ballet (auvent) mentionné dans la description de l’église en 1796 : « la ci-devant église dudit lieu, sacristie et ballet en dépendant, le tout se joignant » (7). Le texte ne dit pas où se situe le ballet, mais les côtés nord et est étant occupés par le presbytère on le suppose plutôt côté sud. Le plan ne fait pas apparaitre le presbytère non plus, situé à l’avant de cette coupe de la seule église, ainsi que le bâtiment de servitude du presbytère adossé à l’église, côté nord. Dans le plan de masse ci-dessous la tour à droite de l’entrée est bien représentée, avec un mur extérieur la joignant. Ce mur fut construit ou reconstruit en 1815 pour fermer une petite place devant l’église et le presbytère, où se trouvait un calvaire (8). On voit la sacristie prolongeant le chœur sur son côté nord. De plus, on sait que le sol de l’église avait un carrelage refait en 1764 (9) et réparé en 1856 suivant la comptabilité de la fabrique cette année-là. Ses murs étaient blanchis à la chaux comme ceux du presbytère (blanchissage en 1847). En 1850 on fit venir des ardoises de Nantes et réparer la charpente de la sacristie. L’érection d’un chemin de croix dans l’église de Saint-André avait été autorisée par l’évêché le 10 janvier 1846 (10).

Plan de l’ancienne église (1873)
(Archives paroissiales : 28-I Eglise et bâtiments)

Le financement de la construction de la nouvelle église



Une souscription fut lancée auprès des paroissiens pour la construction de la nouvelle église. On fit les comptes le 6 juillet 1873 et 286 chefs de famille répondirent à l’appel pour un montant total de 23 570 F (11). On peut penser que presque tout le monde participa. Les archives gardent leurs noms et prénoms, professions, lieux d’habitations et montants donnés. Cette transparence est révélatrice de certains traits des relations dans ce milieu à cette époque : simplicité et solidarité. Il y eut 2 anonymes. Les 6 plus gros donateurs s’engagèrent pour 41 % du total de la contribution, les 55 gros donateurs suivants pour 37 %, et les 225 petits donateurs pour 22 % de ce total. Voyons les plus gros donateurs :
-        Isidore Martin, curé né aux Herbiers d’un père marchand : 3 000 F
-        Pierre Fonteneau, de la Jaumarière, est trésorier de la fabrique et adjoint au maire. Il habitera le bourg plus tard et sera maire de la commune à l’été 1875. Il donna 2 000 F
-        Marcel de Brayer, maire et propriétaire de Linières : 1 500 F
-        Angélique Loizeau, veuve de Jean André Chaigneau du Coudray, cousine de François Cougnon fils : 1500 F
-        Henriette Papin, belle-fille de la précédente et veuve de Jean François Chaigneau du Coudray. Ce dernier fut maire 6 mois en 1869, et est mort à 35 ans. Elle finança aussi le vitrail de la Vierge et donna pour la construction de l’église 1 200 F
-        Augustine Fluzeau, veuve Rochereau de la Brossière, fille de François Fluzeau, capitaine dans l’armée vendéenne, ancien agent de la commune en 1796 et adjoint au maire à partir de 1800. Son mari était le fils de l’ancien maire (1835-1848), Pierre Rochereau. Elle donna 500 F.

Les dirigeants de la fabrique établirent une liste des donateurs avec les montants souscrits et l’étalement des paiements en 3 versements d’ici à 1876 (12). Le 1e paiement aura lieu quand les murs de la nouvelle église seront hors de terre, le second sera fait une année après le premier, et le dernier une année entière après le second (13). Cette liste a été conservée dans les archives, et on voit quelques défauts de paiements minimes qui durent être compensés. A titre d’exemple on a Jean François (fils), mon aïeul de la Boninière, qui avait souscrit 25 F et qui ne paya que 10 F au premier paiement à cause de son décès peu de temps après. Son père Jean François avait souscrit 25 F et paya 8,5 F au 1e paiement et 16,5 F au 2e.

Initiales de Marcel de Brayer dans le parc
du château de Linières
(photo Jean Caillé en juin 1974)
Des appels d’offres ont été affichés dans les communes voisines au cours de l’été sur un devis des travaux de 72 313 F. Et le 3 septembre 1874, se sont réunis au presbytère sous la présidence du président du conseil de fabrique, assisté du curé et du maire, le conseil de fabrique et le conseil municipal. Une seule soumission avait été déposée par le sieur Tilleau de Mortagne, offrant 1 % de rabais. En conséquence ce dernier a été déclaré adjudicataire, et le montant du devis d’adjudication qui était de 72 313 F a été réduit à 71 589,87 F. Suivent les signatures de Marcel de Brayer (maire), du curé et du vicaire et 11 autres édiles (14). C’est le même entrepreneur Tilleau qui construira l’escalier d’entrée du château de Linières devant la cour avec sa terrasse en grandes dalles de Charente (15). La commission départementale des bâtiments civils, dans sa séance du 16 août 1873, a émis un avis favorable au projet de l’église de Saint-André-Goule-d’Oie et à son style néo-gothique (16).

Le devis d’adjudication, majoré des honoraires d’architecte, se montait à 75 883 F. On disposait de 23 570 F de souscriptions, de 16 219 F de disponibles dans la caisse de la fabrique, augmenté d’un excédent prévu des exercices 1873 à 1876 de 10 000 F, et d’un emprunt de 10 500 F à 5 % d’intérêt sur 10 ans auprès de Pierre Fonteneau, déjà évoqué parmi les souscripteurs. Son prêt se comprend par l’absence de banque dans les campagnes. Au total on disposait de 60 289 F. On demanda une subvention au ministère de l’Intérieur de 15 594 F pour atteindre le montant du devis. Il n’accorda que 10 000 F et on manqua d’argent (16). La commune n’a pas participé au financement, ayant alors la charge d’un montant de 24 centimes additionnels aux quatre contributions, pour la construction des routes et de l’école des garçons à la même époque.

Surtout le devis initial fut dépassé de 24 %, et le décompte général définitif du 15 novembre 1878 des travaux de construction de l’église s’éleva à 93 940 F (17). On trouva de nouvelles ressources. De gros donateurs s’engagèrent sur un complément de souscription de 7 840 F : de Brayer (2 000 F), la veuve Chaigneau (2 400 F), Jean Louis Charpentier, curé de Luçon et originaire du Clouin (1 390 F), Bordron de la Boutarlière (1 200 F), Charles de Tinguy du Pouet du bourg (850 F). Si bien qu’au total le montant des souscriptions s’éleva à 31 410 F (18).

On fit appel aux paroissiens pour des emprunts sans intérêts dans les années 1876, 1877, 1878 et 1879 sur des montants très variables et totalisant au moins 12 650 F suivant la documentation laissée, mais on soupçonne un montant plus élevé (19). La durée des prêts n’est pas précisée. Dans ces emprunts on comprit un emprunt de 2 000 F à la caisse des messes du curé. Elle disposait toujours de sommes d’argent données d’avance. L’opération fut faite « du consentement des donateurs, à la condition que les défunts n’en souffriraient pas, et que les messes qui doivent être chantées pour eux seraient chantées à leur tour, à la condition aussi que cette somme serait remise dans la caisse des messes aussitôt que la fabrique pourrait la rendre » (20). Pour favoriser la souscription il fut décidé que pour chaque somme de 25 F qui serait donnée pour la construction de la nouvelle église, une messe serait chantée aux frais de la fabrique, pour le donateur ou la donatrice après son décès. Les prêteurs sans intérêt seront regardés comme prêtant à 5 %, et faisant don à l’église de l’intérêt qui leur serait dû naturellement. Et dès lors toute personne à qui il serait dû 25 F d’intérêt aura droit à une messe comme bienfaiteur de l’église et à autant de messes qu’elle serait censée avoir gagné en intérêt de sommes de 25 F. Et certains des prêteurs déclarèrent qu’ils abandonnaient les sommes prêtées pour faire chanter des messes pour elles après leur mort.

Eglise de Saint-André-Goule-d’Oie
Et puis il y a le cas particulier de Mme veuve Jean François Chaigneau du Coudray, « qui a donné à la fabrique la somme de 1 500 F à condition que chaque année, à perpétuité, un service de 2e classe et une messe serait chantée pour François Cougnon fils du Coudray, son cousin décédé en 1858. La fabrique, ayant besoin d’argent pour l’église, a inscrit cette somme au commencement de la construction de l’église parmi ses recettes du consentement de la donatrice, en lui promettant de faire célébrer le service et la messe avec les  intérêts de la somme de 1 500 F. Elle a promis aussi de placer sur l’Etat une somme suffisante pour faire le service et la messe dès que les dettes seront acquittées, et de faire tout approuver par l’autorité compétente. » (20). Ce cousin de la veuve Chaigneau, François Cougnon fils, était mort sans descendance et ses biens allèrent aux Chaigneau et Rochereau, à une époque où les droits de succession entre cousins n’étaient pas confiscatoires. 

Dans la séance du 6 avril 1902 du conseil de fabrique, « M. le curé fait observer que l’emprunt pour la construction de l’église étant remboursé intégralement, il reste encore à la fabrique à remplir l’engagement qu’elle avait pris de faire chanter une messe des bienfaiteurs par chaque somme de 25 F prêtée pour la construction de l’église. Il propose en conséquence au conseil de voter un crédit pour s’acquitter de cette dette. Le conseil à l’unanimité reconnait cet engagement prit au début de la construction de l’église et décide que chaque année il sera ouvert au budget un crédit spécial pour faire acquitter ces messes dites « messes de bienfaiteurs » jusqu’à concurrence de la somme de 3 444 F » (21).

Le 2 décembre 1926, le curé Leboeuf, constatant l’inflation des prix, conséquence directe de la première guerre mondiale, fit une demande à leur sujet au vicaire général de l’évêché de Luçon. Il écrit : « Après la construction de l’église paroissiale de Saint-André, la fabrique a assumé la charge de faire célébrer, pour les bienfaiteurs ayant versé une somme importante en faveur de l’édification de l’église, des messes chantées aux honoraires de 3 F. D’après le relevé que je viens de faire, le total de ces messes s’élève à la somme 3 888 F, soit 1296 messes chantées à 3 F l’une. Monseigneur, je vous prie de bien vouloir demander à sa grandeur Mgr l’évêque de Luçon, de convertir ces messes chantées à 3 F en messes chantées à 15 F. Elles seraient annoncées pour les bienfaiteurs vivants et défunts de l’église » (22). Dans sa réponse du 8 mars 1927, Mgr Mercier, vicaire général de l’évêché de Luçon, indiqua au curé de Saint-André : « Mgr a obtenu du Saint Siège, par indult (dérogation), que l’église de Saint-André-Goule-d’Oie puisse acquitter son obligation de messes pour les bienfaiteurs défunts en faisant célébrer des messes basses, et au plus tôt, en aussi grand nombre que le comporte la somme à laquelle s’élevait le total des honoraires de ces messes à l’époque où elles ont été promises, c’est-à-dire si je ne me trompe 1296 messes à 3 F l’une : 3888 F. L’évêché est en mesure de faire célébrer ces messes sans délai par des prêtres du diocèse aussitôt que vous pourrez en verser les honoraires. Ainsi se trouvera à peu près régularisé, au point de vue de la religion et de la justice la situation de la fabrique de votre paroisse. Vous en aurez été le bon ouvrier » (23). Il n’existait plus de fabrique à cette époque, mais des associations cultuelles qui en tenaient lieu. Les messes chantées avaient été transformées en messes basses et leur nombre maintenu.

Eglise de Saint-André-Goule-d’Oie
Pour terminer il est intéressant de relever la synthèse du décompte des dépenses pour la construction de l’église dressé par l’architecte le 15 novembre 1878 :
Chapitre 1 : Eglise : 76 980,47 F
Chapitre 2 : Beffroi : 8 234,05 F
Chapitre 3 : Sacristie et couloirs : 4 585,29 F
Chapitre 4 : Beffroi et palier : 571,45 F
Ensemble : 90 371,26 F
A déduire rabais 1 % : 903,70 F
Reste : 89 467,56 F
Honoraires 5 % : 4 473,37 F
Total général : 93 940,93 F (24).

Les vitraux et les cloches



Cette somme ne comprend pas les vitraux payés par les paroissiens. On lit dans les comptes de la fabrique : « L’argent donné pour les vitraux est dans la caisse de la fabrique dans une boite à part. » (25). Dans une lettre du 7 mai 1875, le curé écrit au maire à Paris, Marcel de Brayer : « Mes paroissiens vont me payer mes vitraux. Je pense que je n’en aurai pas assez à leur offrir. Sur onze croisées qu’il y aura dans la première partie de l’église, neuf m’ont déjà été promises. Il ne m’en reste plus qu’une d’un bas prix, qui sera au-dessus d’une petite porte d’entrée, et une des plus belles que je réserve pour M. le comte. Elle sera placée dans le transept du côté droit, en entrant dans l’église (autel de saint Joseph). En face sera un vitrail de même grandeur qui sera payée par Mme veuve Chaigneau du Coudray (autel de la Vierge) » (26). On peut toujours voir les noms des familles donatrices gravés en bas de chaque vitrail. Le vitrail du châtelain de Linières représente la sainte famille occupée au travail, et dans sa partie basse, on remarque deux blasons. A droite c’est celui du général Michel de Brayer (1769-1840), que Napoléon avait fait comte, le grand-père de Marcel de Brayer. A gauche est le blason d’Amilcar de Brayer (1813-1870), oncle de Marcel de Brayer, lequel avait hérité de son titre. Voir notre article publié sur ce site en janvier 2011 : De Brayer et la nouvelle église de Saint-André-Goule-d’Oie. 

Dans sa séance du 1e juillet 1883 le conseil de fabrique a décidé d’augmenter la somme assurée au titre de l’incendie de l’église de 10 000 F pour la porter à 130 000 F. On lit dans le procès-verbal que l’église « a coûté tout compris avec les meubles qui sont immeubles par destination 130 000 F » (27). Ces immeubles par destination étaient les autels, fonds baptismaux, cloches, etc.

Eglise de Saint-André-Goule-d’Oie
Les deux cloches de l’ancienne église furent récupérées dans l’église neuve. L’une était très récente, bénite par l’abbé Louis Charpentier, archiprêtre de l’église de Luçon. Il en avait été autorisé par l’évêque le 27 avril 1873 à la demande l’abbé Isidore Martin, curé de la paroisse de Saint-André-Goule-d’Oie (28). N’était-il pas originaire du Clouin et archiprêtre de Luçon ? C’est encore lui qui bénit les 4 nouvelles cloches de l’église le 19 septembre 1893. A cette occasion, un chant fut composé exprès pour la cérémonie, où il est appelé « le grand prêtre ».

Son auteur était l’abbé Chatry, curé de Saint-Mesmin et surtout originaire de la Courpière (Saint-Fulgent), dont la famille était bien connue à Saint-André. Il a écrit ces mots : « Et nous voulons suivre l’exemple des Essarts et de Saint-Fulgent », célébrant ainsi sans complexe l’esprit des clochers. Les parrains et marraines des cloches ont été Mme de Marcilly et Léon de Marcilly (ce dernier alors maire et propriétaire de Linières), Mme Grolleau, M. Grolleau (fille et gendre de la généreuse veuve Chaigneau, le gendre devenant maire en 1896), Mme Rochereau et M. Fonteneau (29). Il est assez probable que l’achat des cloches bénéficia de leur générosité. Et on électrifia les cloches en 1939 grâce à une souscription auprès des paroissiens pour un montant de 7 200 F (30).



Conclusion



Ainsi la construction de la nouvelle église est une œuvre de foi bien sûr, instructive sur la manière. Elle révèle en effet l’unité et la force de la communauté des habitants de Saint-André-Goule-d’Oie incarnée dans une volonté commune autour du projet. Cette communauté s’exprimait dans les deux entités juridiques de la société politique d’alors : la commune et la paroisse. Ses édiles, représentatifs et suivis, s’y répartissaient les rôles conformément à la loi. Ils ont pris collectivement un risque financier, appuyés sur deux principes forts qui les animaient : la solidarité dans la transparence, avec la participation de tous en fonction de ses moyens, et l’authentique simplicité des relations, où les possibles jalousies sur les patrimoines n’entravent pas l’action commune. Ce qui les unissait était plus fort que ce qui pouvait les diviser. Et puis on voit l’autorité du curé dans les procès-verbaux qui sont nos sources, Isidore Martin restant sur place de 1868 à 1891, un entrepreneur en somme. Le curé et les édiles ont traversé des difficultés, allant jusqu’à transformer des intérêts d’emprunts en messes et même emprunter dans la caisse des messes. Ceci sans contrat ni garantie juridique, mais avec une garantie plus forte, l’engagement moral entre gens qui se font confiance. Leur sens pratique les a conduits à un mélange du temporel et du spirituel à faire lever les bras au ciel de certains penseurs. Mais ils ont eu leur nouvelle église ! Cette solidarité et cette simplicité des gens de Saint-André ne sont-elles pas aussi plus généralement des caractéristiques de la société vendéenne en cette fin du 19e siècle ? Elles constituent une morale de l’action parmi d’autres connues, porteuse ici d’une entreprise audacieuse et réussie.


(1) Inventaire du 1-2-1906 des biens de la fabrique, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 29, chemise VIII.
(2) Procès-verbal du 3-9-1874 de l’adjudication des travaux de construction de l’église, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 28, chemise I.
(3) Lettre du 7-5-1875 du curé Martin à Amaury-Duval, Archives de la société éduenne d’Autun, Fonds Amaury Duval : K8/34.
(4) Abbé Aillery, Chroniques paroissiales de Saint-André-Goule-d’Oie, (1892) T1, page 280.
(5) Archives de la Vendée, Saint-André-Goule-d’Oie : 1 O art.632.
(6) Plan de l’ancienne église de Saint-André-Goule-d’Oie (cachet du 24-11-1873), Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 28, chemise I.
(7) Estimation le 24-7-1796 du presbytère et de l’église de Saint-André-Goule-d’Oie comme bien national, Archives de la Vendée : 1 Q 218 no 190.
(8) Recettes et dépenses de la fabrique de St André Goule-d’Oie (1815-1816), Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 29, chemise V.
(9) Archives du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé boisson : 7 Z 73-1, généralités sur Saint-André-Goule-d’Oie.
(10) Autorisation du 10-1-1846 d’ériger un chemin de croix dans l’église de Saint-André, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, carton no 28, chemise II.
(11) Souscription du 6-7-1873 pour la construction de l’église de Saint-André-Goule-d’Oie, ibidem : carton no 28, chemise I.
(12) Paiements pour la souscription de 1873 de la construction de l’église de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise I.
(13) Réponses du curé Leboeuf du 10-12-1926 à un questionnaire envoyé par Mgr Mercier, vicaire général, ibidem : carton no 29, chemise VI, dossier des fondations de messes.
(14) Idem (2)
(15) Lettre du 21-11-1901 de V. Cesson à L. de la Boutetière dans V. Noël Bouton Rollet, Amaury-Duval, l’homme et l’œuvre (2007).
(16) Idem (5)
(17) Décompte général du 15-11-1878 des travaux de construction de l’église, ibidem : carton no 28, chemise I.
(18) Idem (12).
(19) Emprunts sans intérêt de la fabrique de l’église de Saint-André-Goule-d’Oie, ibidem : carton no 28, chemise I.
(20) Registre des délibérations du conseil de fabrique pour 1880, Archives de la paroisse de Saint-Jean-les-Paillers, relais de Saint-André-Goule-d’Oie, E 2/2.
(21) Registre des délibérations du conseil de fabrique pour 1902, ibidem : E 2/2.
(22) Lettre du 10-12-1926 du curé Leboeuf au vicaire général de l’évêché de Luçon, ibidem : carton no 29, chemise VI.
(23) Lettre du 8 mars 1927 du vicaire général de l’évêché de Luçon au curé Leboeuf, ibidem : carton no 29, chemise VI.
(24) Idem (17).
(25) Idem (12).
(26) Idem (3)
(27) Registre des délibérations du conseil de fabrique pour 1883, ibidem : E 2/2.
(28) Autorisation du 27-4-1873 à Louis Charpentier de bénir une cloche dans l’église de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise III.
(29) Chant pour la bénédiction du 19-9-1893 des 4 cloches de l’église de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise III.
(30) Devis et quittance en 1939 pour l’électrification des cloches de Saint-André, ibidem : carton no 28, chemise III.

Emmanuel François, tous droits réservés
Mars 2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire