vendredi 15 janvier 2010

Pierre Maindron, un combattant vendéen honoré


A la page 158 de mon livre, je cite le nom des premiers fermiers et domestiques habitant Linières. C’était en 1846, date du premier recensement nominatif par villages à Chauché. C’est ainsi que nous rencontrons la famille Maindron, avec l’aïeul, Pierre, âgé de 80 ans. Il mourra à Linières quatre ans plus tard.

Il est indispensable de revenir sur cet homme à nouveau. De nouvelles informations ont été découvertes à son sujet, depuis la deuxième version de mon article en juin 2010. D’abord le livre de René Valette : « Une poignée de héros » (1902), disponible aux Archives de Vendée dans le fonds du comte de Chabot. De même, les publications de la Société d’Emulation de la Vendée, disponible aux Archives de Vendée, donnent des comptes rendus intéressants sur les comices agricoles de cette époque. Enfin, l’étude des lettres à ses électeurs de Guyet-Desfontaines (Bibliothèque Nationale) nous a permis de mieux comprendre ses opinions politiques. C’est pourquoi nous reprenons notre article dans une dernière version, plus complète, remplaçant la précédente  de janvier 2011.

Pierre Maindron fut capitaine dans l’armée de Charette et c’est à ce titre que la postérité a gardé son souvenir. De plus, ayant été un habitant de Linière, l’histoire du domaine ne pouvait que s’intéresser au personnage.

Capitaine dans l’armée de Charette






                                           La Bleure                                              Plaque sur la maison

Il était né à la Bleure de Chauché à l’époque, le 24 septembre 1766 (vue 49). Ce village a été rattaché à la Rabatelière dans les années 1970 (1), et il y a une plaque sur la maison de sa naissance.

Ses parents, Jean Maindron et Jeanne Drapeau, étaient devenus métayers à la Bleure le 23 avril 1760, venant de la Roche Mauvin (2). Ils s’étaient mariés en 1751. Jean Maindron arrentera quelques petits biens situés à Doullay (Saint-Fulgent), lui venant de son père Pierre Maindron, en 1774, moyennant une rente foncière annuelle et perpétuelle de 12 livres, à laquelle s’est ajoutée la somme de 48 livres qu’il a reçue comptant (3).

Remarqué, dit-on, pour son intelligence, Pierre Maindron était cocher au château quand la guerre de 1793 se déclencha. L’historien Valette est peutêtre trop précis sur ce point, car dans les livres de comptes du château de la Rabatelière, ce détail n’est pas confirmé (4). La réalité doit être un peu différente. Au début de la guerre on lui aurait demandé d’aller cacher ses chevaux dans les marais de Machecoul, demeure de René Thomas Montaudouin, pour les soustraire aux réquisitions.

Thérèse Montaudouin, cohéritière de la Rabatelière par son père, avait épousé en 1780 dans l'église de Sainte-Croix de Nantes, René de Martel, baron de Rié. Ce dernier décéda en 1785 à l’âge de 32 ans, laissant une fille unique, qui mourut peu de temps après lui. La jeune veuve ne se remaria pas et resta à Nantes, le temps de la Révolution, dans son hôtel particulier de la place de la Liberté (actuellement place Foch).

Pierre Maindron fit partie des jeunes du canton de Saint-Fulgent qui désignèrent M. de Royrand comme leur chef et qui le suivirent dans le premier combat du centre de la Vendée à la Guérinière en mars 1793. C’est alors qu’il alla récupérer l’un des chevaux de Mme de Martel à Machecoul, Robine, c’était son nom. Il semble que ce soit Baulmer probablement, le régisseur des Montaudouin pour leurs propriétés du marais, qui lui fournit la jument « Robine », selon l’abbé Boisson (5).

Il fit alors partie de la cavalerie vendéenne.

Alfred de Chasteigner :
Charette
Il ne voulut pas traverser la Loire en octobre 1793 pour suivre l’armée vendéenne et il alla rejoindre Charette qui en fit un de ses capitaines et un de ses aides de camp. « Toutes les missions qui demandaient intelligence, audace et célérité, Maindron en était chargé par Charette. S’agissait-il de rappeler sous les drapeaux six ou sept paroisses pour un cas pressant, pendant une seule nuit, Maindron à cheval parcourait le pays, assignait les rendez-vous, et aux premières lueurs de l’aurore il était de retour au quartier général. » (6)


Le 13 octobre 1794 il fait partie de la division royale de Montaigu, commandée par Pierre Dejean, ainsi que le montre sa signature dans un acte de baptême à la Copechagnière (vue 2 du registre clandestin numérisé), avec d’autres officiers et soldats.

Un de ses faits d’armes mémorable s’est déroulé au logis de la Boutarlière à Chauché. Mais il est utile d’abord d’en décrire le contexte en reprenant les explications de l’historien G. Lenotre (7).

L’affaire de la Boutarlière en février 1796


Depuis le traité de la Jaunaye, conclu entre les républicains et Charette le 17 février 1795, une paix relative régnait en Vendée, rompue ensuite de part et d’autre pour promesses non tenues. Le général républicain Hoche veut capturer Charette en ce début d’année 1796 et y parviendra le 23 mars 1796 dans les bois de la Chabotterie. Mais entre-temps des contacts existaient entre les ennemis pour tenter l’arrêt des combats.

C’est ainsi que Hoche a fait parvenir un ultimatum pour la reddition de Charette à son subordonné, le général Gratien, le 12 février 1796. Ce dernier envoie alors un message au curé de la Rabatelière, qui servait d’intermédiaire, pour faire parvenir ce message à Charette. C’est un paysan que le curé envoie contacter Charette personnellement. Mais le général républicain Travot, au courant de rien, apprend le 15 février au matin que Charette a couché à la Boutarlière. En y arrivant, ses soldats aperçoivent le paysan messager, le tuent et découvrent sur le cadavre le message du général Gratien. Embarrassé, Travot encercle la Boutarlière et voit Charette en sortir avec sa troupe d’une centaine de cavaliers et cinquante fantassins ; il les laisse passer sans attaquer, renvoie à Gratien la lettre qu’il vient de découvrir et s’installe dans la ferme de la Boutarlière évacuée par les soldats vendéens. C’est donc ce matin du 15 février que se place l’action de Pierre Maindron, telle qu’elle est racontée dans un article de la revue du Souvenir Vendéen (8).

« Charette avait dû s’enfuir précipitamment du logis dans la nuit du 14 au 15 février 1796, pour échapper à une patrouille républicaine de Travot. Y ayant oublié son portefeuille sur la cheminée, contenant des papiers importants, Pierre Maindron réussit à le récupérer en fonçant, sabre au clair, contre un groupe de soldats voulant l’empêcher de sortir du logis

Dans la revue de l’association du Souvenir Vendéen, François Chatry retrace la journée de l’association du dimanche 10 septembre 2000 dans la région, consacrée à honorer la mémoire de Pierre Maindron (1766-1850)
  • Inauguration de la plaque fixée sur le mur de clôture à l’entrée du château de la Rabatelière, en l’honneur de Pierre Maindron.  On y notait la présence de Gabriel Maindron, un de ses descendants, qui a montré le sabre de son aïeul, un cadeau de Charette,
  • Visite de la Boutarlière où Pierre Maindron a réalisé son glorieux fait d’armes,
  • Visite de Linière où il est mort, après un arrêt dans l’église de Saint-André pour voir la Croix de Charette. Enfin, repas chez Debien.
Revenons au récit de René Valette : « Maindron avait dans sa monture un précieux auxiliaire. C’était une bête de taille, possédant beaucoup de sang et sautant avec aisance les plus hauts obstacles. Dans un combat, Maindron aidé de Robine était capable des plus incroyables prodiges. On le voyait partout à la fois, le sabre en l’air, frappant d’estoc et de taille, et toujours insaisissable pour ses ennemis.  Cerné, un jour, par des hussards, il va être très certainement massacré. Il n’en est rien. Poussant Robine à toute vitesse, il se fait jour à travers les rangs ennemis, et une fois encore échappe au danger.
Robine fit toute la grande guerre sous le capitaine Maindron. Et ni l’un ni l’autre ne reçurent la moindre blessure. La vaillante bête mourut, longtemps après la guerre, à la ferme de la Fesselière, dépendant également de la belle terre de la Rabatelière. Elle était âgée de 30 ans. Sa noble maitresse avait voulu lui accorder tous les privilèges des Invalides. » 


Au service de la châtelaine de la Rabatelière et du roi, maire de Chauché (1796-1830)


Pierre Maindron se maria en 1798 avec Jeanne Cauneau. Leur union fut bénie dans une grange du village de la Maigrière, de Saint-André-Goule-d’Oie, au pied d’un autel improvisé, par l’abbé Brillaud, vicaire de Saint-Fulgent, qui se cachait toujours dans les environs avec le curé Allain de Saint-André.

Il vécut à la Chapelle de Chauché dans la propriété de sa femme après la guerre. Dans le même temps il continuait à s’occuper des affaires de Mme de Martel, René Thomas Montaudouin étant mort en octobre 1802. Celui-ci avait été radié de la liste des émigrés le 22 novembre 1801. Ses deux enfants survivants sont morts, l’un le 25 février 1802 (Françoise, 2 ans), l’autre le 10 mars suivant (Thomas, 6 ans). Et sa femme mourra le 10 mai suivant (9). Ainsi voit-on Pierre Maindron représenter la seule châtelaine de la Rabatelière désormais dans un acte de transaction devant le notaire de Sainte-Cécile pour l’extinction d’une rente le 19 décembre 1805 (10). Il fait de même dans un acte d’échange devant le notaire de Chavagnes de lots fonciers à la Benetière le 24 décembre 1812 (11).

Dès 1802 il déclare occuper le poste de régisseur au château de la Rabatelière dans la déclaration à l’état-civil de la naissance de son fils, Thomas René Marie, à la date du 25 floréal an 10 en mairie de Chauché (vue 20). Il déclare sa demeure à la Chapelle de Chauché. Le plus intéressant est de consulter le registre paroissial clandestin de Chauché pour le baptême du même fils, à la date du 1e mai 1802 (vue 18). Le parrain est « « messire René Thomas de Montaudouin, et la marraine est Thérèse de Martel », frère et sœur. Ils sont absents à la cérémonie et représentés par un oncle et une tante du bébé. De retour d’émigration et ruiné, la femme de René Thomas de Montaudouin venait de mourir le 20 floréal précédent. Lui-même mourra à Nantes cinq mois après (9).  

Pierre Maindron et Jeanne Cauneau eurent 10 enfants, dont 4 morts très jeunes et un mort à l’âge de 16 ans. On voit Pierre Maindron faire un prêt à un de ses neveux demeurant à la Bichonnière (Chauché), Pierre Cauneau (1783-1830), meunier. Ce dernier avait été tiré au sort pour servir dans l’armée active, c’est-à-dire à cette époque devenir soldat de Napoléon. Comme cela était alors possible, il se fit remplacer par un conscrit moyennant finance. Il versa 700 francs au conscrit à Fontenay, après que l'incorporation de ce dernier fut acceptée, en mars 1804. Pierre Maindron accompagnait son neveu à Fontenay, et c’est lui qui avança l’argent.  L’oncle et le neveu convinrent ensuite devant le notaire de Chavagnes d’un prêt sur 4 ans avec 7 % d’intérêts (12). Pierre Cauneau se maria deux mois plus tard avec Jeanne Perrine Cailleteau, le 21 mai 1804 à Chauché (vue 50 sur le registre numérisé d'état-civil aux archives de la Vendée). Il était le fils de Louis Cauneau (1759-1801), frère de Jeanne (1775-1849), l’épouse de Pierre Maindron (13).

Pierre Maindron continua plus tard cette fonction de régisseur au château de la Rabatelière. En 1820 il habitait toujours la Chapelle, étant devenu maire de Chauché (14).

Après la Révolution, Mme de Martel racheta l'église, la cure, et ce qui leur appartenait avant la guerre, et elle fonda une école de filles avec une rente pour l'entretien des religieuses institutrices. Après sa mort en 1827, la terre de la Rabatelière fut acquise l'année d'après des héritiers de Mme de Martel par le comte Charles-Henri-Marie de la Poeze, d'une famille originaire de l'Anjou, et alors établie en Touraine, mais qui, au XVIIIe siècle, fut représentée en Bas-Poitou par divers de ses membres. C’est alors que Pierre Maindron aurait quitté le château de la Rabatelière pour prendre la ferme du château de Linière.

En 1815 il s’enrôla sous les ordres de M. de Puitesson, établit à Chauché, pour combattre le retour de Napoléon de l’île d’Elbe qui avait chassé le roi Louis XVIII. Il s’y distingua dans son titre de capitaine de cavalerie. On  sait que de Puitesson, faisant partie de l’armée du comte de Suzannet, participa, notamment, au combat contre la troupe du général Travot le 18 mai 1815, près de l’Aiguillon. Il y eut des batailles rangées contre une armée napoléonienne commandée par le général Lamarque. Une de ses divisions était commandée par le général Brayer, le grand-père du futur propriétaire de Linière de 1868 à 1875.

Après le second retour du roi au pouvoir, Pierre Maindron fut récompensé pour son passé de combattant. En 1823, il reçut une modeste pension viagère de 100 F. sur la cassette du roi, et un sabre d’honneur, « seule preuve qui reste à ses enfants des glorieux services de leur père. Ils conservent aussi précieusement le vieux sabre qui tant de fois s’est rougi du sang républicain.» 


Chauché
Pierre Maindron, ainsi qu’en témoigne cet engagement militaire, était un fervent soutien des Bourbons. Sous la Restauration monarchique, il accepta les fonctions d’adjoint et de maire de Chauché. En effet, sur le registre d’Etat-civil de Chauché, on relève qu’il a occupé le poste d’adjoint au maire à partir de 1813 jusqu’en 1830, avec une interruption de mai 1818 à novembre 1823, où il occupa lui-même le poste de maire. Dans l’état de nomination au 1-1-1826 en tant qu’adjoint au maire de Chauché, Auguste Querqui de la Pouzaire à cette époque, il est indiqué qu’il est né le 24 septembre 1766 et qu’il est « ancien officier de l’armée royale vendéenne » (15). L’adjoint et le maire, dans les petites communes, étaient nommés par le préfet et leur rôle consistait nettement à relayer la politique de l’exécutif, y compris dans ses aspects partisans. D’ailleurs, après la Révolution de juillet 1830 qui chassa Charles X de son trône et installa le roi-citoyen, Louis Philippe d’Orléans, Pierre Maindron et Auguste Querqui de la Pouzaire démissionnèrent en guise de protestation contre la prise de pouvoir des libéraux orléanistes dont faisait partie Guyet-Desfontaines, le propriétaire de Linières. C’est à ce moment-là aussi que le nouveau pouvoir, ennemi des Bourbons, lui supprima sa pension d’ancien combattant vendéen.

C’est pour avoir signé « un libelle dirigé contre l’administration supérieure de ce Département et ayant pour titre : Réponse à la proclamation du préfet par intérim du département de la Vendée, en date du 21 novembre 1815 » que le maire de Chauché, Charles Désiré Durcot de Puitesson, fut suspendu de ses fonctions le 31 décembre 1816. Pierre Maindron va officier ainsi ensuite sur le registre d’état-civil de la commune de 1817 à mai 1818 en tant qu’adjoint, puis de mai 1818 à novembre 1823 en tant que maire. Ensuite, M. Puitesson redeviendra maire à nouveau jusqu’en 1825.


La fin de sa vie à Linières de 1830 à 1850



Ingres : dessin de Guyet-Desfontaines
(musée Bonnat de Bayonne)
Adjoint aussi longtemps à la mairie de Chauché et maire légitimiste de la commune pendant cinq ans et demi, cela n’a pas empêché Pierre Maindron de travailler pour le député orléaniste Guyet-Desfontaines. Propriétaire de Linières, ce dernier était connu pour son engagement politique au centre gauche, favorable à la nouvelle monarchie de Juillet, « usurpatrice » pour les légitimistes. Il défendait les acquis de la Révolution et ne portait pas dans son cœur les rois Louis XVIII et Charles X, qu’il accusait, entre autre, de manquer de patriotisme. On l’a entendu répondre à la chambre des députés au ministre Guizot, rappelant qu’il était allé trouver Louis XVIII en 1814 à Gand, pendant les Cent Jours, pour lui recommander une politique de la Charte qui soit "constitutionnelle" et non "réactionnaire", à la différence de la première restauration : « Et pendant ce temps-là, la France courait aux combats » (16).

Pierre Maindron fut remplacé au château de la Rabatelière par les nouveaux propriétaires, de la Poeze, laissant la place vers 1832 à un jeune homme de 24 ans, Jean Renou (5). C’est alors que Guyet-Desfontaines le récupéra.

Cet engagement à Linières, entre deux hommes appartenant à des camps politiques opposés, est moins étonnant qu’il n’y parait au premier abord. En premier lieu, nous savons que les deux hommes en présence, le propriétaire et le fermier, sont intelligents.

En deuxième lieu, il n’était pas facile de trouver sur place un fermier républicain, espèce plus rare dans le bocage que les propriétaires républicains.

Et puis en troisième lieu, il y a les compétences du fermier. L’époque était au progrès dans l’agriculture (engrais, machines, plantes fourragères) et à son encouragement, notamment par les concours des comices agricoles, créés à cet effet. Or les Maindron de Linières se distingueront. Les fils de Pierre Maindron obtiendront des prix au comice agricole de Montaigu-Saint-Fulgent :
-        En 1857 le 2e prix pour la catégorie taureaux reproducteurs 1 à 2 ans (récompense de 45 F.) et le 1e prix (24 F.) pour la catégorie génisses (est indiqué : Maindron aîné Linières) et le 3e prix (20 F.) pour la catégorie génisses (est indiqué : Maindron jeune)
-        en 1859 le 1e prix pour la catégorie taureaux (récompense de 50 F.) et le 3e prix dans la catégorie brebis (récompense de 15 F.)

En quatrième lieu, il ne faut pas oublier que les orléanistes comme Guyet-Desfontaines adoptaient une position de juste milieu en politique. Elle prédisposait ainsi le député à une ouverture d’esprit naturelle à l’égard de l’ancien combattant Pierre Maindron. Le député voyait ce dernier plutôt comme une victime des excès de la Révolution. Tous deux étaient monarchistes, mais se séparaient sur la branche à servir, légitimiste ou orléaniste. Ils n’avaient pas le même regard sur la guerre de Vendée, le légitimiste rejetait tout de la Révolution et l’orléaniste n’en rejetait qu’une partie.

Que Pierre Maindron ait conquis l’estime du châtelain de Linières et suscité du regret à sa mort, se comprend assez bien, malgré les divergences d’opinions politiques.


Ses liens familiaux avec la famille des meuniers, nommés aussi Maindron, sont confirmés par sa présence à Saint-André comme témoin d’un mariage le 2 juillet 1832, alors qu’il habitait à Linières (vue 340). La mariée s’appelait Thérèse Maindron, fille de François Maindron, farinier demeurant à la Gandouinière. Elle épousait Jean Richard de la Bourolière, fils d’une famille très éprouvée pendant la Guerre de Vendée.

C’est à Linières qu’il s’est éteint le 14 août 1850 (vue 11 sur le registre de Chauché), âgé de 84 ans. Son épouse y était morte l’année d’avant le 18 juin 1849 (vue 40). Et le 25 juin 1849 (vue 41) naissait aussi à Linières un petit-fils, Jean Marie, fils de Marie Augustin Maindron, 46 ans, et de Jeanne Richard, 35 ans.


(1) Archives de Vendée, délimitation de la commune de Chauché en 1937 : 1 M 290.
(2) Archives de la Vendée, chartrier de la Rabatelière : 150 J/E 36, ferme du 9 janvier 1759 de la métairie de la Bleure.
(3) Archives de Vendée, notaire de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/7, vente du 6-5-1774 d’héritages à Doullay de Jean Maindron laboureur (Bleure) à Jean Maindron journalier (Doullay).
(4) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 30, notes sur Pierre Maindron.
(5) 7 Z 46-3, notes sur Pierre Maindron, combattant vendéen.
(6) Archives de Vendée, fonds du comte de Chabot, René Valette, Une poignée de héros » (1902). Le chroniqueur est militant de la cause royaliste.
(7) G. Lenotre, Monsieur de Charette  Hachette (1924), page 270.
(8) Souvenir Vendéen No 213 (décembre 2000).
(9) 7 Z 64, les Montaudouin, arbre généalogique de Thomas René Montaudouin.
(10) Archives de la Vendée, don Boisson : 84 J 29. Voir aussi le répertoire du notaire Gabriel Benesteau de Sainte-Cécile, étude A, à la date du 28 frimaire an 14, vue 5.
(11) 150 J/F 32, échange du 24-12-1812, de deux petits lots fonciers au village de la Benetière (Chauché) entre Thérèse Montaudouin et Louis Piveteau.
(12) Archives de Vendée, notaires de Chavagnes, Bouron : 3 E 31/21, aide de Pierre Maindron à Pierre Cauneau pour payer un conscrit (30-3-1804).

(13) Merci à Pierre Cauneau, descendant de leur frère Jacques Jude Cauneau. Le 31-8-2017.
(14) Archives de Vendée, recensement de Chauché en 1820, vue 13. Merci à Joseph Gris ne m’avoir donné la précision de la résidence à la Chapelle.
(15) Archives de Vendée, nomination des maires par le préfet, dossier 2 M 90.
(16) François Guizot, Histoire parlementaire de la France, discours de Guizot, Levy frères (1863) T3.

Emmanuel François, tous droits réservés
janvier 2010, et complété en août 2017

POUR REVENIR AU SOMMAIRE


3 commentaires:

  1. avez vous des dessins de ce pierre Maindron

    eliott.maindron

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. malheureusement non, sinon je n'aurais pas manqué de les reproduire

      Supprimer
  2. Merci pour cet historique de mon arrière arrière arrière .....grand père!

    RépondreSupprimer