vendredi 15 janvier 2010

Les frères Cougnon de Saint-André-Goule-d'Oie


Il me paraît nécessaire de compléter et rectifier les brèves informations que j’ai données dans mon livre au sujet des frères Cougnon, capitaines de paroisse de Saint-André-Goule-d'Oie  au moment des guerres de Vendée. En effet, un article de la Revue du Souvenir Vendéen No 239 de juin 2007, apporte des précisions dont je n’ai pas eu connaissance à cette même époque où je commençais mes recherches sur Linières. Son auteur est Jérôme Biteau, et voici les précisions apportées dans son article : « Deux capitaines de paroisse : les frères Cougnon de Saint-André-Goule-d'Oie »
D’abord il ne faut pas confondre les deux frères : Christophe et François.

Christophe Cougnon 


Il est né aux Essarts le 13 août 1761 (vue 21). Il est le fils de Jacques Cougnon (1733-1807) et de Marie Chacun, ces derniers étant natifs de Saint-André. Au jour du rachat de Linières par Mme de Lespinay en août 1796, Jacques Cougnon est noté dans l’acte comme fermier de la Guérinière.

Le grand-père de Christophe Cougnon s’appelait aussi Christophe, marié à Marie Chaillou en 1730. Il était né en 1706 dans une ferme de la Ridolière où son propre père, Jean Cougnon (1696-1727) était alors fermier et marié en 1695 avec Marie Bricou. Jean Cougnon était le fils de Pierre Cougnon et de Marie Pain.


Puis Jacques Cougnon avait quitté  la Ridolière avec son père pour prendre une métairie au village de la Grange aux Essarts, appartenant à Louis Gabriel de Lespinay, seigneur de Beaumont. Il y résidait en 1776 (1). Ensuite il vint s’installer à la Guérinière, qui dépendait du domaine de Linières, appartenant à Charles Augustin de Lespinay, neveu du précédent.

Christophe et François Cougnon eurent trois frères et trois sœurs. Le contrat de mariage de l’un d’eux, Jean, avec une cousine au 5e degré, Marie Cougnon, en 1778 est accessible par internet sur le site de la Vendée (2).

Au moment de la Révolution, Christophe, habitant la Guérinière, occupait les fonctions de régisseur à l’amenage (ensemble agricole dépendant d’un propriétaire unique) du château de Linières, selon Jérôme Biteau. Cette information n’est pas forcément en contradiction avec celle que je relate dans mon livre (page 107) avec l’enterrement du régisseur de Linières, Jacques Mandin. Ce dernier évènement date de février 1794 et on peut penser qu’il a succédé dans cet emploi à Christophe Cougnon, qui a été grièvement blessé en août 1793 et qui avait sans doute dû délaisser sa fonction à Linières. De toute façon, le domaine de Linières était sous séquestre depuis juin 1792, à cause de l’émigration de son propriétaire à la fin de l’année précédente (3). Il y avait eu nomination d’un gardien sur place et les fermages étaient aussi sous séquestre. Nous n’en savons pas plus, mais il est probable que les hommes de confiance du vicomte de Lespinay sur place, dont Christophe Cougnon, devaient ronger leur frein face à cette situation.

Celui-ci avait épousé le 25 janvier 1785, à Saint-André, Marie Madeleine You, dont il eut 6 enfants. Il avait un surnom : Tophliet, diminutif de Christophe dans le patois local..

La loi de réquisition du 24 février 1793 concernait les hommes célibataires ou veufs sans enfants de 18 à 40 ans. A cet égard, les deux frères Cougnon ne tombent pas sous le coup de la loi, étant tous deux mariés, contrairement à ce qui a été écrit. Chaque département devait répartir son contingent entre les districts, et ces derniers devaient en faire autant entre les communes. La ponction était lourde, concernant en moyenne 20 % des inscrits sur les listes. Normalement on commençait par ouvrir un cahier où pouvaient s’inscrire les volontaires. On pouvait aussi organiser une souscription à leur profit, et à celui des désignés si les premiers étaient en nombre insuffisant. Dans les villes ces souscriptions ont été parfois utiles, la misère épaulant le patriotisme pour susciter des volontaires ou adoucir le sort des désignés. Faute d’assez de volontaires on procédait au tirage au sort (comme jadis la milice) ou à un scrutin (4). Ces détails n’apparaissent pas souvent dans les livres d’histoire sur la Vendée, comme si le tirage au sort avait été la règle unique et obligatoire. Mais on comprend que le refus massif de se rendre à la convocation rend ces précisions superflues.

Le Coudray
Dans la nuit du 9 au 10 mars 1793, au moulin Briand, dit Dria (aujourd’hui totalement disparu, entre le bourg de Saint-André et le village de la Brossière), Christophe prononce un discours aux conscrits de la paroisse, réunis pour décider que personne n’irait au biet (tirer au biet, au billet, c’est à dire au sort). Celui-ci devait avoir lieu le lendemain dimanche 10 mars, qui marque en maints endroits de la région le début de l’insurrection vendéenne (5).

Les exemptions d’inscriptions sur la liste des inscrits au tirage au sort, au profit des membres des administrations des municipalités et districts, ainsi que des gardes nationaux sur place (perçus comme des ennemis par les paysans) furent très mal comprises. On a dit que le tirage au sort utilisé au temps de l’Ancien Régime, faisaient partie des pratiques rejetées, ce qu’on n’a pas pu vérifier dans les cahiers de doléances. Défendre une république haïe était impossible pour les jeunes de Saint-André. 

Le 11 mars, date très probable, une partie des conscrits assomment mortellement le maire de Saint-André, Guesdon, parce qu’il a donné la liste des jeunes gens à tirer au sort aux autorités. Le même jour, l’adjoint Marchand (au Plessis-le-Tiers) est également assommé.

La mardi 12 mars se produisit l’épisode appelé « complot » à la foire de l’Oie. On ne sait pas si des hommes de Saint-André y participaient, mais contrairement à ce qui a parfois été écrit, on est sûr de la date de l’évènement (5). On fit prisonnier quelques gendarmes.

Dans la nuit du 11 au 12 mars une seconde réunion des conscrits a lieu dans le pré de Rapine près du Coudray. Il porte ce nom dans le cadastre de 1838 (parcelle no 1 de la section E 2 de la Boninière, en nature de pré, située peu avant que le ruisseau venant du Coudray, qu’il longe, ne se jette dans le ruisseau du Vendrenneau). Tophliet, grimpé sur un chêne élagué, qu’on montrait encore dans les années 1950, fait un discours mobilisateur pour attaquer les bleus à Saint-Fulgent le lendemain. Il est acclamé comme chef. On devait prévoir que l’assassinat du maire et de son adjoint allait attirer l’arrivée des bleus.

Le 13 mars, au petit matin, les hommes de Tophliet attaquent à l’entrée du bourg de Saint-Fulgent, une troupe de 200 hommes (version de l’abbé Charpentier, ou une centaine dans la version de l’abbé Deniau), et la mettent en déroute, à l’issue d’un stratagème astucieux imaginé par le nouveau capitaine de paroisse. Pour Saint-Fulgent et Saint-André cette journée est souvent retenue pour dater le début de l’insurrection, ce qui peut se discuter. D’autres récits retiennent le chiffre de 3 000 républicains mis en déroute à Saint-Fulgent (5). On hésite à valider ce chiffre.

Dès le lendemain 14 mars les volontaires de toutes les paroisses voisines se rassemblent à Saint-Fulgent sous les ordres du vieux chevalier de Royrand, (c’est le début officiel de l’armée du centre).

Le 19 mars suivant les troupes de ce dernier, comprenant les combattants de Saint-André-Goule-d’Oie regroupés autour de Christophe Cougnon, remportaient la première grande bataille, dite du Pont-Gravereau ou de la Guérinière (Saint-Vincent-Sterlanges), contre l’armée régulière du général Marcé. Sans même connaitre cet évènement, la Convention, le même jour, décréta la peine de mort dans les 24 heures pour tous ceux qui prendraient part aux révoltes ou en arboreraient les insignes, désignant l’ennemi d’un mot : "la Vendée" (6).

Au mois d’août 1793, Christophe reçoit une balle au cours d’un incident dans la cour du château de Saint-Fulgent, où il passe pour mort. Mais il n’en est pas mort immédiatement comme cela a longtemps été raconté par plusieurs historiens. Et j’ai repris cette version dans mon livre sur Linières. Sa mort est attestée, portant la date du 17-4-1797, sur le registre d’état-civil de Saint-André-Goule-d’Oie au jour du mariage de son fils, Jean, en 1813 (7).

François Cougnon 


Il est né aux Essarts le 25 mars 1766. Il épousa Jeanne Loiseau, de quinze ans son aînée le 23 novembre 1790 à Saint-André. Il s’installa alors chez elle au Coudray.

Celle-ci était la fille de René Loiseau, marchand, qui avait acheté le logis du Coudray en 1767 de Charlotte de Puyrousset, veuve de Louis Corbier. Il rejoignit la communauté de biens formés entre sa femme et son frère Louis Loizeau, ce dernier marié en 1758 avec Marie Anne Godard (8). Louis Loizeau avait été élu fabriqueur de la paroisse de Saint-André-Goule-d'Oie en 1784 (9).

Sa femme avait une sœur, Marie, qui s’est mariée avec Jean Rochereau (1747-1805), dont le fils, Pierre, deviendra maire de Saint-André-Goule-d'Oie en 1835.

Charles Sapinaud de la Rairie
François a succédé à son frère comme capitaine de paroisse, après l’accident de ce dernier dans la cour du château de Saint-Fulgent en août 1793. Il avait participé depuis le début à tous les coups montés par son frère. Il avait la réputation d’un esprit moins vif que celui-ci, et avec moins de gouaille. Il n’est pas parti dans la Virée de Galerne. En 1794 il rejoignit Sapinaud de la Rairie, qui regroupait des insurgés de l’ancienne armée du Centre, ayant Jean Aimé de Vaugiraud à ses côtés, un ancien officier de marine habitant le bourg de Saint-André-Goule-d'Oie. Le général de Royrand était mort en décembre 1793 dans la virée de galerne. Sapinaud de la Rairie organisa la résistance contre les colonnes infernales, souvent en liaison avec Charette.

Au sujet de François Cougnon, on raconte une anecdote où est évoqué aussi le rôle exécrable de Benjamin Martineau, le futur habitant de Linières en 1799, beau-frère de Joseph Guyet :

Dans la Revue du Souvenir Vendéen, est relaté l’épisode du « guet-apens de Saint-Fulgent » qui se serait déroulé le 25 janvier 1794. On peut lire : « Tous les royalistes de la contrée avaient été invités dans la maison du citoyen Martineau, maire de Saint-Fulgent, à assister à la plantation d’un arbre de la Liberté moyennant sauf-conduit et amnistie complète. Ce fut un piège : les portes du Grand-logis furent fermées et les royalistes présents interrogés. Sur les quarante enfermés dans la cour, quatre seulement réussirent à tromper la vigilance de leur geôlier, dont François Cougnon. Les autres furent enfermés à Chantonnay. Quelques-uns encore purent s’enfuir par une étroite fenêtre. Les derniers périrent à Fontenay au mois de février 1794. » A Legé, le général Turreau avait lui aussi utilisé le même procédé infâme, pour tuer quatre-vingt-dix hommes des paroisses de Falleron et Froide-Fond. Maurice Maupilier, historien de Saint-Fulgent, ne relate pas l’événement, affirmant que B. Martineau avait quitté Saint-Fulgent dès mars 1793 pour se réfugier à Fontenay et y revenir bien plus tard.

Cette histoire, probablement vraie, impute à Martineau une responsabilité qui ne lui est pas due. Il n’était pas maire à cette date, et habitait Luçon. Et on sait que ce n’est pas la seule « accusation » de la postérité à son encontre. Voir sa biographie publiée sur ce site en avril 2011 : Etienne Benjamin Martineau.

A la Restauration, François Cougnon reçut des mains du Préfet un fusil d’honneur au titre de capitaine au 2e corps d’armée de l’Ouest. Le capitaine de paroisse était le chef des insurgés de sa paroisse pendant la guerre de Vendée. Les officiers comme Charette ont ensuite organisé leurs armées en attribuant des grades plus conformes aux traditions militaires. La Révolution française avait en effet aboli toutes les décorations de l’Ancien Régime, mais sous la Convention, les généraux avaient pris pour habitude d’attribuer des armes d’honneur (fusil d’honneur, sabre d’honneur, ou encore tambour d’honneur) pour récompenser les actes de bravoure. C’était un usage aussi dans les armées du roi. Napoléon continua l’institution.

Il reçut aussi des mains du comte de Suzannet, qui avait commandé le soulèvement vendéen de 1815, la décoration du lys « en témoignage de son amour et de sa fidélité envers la personne sacrée du roi ». Son compatriote de la Brossière, François Fluzeau, la reçu aussi le 1e janvier 1815.

On connaît une part de la vie privée de François Cougnon avec les testaments, de lui et de sa femme en 1801 chez un notaire de Sainte-Cécile, puis en 1813 chez un autre notaire de Montaigu. Il en est de même avec les déclarations de succession de sa femme, lui et son fils. Ces informations intéressent plus sa famille que le grand public, et nous ne les reprendrons pas.
Stèle de François Cougnon

François Cougnon est mort à l’âge de 82 ans à St André le 15 décembre 1848 (vue 372), laissant un fils unique, également prénommé François, qui lui survécut 10 ans. Sa femme, Jeanne Loizeau était décédée à Saint-André le 4 décembre 1830 (vue 253).

Sa stèle funéraire est toujours visible au cimetière de Saint-André et une rue à l’entrée du bourg porte son nom.











(1) Archives historiques du diocèse de Vendée, bibliothèque, Patrick Molé, François Cougnon un capitaine de paroisse dans la guerre de Vendée, 1990, mémoire de maîtrise d’Histoire, Paris Sorbonne IV.
(2) Archives de  Vendée, notaires des Essarts, étude de (C) A. H. Verdon (1778), contrat de mariage de Jean Cougnon avec Marie Cougnon du 16-6-1778 (vues 69 à 71).
(3) Archives de Vendée, notaire Allard des Herbiers : 3 E 019, acte de notoriété du 12 germinal an 11 demandé par B. Martineau, (vue 202/492).
(4) Jacques Peret, Histoire de la Révolution Française en Poitou-Charente 1789-1799, Projets Editions, Poitiers, 1988, page 165.
(5) Archives historiques du diocèse de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 46-2, les débuts de l’insurrection et l’année 1793.
(6) Alain Gérard, « Par principe d’humanité … » La Terreur en Vendée, Fayard, 1999, p. 56.
(7) Archives de Vendée, état civil de Saint-André-Goule-d’Oie, mariage du 5-7-1813 de Jean Cougnon avec Aimée Mandin (vue 97).
(8) Archives de Vendée, notaire de Saint-Fulgent, Frappier : 3 E 30/12, acte de communauté des Loizeau du Coudrais du 23-11-1788.
(9) Voir l’article la fabrique de St André Goule d’Oie au 18e siècle publié en janvier 2013 sur ce site, page 2.

Emmanuel FRANCOIS, tous droits réservés
Janvier 2010, complété en juillet 2017

POUR REVENIR AU SOMMAIRE


1 commentaire:

  1. très belle histoire que ces valeureux combattants Vendéens

    RépondreSupprimer