samedi 8 octobre 2016

Le refus de prestation de serment du clergé de Saint-Fulgent en 1791


Dans mon article sur Simon Charles Guyet (1733-1793), publié sur ce site en avril 2013, j’ai repris les informations données par Maurice Maupilier dans son livre d’Histoire de St Fulgent. J’écrivais alors : « Etienne Martineau, âgé de vingt-six ans et membre de la municipalité de St Fulgent présidée par le notaire Frappier, avait apostrophé le curé Gourdon dans l’église, alors qu’il était en chaire, sur son refus de prêter serment. Martineau s’était fait accompagner d’un joueur de cornemuse ! ».

 La consultation du fonds de l’abbé Boisson aux Archives historiques de l’évêché de Luçon, amène à réviser ce récit (1). Le fait est vrai, l’implication de Martineau est très douteuse.

Professeur d’histoire au petit séminaire de Chavagnes en Paillers, puis aumônier de l’hospice de St Fulgent, l’abbé Paul Boisson (1912-1979), est bien connu de certains anciens du canton de St Fulgent. Les moins familiers d’entre eux se souviennent de sa silhouette, sillonnant les routes en soutane sur son vélo, celui-ci portant accrochée à la garniture de la roue avant une sacoche contenant des documents, d’Histoire certainement. Qu’a-t-il trouvé sur ce refus de prestation de serment par le curé de St Fulgent en 1791 ?

Il s’est d’abord demandé d’où provenait cette information mettant en scène Etienne Benjamin Martineau à cette occasion, accompagné d’un joueur de vèze lit-on dans les nombreux livres d’Histoire relatant l’évènement. Il a trouvé le témoignage original écrit par Alexis des Nouhes, le maire de St Fulgent dans les années 1875-1879 et 1881-1884. Il était licencié en droit et militant royaliste connu. Il rechercha et écrivit des témoignages des survivants de la guerre de Vendée dans la région de St Fulgent, quelques dizaines d’années après l’évènement. Il n’a pas publié de récits, mais ses manuscrits ont ensuite été utilisés par les historiens (A. Baraud, E. Bourloton, comte de Chabot, abbé Deniau, abbé Billaud, etc.). Alexis des Nouhes (1808-1889) avait acheté ce qui restait du château de St Fulgent en 1841 à Mathurin Frogier, et vint de Pouzauges habiter les lieux. Il construisit à neuf le château actuel de St Fulgent avec sa femme Henriette de Bejarry (2).

Qu’avait écrit Alexis des Nouhes ? Voici son passage : « Un jour de dimanche, pendant la grande messe, alors que M. Gourdon, curé de la paroisse, était en chaire, le citoyen-maire de St Fulgent, accompagné des autorités républicaines en armes, précédé d’un joueur de vèze, le chapeau sur la tête, envahit l’église. S’avançant près de l’autel et lui tournant le dos, le citoyen maire pose au curé et à son vicaire, M. l’abbé Brillaud, les questions relatives à la constitution civile du clergé : les deux prêtres refusent de prêter le serment ; procès-verbal est rédigé séance tenante. »

Déjà on voit qu’il ne nomme pas Martineau, mais le citoyen-maire de St Fulgent. Or le 13 février 1791, date de l’évènement, Martineau n’était pas maire de St Fulgent. C’était alors le notaire Frappier. Et St Fulgent n’était pas sa demeure officielle. Celle-ci était à Pouillé avec sa mère, selon son contrat de mariage du 16 mai 1791 du notaire Frappier, ou à la Chapelle Themer, selon l’acte de mariage daté du lendemain dans le registre paroissial de St Fulgent. En réalité le bourg de St Fulgent était sa demeure de fait, peut-être intermittente. En février il s’apprêtait à se fiancer avec la fille de Simon Charles Guyet, fermier et maitre de postes à St Fulgent, avec laquelle il se mariera le 17 mai suivant à l’église, avec la bénédiction du curé Gourdon. Celui-ci aurait-il pu lui pardonner l’affront qu’il aurait subi de sa part ? Sans désespérer de l’abnégation infinie de ce prêtre, l’abbé Boisson, historien et prêtre lui-même, reste incrédule dans ses notes en réponse à la question.  

 
Joueur de vèze
Mais Alexis des Nouhes n’a certainement pas inventé cette histoire. Elle relate « un fait qui a été sans doute déformé dans ses détails et circonstances et est exact dans sa substance », note l’abbé Boisson. On peut seulement douter que Martineau, et peut-être le joueur de vèze, fassent partie de la substance.

Que ce Benjamin Martineau soit cité ensuite par les historiens n’étonne pas. Il a été haï dans la région. On a pu aussi montrer dans une autre affaire qu’il a été victime de sa mauvaise réputation. Il avait acheté en 1798 les deux métairies de la Valinière à St Fulgent en tant que bien national, pour le prix de 110 000 F, alors que l’abbé Deniau dans son livre : « Histoire de la Vendée », donne le chiffre de 600 F, répétant un témoignage local exagéré. Le prix payé en faisait un profiteur, mais cela ne justifie pas l’exagération. Voir la biographie publiée sur ce site en avril 2011 : Etienne Benjamin Martineau

La relation du refus de prêter le serment à St Fulgent a fait l’objet d’un procès-verbal des officiers municipaux de la commune, envoyé au district de Montaigu, dont le canton de St Fulgent faisait partie. Et le 24 mars 1791, l’accusateur public du tribunal de Montaigu porta plainte contre le curé de St Fulgent pour propos séditieux, et demanda au juge l’assignation de témoins pour le 30 mars suivant au tribunal de Montaigu. Le délai est court, mais on a trouvé 8 témoins, assignés par huissier, et qui sont venus témoigner ce jour-là. Après quoi le curé fut convoqué le 8 avril 1791 pour un interrogatoire, fixé devant les juges du tribunal de Montaigu le 4 mai suivant.

Les pièces de cette procédure se trouvent à Paris aux Archives nationales. L’abbé Boisson les a copiés à la main, et ses copies sont restées dans ses papiers, dont il a fait don aux Archives historiques du diocèse de Luçon. Que nous apprennent-elles ?

Des membres du conseil municipal de la commune de St Fulgent, ont pénétré dans l’église paroissiale pour recevoir le serment civique du curé Gourdon et du vicaire Brillaud, le dimanche 13 février 1791. Ils l’ont fait à l’issue de la messe, donc sans interrompre le culte, mais déjà cette entrée dans l’église a pu choquer. La réunion habituelle, en effet, de l’assemblée des paroissiens de St Fulgent se tenait à l’extérieur, sous les halles et devant la grande porte et principale entrée (3). Les édiles ont rompu un usage.

Prestation de serment obligatoire …
 Le serment à prononcer avait été lu et affiché à la porte de l’église par le greffier Bellet le dimanche d’avant. De plus, le procès-verbal de la municipalité indique que le 10 mars précédant, le curé et le vicaire avaient fait l’offre de faire le serment. C’est le procureur de la commune qui prit l’initiative dans l’église, Pierre François Augustin Garnaud, praticien (homme de lois) demeurant dans le bourg. Il lut même une lettre du procureur syndic du district de Montaigu au sujet du décret portant obligation de prêter serment à la constitution civile du clergé devant « tout le peuple qui était à entendre la sainte messe ». Puis il invita le curé et le vicaire « à se conformer précisément et uniquement aux dispositions dudit décret ».

Visiblement chacun avait préparé son rôle à tenir. Le curé avait changé d’avis, et cela devait se savoir, en final il refusait de prêter serment, d’où l’intrusion des officiers municipaux dans l’église. Il monta en chaire et lut un discours « tout à fait contraire à l’esprit du susdit décret ». Il est noté qu’il « veut bien le faire d’être fidèle à la nation et au roi seulement, ce que le conseil général (municipal) de la commune a regardé et pris pour un refus formel de la part dudit sieur curé de faire le serment ». Le procureur ayant renouvelé sa demande de faire le serment sous la forme prescrite par le décret, le curé a refusé. Puis il lui a demandé une copie du discours prononcé en chaire. Le curé le lui a promis, expliquant qu’il le remettrait sous peu, l’original qu’il avait en mains étant mal imprimé. 
Nous reviendrons sur ce discours plus loin, lors de l’interrogatoire qui porta sur son contenu. Mais l’accusateur public de Montaigu lui reprocha des propos séditieux, se permettant « les expressions les plus scandaleuses au lieu de prêcher l’obéissance à la loi comme son état l’exigeait. Il osa dire que ce décret est contraire à la religion … ». D’où sa plainte auprès des juges du tribunal du district de Montaigu.

Présidé par le juge Jean Alexandre Marchais le 30 mars 1791, celui-ci entendit 8 témoins à charge le même jour. Il était bien connu à la Porcelière (St André Goule d’Oie), ayant reçu des propriétaires de ce village et terroir une reconnaissance de rente de 20 boisseaux 3/4 de seigle en 1789. Voir notre article publié sur ce site en septembre 2016 : Plus de 60 ans de procès à la Porcelière de Saint-André-Goule-d’Oie. Avant d’être désigné juge à ce nouveau tribunal qu’on venait de créer, il avait été président au siège présidial des tailles foraines (droits de douane) à Montaigu. Son enregistrement des témoignages est qualifié par lui « d’information secrète et criminelle (pénale) ». La notion de contradictoire semble donc en avoir été exclue, et peut-être que le curé Gourdon n’a jamais connus le nom de ses témoins à charge.

Nous connaissons la moitié d’entre eux, tous du camp révolutionnaire :
-        Marie Monnoir, âgée de 58 ans, épouse de Louis Merlet, marchand, qui sera le commissaire du directoire de la municipalité cantonale de St Fulgent, de juillet 1796 à avril 1798.

-        Catherine Guyet, âgée de 20 ans, fille de Charles Simon Guyet, maitre de postes et révolutionnaire connu de St Fulgent. Nous avons fait le récit de sa biographie sur ce site en avril 2013 : Simon Charles Guyet à Saint-Fulgent (1733-1793).

-        Jean Baudry, âgé de 48 ans, régisseur au château de St Fulgent. Il aida l’ex seigneur de St Fulgent, Agnan Fortin (habitant Nantes), à acheter presque tous les biens du clergé dans la commune.

-        Etienne Benjamin Martineau, âgé de 25 ans, le fiancé de Catherine Guyet qu’on ne présente plus, mais dont la présence comme témoin est importante. Il dit avoir seulement assisté à la messe. Comme la plupart des autres témoins, il parait avoir eu une étonnante mémoire, répétant les nombreux propos « séditieux » du curé dans les mêmes termes que les autres.

Daumier : gens de justice
Les autres témoins ne nous sont pas connus, mais leurs déclarations confirment toutes, elles aussi, les reproches faits au curé d’avoir tenu des propos séditieux. Ils ont pour noms :
-        Pierre Claude Baudry, fermier, âgé de 35 ans, demeurant en la ville de Montaigu paroisse de St Jean,

-        Jean Chatry, bordier, âgé de 42 ans, demeurant à la Courpière de St Fulgent,

-        Pierre Barbot, laboureur, âgé de 40 ans, demeurant à la Chapelle Verre de St Fulgent,

-        Charles Hurtaud, boulanger, âgé de 34 ans, demeurant au bourg de St Fulgent.

Quels sont donc ces propos séditieux confirmés par ces témoins, et reprochés au curé de St Fulgent dans son discours en chaire du 13 février, pour justifier son refus de prêter serment ? Voyons l’interrogatoire du curé le 4 mai 1791, où ses arguments défilent les uns après les autres, présentés dans le langage du parti révolutionnaire.

1° Le serment exigé était contraire à la religion catholique, apostolique et romaine, il altérait la morale, le dogme et la discipline ecclésiastique. Le curé Gourdon a répondu « n’avoir fait qu’une instruction conforme aux principes évangéliques et constamment suivis par l’Eglise catholique, apostolique et romaine ».

2° De la constitution civile du clergé, il était à craindre qu’en découleraient bientôt le mariage des prêtres et le divorce. Pour le curé c’est une « accusation fausse et calomnieuse ».

3° Les prêtres qui le remplaceraient seraient des intrus, qu’ils n’auraient aucuns pouvoirs et que les sacrements qu’ils administreraient seraient nuls. Le curé Gourdon a répondu « n’avoir rien dit à ce sujet que conformément aux principes de la foi enseignée par l’Eglise catholique, apostolique et romaine ».

4° N’a-t-il pas dit à ses paroissiens qu’il ne les abandonnerait pas et qu’il les priait non plus de ne pas l’abandonner, et à quel dessein il l’a dit ? Le curé a répondu « qu’il peut l’avoir dit, mais sans aucun dessein d’exciter du trouble et dans les vues les plus pacifiques et les plus conformes à la charité chrétienne qui doit exister entre le pasteur et ses brebis ».

5° Il a indiqué son espoir dans une contrerévolution, et n’en a-t-il point fomenté les moyens ? Ce à quoi le curé a « répondu que non, se déclarant avoir toujours eu des vues pacifiques et avoir en horreur toutes actions sanguinaires ».
6° La constitution civile était faite pour des gens sans religion. Pour le curé c’est une « accusation injurieuse et calomnieuse ».

Que pensait l’abbé Boisson au terme de la lecture des pièces qu’il a copiées aux Archives Nationales ? Nous partageons ses réflexions. Plutôt que de se les approprier,  nous préférons les publier. Il est resté modeste à l’égard du grand public, et pour des raisons qui nous échappent, il n’a rien publié. L’extrait suivant de son opinion sur le sujet est reproduit en forme de gratitude pour ses fructueuses recherches :

« A en juger par la concordance des affirmations des témoins, même si l’on tient compte d’une entente préalable sur leurs dépositions, les propos du curé semblent bien avoir été tenus. Dans ses réponses du reste, le curé n’en renie pas l’ensemble. Mais que penser des propos qu’il juge calomnieux ? Là encore il convient sans doute de se rappeler qu’il y a eu information secrète et que le curé ignore les dépositions des témoins. Peut-être les partisans de la Révolution voulurent-ils faire un exemple ? ».

Encensoir
Pour être complet sur ce refus de prêter serment, et peut-être mieux le saisir, il faut évoquer l’affaire de l’encens, qui fit aussi scandale à St Fulgent. Le 6 janvier 1791 déjà, les officiers municipaux de St Fulgent informèrent les autorités du district de Montaigu que, contrairement au décret du 19 juin précédent, le curé et le vicaire continuaient à « prendre l’un et l’autre l’encens, tous les jours qu’on a accoutumé d’en faire brûler dans l’église de ce lieu » (4).

Pour comprendre, rappelons-nous d’abord cette époque de 1789/1790, prolongeant celle du Moyen-Âge déjà lointain dans une société confondant le religieux et le temporel. L’usage au cours des cérémonies religieuses, où on brulait de l’encens en signe d’honneur à rendre, était d’encenser Dieu bien sûr, mais aussi les prêtres entre eux, et même le seigneur fondateur de l’église présent. Cela faisait partie des droits honorifiques de la noblesse. En abolissant la féodalité, l’assemblée constituante voulut en éliminer tous les signes. Dans sa séance du 19 juin 1790, l’assemblée constituante compléta l’œuvre qu’elle avait commencée dans celle du 4 août 1789, supprimant la noblesse héréditaire et toutes les qualifications qui en dérivent. Elle édicta : « L’Assemblée nationale décrète que la noblesse héréditaire est pour toujours abolie en France ; qu’en conséquence les titres de marquis, chevalier, écuyer, comte, vicomte, messire, prince, baron, vidame, noble, duc, et tous autres titres semblables, ne seront pris par qui que ce soit, ni donnés à personne ; qu’aucun citoyen français ne pourra prendre que le vrai nom de sa famille ; qu’il ne pourra non plus porter, ni faire porter de livrée, ni avoir d’armoiries ; que l’encens ne sera brûlé dans les temples que pour honorer la Divinité, et ne sera offert à qui que ce soit ». Le diable (si l’on ose dire ici) est dans les détails, c’est bien connu. Ces derniers mots : « qui que ce soit », excluaient en toute rigueur les prêtres participant à la célébration des cultes. Alors, chez les révolutionnaires de Montaigu et de St Fulgent on prit l’expression au pied de la lettre, mû par anticléricalisme faut-il le préciser (mais quand le spirituel et le temporel se confondent ….). Le vicaire et le curé de St Fulgent devaient modifier les rituels de leur culte. Ils s’y refusèrent, estimant sur ce point n’avoir à répondre que devant leur évêque.

Les sieurs Gourdon et Brillaud contreviennent « au décret du 19 juin dernier, sanctionné par le roi, qui porte que l’encens ne sera plus brûlé que pour honorer la divinité et ne sera offert à qui que ce soit », selon les révolutionnaires de St Fulgent (4).

On se souvient que le curé Gourdon avait d’abord donné son accord pour prêter le serment exigé au jour du 13 février 1791, puis il changea d’avis. On comprend qu’il subissait déjà l’adversité des révolutionnaires. De plus les ecclésiastiques connaissaient une crise de conscience, faite de discussions et d’incertitudes, alimentée par les hésitations du pape, qui prit du retard pour condamner le serment, obligeant le roi à contresigner le décret malgré ses interrogations. Ce revirement du curé de St Fulgent parait normal. Rappelons qu’au niveau national, 50 % environ des prêtres jurèrent, mais que dans le bocage vendéen ce fut 20 %. Les curés de Chavagnes et St André Goule d’Oie refusèrent le serment, mais le curé et le vicaire de Chauché le prêtèrent.

Quant au vicaire de St Fulgent, l’abbé Brillaud, il fit comme son curé. Le procès-verbal des officiers municipaux de St Fulgent note simplement à son sujet : « Ledit sieur Brillaud, vicaire, a de sa part déclaré tout simplement ne pouvoir ni ne devoir faire ledit serment, étant contraire à sa conscience, et après la lecture d’un petit discours, dont on lui a demandé aussi copie signé de lui. »

Prêtres déportés
Il semble que l’accusation de propos séditieux contre le curé Gourdon n’alla pas loin. Il resta dans son église encore pendant plus d’un an. Il maria même Benjamin Martineau et Catherine Guyet en mai 1791 dans l’église de St Fulgent. Mais l’accusation avait stigmatisé l’intéressé aux yeux des autorités. Convoqué comme d’autres prêtres non jureurs à Fontenay le Comte en mars 1792, où siégeaient les autorités départementales, il n’obtempéra pas. Un mandat d’amener fut lancé contre lui et il dut se cacher en juillet 1792, comme son vicaire et le curé de St André Goule d’Oie. Il fut capturé par les bleus et déporté en Espagne en application de la loi du 26 août 1792. Il s’y trouvait en décembre 1792, et il y mourut dans la ville de Zumarraga en décembre 1793 (5).
Faut-il rappeler que la révolte armée des masses vendéennes se déclencha en mars 1793 ? Sans une crise bien installée dans la région elle n’eut pas eu lieu. C’est un des éléments de cette crise qu’illustre le refus de la plupart des ecclésiastiques vendéens de prêter le serment. Encore faut-il débarrasser le récit de ce refus à St Fulgent, des rumeurs qui l’y ont déformé.

(1) Archives historiques de l’évêché de Luçon, fonds de l’abbé Boisson : 7 Z 6 III, le refus de prestation de serment du curé de St Fulgent en 1791.
(2) Maurice Maupilier, Des étoiles au lion d’or, St Fulgent sur la route royale, Hérault Editions, 1989, page 246.
(3) Archives de Vendée, notaires de St Fulgent, Frappier : 3 E 30/12, assemblée des habitants de St Fulgent du 11-10-1789 sur les réparations à faire au presbytère.
(4) Archives de Vendée, fichier historique du diocèse de Luçon de l’abbé Delhommeau à St Fulgent : 1 Num 47/426, lettre 6-1-1791 des officiers municipaux de St Fulgent au district de Montaigu sur l’usage de l’encens selon les rites habituels (vue 16).
(5) Edgar Bourloton, Le clergé de la Vendée pendant la Révolution, Revue du Bas-Poitou (1903-3), page 215.

Emmanuel François
Octobre 2016




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire